1.5 La référence rémoise 1952-1963

1.5 La référence rémoise 1952-1963

1.5 La référence rémoise 1952-1963

1.5 La référence rémoise 1952-1963

champion-trophy-300x300

palmares

1952-1963

Période LC Club
1952-1953 reims-2 Stade de Reims
1953-1954 LOSC_1946-1955.svg Lille OSC
1954-1955 reims-2 Stade de Reims (2)
1955-1956 nice-2 OGC Nice
1956-1957 st-etienne-9 AS Saint-Etienne
1957-1958 reims-2 Stade de Reims (3)
1958-1959 nice-2 OGC Nice (2)
1959-1960 reims-2 Stade de Reims (4)
1960-1961 monaco AS Monaco
1961-1962 reims-2 Stade de Reims (5)
1962-1963 monaco AS Monaco (2)

Sous la conduite d’Albert Batteux depuis 1950, le Stade de Reims s’impose à partir de 1952 comme la première équipe vedette du championnat. Jamais classé au-delà de la quatrième place depuis 1945, grâce notamment à son buteur Pierre Sinibaldi, le club applique une politique de recrutement de jeunes talents et de formation qui porte ses fruits.

1953

Stade de Reims, champion de France 1953. Marche, Batteux (entraîneur), Jonquet, Penverne, Kopa, Paul Sinibaldi, Méano, Appel, Pierre Sinibaldi, Glovacki, Cicci, Templin.

Les joueurs vedettes du grand Reims sont le meneur de jeu :

Raymond Kopa (stadedereims)Raymond Kopa (1951-1956) puis (1959-1967)

robert_jonquetle capitaine Robert Jonquet (1942-1960)

1954 francia armand penverneArmand Penverne (1947-1959)

En 1953, les Rémois remportent le championnat sans contestation, présentant la meilleure attaque et la meilleure défense, avant d’enlever la Coupe latine au Milan AC, une première pour un club français. Le fameux « jeu à la rémoise », un jeu offensif, technique et rapide, et la science tactique de Batteux font des merveilles, à l’opposé du jeu physique en vogue jusqu’alors.

le-losc-saison-1954-1955Dépassés en toute fin de saison 1953-1954 par le Lille OSC, les Rémois prennent leur revanche la saison suivante. Ils s’inclinent en finale de la Coupe latine face au Real Madrid mais remportent facilement la première édition du Challenge des champions face aux Lillois. S’il domine incontestablement dans le jeu, comme l’illustre le nombre de ses joueurs en équipe de France lors de la Coupe du monde 1958, le Stade de Reims n’écrase cependant pas le championnat sur le plan des résultats, notamment parce que sa priorité va volontiers à la prestigieuse Coupe d’Europe des clubs champions, dont il atteint la finale à deux reprises, en 1956 qui verra Raymond Kopa signer au Real Madrid contre 52 millions de francs lors de l’inter-saison suivante, et en 1959.

Nice 1953-54

L’édition 1956 du championnat est remportée par les Niçois de Luis Carniglia, tandis que la première couronne stéphanoise est acquise en 1957 avec quatre points d’avance sur le RC Lens. Les meilleurs Verts de cette époque sont Claude Abbes, Kees Rijvers, le meneur de jeu Rachid Mekhloufi et Eugène N’Jo Léa, dirigés par Jean Snella. Les transferts en Champagne des attaquants Just Fontaine de l’OGC Nice et Roger Piantoni du FC Nancy en 1956 et 1957 permettent aux Rémois de remporter le doublé Coupe-championnat en 1958.

À l’épopée européenne rémoise de 1959 répond un nouveau titre de champion pour l’OGC Nice de Jean Luciano. L’Olympique de Marseille, dernier club à avoir participé à toutes les éditions du championnat de France, est à son tour relégué en Division 2.

Stade de Reims 1961-1962

Le Stade de Reims remporte deux nouveaux titres de championnat en 1960 et en 1962, en dominant avec une certaine facilité ses concurrents. Lors de cette dernière saison, il termine en tête, vainqueur de son dernier match 5-1, à égalité de points avec le Racing Club de Paris et avec la même différence de buts. Malgré la meilleure attaque du Racing, le titre est bien décerné aux Rémois, départagés à la moyenne de buts.

Cette déception marque la fin du grand Racing de Pierre Pibarot, une équipe particulièrement populaire et spectaculaire, dont l’attaquant Thadée Cisowski est plusieurs fois meilleur buteur du championnat. Trop irrégulière, elle est troisième en 1959 et 1960 et perd surtout le titre à la dernière journée à deux reprises, en 1961 face à l’AS Monaco, alors qu’une victoire lui assurait d’être sacrée championne de France, et en 1962 face au Stade de Reims.

Parmi les illustres « perdants » de cette époque figure également le Nîmes Olympique, mené par le buteur Hassan Akesbi et l’entraîneur Abdelkader Firoud, qui échouera régulièrement dans le trio de tête sans jamais arriver à décrocher le Graal. Just Fontaine doit arrêter sa carrière en 1962 et le Stade de Reims termine au deuxième rang la saison suivante derrière l’AS Monaco de Lucien Leduc, déjà championne de France en 1961.

Les parcours décevants en Coupe d’Europe et l’indépendance de Batteux vis-à-vis des dirigeants conduisent les responsables rémois à ne pas renouveler le contrat de l’entraîneur à la fin de la saison 1962-1963, marquant ainsi la fin de la domination du Stade de Reims sur le football français. En 1964, la règle de la moyenne de buts est remplacée par celle de la différence de buts.

Images liées:

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football