1 Histoire

1 Histoire

1 Histoire CF de football

1 Histoire CF de football

football

1.1 Création du championnat professionnel

Articles connexes :

  • Championnat France 1894-1920
    • Championnat France 1926-1929

Le football français résiste au professionnalisme jusqu’en 1930. Il est autorisé dans le football anglais en 1885 mais n’est pas adopté en Europe continentale, où une vision idéalisée du sport est un frein à son autorisation. Les disciplines sportives majeures, et le football au premier chef, en raison des recettes qu’il générait déjà, furent alors touchées par l’« amateurisme marron ».
1912_10_01-PIERRE-CHAYRIGUESLe gardien de but de football international français Pierre Chayriguès refuse ainsi un « pont d’or » du club anglais Tottenham Hotspur, en 1913 ; il admet dans ses mémoires que les joueurs du Red Star étaient grassement rémunérés malgré leur statut officiel d’amateur.

Henri Jooris, le président de l’Olympique lillois, est suspendu pendant deux ans au sortir de la Première Guerre mondiale pour avoir pris part à un système illégal de rémunération occulte des joueurs de son club. Les emplois de complaisance étaient alors une pratique courante pour couvrir ces salaires. Le terme « racolage » est alors en usage pour décrire les offres financières faites aux joueurs pour les transférer. Des clubs plus modestes tout comme les locomotives parisiennes, lilloises ou marseillaises sont touchés par le phénomène.

Le nombre d’affaires de ce type dans le football français mène finalement à l’autorisation du professionnalisme en 1930, pour mettre un terme à ces scandales touchant les meilleurs clubs, dirigeants et joueurs.En juillet, le Conseil national de la Fédération française de football (FFF) se prononce par 128 voix contre 20 (Paris, Alsace et Auvergne) et une abstention (le président Jules Rimet) pour la mise en place du professionnalisme en France, avec mise en application le 1er juillet 1932.

Les pères fondateurs du professionnalisme français sont :

BayrouGeorges Bayrou

Emmanuel GambardellaEmmanuel Gambardella

Gabriel_Hanot_1910Gabriel Hanot

La Fédération décide de limiter le statut professionnel à une élite restreinte. Elle met alors en place un championnat national à vingt clubs. Eux seuls peuvent évoluer sous statut professionnel en 1932-1933.

La FFF édicte trois règles pour limiter le nombre des candidatures au statut professionnel :

  • avoir eu des résultats probants par le passé
  • avoir des recettes guichets suffisamment importantes pour équilibrer les finances
  • recruter au moins huit joueurs sous statut professionnel.

Certains clubs s’opposent par principe au statut professionnel : les trois clubs strasbourgeois, le RC Roubaix, l’Amiens AC et de nombreux clubs parisiens dont le Stade français refusent ainsi de se porter candidats. Dans d’autres clubs, la tension est telle que l’on doit jouer sur des artifices pour permettre à certains d’accéder à ce statut.

Au Racing Club de France, historiquement hostile au statut pro, il n’est ainsi pas question de se fourvoyer. L’équipe fanion du RCF est alors rebaptisée Racing Club de Paris et pose sa candidature au statut professionnel sous ce nom. L’Olympique lillois est également en pointe dans le refus au statut pro, mais pas pour des raisons de morale.

La hantise du président Henri Jooris, également président de la puissante Ligue du Nord, est le passage de sa Ligue au rang d’une Division 2. Les voisins du SC Fivois ne se posent pas ce genre de question et sont candidats. Certains joueurs lillois commencent même à y signer des contrats professionnels. Pour stopper l’hémorragie, Jooris est contraint de présenter son club au statut professionnel. Même le Stade rennais hésite à franchir le pas du professionnalisme alors que le club fait figure de club en pointe à ce sujet.

À la surprise générale, le comité directeur repousse cette possibilité par vote (73 voix contre 20). Il faut que les supporters promettent de renflouer les caisses en cas de déficit pour que le club rennais s’engage finalement chez les professionnels. Si les dirigeants des clubs du nord du pays apparaissent globalement hostiles à cette évolution, ce n’est pas le cas dans le sud et de très nombreux clubs n’hésitent pas à poser leur candidature.

La Ligue du Sud-est hérite ainsi à lui seul de près de la moitié des autorisations (neuf sur vingt). Un an plus tard, une Division 2 est mise en place et quelques clubs réticents en 1932 acceptent de franchir le Rubicon, parmi lesquels le RC Strasbourg, l’Amiens AC et le RC Roubaix notamment.

Images liées:

1.11 La suprématie parisienne depuis 2012

1.11 La suprématie parisienne depuis 2012

champion-trophy-300x300

palmares

Période LC Club
2012-2013 lc-PSG Paris Saint-Germain (3)
2013-2014 lc-PSG Paris Saint-Germain (4)
2014-2015 lc-PSG Paris Saint-Germain (5)
2015-2016 lc-PSG Paris Saint-Germain (6)
2016-2017

Un an après l’arrivée du fonds d’investissement Qatar Sports Investments (QSI), le Paris Saint-Germain remporte en 2012-2013 son troisième titre de champion sous la direction de l’Italien Carlo Ancelotti, après dix-neuf ans d’attente, en s’imposant à deux journées de la fin sur la pelouse de l’Olympique lyonnais (0-1)94, oubliant sa déception de l’année précédente et la place de dauphin derrière le Montpellier HSC. Ce titre est acquis en partie grâce à Zlatan Ibrahimović, meilleur buteur cette saison-là, avec plus de trente réalisations du jamais vu en France depuis la saison 1989-1990 et le ballon d’Or Jean-Pierre Papin.

La saison suivante, la formation parisienne conserve son titre de champion de France, le premier club français à réaliser cela depuis 2008 et l’Olympique lyonnais. Il s’agit alors du quatrième titre du PSG dans son histoire, rejoignant l’OGC Nice. Durant cette saison, Paris bat deux records : celui du nombre de points (89) et du nombre de victoires (27) sur une saison. Le Paris Sant-Germain réalise également le doublé en remportant la Coupe de la Ligue.

Durant la saison 2014-2015, le PSG conserve son titre de champion difficilement, après avoir pris les rênes du classement seulement à partir de la trentième journée. En effet, d’abord l’Olympique de Marseille durant l’automne et l’Olympique lyonnais au cours de l’hiver ont empêché le club parisien de ravir le titre plus tôt. En parallèle, le Paris Saint-Germain réalise le quadruplé inédit dans l’histoire du football français et européen avec quatre titres à son actif durant cette saison, il s’agit de la Coupe de la Ligue, la Coupe de France, le Trophée des champions et enfin le championnat.

La saison 2015-2016 voit le Paris Saint-Germain battre tous les records en remportant le championnat dès la trentième journée en battant Troyes sur un score lui aussi historique (0-9), il s’agit alors du record de la plus large victoire à l’extérieur et du titre acquis le plus tôt, alors que l’hiver n’est même pas encore terminé. Il permet au club parisien de ravir le titre une quatrième fois consécutive et une sixième fois dans son histoire, se rapprochant peu à peu des hauteurs du palmarès français.

Images liées:

1.10 Période ouverte 2008-2012

1.10 Période ouverte 2008-2012

champion-trophy-300x300

palmares

Période LC trophyClub
2008-2009 lc-girondins-bordeaux Girondins de Bordeaux (6)
2009-2010 lc-om Olympique de Marseille (9)
2010-2011 lc-losc Lille OSC (2)
2011-2012 lc-montpelier-hsc Montpellier HSC

Lors de la saison 2008-2009, les Girondins de Bordeaux remportent leur troisième Coupe de la Ligue face au Vannes OC, rejoignant le Paris Saint-Germain en tant que club ayant le plus de victoires dans cette compétition. À la lutte avec l’Olympique de Marseille, le club termine sa saison sur une série de onze victoires consécutives. Il devient champion le 30 mai 2009 sur le terrain du Stade Malherbe Caen et remporte le sixième trophée de Champion de France de son histoire.

il-rapporte-dans-le-stade-velodrome-un-trophee-attendu-depuis-18-ans_10753_wide

La saison suivante, l’OM de Didier Deschamps est renforcé par les arrivées des internationaux argentins Lucho Gonzalez et Gabriel Heinze ainsi que par celle de l’ex-Girondin Souleymane Diawara. Le club brise sa série de dix-sept ans sans titre majeur le 27 mars 2010 en remportant la Coupe de la Ligue face aux Girondins de Bordeaux (3-1), puis en étant sacré champion de France 2010 deux journées avant la fin de la saison.

Cette décennie est marquée par les finances des clubs qui posent problèmes depuis 2008-2009. En effet, ceux qui compensaient leurs déficits d’exploitation en vendant leurs meilleurs joueurs ne le peuvent plus depuis l’apparition d’une crise du marché des transferts en Europe, liée aux difficultés économiques que traverse le Vieux Continent. Les clubs de première et deuxième divisions présentent un bénéfice d’environ 50 millions d’euros par saison de 2005-2006 à 2008-2009 alors que 71 % de leurs recettes sont affectées aux salaires, contre 61 % en Allemagne et 60 % en Angleterre.

Mavuba_CSKA-LOSCRio Mavuba, capitaine du LOSC, est sacré champion de France en 2011. La saison 2010-2011 est importante dans l’histoire du Lille OSC puisque ce dernier réalise le doublé championnat-coupe de France, titres qui lui échappent respectivement depuis 1954 et 1955. Le LOSC termine le championnat à la première place devant le champion sortant, l’Olympique de Marseille, et bat en finale de coupe le Paris Saint-Germain, tenant du titre, au stade de France. Ce doublé est le deuxième de l’histoire des Dogues après celui de la saison 1945-1946 et le seizième de l’histoire du football français. Lors de la saison 2011-2012, le Montpellier HSC déjoue tous les pronostics de début de saison en devenant pour la première fois de son histoire champion de France lors de l’ultime journée d’une saison où le club n’aura quitté qu’une seule fois les deux premières places.

Images liées:

1.9 Hégémonie lyonnaise 2001-2008

1.9 Hégémonie lyonnaise

champion-trophy-300x300

palmares

2001-2008

Période LC trophyClub
2001-2002 lc-ol- Olympique Lyonnais
2002-2003 lc-ol- Olympique Lyonnais (2)
2003-2004 lc-ol- Olympique Lyonnais (3)
2004-2005 lc-ol- Olympique Lyonnais (4)
2005-2006 lc-ol- Olympique Lyonnais (5)
2006-2007 lc-ol- Olympique Lyonnais (6)
2007-2008 lc-ol- Olympique Lyonnais (7)

En 2002, l’Olympique lyonnais obtient son premier titre de champion de France lors de la dernière journée. S’ensuit alors une série inédite de sept titres consécutifs de champion de France.

L’Olympique lyonnais débute le championnat 2001-2002 avec une étiquette de favori. Alors que le club lyonnais est en tête lors de la neuvième journée, il est peu à peu distancé par le leader lensois, qui compte sept points d’avance au soir de la dix-neuvième journée. Mais l’écart ne va cesser de diminuer, à tel point qu’à la veille de la dernière journée, un seul point départage les deux équipes, qui s’affrontent au stade de Gerland.

Grégory coupet remporte sept titres consécutifs

Grégory CoupetLe duel tourne en faveur de l’Olympique lyonnais qui s’impose par trois buts à un et remporte ainsi son premier titre de champion. L’année suivante, le scénario est similaire, après un début de saison poussif, l’Olympique lyonnais rattrape le peloton de tête à mi-saison. À dix journées de la fin, le club est quatrième et compte six points de retard sur l’Olympique de Marseille, mais six victoires consécutives lui permettent de prendre la tête au soir de la trente-deuxième journée, qu’il conserve jusqu’à la fin du championnat. La saison 2003-2004 voit l’Olympique lyonnais de Paul Le Guen proposer un jeu plus offensif, qui permet à l’équipe de remporter un troisième titre d’affilée à l’issue d’un duel serré avec l’AS Monaco.

En Ligue des champions, l’OL se hisse jusqu’en quart de finale avant d’être battu par le futur vainqueur de la compétition, le FC Porto. La saison suivante, l’OL est plus dominateur en championnat, en tête dès la dixième journée, les Lyonnais terminent avec douze points d’avance sur leur dauphin, le Lille OSC. En Ligue des champions, ils s’arrêtent de nouveau en quart de finale, éliminés aux tirs au but par le PSV Eindhoven. L’équipe survole de nouveau le championnat 2005-2006, quinze points la séparant des Girondins de Bordeaux à la fin de la saison.

L’année suivante, l’OL accentue encore sa domination, puisque les Lyonnais ne chutent pour la première fois que face au Stade rennais le 4 novembre, après neuf victoires consécutives. La deuxième moitié de saison est plus difficile, en mars 2007, l’OL se fait éliminer en huitième de finale de la Ligue des champions par l’AS Rome, puis perd la finale de la Coupe de la ligue contre les Girondins de Bordeaux. Le club conserve néanmoins le titre champion de France, cinq matchs avant la fin de la saison, et égale son record du plus grand nombre de victoires à l’extérieur. Bien qu’en tête tout au long de la saison, l’OL doit affronter la concurrence des Girondins de Bordeaux jusqu’à la dernière journée.

En disposant de l’AJ Auxerre, l’Olympique lyonnais est champion pour la septième fois consécutive et bat ainsi le record du nombre de championnats gagnés consécutivement en France. Il remporte une semaine plus tard la coupe de France en prenant le dessus sur le Paris Saint-Germain, ce qui lui permet de fêter le premier doublé de son histoire. Entre le titre de 2002 et celui de 2007, l’effectif est renouvelé à 80 % et quatre entraîneurs se succèdent. Il s’agit de Jacques Santini, Paul Le Guen, Gérard Houllier et Alain Perrin mais cela ne remet pas en cause la stabilité garantie par le duo Bernard Lacombe et Jean-Michel Aulas, qui explique en grande partie le succès du club.

Images liées:

1.8 Années d’alternance 1993-2001

1.8 Années d’alternance 1993-2001

champion-trophy-300x300

palmares

1993-2001

Période LC trophyClub
1993-1994 PSG_1992 Paris Saint-Germain (2)
1994-1995 nantes-4 FC Nantes (8)
1995-1996 auxerre-2 AJ Auxerre
1996-1997 monaco AS Monaco (4)
1997-1998 RC_Lens_(1994-1998) RC Lens
1998-1999 bordeaux-2 Girondins de Bordeaux (5)
2000-2001 monaco AS Monaco (5)

le-numero-10-champion-du-monde-en-1994-rai-a-fait-les-beaux-jours-du-psg-de-1993-a-1998_

En 1993-1994, le brésilien Raí renforce l’effectif du Paris Saint-Germain, qui s’installe en tête du championnat en octobre pour ne plus la lâcher, décrochant enfin un titre face au rival marseillais qui est de plus rétrogradé administrativement.

La saison suivante est celle du renouveau du FC Nantes, qui a atteint la finale de la coupe de France 1993 avec des joueurs comme Patrice Loko, Christian Karembeu, Claude Makelele ou Nicolas Ouédec avant de dominer le championnat de France 1995. Les Canaris remportent alors le septième titre du club, réalisant un record de trente-deux matches d’affilée sans défaite.

Lors de la saison 1995-1996, le championnat est d’abord largement dominé par le Paris Saint-Germain, qui est sacré champion d’automne avec sept points d’avance sur l’AJ Auxerre de Guy Roux et le FC Metz. Pourtant l’équipe parisienne réalise de nombreuses contre-performances en février et mars, au point d’être dépassée par les Bourguignons fin mars.

1996-aj-auxerre-vainqueur-cdf

Le 4 mai, l’AJ Auxerre remporte sa deuxième Coupe de France en battant le Nîmes Olympique (2-1), avant d’être sacrée championne de France pour la première fois de son histoire à la surprise générale et de réaliser ainsi le doublé Coupe-Championnat.

Le Paris SG se console en remportant le 8 mai la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe, une première pour un club français, face au Rapid Vienne. Lors de sa seconde année à la tête de l’AS Monaco, Jean Tigana empoche le titre de champion de France 1997 avec son équipe, composée notamment de Franck Dumas, Sylvain Legwinski, Fabien Barthez, Thierry Henry, Victor Ikpeba, Emmanuel Petit et Vicenzo Scifo. Il emmène l’ASM en demi-finales de la Coupe UEFA, seulement défait par l’Inter Milan, et de la Coupe de la Ligue face à au RC Strasbourg.

le-psg-vainqueur-de-la-coupe-des-coupes-de

La saison suivante, le championnat est animé par deux outsiders que sont le RC Lens et le FC Metz, deux équipes au palmarès encore vierge dans cette compétition. Au coude à coude tout au long de la saison, c’est finalement les Nordistes qui remportent le titre, à la différence de buts.

Le championnat 1998-99 voit également un coude à coude tout au long de la saison entre les Girondins de Bordeaux, dirigés par Élie Baup, et l’Olympique de Marseille de Rolland Courbis. Lors de la dernière journée de la saison, les deux équipes sont respectivement à 69 et 68 points avec donc l’avantage pour les Girondins.

L’OM se déplace chez le FC Nantes tandis que les Bordelais doivent ramener la victoire du Parc des Princes face au Paris Saint-Germain. Alors que l’OM ouvre le score à la 38e minute par Robert Pirès, Bordelais et Parisiens sont à égalité 2 buts partout quand Baup fait rentrer Pascal Feindouno, qui vient battre Bernard Lama à la 89e minute, offrant le premier titre depuis douze saisons aux Girondins.

La saison suivante, l’AS Monaco domine le championnat grâce à des joueurs comme Fabien Barthez, Willy Sagnol, David Trezeguet, Dado Pršo, Rafael Márquez, John Arne Riise, Pablo Contreras, Marco Simone, Philippe Christanval, Marcelo Gallardo, Sabri Lamouchi et Ludovic Giuly qui connaîtront tous de grandes carrières par la suite. Le club du Rocher remporte ainsi son septième titre de champion de France mais souffre l’année suivante des départs de ses meilleurs joueurs.

FC Nantes 2000-2001

En 2000-2001, Raynald Denoueix et son équipe de jeunes joueurs, en grande partie formés au FC Nantes et qui ont déjà remporté deux coupes de France en 1999 et 2000, décrochent le huitième titre de champion de France du club.

Images liées:

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football