1997 Trophée des Champions

1997 Trophée des Champions

Trophée des Champions 1997

tropheechampions

Trophée des Champions

AS_Monaco

Génréalités
Sport : Football
Organisateur(s) : F.F.F. et L.F.P. (Ligue Française Professionnel)
Edition(s) : 2ème
Périodicité : Annuelle en (Août)
Saison : 1997
Lieux : France.pingFrance
Nbre de participants : 2
Participants : Champion de France en titre L1 au Vainqueur de la Coupe de France.
Date : le 23 Juillet 1997
Date : Finale jouée au Stade de la Méditérranée,Béziers, France.pingFrance
Au Stade de la Méditérranée,Béziers-
Trophée
Palmarès
Vainqueur : AS Monaco FC
Finaliste : OGC Nice
joueur__kfadth
Les buteur(s)
Nbre de but(s) : but.png (7 buts)
AS Monaco FC : France.pingFabien LEFEVRE but.png 3′, Chad.svgJaphet N’DORAM but.png15′17′, Nigeria.pingVictor IKPEBA but.png 33′, France.pingDavid TREZEGUET but.png 76′
OGC Nice :  Liberia.pingJames DEBBAH but.png 25′, France.pingFranco VIGNOLA but.png 90′
Meilleur buteur
Chad.svgJaphet N’DORAM : but.png 2 buts 15′ et 17′

Trophée des champions 1997

L’édition 1997 du Trophée des champions est la deuxième édition du Trophée des champions. Le match oppose l’Association sportive de Monaco Football Club, champion de France 1996-1997 à l’Olympique Gymnaste Club de Nice Côte d’Azur, vainqueur de la Coupe de France 1996-1997.

Le match arbitré par Jean-Claude Puyalt se déroule le 23 juillet 1997 au Stade de la Méditerranée à Béziers devant 4 000 spectateurs. Les Monégasques, qui mènent déjà 4-0 à la mi-temps avec un doublé de Japhet N’Doram et des buts de Fabien Lefèvre et de Victor Ikpeba, s’imposent finalement sur le score de 5 à 2, avec un but de David Trezeguet pour l’AS Monaco et des buts de James Debbah et Franco Vignola côté niçois.

Feuille de match

Les règles du match sont les suivantes : la durée de la rencontre est de 90 minutes. S’il y a toujours match nul, une séance de tirs au but est réalisée. Trois remplacements sont autorisés pour chaque équipe.

AS Monaco FC saison 1997-1998

1997-98AS Monaco Vainqueur du Trophée des champions 1997

finale

Finale le 23 Juillet 1997 Au Stade de la Méditérranée,Béziers,France.pingFrance

Année LC Equipe  1  Score LC Equipe 2
1997 83  AS Monaco FC   5-2 OGC_Nice_1992.svg  OGC Nice

arbitre

LP Officiels LP   Nom, Prémon  
soccer_whistle_icon Arbitre Principal France.ping Joël QUINIOU
Arbitres Assistants France.ping
France.ping
4ème Arbitre France.ping

Spectateurs : 7614

lesbuteurs

Nbre de but(s) : but.png (7 buts)
AS Monaco FC : France.pingFabien LEFEVRE but.png 3′, Chad.svgJaphet N’DORAM but.png15′17 », Nigeria.pingVictor IKPEBA but.png 33′, France.pingDavid TREZEGUET but.png 76′
OGC Nice :  Liberia.pingJames DEBBAH but.png 25′, France.pingFranco VIGNOLA but.png90′
Meilleur buteur
Chad.svgJaphet N’DORAM : but.png 2 buts : 15′ et 17′

Composition des équipes

AS Monaco FC Cj Cr E/S OGC Nice Cj Cr E/S
 LP D Titulaires 20px-Yellow_card.svg 20px-Red_card.svg 20px-Sub_off.svg  LP D Titulaires 20px-Yellow_card.svg 20px-Red_card.svg 20px-Sub_off.svg
France.ping  1 gardiens de butF.Barthez Captain_sports.svg France.ping  1 gardiens de butD. Aulanier
Algerie.ping  2 Ali Benarbia Liberia.ping  2 James Debbah
France.ping  3 S. Carnot France.ping  3 Robin Huc
Senegal.ping  5 Salif Dia France.ping  4 Captain_sports.svgF.Martin
Senegal.ping  6 D. Diawara 20px-Sub_off.svg  6′ Yougoslavie.svg  5 Z. Milinkovic
Portugal.svg  4 20px-Sub_on.svgCostinha France.ping  6 Franck Pottier 20px-Sub_off.svg 80′
Nigeria.ping  7 Victor Ikpeba France.ping  8 20px-Sub_on.svgT. Scooto
France.ping  8 Fabien Lefèvre France.ping  7 Mickael Rol
France.ping 10 Lilian Martin France.ping  9 Ludovic Stefano
Chad.svg 11 J. N’Doram 20px-Sub_off.svg 62′ France.ping 10 F.Vandecasteele
France.ping 14 20px-Sub_on.svgD.Trezeguet France.ping 11 Franco Vignola
France.ping 12 C. Pignol 20px-Sub_off.svg 73′ Autriche.ping 12 Goran Kartalija
France.ping  9 P.Léonard
France.ping 13 Willy Sagnol
Remplaçant(s) 20px-Yellow_card.svg 20px-Red_card.svg 20px-Sub_on.svg Remplaçant(s)  20px-Yellow_card.svg  20px-Red_card.svg 20px-Sub_on.svg
France.ping  9 P. Léonard 20px-Sub_on.svg 73′ France.ping  8 gardiens de butThib. Scooto 80′
France.ping 14 D. Trezeguet 20px-Sub_on.svg  6′
Portugal.svg  4 Costinha 20px-Sub_on.svg 68′
Le(s) buteur(s) Le(s) buteur(s)
France.ping but.png F.Lefèvre  3′ Liberia.ping but.png J. Debbah  69′
Chad.svg but.png J.N’Doram 15′ France.ping but.png Fr.Vignola 90′
Chad.svg but.png J.N’Doram 17′
Nigeria.ping but.png V. Ikpeba 33′
France.ping but.png D. Trezeguet 76′
Entraîneur Entraîneur
France.ping GéJean Tigana Yougoslavie.svg Silvester Takač

Le Trophée des Champions 1997 opposant les 2 clubs sudistes

tropheechampions97

Une époque désormais révolue où la domination monégasque sur la Côte d’Azur était sans partage. En sa qualité de Champion de France en titre, Monaco a ouvert la saison 1997/1998 avec le Trophée des Champions. Dans une rencontre face à l’OGC Nice, relégué en Division II mais surprenant vainqueur de la Coupe de France, le club de la Principauté a dominé les débats de long en large et remporté un nouveau trophée.

Le Trophée des Champions, bien que remis au goût du jour en 1995 (et la victoire de Paris sur Nantes) peinait tout comme ses prédécesseurs à éveiller l’intérêt des principaux acteurs que sont les joueurs, entraîneurs et médias. Bien que diffusé sur France Télévisions, le nouveau titre qui allait être attribué ne jouissait pas d’une excellente couverture médiatique. En témoigne cette demi-page de présentation en fin de journal du quotidien L’Equipe aux côtés de la rubrique automobile.

Ce trophée, bien qu’officiel, ne bénéficiait pas du même prestige que son homologue anglais, le Charity Shield (aujourd’hui appelé Community Shield). Personne ne semblait donc s’emballer par ce « Challenge des Champions » qui semblait monté de toutes pièces malgré sa première réelle apparition en France en 1955.

Un banal match de préparation !

monaco1997

A la question « est-ce que ce Trophée des Champions est important ? », Japhet N’Doram, nouvelle recrue monégasque, avait répondu : « Pour la préparation oui, comme une fin en soi non ! ». Jean Tigana avait encore un avis plus tranché : « Notre ambition n’est pas de remporter le Trophée des Champions ». Le technicien monégasque avait en effet déjà l’esprit tourné vers la future confrontation amicale de sa formation face à Galatasaray, afin de jauger véritablement le potentiel de son nouvel effectif.

La modeste équipe de Nice ne faisait pas figure de test sérieux, le Monaco de l’époque vivant à tous points de vue sur une autre planète. Pour l’heure, le Trophée des Champions était juste utile afin d’intégrer dans l’effectif ses nouvelles recrues. Une occasion qui se présentait par le grand nombre d’absents dans les rangs monégasques. Collins, Legwinski, Dumas, Martin et Djetou, blessés, étaient restés à la maison, tandis qu’Henry, empêtré dans une sombre affaire de pré-contrat signé avec le Real de Madrid, était forfait. Enfin, Anderson, en négociations avec Barcelone, était absent de dernière minute. Seul Benarbia semblait emballé, après avoir goûté à son premier titre de champion la saison précédente. L’international algérien avouait vouloir « démarrer cette saison par un titre ».

Le trophée tenait son vainqueur dès l’entame

C’est donc le 23 juillet 1997, devant une affluence anecdotique (6500 spectateurs), que Monaco a affronté l’OGC Nice au stade de la Méditerranée de Béziers, le pays de l’ovalie. Comme prévu, l’ASM était essentiellement composée de ses nouvelles recrues, Willy Sagnol, Djibril Diawara, Japhet N’Doram, Fabien Lefèvre ou encore Stéphane Carnot étaient alignés, encadrés toutefois par quelques anciens tels Benarbia, Barthez ou Ikpeba. A peine vingt minutes étaient jouées que l’on savait déjà que ce trophée serait celui du Champion de France. Dès la quatrième minute, Diao a décalé dans la surface Lefèvre, qui a trompé Huc. Le gardien niçois a encaissé un deuxième but 12 minutes plus tard, Japhet N’Doram marquant de la tête sur un corner de Pignol.

Enfin, à la 18e minute de jeu, sur une mauvaise entente de la défense niçoise, N’Doram a doublé son compteur personnel. A 3-0, Monaco avait déjà le titre en poche ! Et l’équipe de la Principauté a encore alourdi la marque à la demi-heure de jeu. Victor Ikpeba a devancé une sortie mal négociée de Huc et inscrit le quatrième but asémiste. Monaco a fait une véritable démonstration avec son équipe B, sans même donner la sensation de forcer. Nice, qui souffrait aussi de nombreux absents et d’un effectif complètement remanié, n’a pas pu faire grand chose. Mais les Aiglons ont tout de même réduit la marque grâce à l’ancien monégasque James Debbah (70e).

Cette réalisation est intervenue après une longue période de jeu pour le moins monotone; qui avait succédée à l’euphorie monégasque de la première demi-heure. Mais seulement six minutes plus tard, David Trezeguet a refait l’écart sur son premier ballon. Lui qui n’a pas participé à la fête du début de rencontre, était entré sur le terrain à l’heure de jeu. Dans un dernier sursaut d’orgueil, les Niçois ont inscrit en toute fin de rencontre le dernier but de la partie, par l’intermédiaire de Vignola. Il s’est toutefois aidé de la main, au nez et à la barbe de l’arbitre. « Sur le but que je marque, je fait une petite main. C’est moins grave qu’un tacle par derrière non ? », a-t-il déclaré. x

Des recrues dans le coup, pour la première et seule fois de la saison

Ce fait de jeu n’a pas empêché Monaco de devenir le premier lauréat de la saison. Benarbia, capitaine d’un soir en l’absence de Franck Dumas, a brandi le Trophée Gabriel Hanot. Jean Tigana, lui, était plus heureux par le comportement de ses recrues que par la victoire en elle-même. Tous ses nouveaux joueurs se sont distingués, Carnot et Lefèvre animant parfaitement le jeu, ou encore N’Doram excellant en attaquant de complément.

Cette performance a néanmoins fait exception. Chacun de ces trois joueurs, pour diverses raisons, n’ont jamais pesé cette année-là dans les destinées monégasques. Monaco a donc débuté parfaitement la saison, mais a pourtant perdu beaucoup ce jour là. Entre temps, Anderson a signé un contrat de 4 ans avec le FC Barcelone. Au lendemain de la victoire, L’Equipe a d’ailleurs consacré sa Une au départ d’Anderson. Une petite demi-page seulement a traité de la victoire de son ancienne équipe, un titre anonyme, mais un titre quand même !

La lourde perte d’Anderson n’a toutefois pas remis en cause le statut de grand d’Europe de l’AS Monaco, qui collectionnait les performances nationales et européennes et qui écrasait dans tous les domaines le voisin niçois, son rival de toujours. Une situation qui sera loin d’être évidente ce samedi, lors du derby au stade Louis-II.

Images liées:

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football