Coupe Peugeot 1930-1932

Coupe Peugeot 1930-1932

Coupe de Peugeot 1931-1932

peugeot

La Coupe Peugeot dite « Coupe de Sochaux »

Généralités
Sport : Football
Organisateur(s) : Peugeot
Edition(s) : 2ème
Création : 1930
Disparition : 1932
Périodicité : 1931-1932
Lieux : France.pingFrance
Statuts des participants : Amateurs
Nbre de participants : 20 clubs
Stade
Stadebuffalo1922
Finale jouée :  le 5 Juin 1932 au Stade Buffalo (Montrouge)
Trophée

peugeot

Palmarès
Vainqueur : FC Mulhouse(1)
Finaliste : Stade Français
joueur__kfadth
Les buteur(s)
Nbre de but(s) : but.png  6 buts
FC Mulhouse  : but.pngbut.pngbut.pngbut.png
Stade Français : but.pngbut.png
Meilleur(s) buteurs :

Deuxième édition (1931-1932)

L’épreuve se joue en quatre groupes de cinq équipes rencontrant chacune des quatre autres équipes à deux reprises. Les quatre vainqueurs de groupes se qualifient pour les demi-finales2

Palmarès

Année LC Equipe Score LC Equipe
1930-1931 FCSM-1930 FC Sochaux Montbéliard 6-1 o-lillois Olympique Lillois
1931-1932 FC Mulhouse FC Mulhouse 4-2 LeStadeFrançais-logo Stade Français

 

Les participants (8) 

LP Année LC Equipe – Poule A
France.ping 1931-1932 FCSM-1930 FC Sochaux-Montbéliard
France.ping 1931-1932 Roubaix RC RC Roubaix
France.ping 1931-1932 Ancien_logo_fc_sète Club de Sète
France.ping 1931-1932 175px-Logo_RED_STAR_OA Red Star Olympique
France.ping 1931-1932 1931 SO Montpellier
LP Année LC Equipe – Poule B
France.ping 1931-1932 LeStadeFrançais-logo Stade Français
France.ping 1931-1932 EAC Roubaix Excelsior Athlétic Club de Roubaix
France.ping 1931-1932 Écusson traditionnel du FC Rouen FC Rouen
France.ping 1931-1932 Racing_Paris_(1932-1966).svg Racing Club de France
France.ping 1931-1932 Logo_OGC_Nice_1948-1992 OGC Nice
LP Année LC Equipe – Poule C
France.ping 1931-1932 175px-Logo_RED_STAR_OA Red Star Olympique
France.ping 1931-1932 AS Cannes AS Cannes
France.ping 1931-1932 o-lillois Olympique Lillois
France.ping 1931-1932 Amiens SC Amiens AC
France.ping 1931-1932 Stade_havrais Stade Havrais
LP Année LC Equipe – Poule D
France.ping 1931-1932 FC Mulhouse FC Mulhouse
France.ping 1931-1932 CA_Paris.svg CA Paris
France.ping 1931-1932 Valentigney AS AS Valentigney
France.ping 1931-1932 CO_Roubaix_Tourcoing.svg US Tourcoing
France.ping 1931-1932 logoom03 Olympique de Marseille

palmares

LC Equipe Score LC Equipe
FCSM-1930 FC Sochaux Montbéliard 6-1 o-lillois Olympique Lillois
FC Mulhouse FC Mulhouse 4-2 LeStadeFrançais-logo Stade F

Demi-finales

A Montpellier, le 29 mai 1932

Année LC Equipe Score LC Equipe
1931-1932 LeStadeFrançais-logo Stade Français  3-0 Ancien_logo_fc_sète FC Sète

A Strasbourg, le 29 mai 1932

Année LC Equipe Score LC Equipe
1931-1932 FC Mulhouse FC Mulhouse   2-1 175px-Logo_RED_STAR_OA Red Star Olympique

finale

Au Stade Buffalo (Montrouge), le 5 juin 1932

Année LC Equipe Score LC Equipe
1931-1932 FC Mulhouse FC Mulhouse   4-2 LeStadeFrançais-logo Stade Français

Images liées:

Histoire de Peugeot

Histoire de Peugeot : Famille Peugeot

La famille Peugeot est une dynastie industrielle française. Bien que divisée par plus de deux en un an, c’est la 36e fortune de France en 2012 avec 1 355 M€. C’est une grande famille protestante, composée d’environ 300 porteurs de parts qui possèdent 14% du capital du groupe PSA Peugeot Citroën, via deux holdings, Établissements Peugeot frères (EPF) et la foncière, financière et de participation (FFP). La famille Peugeot de Vandoncourt près de Sochaux dans le pays de Montbéliard en Franche-Comté (alors principauté de Montbéliard, appartenant aux ducs de Wurtemberg) est connue depuis le XVe siècle. Les Peugeot sont agriculteurs, meuniers et notables, de religion protestante luthérienne, engagés.

Jean-Pierre Ier Peugeot, meunier teinturier

Jean-Pierre Ier Peugeot (1734-1814) fils de Jean-Jacques (1699-1741) meunier à Hérimoncourt dirige une entreprise de teinturerie et de meunerie d’huile ou de céréales, avec la construction de plusieurs moulins, dans une région riche en cours d’eau/

Jean-Pierre II et Jean-Frédéric Peugeot, fonderie d’acier, métallurgie

Peugeot_CoEn 1810, Jean-Pierre II (1768-1852) et Jean-Frédéric Peugeot. Les deux fils aînés de Jean-Pierre Ier, s’orientèrent vers la métallurgie ;  le moulin du lieu-dit Sous-Cratet est transformé en fonderie d’acier. De leur côté, Charles-Christophe et Jean-Jacques Peugeot continuèrent l’activité dans le textile et s’installèrent au lieu-dit La Chapotte.

Fin 1814, la fonderie n’est pas rentable et est abandonnée. L’entreprise se reconvertit alors dans la production de ressorts pour mécanismes d’horlogerie. En 1819, la société changea son nom en « Peugeot Frères Aînés et Cie ». Les Peugeot utilisent leur brevet de laminage à froid. À partir de 1825, une nouvelle usine de laminage à chaud est construite à Valentigney au sud de Sochaux et Montbéliard au bord du Doubs.

En 1832, Jean-Pierre II et Jean-Frédéric s’associèrent avec Jacques Maillard-Salins d’une grande famille d’industriels horlogers du Haut-Doubs. Ils fondèrent « Peugeot Frères Aînés et Jacques Maillard-Salins ». Deux nouvelles usines sont construites dans les environs de Sochaux : Terre-Blanche à Hérimoncourt en 1839 et Beaulieu / Mandeure en 1853 en bordure du Doubs.

Jules et Émile Peugeot

Jules (1811-1889, École centrale Paris) et Émile Peugeot (1815-1874) succèdent à la tête de la société à leur père Jean-Pierre (1768-1852). Elle deviendra « Établissements Peugeot Frères ».

En 1847, les frères Peugeot font appel à Justin Blazer, orfèvre et graveur de Montbéliard, afin de créer leur emblème et se distinguer de la concurrence. Ils choisissent le Lion aux qualités analogues à celles des lames de scies produites : résistance, souplesse et rapidité. Une marque en forme de lion était déjà utilisée pour la meilleure qualité d’acier, une marque en forme de croissant de Lune pour la seconde et une marque en forme de main pour la troisième.

Le logotype est déposé en 1858 au Conservatoire impérial des Arts et Métiers et sera apposé sur les outillages, les cycles et les motos. Il apparaîtra sur les automobiles en 1905. Les Peugeot exploitent les domaines forestiers familiaux de hêtres, fabriquant toutes sortes d’outillage à main pour l’artisanat, l’industrie et l’agriculture, des lames de ressort pour l’horlogerie et des baleines de corsets pour l’habillement féminin.

Emile Peugeot puis sa fille Lucy, protestants et fervents pratiquants, sont des pionniers en matière sociale. Ils créent et financent diverses institutions de secours, une caisse de pensions pour les veuves en 1811, une assurance mutuelle sociale en 1853 près de 100 ans avant la sécurité sociale créée en 1945, des logements à bas prix pour leurs salariés, l’hôpital du Rocher à Valentigney en 1870 où les ouvriers accidentés sont soignés gratuitement et un système de caisse de retraite ouvrière en 1876.

En 1871, ils établissent la durée du travail à 12 heures par jour. En 1865, Jules et Émile commencent à passer la main à leurs fils respectifs, Eugène (1844-1907, HEC) et Armand (1849-1915, ingénieur de l’École centrale Paris).

Sous le Second Empire, l’industrie Peugeot est importante et prospère.

Armand_PeugeotEn 1882, fabrication en série avec succès du grand-bi, puis celle des tricycles et en 1886 les bicyclettes à roues égales et transmission par chaîne avec 16 000 unités en 1897 et 20 000 en 1900.

En 1889, Peugeot emploie 700 personnes à Valentigney, 300 à Beaulieu / Mandeure et 900 à Terre-Blanche / Hérimoncourt. Armand Peugeot, jeune ingénieur diplômé des Arts et Manufactures de Paris (École centrale Paris), féru de moteurs, technologie alors en plein essor, décide de fabriquer des automobiles. Il débute par l’exposition de quatre prototypes de Peugeot type 1, des tricycles équipés de chaudière à vapeur de Léon Serpollet sur le stand Peugeot dans la galerie des « machines et des progrès techniques » à l’Exposition universelle de Paris.

Armand découvre alors durant cette exposition le nouveau moteur à explosion à essence de l’inventeur allemand Gottlieb Daimler (Daimler Motoren Gesellschaft) qui fait fabriquer son moteur par Panhard et Levassor. Dès la fin de l’exposition, Émile Levassor propose à Armand Peugeot de construire un quatricycle, le type 2 suivi un an plus tard du type 3. C’est le début de l’empire automobile Peugeot amorcé par Armand.

En 1892, « Etablissements Peugeot Frères » devient « les Fils de Peugeot Frères » et Armand Peugeot veut développer la construction automobile alors que son cousin Eugène Ier reste hostile à cette invention à laquelle il ne croit pas. En juillet 1894, « les Fils de Peugeot Frères » et « Panhard et Levassor » se partagent le premier prix du concours Paris-Rouen, qui fut organisé par le quotidien Le Petit Journal.

Le 2 avril 1896, Armand Peugeot se sépare des activités de « les Fils de Peugeot Frères » et fonde la « société des automobiles Peugeot » avec des usines à Audincourt et à Lille, alors qu’Eugène Ier avec « les Fils de Peugeot Frères » continue à fabriquer des bicyclettes, motos, tricycles et quadricycles avec ou sans moteur et également des outils, des articles ménagers, des moulins à café, etc. En 1897, Armand Peugeot vend avec succès 54 voitures puis 156 en 1898 et 500 en 1900. Armand Peugeot est donc bel et bien le seul et unique fondateur de la branche automobile. Il est donc tout à fait faux d’y associer le peu clairvoyant Eugène, comme on peut le lire parfois par erreur.

Pierre Ier, Robert Ier et Jules Peugeot

Jules_Goux_and_Robert_Peugeot_at_the_1914_French_Grand_Prix

En 1905, Pierre Ier (1871-1927), Robert Ier (1873-1945) et Jules Peugeot (1882-1959), les trois fils d’Eugène sortent une voiturette de marque « Lion-Peugeot » contre la volonté de leur père toujours hostile à l’automobile. Leur société « les Fils de Peugeot Frères » fusionne à nouveau avec « Automobile Peugeot » de leur grand cousin Armand Peugeot en février 1910 après que leur père fut décédé en 1907. Robert Peugeot devient chef de famille et prend la tête du groupe Peugeot. En 1912, ouverture du nouveau site industriel Peugeot de Sochaux.

En 1914, la Première Guerre mondiale met un coup d’arrêt à l’évolution et à la prospérité de Peugeot. Les usines sont mobilisées pour l’effort de guerre et fabriquent des vélos, des voitures, des camions, des chars, des moteurs d’avions, des bombes et des obus en imposant définitivement la nouvelle ère de la grande série. En 1919, Peugeot est techniquement dépassé par la nouvelle concurrence anglaise et américaine des surplus militaires et s’endette lourdement. En 1926, la partie rentable de fabrication de cycles est séparée de l’automobile déficitaire.

Jean-Pierre III Peugeot, le club de football FC Sochaux et la guerre

En 1928, Jean-Pierre III Peugeot (1896-1966), fils de Robert prend la direction de Peugeot et devient le président du club de football qu’il vient de créer : le Football Club Sochaux-Montbéliard (FC Sochaux).  En 1940-1945, durant la Seconde Guerre mondiale, les usines Peugeot sont occupées et sabotées. Article détaillé : Peugeot pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1953, Peugeot réintègre toutes ses différentes entités sous le nom unique Peugeot. Mi-1966, constitution de PSA (Peugeot Société Anonyme) qui assure une gestion financière unique pour l’ensemble du groupe (automobiles, cycles, aciers et outillages).

Roland Peugeot

En 1966, décès de Jean-Pierre III Peugeot. Son fils Roland (1926) lui succède à la tête de la société et François Gautier est nommé PDG20 par la famille Peugeot. Il est le premier dirigeant à ne pas être un membre de la famille. En 1976, Peugeot achète 90 % du capital de Citroën à Michelin à la suite de la demande du gouvernement français pour sauver la marque au bord du dépôt de bilan. Le groupe devient alors PSA Peugeot Citroën, société à directoire (présidé par F. Gautier) et conseil de surveillance (présidé par Roland). Les deux marques sont dissociées et restent indépendantes.

En 1978, PSA rachète les filiales européennes de Chrysler dont Simca en France. En 1982, PSA connaît alors de très graves difficultés financières et la famille Peugeot fait appel aux services de l’énarque Jacques Calvet. Emblématique et médiatisé, il dirige le groupe durant 13 ans à partir de 1984 (voir PSA Peugeot Citroën) comme président du directoire. Jean-Martin Folz lui succède de 1997 à 2006 (voir PSA Peugeot Citroën).

Pierre II Peugeot

Pierre II Peugeot (1932-2002), cousin de Roland, est le seul membre de la famille à avoir eu un siège au directoire de PSA de 1972 à 1998. Il a joué un rôle essentiel pendant cette période dans le développement du groupe PSA Peugeot Citroën, dans la détermination de sa stratégie et dans sa mise en œuvre. En 1988, il inaugure le Musée de l’Aventure Peugeot sur le site industriel historique de Sochaux.

En 1998, il remplace Roland à la présidence du Conseil de Surveillance de PSA et de la holding cotée qui détient la plus grande partie de la participation de la famille dans le groupe PSA ainsi que des actifs de diversification (FFP). À ces postes, il veille à renforcer Faurecia (filiale de PSA dans les équipements automobiles) par des acquisitions successives. Il fait en sorte d’augmenter la participation de la famille dans le groupe PSA, laquelle avait été diluée dans les années 1980, et commence à diversifier les actifs de FFP.

Thierry Peugeot

En 2002 à la mort de son père Pierre, Thierry Peugeot (1956), diplômé de l’ESSEC, est élu président du conseil de surveillance du groupe PSA Peugeot Citroën et son cousin issu de germains Jean-Philippe Peugeot (1953) en est vice-président. Sa sœur Marie-Hélène Roncoroni (1960) siège avec lui au conseil de surveillance de PSA comme représentants de la FFP.

Fin 2006 , le dirigeant le plus important de la famille nomme Christian Streiff pour succéder à Jean-Martin Folz à la tête de PSA début 2007 avant qu’il ne soit débarqué début 2009. Ses cousins ne lui pardonneront pas ce choix, qu’ils considèrent comme une erreur de casting. Le choix de Streiff à la place de Robert Peugeot, alors à la tête de la direction de l’innovation et de la qualité (DINQ), cristallise des tensions au sein de la famille qui pourraient resurgir si elle devait arbitrer une fusion avec un autre constructeur.

Le 2 juin 2009, il déclare que les objectifs de la famille Peugeot sont « croissance, rentabilité et indépendance » et qu’elle « n’est pas du tout opposée à regarder un certain nombre d’alliances ou de rapprochements. […] Ce que nous voulons, c’est une stratégie de croissance et de rentabilité, dans laquelle nous restons indépendants ». Pourtant, en février 2014, il se résout à ce que la famille Peugeot ne soit plus le premier actionnaire lorsque sa part du capital est ramenée de 25,4 % à 14 %.

Xavier Peugeot

Xavier Peugeot (1964), fils de Pierre Peugeot, frère cadet de Thierry Peugeot, travaille au sein du groupe PSA Peugeot-Citroën depuis 1993. Auparavant Directeur Marketing et Communication, la Marque au Lion a annoncé début 2012 que Xavier Peugeot était nommé Directeur du Produit. Cette nomination semblait tout à fait évidente et logique pour celui qui était à l’origine, avec ses équipes, de la nouvelle image du constructeur depuis 2010 et de sa montée en gamme. Grâce à lui, la réussite de cette stratégie, portée par les 3008, 508 et RCZ, a pu aboutir.

Depuis fin 2014, après avoir effectué sa tâche en tant que directeur de produit chez Peugeot, Xavier Peugeot s’occupe de la direction du produit Citroën. Il est également Président de l’Aventure Peugeot depuis 2009, association qui avait été créée par son père Pierre Peugeot, en 1982.

Robert II Peugeot

Robert II Peugeot (né en 1950), cousin issu de germains de Thierry et de Xavier, est ingénieur de l’École centrale. Après être passé chez Citroën, il a été à la tête de la direction de l’innovation et de la qualité (DINQ) sous l’ère Folz où il a participé notamment à la fondation du centre de style de Vélizy. Briguant la direction de PSA, il est supplanté par Christian Streiff.

Robert II Peugeot est nommé au conseil de surveillance de PSA et au conseil d’administration de Faurecia. Il reste PDG depuis 2002 de la société FFP. Il a reçu la Légion d’honneur début juin 2010 des mains du ministre Éric Woerth. Après avoir été victime le 5 décembre 2009 d’un vol de lingots d’or à son domicile parisien et un rendez-vous rapide avec le ministre, le préjudice qu’il fait valoir est de 150 000 €, alors que des déclarations initiales faisaient état de 500 000 €, ce qui soulève l’interrogation de la presse sur une possible sous-déclaration de son patrimoine.

Christian Peugeot

Christian Peugeot (1953),second fils de Bertrand Peugeot et frère de Robert II, diplômé HEC en 1976, après plusieurs postes opérationnels dans le groupe PSA : Directeur Général de la marque Peugeot en Allemagne, puis Directeur Marketing Central pour Citroën et Peugeot, il devient directeur des Affaires publiques et délégué aux Relations extérieures du groupe PSA. Il est par ailleurs président de l’Union des fabricants depuis 2009, et vice-président d’EPF.

Faits divers dans la famille Peugeot

Le 12 avril 1960, Éric Peugeot, quatre ans et demi, fils de Roland et Colette Peugeot, est enlevé dans le parc à enfants du golf de Saint-Cloud. Une demande de rançon ponctuée de menaces de mort est retrouvée près du toboggan où jouait le petit garçon. L’opinion publique est en émoi. Les parents cèdent au chantage en remettant au ravisseur la somme de 50 millions de francs français. La somme est remise en billets à Paris, passage Doisy.

Le petit Éric retrouve la liberté 48 heures seulement après son enlèvement. Il faudra onze mois d’enquête pour que les preneurs d’otage, Pierre-Marie Larcher et Robert Rolland, soient arrêtés le 5 mars 1961 et traduits en justice, la police ayant été alertée par un indicateur sur les dépenses extravagantes de ces deux habitués de Megève. Ils sont condamnés à vingt ans de réclusion criminelle.

L’enfant fut séquestré dans un pavillon de Grisy-les-Plâtres, un village situé dans le département du Val-d’Oise. Les kidnappeurs ont avoué qu’ils ont ciblé la famille Peugeot au hasard dans le bottin mondain et qu’ils se sont inspirés de l’enlèvement du bébé Lindbergh et du roman noir Le Rapt de Lionel White.

Coupe Peugeot 1930-1931

peugeot

La Coupe Peugeot dite « Coupe de Sochaux »

FCSM-1930
Généralités
Sport : Football
Organisateur(s) : Peugeot
Edition(s) : 1ère
Création : 1930
Disparition : 1932
Périodicité : 1930-1931
Lieux : France.pingFrance
Statuts des participants : Amateurs
Formule et Nombre : 8 équipes sont réparties en deux groupes de quatre Elles se rencontrent par matchs aller/retour. Les 2 vainqueurs de poule se disputent la finale
Nbre de participants : 8 clubs
Finale jouée : au Parc des Princes, Paris
Le Trophée

peugeot

Palmarès
Vainqueur : FC Sochaux-Montbéliard
Finaliste : Olympique Lillois
joueur__kfadth
Les buteur(s)
Nbre de but(s) : but.png 7 buts
 FC Sochaux Montbéliard : France.pingCropper(20px-ballon20px-ballon), France.pingL.Laurent (20px-ballon20px-ballon), France.pingMaschinot(20px-ballon), France.pingMiller(20px-ballon)
Olympique Lillois : (20px-ballon)
Meilleur(s) buteurs :

 

De 1894 à 1929 furent organisés divers Championnats de France Amateur. Les différents systèmes employés ne firent pas l’unanimité (en fait il s’agissait de matchs par éliminations entre les différents champions régionaux). Aussi après l’interruption en 1929, à l’initiative de M. Jean-Pierre Peugeot (les Automobiles Peugeot, basées à Sochaux, sont à l’origine de l’essor du football dans la région) le Football Club Sochaux-Montbéliard va organiser, par invitations, un championnat officieux avec des rencontres aller-retour.

Deux groupes de 4 sont constitués et les vainqueurs de chaque groupe se rencontreront pour une « finale ». La Fédération Française de Football Association (FFFA), donne son accord et c’est le comité du FCSM qui se chargera de l’organisation. Le 30 août 1930 la compétition débute et l’Olympique Lillois bat 2-0 le Football Club de Mulhouse. La Coupe Peugeot, connue également sous le nom de Coupe Sochaux, est une compétition française de football créée à l’initiative de Jean-Pierre Peugeot.Il souhaite organiser une compétition réservée aux meilleurs clubs de France.

En effet, il n’existe pas de championnat de football à caractère national depuis 1914, si l’on excepte les poussives tentatives fédérales de 1927 à 1929, boudées par les clubs, le public et les médias. Le statut professionnel fut voté par la FFF dès l’été 1930 avec mise en application prévue en 1932, et la question du maintien des ligues régionales ou de la création d’un championnat à caractère national fait débat.

La première édition eu lieu en 1930 et réunit douze équipes. Cette épreuve durera deux saisons avec pour vainqueurs Sochaux en 1931 et Mulhouse en 1932. Le championnat de France professionnel lui succédera en 1932-1933.

Palmarès

Année LC Equipe Score LC Equipe
1930-1931 FCSM-1930 FC Sochaux Montbéliard 6-1 o-lillois Olympique Lillois
1931-1932 FC Mulhouse FC Mulhouse 4-2 LeStadeFrançais-logo Stade Français

Première édition (1930-1931)

Formule les huit équipes se rencontrent par matches aller-et-retour dans une poule unique. Les deux premiers de la poule se disputent la finale. France (Coupe Sochaux) 1930-1931 Le Football Club de Sochaux a été fondée en 1928 et a fusionné avec l’Association Sportive de Montbéliard en 1930 Le nouveau club, le Football Club de Sochaux-Montbéliard parrainé par les Automobiles Peugeot et son patron Jean-Pierre Peugeot, a décidé de créer un championnat unofficail .  En fait, tous les joueurs du FC Sochaux-Montbéliard a travaillé pour le constructeur automobile.

 

C’était comme de nombreux clubs en France à cette époque une sorte de shamateurism. Ainsi, la création d’une ligue était nécessaire notamment en raison de la fin de la Championnnat de France amateur (CFA) en 1929 qui a duré seulement trois saisons. Dans l’espoir de lancer un groupe de pression et influencer le changement à l’intérieur de la Fédération Française de Football, le club a créé ce concours sur invitation.

Après deux éditions, la Coupe Sochaux a été interrompu en raison de la création d’une véritable ligue professionnelle en France a annoncé le 7 Janvier 1932 c’est pourquoi la concurrence est considéré comme le précurseur direct de la Ligue française.

Les participants (8) 

LC Equipe
FCSM-1930 FC Sochaux-Montbéliard
Roubaix RC RC Roubaix
logoom03 Olympique de Marseille
175px-Logo_RED_STAR_OA Red Star Olympique
o-lillois Olympique Lillois
Ancien_logo_fc_sète Club de Sète
FC Mulhouse FC Mulhouse
LeStadeFrançais-logo Club Français

L’OM participa en 1930/1931 mais ne poursuivit pas la saison suivante car l’opération fut déficitaire sur le plan financier. Les huit équipes se rencontrérent par matches aller-et-retour dans deux poules de quatre.

Les deux premiers de la poule se disputent la finale.

Poule 1 et Poule 2

LC Equipe – Poule 1
FCSM-1930 FC Sochaux-Montbéliard
Roubaix RC RC Roubaix
logoom03 Olympique de Marseille
175px-Logo_RED_STAR_OA Red Star Olympique
LC Equipe – Poule 2
o-lillois Olympique Lillois
Ancien_logo_fc_sète Club de Sète
FC Mulhouse FC Mulhouse
LeStadeFrançais-logo Club Français

 

1921: Le club devient AS Montbéliard-Sochaux, tenant ainsi compte du développement économique et démographique de la ville sochalienne.

FC Sochaux 1929 1928: Jean-Pierre Peugeot, patron des Automobiles Peugeot décide de construire un club de haut niveau. Le Football Club de Sochaux est né.

1929: Il recrute les meilleurs joueurs, des vedettes françaises et étrangères qu’il avoue officiellement payer à l’heure. Le club de Peugeot est le premier à afficher ouvertement cette méthode et devient le premier club professionnel français.

1929fcsochaux

1930: Après une fusion avec l’A.S. Montbéliard, le club devient Football Club Sochaux-Montbéliard et innove à nouveau en proposant aux meilleurs clubs nationaux une compétition préfigurant le Championnat de France.

1931: L’épreuve, qui prend le nom de Coupe Peugeot est remportée par Sochaux la première année. Au terme de la seconde épreuve en 1932: La FFF décide d’officialiser le professionnalisme et de mettre en place un championnat unifié.

Coupe Sochaux 1930-1931

Matchs aller de l’Olympique de Marseille

LC Equipe Score LC Equipe
logoom03 Olympique de Marseille 2-0 175px-Logo_RED_STAR_OA Red Star Olympique

arbitre

Arbitre :

Spectateurs :

lesbuteurs

Nbre de but(s) : 2 but(s)
Olympique de Marseille : France.pingVernicke 20px-ballon20′, France.pingJean Boyer 20px-ballon60′

Equipe de l’Olympique de Marseille

LC LP Nom, prénom Position But(s)
logoom03 France.ping Auguste AQUARON Milieu
logoom03 France.ping Robert JACOB Milieu
logoom03 France.ping André LEFEVRE Milieu
logoom03 angleterre_svg David William HARRISON Milieu
logoom03 France.ping Jean BOYER Attaquant 20px-ballon
logoom03 France.ping Jean JACQUIER dit « Séraphin » Attaquant
logoom03 France.ping Henri CABASSU Milieu
logoom03 France.ping Charles ALLE Gardien
logoom03 France.ping Vincent GUIEU Défenseur
logoom03 France.ping Pierre ALLIES Attaquant
logoom03 allemagne_.svg Franz-Erich VERNICKE Milieu 20px-ballon
logoom03 angleterre_svg Charlie Oliver BELL Entraîneur

Résultat du match de l’OM

LC Equipe Score LC Equipe
logoom03 Olympique de Marseille 2-1 Roubaix RC Racing Club de Roubaix

arbitre

Arbitre :

Spectateurs : 4000

lesbuteurs

Nbre de but(s) : 3 but(s)
Olympique de Marseille : France.pingVernicke 20px-ballon20′, France.pingJean Boyer 20px-ballon60′
RC Roubaix : France.pingLeveugle 20px-ballon17′

Equipe de l’Olympique de Marseille

LC LP Nom, prénom Position But(s)
logoom03 France.ping Raymond DURAND Milieu
logoom03 France.ping Robert JACOB Milieu
logoom03 France.ping Marius GALLAY Milieu
logoom03 angleterre_svg David William HARRISON Milieu
logoom03 France.ping Jean BOYER Attaquant
logoom03 France.ping Jean JACQUIER dit « Séraphin » Attaquant
logoom03 France.ping Samuel LOMBARD Milieu
logoom03 France.ping Robert BASTIANI Gardien
logoom03 France.ping Aimé DURBEC Défenseur
logoom03 Algerie.pingFrance.ping Joseph ALCAZAR Attaquant
logoom03 France.ping André LEFEVRE Milieu 20px-ballon20px-ballon
logoom03 angleterre_svg Charlie Oliver BELL Entraîneur

Résultat du match de l’OM

LC Equipe Score LC Equipe
logoom03 Olympique de Marseille 0-4 FCSM-1930 FC Sochaux Montbéliard

arbitre

Arbitre :

Spectateurs : 3000

lesbuteurs

Nbre de but(s) : 4 but(s)
FC Sochaux Montbéliard : France.pingLeslie 20px-ballon3′, Cooper 20px-ballon25′, France.pingBastiani (20px-balloncsc), France.pingEastmann 20px-ballon85′

Equipe de l’Olympique de Marseille

Année LC LP Nom, prénom Position But(s)
1930-1931 logoom03 France.ping André LEFEVRE Milieu
1930-1931 logoom03 France.ping Aimé DURBEC Défenseur
1930-1931 logoom03 France.ping Samuel LOMBARD Milieu
1930-1931 logoom03 France.ping Noël SERRES Milieu
1930-1931 logoom03 angleterre_svg David William HARRISON Milieu
1930-1931 logoom03 France.ping Raymond DURAND Milieu
1930-1931 logoom03 France.ping Marius GALLAY dit « Maurice » Milieu
1930-1931 logoom03 France.ping Robert BASTIANI Gardien 20px-balloncsc
1930-1931 logoom03 France.ping Vincent GUIEU Défenseur
1930-1931 logoom03 France.ping Pierre ALLIES Attaquant
1930-1931 logoom03 France.pingAlgerie.ping Joseph ALCAZAR Attaquant
1930-1931 logoom03 angleterre_svg Charlie Oliver BELL Entraîneur

 L’O.M. doit jouer deux rencontres en deux jours en raison de la série de matchs disputés en Coupe de France.

Match retour de l’OM

LC Equipe Score LC Equipe
175px-Logo_RED_STAR_OA Red Star Olympique 4-3 logoom03 Olympique de Marseille

arbitreArbitre :

Spectateurs : 5.000

lesbuteurs

Nbre de but(s) : 7 but(s)
 France.pingBourbotte (20px-balloncsc), France.pingAlcazar(20px-ballon20px-ballon), France.pingWagner (20px-ballon20px-ballon), France.pingHouilles 20px-ballon, France.pingDerdour20px-ballon

 

Match de l’OM

LC Equipe Score LC Equipe
FCSM-1930 FC Sochaux Montbéliard 3-0 logoom03 Olympique de Marseille

arbitre

Arbitre :

Spectateurs :

lesbuteurs

Nbre de but(s) : 3 but(s)
FC Sochaux Montbéliard : France.pingLeslie 20px-ballon1′, Laurent 20px-ballon23′,  France.pingCrooper 20px-ballon88′

Equipe de l’Olympique de Marseille

LC LP Nom, prénom Position But(s)
logoom03 France.ping Marcel PELLEGRIN Défenseur
logoom03 suisse_svg Robert GOITSCHEL dit « Maurice » Défenseur
logoom03 France.ping Samuel LOMBARD Milieu
logoom03 France.ping Auguste AQUARON Milieu
logoom03 France.ping Raymond DURAND Milieu
logoom03 France.ping Emile ZERMANI Milieu
logoom03 France.ping Marius GALLAY dit « Maurice » Milieu
logoom03 France.ping Charles ALLE Gardien
logoom03 France.ping André LEFEVRE Milieu
logoom03 France.ping Pierre ALLIES Attaquant
logoom03 France.pingAlgerie.ping Joseph ALCAZAR Attaquant
logoom03 angleterre_svg Charlie Oliver BELL Entraîneur

finale

Année LC Equipe Score LC Equipe
1931 Roubaix RC RC Roubaix 0-0 logoom03 Olympique de Marseille

arbitreArbitre :

Spectateurs : 4000

lesbuteurs

Nbre de but : but(s)
Olympique de Marseille

Equipe de l’Olympique de Marseille : 3eme rencontre de l’OM en quatre jours.

Equipe de l’Olympique de Marseille

LC LP Nom, prénom Position But(s)
logoom03 France.ping Marcel PELLEGRIN Défenseur
logoom03 suisse_svg Robert GOITSCHEL dit « Maurice » Défenseur
logoom03 France.ping Samuel LOMBARD Milieu
logoom03 France.ping Raymond DURAND Milieu
logoom03 France.ping Emile ZERMANI Milieu
logoom03 France.ping Marius GALLAY dit « Maurice » Milieu
logoom03 France.ping FORNAISON
logoom03 France.ping Charles ALLE Gardien
logoom03 France.ping André LEFEVRE Milieu
logoom03 France.ping COLOMBANI Milieu
logoom03 France.pingAlgerie.ping Joseph ALCAZAR Attaquant
logoom03 angleterre_svg Charlie Oliver BELL Entraîneur

Résultats Poule 1

R LC Club  Pts   J   G  N  P  Bp  Bc Diff
1 FCSM-1930 FC Sochaux-Montbéliard 6
2 Roubaix RC RC Roubaix 6
3 logoom03 Olympique de Marseille 6 2 1 3 5 12 -7
4 175px-Logo_RED_STAR_OA Red Star Olympique 6

Classement Poule 1

R LC Club FCSM  RCR   OM  RSO
1 FCSM-1930 FC Sochaux-Montbéliard 3-0
2 Roubaix RC RC Roubaix 0-0
3 logoom03 Olympique de Marseille 0-4 2-1 2-0
4 175px-Logo_RED_STAR_OA Red Star Olympique 4-3

Résultats Poule 2

R LC Club   Pts   J  P  G  N  P  Bp  Bc  Diff
1 o-lillois Olympique Lillois
2 Ancien_logo_fc_sète FC Sète
3 FC Mulhouse FC Mulhouse
4 LeStadeFrançais-logo Club Français

Classement Poule 2

R LC Club   OL  FCS  FCM   CF
1 o-lillois Olympique Lillois
2 Ancien_logo_fc_sète FC Sète
3 FC Mulhouse FC Mulhouse
4 LeStadeFrançais-logo Club Français

finale

FCSM-1930

Finale le 17 mai 1931 au Parc des Princes, Paris (France)

LC Equipe Score LC Equipe
FCSM-1930 FC Sochaux Montbéliard 6-1 o-lillois Olympique Lillois

arbitre

Arbitre :

Spectateurs : 10000

lesbuteurs

Nbre de but : 7 but(s)
  FC Sochaux Montbéliard : France.pingCropper(20px-ballon20px-ballon), France.pingL.Laurent (20px-ballon20px-ballon), France.pingMaschinot(20px-ballon), France.pingMiller(20px-ballon)
Olympique Lillois : (20px-ballon)

Composition des équipes

FC Sochaux-Montbéliard Cj Cr E/S Olympique Lillois Cj Cr E/S
 LP Nom, Prénom 20px-Yellow_card.svg 20px-Red_card.svg 20px-Sub_off.svg  LP Nom, Prénom 20px-Yellow_card.svg 20px-Red_card.svg 20px-Sub_off.svg
France.ping 26px-Righthand.svgLopez France.ping 26px-Righthand.svgVan Deputte
France.ping Hillier France.ping Duponchel
France.ping J. Laurent France.ping Van Dooren
France.ping Eastmann France.ping Berry
France.ping Etienne Mattler France.ping Varga
France.ping Lehmann France.ping Cheuva
France.ping Captain_sports.svgCottin France.ping Delanoy
France.ping Cropper France.ping Barret
France.ping Maschinot France.ping Captain_sports.svgVinkelmans
France.ping L. Laurent France.ping Vandeveide
France.ping Miller France.ping Delos
Remplaçant(s) 20px-Yellow_card.svg 20px-Red_card.svg 20px-Sub_on.svg Remplaçant(s) 20px-Yellow_card.svg 20px-Red_card.svg 20px-Sub_on.svg
France.ping France.ping
France.ping France.ping
France.ping France.ping
Le(s) buteur(s) M Le(s) buteur(s) M
France.ping 20px-ballon Cropper France.ping 20px-ballon
France.ping 20px-ballon L.Laurent
France.ping 20px-ballon Maschinot
France.ping 20px-ballon Miller
France.ping 20px-ballon L.Laurent
France.ping 20px-ballon Cropper
Entraîneur Entraîneur
France.ping Victor GIBSON France.ping

1932FC Sochaux 1931

Le coup d’envoi du premier championnat de France professionnel a été donné il y a tout juste 80 ans, le 11 septembre 1932. Le FCSM, qui en a été l’un des initiateurs, comptait parmi les clubs pionniers. Le FC Sochaux est né en 1928. Moins d’un an plus tard, le club de Jean-Pierre Peugeot embauche ses premières « vedettes » sans cacher qu’il les rémunère alors que l’amateurisme marron est la règle. L’objectif est de porter les couleurs de Peugeot à travers la France et de proposer un spectacle de qualité aux ouvriers de la firme automobile.

La Coupe Peugeot, préfiguration du championnat de France

En 1930, le club fusionne avec l’AS Montbéliard pour donner naissance au FC Sochaux-Montbéliard tandis qu’il lance une compétition, la Coupe Peugeot, réunissant les meilleurs clubs français. Un championnat de France professionnel avant l’heure que le FCSM remporte le 17 mai 1931.

Coupe-Peugeot-1931FC Sochaux 1931

Une autre victoire avait été obtenue dès janvier 1931, lorsque la FFFA (Fédération Française de Football Association) avait adopté le principe d’une rémunération des joueurs. La « commission pour la mise en place du professionnalisme » alors mise en place compte comme vice-président, Sam Wyler, le bras droit de Jean-Pierre Peugeot.

Une défaite lors du premier rendez-vous

Le principe du professionnalisme est définitivement adopté le 17 janvier 1932. Il est nécessaire à l’organisation d’un championnat de France, notamment parce que les déplacements sont trop longs pour permettre une autre activité aux joueurs. Le premier championnat de France, calqué sur la Coupe Peugeot, débute quelques mois plus tard.

Le FCSM en est l’un des favoris lorsque se dispute la première journée programmée le 11 septembre 1932. Le FC Sochaux-Montbéliard va rater son rendez-vous avec l’histoire. Devant son public, au Stade de la Forge, l’équipe entraînée par l’Écossais Gibson voit le CA Paris marquer trois fois avec notamment un doublé sur penalty de son gardien Ferenc Mayer. Les Francs-Comtois réduisent le score en seconde période par leur ailier anglais Leslie Miller. Les Sochaliens se rattraperont de leurs débuts hésitants dès la semaine suivante en atomisant (5-0) le FC Metz.

Le championnat propose deux groupes de dix équipes et se dispute en dix-huit journées régulières, de septembre à mai. Date à laquelle les Sochaliens seront classés deuxièmes. Insuffisant pour disputer la finale que l’Olympique Lillois remporte le 14 mai 1933. L’équipe sochalienne le 11 septembre 1932 Il n’y a alors pas de limitation de joueurs étrangers dans le championnat qui vient de naître et le FCSM a pu aligner trois éléments anglais et un Suisse pour ses débuts. Limberger – Hillier, Mattler (c) – Gérin, Lehmann, Wartel – Bazin, Cottin, Kenner, Maschinot, Miller.

Peugeot : Mai 1937- A l’origine du foot moderne

peugeot_201_largeDébut des années 1930, le lion crée et finance sa propre équipe de foot, à l’instar de Fiat avec la Juventus. La légende du FC Sochaux commence…Le 9 mai 1937, la finale de la Coupe de France de football est électrique : deux équipes de l’Est s’affrontent,

Sochaux contre Strasbourg. Joué au Stade Yves-du-Manoir, à Colombes, devant 45.000 spectateurs, le match est longtemps indécis. Mais à un souffle du coup de sifflet final, Williams inscrit le second but pour Sochaux.

Mattler, le capitaine du FC Sochaux, peut avec ses équipiers aller chercher la Coupe… et les clés d’un coupé Peugeot 201 promis à chaque joueur par Jean-Pierre Peugeot ! Il y a belle lurette que le football est le sport roi au pays de Montbéliard.

Plusieurs clubs se sont succédé depuis 1904, avec une équipe qui a même atteint, en 1926, la finale de la Coupe de France, l’AS Valentigney, soutenue par les cycles Peugeot qui s’offraient alors une danseuse, puisque l’entreprise était bien plus habituée à financer son équipe cycliste.

À Sochaux, l’idée de lancer un club de haut niveau naît de deux hommes de l’usine de Carrosserie des automobiles Peugeot, Louis Maillard-Salin et Maurice Bailly. Ils deviennent, en 1928, président et entraîneur du nouveau football club de Sochaux, qui entame sa première saison en division de district, soit au plus bas de l’échelle. Le premier match se joue le 2 septembre, face à l’équipe de réserve de Montbéliard.

C’est le galop d’essai pour cette équipe qui vit sans moyen et sans stade, obligée d’utiliser celui du champ de foire à Montbéliard. Cette tentative se fait sous l’œil très attentif de Jean-Pierre Peugeot, fils et bras droit de Robert Peugeot, le patron des automobiles Peugeot. Jean-Pierre souhaite depuis longtemps créer une équipe d’excellence, à l’image de ce que font Fiat, Bayer ou Philips, avec la Juventus de Turin, Leverkusen ou le PSV Eindhoven.

En octobre 1929, Jean-Pierre charge Robert Dargein, un inspecteur commercial de Bordeaux, mordu de football, d’étudier la faisabilité d’une grande équipe Peugeot autour du FC Sochaux. Grâce à une union des trois clubs locaux, Sochaux, Montbéliard et Valentigney, le FC Sochaux-Montbéliard naît le 24 mai 1930. Le 11 novembre 1931, un stade flambant neuf est inauguré, à proximité même des usines Peugeot. C’est le stade de la Forge doté de gradins et d’une pelouse faite de semences anglaises !

Mais il n’est pas facile d’instituer en France une équipe professionnelle, quand la fédération sportive ne parle que d’amateurisme et défend une Coupe de France accessible à tous. L’hypocrisie est évidente : les milieux sportifs savent que tous les grands clubs français – le Racing, le Red Star, l’Olympique de Marseille, le RC Strasbourg… – sont tous aidés par des mécènes. Mais de façon occulte. Jean-Pierre Peugeot refuse ce non-dit, et affirme publiquement l’intérêt d’une équipe sportive à Sochaux, procédant de la politique sociale des Automobiles Peugeot et financée par l’entreprise. Le FC Sochaux participera à la Coupe de France, mais lancera un championnat qui n’existe pas, la Coupe Peugeot.

Pour la saison 1930-31, cette épreuve démarre avec les huit meilleures équipes françaises. Le succès est tel que la fédération française ne peut plus se dérober. Le 31 janvier 1931, elle accepte l’idée de la rémunération des joueurs.  Le 11 septembre 1932, elle crée le premier Championnat de France professionnel. À l’évidence, Peugeot est à l’origine du football moderne !

L’esprit d’équipe

Habillé de ses couleurs emblématiques bleu et jaune, le FC Sochaux se construit. Il choisit d’abord un  » football exhibition », où la démonstration prime sur les résultats, engageant des talents étrangers pour garantir le spectacle. Des matches sont organisés contre les équipes nationales belge et suisse, l’OM ou le Red Star.

Mais en 1934, le club se restructure, dans l’idée de conquérir un palmarès. Robert Dargein laisse la place à Étienne Gredy, directeur du personnel des usines Peugeot. Celui-ci recrute Conrad Ross, un international suisse qui devient entraîneur. Sochaux invente alors un jeu d’attaque qui s’appuie sur une défense de roc. Les succès s’enchaînent, à un moment où le professionnalisme hausse le niveau de jeu. Sochaux remporte le Championnat de France en 1935 et 1938, et la Coupe de France en 1936-37.

En moins de dix ans, le FC Sochaux a rejoint l’élite, à la plus grande joie de ses supporteurs qui, dans des cars affrétés dans tout le pays de Montbéliard, viennent soutenir leur équipe au stade de la Forge qui, en 1945, sera baptisé stade Auguste-Bonal (en hommage au directeur de l’emboutissage, déporté en mars 1944 et fusillé en avril 1945).

Images liées:

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football