4 Organisation

4 Organisation

4.3.7 Arbitrage

sifflet-cartons-arbitres

4.3.7 Arbitrage

Vingt-et-un arbitres sont retenus en début de saison pour devenir les arbitres principaux des matchs de première division. À l’issue de la saison, un classement est établi sur les performances de ces derniers et le moins bon arbitre est rétrogradé en division inférieure.

arbitre

Les arbitres de Ligue 1 en 2015-2016 :

  • Benoît Bastien
  • Hakim Ben El Hadj
  • Wilfried Bien
  • Ruddy Buquet
  • Tony Chapron
  • Amaury Delerue
  • Fredy Fautrel
  • Antony Gautier
  • Johan Hamel
  • Lionel Jaffredo
  • Stéphane Jochem
  • Stéphane Lannoy
  • Mikaël Lesage
  • Jérôme Miguelgorry
  • Benoît Millot
  • Sébastien Moreira
  • Nicolas Rainville
  • Frank Schneider
  • Clément Turpin
  • Bartolomeu Varela

Parmi les arbitres de Fédérale 1, neuf sont internationaux et peuvent être appelés à arbitrer des matchs de coupe d’Europe des clubs, voire des confrontations entre équipes nationales. Parmi eux se trouvent Antony Gautier, qui a participé à plusieurs matchs de Ligue des Champions, de Ligue Europa et des éliminatoires du championnat d’Europe de football 2012, ou encore Clément Turpin, qui devient en décembre 2009 le plus jeune arbitre français désigné arbitre international par la FIFA.
stephane-lannoy_L’arbitre occupant actuellement le plus haut niveau
dans la hiérarchie française est Stéphane Lannoy. Sélectionné en tant qu’arbitre principal pendant le tournoi de football des Jeux olympiques 2008 à Pékin, il a depuis été sélectionné pour tous les évènements majeurs du football international, comme la Coupe du monde 2010 ou le Championnat d’Europe de football 2012. Il a été élu meilleur arbitre de Ligue 1 au terme de la saison 2011-2012, accompagné de ses assistants Eric Dansault et Frédéric Cano.

En 2011, plusieurs arbitres de première division menacent de retarder volontairement les coups d’envoi des matchs de la 26e journée du championnat, dont notamment Olympique de Marseille – Lille OSC, décisif pour le titre de champion de France. Ils se justifient par les continuelles critiques reçues de la part des clubs lors des semaines précédentes et évoquant « le mépris profond des arbitres par tous les acteurs du football ».

SAFEFace à la décision du Syndicat des Arbitres de Football Elite (SAFE), la Fédération française de football, en accord avec la Ligue de football professionnel, a procédé à la désignation de nouveaux arbitres de niveau National, qui respecteraient les règlements de la Fédération.

SAFE : 

  • Une mise en avant du geste de l’avantage à travers une forme dynamique et stylisée reprenant les 2 bras en avant.
  • Le logo véhicule ainsi l’ouverture au jeu et non pas seulement la notion de sanction trop souvent vue comme unique rôle de l’arbitre.
  • Un sigle composé de deux formes distinctes, insistant sur le caractère multiple et la notion d’équipe associés à l’arbitrage, tant au niveau des individus que des fonctions. Ce sigle symbolise aussi l’élan et l’ouverture du syndicat pour promouvoir et défendre les intérêts des arbitres.
  • Un rappel de la couleur historique attribuée à l’arbitrage, le noir.
  •  Une couleur verte pour la symbolique du terrain.
  • Un cadre blanc rappelant la délimitation blanche des terrains ainsi que la notion de défense des arbitres, mission du syndicat.
  • Une volonté de trouver un caractère propre et de s’éloigner de couleurs déjà uilisées dans le milieu du football.
  •  Les proportions du logo rappellent celles du carton, le syndicat devant répondre avec fermeté aux déviances comportementales qui affectent les arbitres.
  • Une volonté générale de s’éloigner de certains codes désuets du football et de gagner en modernité à travers un style épuré et dynamique

Images liées:

4.3.6 Matériel

4.3.6 Matériel

1516_reveal_ballon_adidas

adidas et la Ligue de Football Professionnel ont dévoilé ce 1er juin le nouveau ballon de match officiel de la Ligue 1 pour la saison 2016/17.

A l’occasion de la présentation du calendrier des rencontres de Ligue 1 effectuée ce 1er juin, adidas et la Ligue de Football Professionnel ont présenté le nouveau ballon de match officiel de la Ligue 1 pour la saison 2016-17. Il sera utilisé pour la première fois le 6 août prochain, à l’occasion du Trophée des Champions qui opposera le Paris Saint-Germain à l’Olympique Lyonnais. Le mélange de couleurs qui compose cette nouvelle version est dans la tendance des nouveaux ballons de football. Son coloris et son design rendent ce ballon parfaitement visible sur les terrains et à l’écran. Ses motifs sont inspirés du Trophée Hexagoal qui récompense le club Champion de France de Ligue 1.

adidas fournit les ballons de match officiels de tous les grands championnats de l’UEFA et de la FIFA depuis 1970 et les ballons de match officiels des EURO™ de l’UEFA depuis 1972. Le ballon officiel de la Ligue 1® bénéficie de toute la technologie et du savoir-faire d’adidas, et résulte d’un processus de développement piloté par les experts mondiaux d’adidas Group en étroite collaboration avec la LFP.

L’expérience d’adidas en matière de production de ballons de foot est sans égale. adidas fabrique des ballons de foot depuis 1963 et se positionne désormais comme le principal producteur au monde, toujours à la pointe de la technologie.

Depuis la saison 2009-2010, un ballon unique est utilisé lors des rencontres. Les ballons sont fournis par l’équipementier allemand Puma. En janvier 2012, la Ligue de football professionnel et Puma lancent un nouveau design pour le ballon de la Ligue 1 jusqu’à la fin de la saison 2011-2012 ; il est de couleur rose bonbon et apporte de la « fraîcheur et de l’innovation », selon le site de la LFP. Lors de la saison 2012-2013, les ballons sont fournis par Adidas.

Images liées:

4.3.5 Stades

Terrain4.3.5 Stades

La Commission des stades de la Ligue de football professionnel demande que chaque club évoluant en Ligue 1 dispose d’enceintes confortables, accueillantes et sûres. Afin de répondre à ces exigences, un certain nombre de règles a été établi.

Il est demandé aux équipes de Ligue 1 d’évoluer dans un stade de 20 000 places couvertes minimum, le nombre de places évoluant proportionnellement avec le bassin de population de la ville où se situe l’enceinte. Il doit aussi répondre à des contraintes tant au niveau du confort des acteurs du jeu (terrains, vestiaires, …) qu’au niveau du confort des spectateurs (sanitaires, buvette, …). Le club doit également répondre d’obligations vis-à-vis des médias, de la sécurité et des conditions dans lesquelles se déroule le match

 


Les vingt stades de Ligue 1 en 2015-2016

  • Stade Ange-Casanova Ajaccio
  • Stade Jean-Bouin Angers
  • Stade Armand-Cesari Bastia
  • Matmut Atlantique Bordeaux
  • Stade Michel-d’Ornano Caen
  • Parc Olympique lyonnais Décines-Charpieu
  • Stade de Roudourou Guingamp Stade du Moustoir Lorient
  • Stade Vélodrome Marseille
  • Stade Louis-II Monaco
  • Stade de la Mosson Montpellier
  • Stade de la Beaujoire Nantes
  • Allianz Riviera Nice
  • Parc des Princes Paris
  • Stade Auguste-Delaune Reims
  • Roazhon Park Rennes
  • Stade Geoffroy-Guichard Saint-Étienne
  • Stadium Toulouse
  • Stade de l’Aube Troyes
  • Stade Pierre-Mauroy Villeneuve-d’Ascq

Images liées:

4.3.4 Remplacements

4.3.4 Remplacements

Remplacement

Le Groupement tente d’introduire le douzième homme en Championnat à partir de la saison 1959-1960. Dans un premier temps, un vote du 28 février 1959 décide que seul un gardien de but blessé pourra être remplacé. Un nouveau vote le 11 avril 1959 annule les décisions prises le 28 février. L’utilisation d’un remplaçant est finalement adoptée en 1967.

Lors de la première journée de la saison 1967-1968, le Red Star est la première formation a procéder à un changement dès la sixième minute de jeu. Un deuxième changement de joueur est autorisé depuis la saison 1976-1977. Aucun club n’utilise ses deux remplaçants lors de la première journée du championnat. Le LOSC et Rennes procèdent à leurs deux changements à l’occasion de la deuxième journée lors de matchs joués et perdus à l’extérieur le vendredi 13 août 1976. Le troisième changement est introduit en 1995.

Images liées:

4.3.3 Restriction du nombre d’étrangers

4.3.3 Restriction du nombre d’étrangers

En 1932-1933, la D1 compte 113 joueurs étrangers sur 387, soit 29,2 %. On monte à 35 % en 1933-1934. Leur nombre est ensuite limité à trois, puis à deux, sur le terrain dès 1938. Malgré ces restrictions, les clubs de D1 conservent en moyenne plus de cinq joueurs étrangers dans leur effectif jusqu’à la guerre. De 1945 à 1955, le nombre moyen de joueurs étrangers par club de D1 passe de 1 à 3,45. Paul Nicolas, président du Groupement des clubs autorisés, ferme les portes du championnat aux joueurs étrangers le 27 avril 1955. Ceux étant déjà sous contrat peuvent cependant rester (ils ne sont plus que 16 en D1 en 1960), mais aucun joueur étranger ne peut plus être recruté. L’objectif de Nicolas est de favoriser la formation au sein des clubs.

Entre 1961 et 1963, les clubs peuvent recruter un joueur étranger, mais la frontière est ensuite de nouveau fermée jusqu’en 1966. De nombreux joueurs africains profitent de la période de fermeture du marché étranger pour faire leur entrée en masse en D1. Les clubs jouent en effet sur la double nationalité de ces joueurs, tous nés sous autorité française, empire colonial oblige. À partir de 1966, le marché étranger ne sera plus jamais interdit aux clubs français. Le nombre de joueurs étrangers par club est d’abord limité à deux, puis à trois. L’arrêt Bosman modifie la donne en profondeur en créant de fait un marché européen ouvert à partir de la saison 1996-1997.

Images liées:

Categories