3 Personnalités

3 Personnalités

Les Présidents de USFSA

28
img11
Les Présidents de USFSA
coubertingDès 1894 est créé, à la demande de Pierre de Coubertin, un Comité Olympique Français (COF), qui ne fonctionne qu’à l’approche des Jeux pour préparer les athlètes participant à ces derniers.

Parallèlement, le Comité National des Sports (CNS) est créé en 1908 et sera officiellement mis en place en 1910. Initié par l’Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques, le CNS a vocation à regrouper en son sein des fédérations ou des unions pour traiter de questions communes.

En 1913, le COF est rattaché au CNS : les deux comités disposent d’un siège social commun, ont un bureau et un président uniques. En 1925, le COF et le CNS se dotent d’un bureau et d’une présidence distincts, mais le COF demeure placé sous l’égide du CNS.

Au cours des années qui suivent, les deux comités s’affirment dans leurs missions respectives : le COF assure le déplacement et l’hébergement de la délégation française à l’occasion des Jeux Olympiques, et le CNS traite de sujets transversaux à l’ensemble de ses membres. Sous l’influence du Comité International Olympique, le COF devient juridiquement indépendant en 1952. Dès lors le COF et le CNS coexistent.

Dès 1969 se développe un projet de fusion entre le CNS et le COF afin de reconstituer l’unité du mouvement sportif français. Après une modification des statuts du CNS et la dissolution du COF, le CNOSF voit le jour le 22 février 1972, sous la forme d’une association déclarée. Le CNOSF bénéficie de la reconnaissance d’utilité publique accordée en 1922 au CNS.

Compte tenu de son histoire, la nature du CNOSF est double :

Tout d’abord, il constitue l’unique représentant du CIO sur le territoire français. Ensuite, il a vocation à unir en son sein les fédérations sportives françaises, et donc indirectement les clubs affiliés à ces dernières et l’ensemble des licenciés. Il est le représentant de l’ensemble du mouvement sportif français.

Les présidents

Dès le début de l’automne 1894, diverses personnalités conseillées par Pierre de Coubertin constituent en France un Comité Olympique (COF) dont Félix Faure, président de la République, assure la présidence d’honneur. Le rénovateur des Jeux charge cet organisme qu’il préside, d’une part d’assurer la participation française aux premiers Jeux Olympiques et d’autre part de préparer la célébration de la seconde Olympiade prévue pour 1900 à Paris

Jusqu’en 1911, c’est-à-dire la durée de quatre Olympiades, le COF ne réussit pas à se structurer et à obtenir une stabilité. Dès que la célébration de l’Olympiade approche, un nouveau comité mené par Coubertin voit le jour et disparait dès la clôture des Jeux Olympiques.

En 1907, sous les auspices des membres français du ClO (Pierre de Coubertin, Ernest Callot, H. Hébrard de Villeneuve, Comte Albert Bertier de Sauvigny), un nouveau Comité Français s’assemble. La réunion constitutive a lieu à I’Automobile Club de France le jeudi 17 janvier 1907.

Deux fédérations (l’Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques et l’Union Vélocipédique de France) avaient souhaité, dès 1901, constituer un comité central des fédérations.
Durant six ans, l’idée chemine et, en 1908, les fédérations françaises des sociétés d’aviron et de boxe et la fédération nationale d’escrime se rallient à ce projet tandis que les unions des sociétés gymnastiques et de tir de France y apportent leur appui moral.

Grâce à Frantz Reichel, futur secrétaire général de l’organisme, le «Comité National des Sports, syndicat des Fédérations Sportives», car tel est son titre à sa création, voit le jour le 23 mai 1908, présidé par Duvigneau de Lanneau, C’est la raison pour laquelle cette date de création figure aujourd’hui dans les statuts du CNOSF.

Pierre de Coubertin, pour sa part, en plus d’être le premier président du COF, assurant ces fonctions au gré des reformations jusqu’en 1913, sera président du CIO de 1896 à 1925.

Les Présidents du C.N.S.

  • 1908-1909 : Duvigneau de Lanneau
  • 1909-1910 : Marquis de Chasseloup-Laubat
  • 1910-1911 : Albert Glandaz
  • 1911-1912 : Duvignaud de Lanneau
  • 1912-1913 : Albert Glandaz
  • 1913-1925 : Comte Justinien de Clary
  • 1925-1931 : Gaston Vidal
  • 1931-1947 : Jules Rimet
  • 1947-1967 : Alfred Uluère
  • 1967-1971 : Pierre Graux
  • 1971-1972 : François Chiarisoli

Les Présidents du C.O.F.

  • 1894-1913 : Pierre de Coubertin
  • 1913-1933 : Comte Justinien de Clary
  • 1933-1967 : Armand Massard
  • 1967-1971 : Comte Jean de Beaumont
  • 1971-1972 : Claude Collard

Livre_blanc_CNOSF_fr

logo

Les Présidents du C.N.O.S.F.

  • 1972-1982 : Claude Collard
  • 1982-1993 : Nelson Paillou
  • 1993-2009 : Henri Sérandour
  • Depuis 2009 : Denis Masseglia

On admet généralement que la « lignée » officielle est celle menant des présidents du COF à ceux du CNOSF. Par conséquent, Denis Masseglia est le 8ème président depuis 1894.

Charte ethique et de deontologie

Charte ethique et de deontologie du sport adoptee par AG CNOSF 2012.05.10

Henri Sérandour, président du CNOSF 1993-2009

serandour_2006_Henri Sérandour, président du CNOSF de 1993 à 2009
Né le 15 avril 1937 au Mans (Sarthe), décédé le 12 novembre 2009 à Dinard (Ile et Vilaine).

  • Ancien sportif de haut niveau (natation, water polo), enseignant en éducation physique et sportive, il devient Directeur des sports et de l’animation de la ville de Dinard en 1967, avant de prendre la présidence du Comité de Bretagne de natation en 1970.
  • Elu vice-président de la Fédération française de natation en 1976, il accède à sa présidence en 1981, fonction qu’il occupera jusqu’en 1993
  • Vice-président de la Ligue européenne de natation de 1984 à 1992, membre du bureau de la Fédération internationale de natation amateur de 1992 à 1996.
  • Vice-président du Comité National Olympique et Sportif Français de 1985 à 1993.
  • Chef de mission aux Jeux Méditerranéens de Bari en 1991
  • Chef de mission aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992.
  • Elu en 1993 à la présidence du CNOSF, il succède à Nelson Paillou. Il est ensuite réélu en 1997, en 2001 et le 11 mai 2005 pour un quatrième mandat.
  • Elu membre du Comité International Olympique (CIO) le 13 septembre 2000 à Sydney (Australie) lors de la 111ème session du CIO. Membre de la commission pour la culture et l’éducation olympique de 2001 à 2007.
  • Membre de la commission exécutive du Comité International des Jeux Méditerranéens (CIJM).
  • Membre fondateur vice-président du Comité de candidature Paris 2012.
  • Henri Sérandour est chevalier de la Légion d’honneur, officier dans l’Ordre national du mérite, officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres et chevalier dans l’Ordre des palmes académiques. Docteur honoris causa de l’Université de Cluj (Roumanie) depuis le 25 octobre 2001.

Présidence, Denis Masseglia depuis 2009

Denis MassegliaDenis Masseglia, Né le 23 novembre 1947, à Marseille (Bouches du Rhône)

  • Agrégé de sciences physiques,International d’aviron en 1969, 1970, 1974, champion de France,
  • Depuis le 19 mai 2009 : Président du CNOSF
  • 1er Vice-président du Comité International des Jeux Méditerranéens
  • Secrétaire Général de l’Association Francophone des Comités Nationaux Olympiques
  • 2005-2009 : Membre du bureau exécutif du CNOSF en charge de la communication et du marketing.
  • Depuis 1999 : Membre du Conseil de la Fédération Internationale des Sociétés d’Aviron (FISA).
  • 2001-2005 : Secrétaire Général du CNOSF.
  • 1993-2001 : Vice-président délégué du CNOSF en charge de la communication et du marketing.
  • 1989-2001 : Président de la Fédération Française des Sociétés d’Aviron (FFSA).
  • Président du Cercle de l’Aviron de Marseille.
  • Ancien président : Henri Sérandour

Personnalités-Dirigeants

Dirigeants

De 1894, date de création du championnat, à la fin des années 1910, peu de dirigeants se consacrent exclusivement au football, que ce soit au sein de l’USFSA ou des clubs, qui sont omnisports. De ce fait, les taches administratives sont directement assurées par les joueurs eux-mêmes. L’USFSA siégeant à Paris, la commission de football de l’USFSA est donc composée de joueurs issus des différents clubs parisiens. Les Britanniques résidant à Paris, déjà responsables de la création des premiers clubs comme le Standard Athletic Club ou les White Rovers, vont aussi administrer le football français.

Répartition par clubs des membres de la commission de football de l’USFSA de 1894 à 1910

    Club Nbre Club Nbre Club Nbre Club Nbre
Standard AC 13 UA 1er Arr. 4 CA Ste Générale 2 CA 14è Arr. 1
Club Français 12 United SC 4 Métropolitan Club 2 CA Dioysien 1
Paris Star 6 White Rovers 4 Nationale St-Mandé 2 CA Français 1
CP Asnières 5 Gallia Club 3 Red Star AC 2 FEC Levallois 1
RC France 5 AS Internationale 2 SA Montrouge 2 Stade Français 1
US Parisienne 5 CA Paris 2 UA Saint-Mandé 2 Stade Neuilly 1

Sur les 83 membres de la commission de football répertoriés par Julien Sorez entre 1894 et 1910,  sont Britanniques, pour un Belge et 53 Français, soit environ un tiers de Britanniques. Ainsi, Jack Wood (White Rovers), William Attrill ou encore Neuville Tunmer (Standard AC), siègent pendant les quatre premières années de la commission. Ce dernier est remplacé par son frère Alfred-Adrien, alors capitaine du RC France, qui devient un membre incontournable de la commission. L’influence britannique se fait par exemple ressentir sur l’organisation du championnat, puisque c’est Neuville Tunmer qui propose pour la saison 1896 que soit adoptée une formule de championnat sur le modèle choisi par la Fédération anglaise de football.

Images liées:

Personnalités-joueurs

Personnalités – Joueurs

Pierre_Allemane_1906-11-01Pierre Allemane en 1906, international français vice-champion avec le Club français en 1900 et champion avec le RC France en 1907. De 1894 à 1901, seuls quatre clubs terminent champion ou vice-champion : le Standard AC, les White Rovers, Le Havre AC et le Club français. Si les trois premiers sont composés majoritairement de Britanniques pionniers du football en France, le quatrième accueil surtout des joueurs français.

Le Standard AC remporte les premiers titres grâce à des joueurs comme le père et le fils Wynn, Hicks, les frères Alfred-Adrien et Neuville Tunmer, Leguillard, le seul français du premier titre de 1894, ou encore William Attrill, seul joueur encore présent lors du titre de 1901. Les White Rovers, quatre fois vice-champion, comptaient entre autres dans leurs rangs les frères Wood, dont Jack, qui devient aussi arbitre, officiant notamment lors des finales de 1902, 1903 et 1905. Le Havre AC gagne deux fois le championnat avec la présence en 1900 de Charles Wilkes, futur international français, qui joue avec son frère Alfred.

Le Club français étant la seule société composée de Français à s’illustrer sur cette période, plusieurs de ses membres sont choisis pour représenter la France aux Jeux olympiques d’été de 1900 à Paris. L’ossature de l’équipe championne en 1896 puis trois fois vice-championne de 1898 à 1900 compose l’équipe : le gardien Lucien Huteau, qui n’encaisse que deux buts la saison du titre à seulement 17 ans, l’avant Georges Garnier, qui prendra part aux trois premiers matchs officiels de l’équipe de France, Gaston Peltier, Eugène Fraysse, seulement 16 ans lors du titre de 1896 et auteur en 1897 avec Neuville Tunmer du Standard AC du premier ouvrage français relatif au football, Football association, et trois jeunes récemment entrés dans l’équipe, Louis Bach, Fernand Canelle et Pierre Allemane, vice-champion en 1900 et futur champion avec le RC France en 1907, les deux derniers devenant aussi internationaux.


Léon_DublyLéon Dubly en 1904, triple champion de France avec le RC Roubaix entre 1902 et 1904.
Le RC Roubaix participe à toutes les finales de 1902 à 1908, pour cinq titres de champion. L’équipe connait peu de changements sur la période. L’arrière droit George Scott, un Britannique résidant à Roubaix pour raisons professionnelles, est le seul joueur du club à participer à toutes les finales et à remporter les cinq titres. Le gardien André Renaux remporte quatre titres, tandis que son frère Charles en gagne trois. L’avant Émile Sartorius ne manque que la finale de 1903.

Il remporte donc lui aussi quatre titres, comme l’ailier gauche Georges Hargrave. Les avants André François et Albert Jenicot gagnent trois titres. Avec les frères Renaux, l’ossature de l’équipe roubaisienne est aussi formée par la fraterie Dubly, dont les sept frères sont tous sportifs. Cinq d’entre autres participent aux finales du club : Albert, André, Léon, Maurice et Jean, seul André n’étant pas champion. Le sixième, Jules, est quant à lui champion avec l’US tourquennoise en 1910. Le cadet, Raymond, ne rejoint le club qu’en 1911 et ne participe pas aux finales.

André n’étant pas champion. Le sixième, Jules, est quant à lui champion avec l’US tourquennoise en 1910. Le cadet, Raymond, ne rejoint le club qu’en 1911 et ne participe pas aux finales .

Andreas_Scheibenstock_1919

Le gardien Andreas Scheibenstock en 1919, champion de France avec le Stade helvétique de Marseille en 1909.  Après la domination des Britanniques dans les années 1890, les Suisses du Stade helvétique de Marseille remportent trois titres entre 1909 et 1913. Cinq joueurs en gagne deux : Eugen Hippenmeier, les deux frères Hattenschwyler, Baïerle et René Scheibenstock. Comme les frères Dubly, la fraterie Scheibenstock compte d’autres footballeurs.  Andreas et Henri remportent eux aussi un titre avec le SH Marseille, tandis que le cadet Charley devient vice-champion avec l’Olympique de Marseille en 1919.

Le titre de 1912 du Stade raphaëlois est encore une histoire de famille, puisque l’équipe composée de plusieurs Britanniques compte les trois frères Sergent et leur beau-frère Wallace, Victor ayant déjà remporté le championnat en 1907 avec le RC France.

Alphonse Six, international belge champion de France avec l'Olympique lillois en 1914.Alphonse Six, international belge champion de France avec l’Olympique lillois en 1914. Parmi les joueurs champion de France, quelque-uns se sont ensuite investie dans la diffusion du football. Ainsi, le Sétois Georges Bayrou devient champion avec les Parisiens du Gallia Club en 1905 avant de devenir un dirigeant important du FC Sète. Il participe activement à la mise en place en 1932 du championnat de France professionnel par le Groupement des Clubs autorisés, qu’il préside fin 1953 avant de décéder.

Gabriel_Hanot_1910Le deuxième grand acteur du football en France champion de France est le Nordiste Gabriel Hanot. Titré avec l’US tourquennoise en 1910, il occupe le poste de sélectionneur de l’équipe de France aux côtés de Gaston Barreau de décembre 1945 au 16 juin 1949. Il devient aussi journaliste sportif au Miroir des Sports puis à L’Équipe, et est à l’origine de la création de la Ligue des champions, la plus importante compétition européenne de clubs, et du Ballon d’or, la distinction la plus honorifique du football. Les performances des joueurs dans le championnat de France de l’USFSA leurs permet de se faire remarquer par le comité de sélection de l’équipe de France, géré par l’USFSA, et d’y gagner leur place dans l’équipe nationale.

Toutefois, à cause du conflit entre l’USFSA et le CFI, les footballeurs de l’Union ne peuvent plus être sélectionnés entre 1908 et 1913. Ils sont ainsi trente joueurs à avoir remporté le championnat de France et à avoir porté le maillot de l’équipe de France. Le Nord est alors un vivier important de l’équipe de France, avec dix-neuf de ces internationaux proviennent provenant du RC Roubaix, de l’US tourquennoise et de l’Olympique lillois. Le champion de France le plus capé est Jean Ducret avec vingt sélections, suivi de Gabriel Hanot avec douze, Henri Moigneu et Marcel Vanco avec huit et Pierre Allemane avec sept. Outre les internationaux français, un international belge a aussi remporté le championnat, Alphonse Six, huit buts pour neuf sélections. Aucun des Britanniques et des Suisses champion de France n’ont été sélectionnés par leur équipe nationale.

Liste des joueurs internationaux champions de France

LP Joueur LC Club  Sélect
Belgique Alphonse Six(Bel) lc-olympique-lillois Olympique lillois 9
France Jean Ducret lc-olympique-lillois Olympique lillois 20
France Gabriel Hanot Logo-USTFC US tourquennoise 8
France Henri Moigneu Logo-USTFC US tourquennoise 8
France Pierre Allemane RC France 7
France Robert Accard Le Havre AC 6
France André François Rc_roubaix RC Roubaix 6
France Adrien Filez Logo-USTFC US tourquennoise 5
France Albert Parsys Logo-USTFC US tourquennoise 5
France Émile Sartorius Rc_roubaix RC Roubaix 5
France Victor Sergent RC France/St. Raphaëlois 5
France Albert Rénier Le Havre AC 4
France Charles Wilkes Le Havre AC 4
France Paul Chandelier lc-olympique-lillois Olympique lillois 3
France Georges Garnier Club français 3
France Albert Jenicot Rc_roubaix RC Roubaix 3
France Charles Montagne lc-olympique-lillois Olympique lillois 3
France Jean Degouve lc-olympique-lillois Olympique lillois 2
France Albert Eloy lc-olympique-lillois Olympique lillois 2
France Maurice Gravelines lc-olympique-lillois Olympique lillois 2
France Victor Denis Logo-USTFC US tourquennoise 1
France Jean Dubly Rc_roubaix RC Roubaix 1
France Jules Dubly Logo-USTFC US tourquennoise 1
France René Fenouillère RC France 1
France Raymond Frémont Le Havre AC 1
France Albert Jouve Gallia_Club_Logo Gallia Club 1
France André Puget RC France 1
France André Renaux Rc_roubaix RC Roubaix 1
France Charles Renaux Rc_roubaix RC Roubaix 1

Images liées:

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football