2004 Trophée des Champions

2004 Trophée des Champions

Trophée des Champions 2004

tropheechampions

Trophée des Champions 2004

OL
Généralités
Sport : Football
Organisateur(s) : F.F.F. et L.F.P. (Ligue Française Professionnel)
Edition(s) : 9ème
Périodicité : Annuelle entre (Juillet et Août)
Saison : 2004
Lieux : Cannes, France.pingFrance
Nbre de participants : 2
Participants : Champion de France en titre L1 au Vainqueur de la Coupe de France
Date : le 31 Juillet 2004
Stade : Finale jouée au Stade Pierre de Coubertin,Cannes France.pingFrance
cannes_pierredecoubertin_dec2001_2012
Trophée
trophee-des-champions-e1451924436975
Palmarès
Vainqueur : Olympique Lyonnais (4)
Finaliste : Paris Saint-Germain
joueur__kfadth
Les buteur(s)
Nbre de but(s) : match  2 buts
Paris Saint-Germain : France.pingFabrice Fiorèse match 71′
Olympique Lyonnais: Bresil.pingGiovane Élber match 54′

Trophée des Champions 2004

L’édition 2004 du Trophée des champions est la 9e édition du Trophée des champions. Le match oppose l’Olympique lyonnais, champion de France 2003-2004 au Paris Saint-Germain, vainqueur de la Coupe de France 2003-2004.

Le match arbitré par Gilles Veissière se déroule le 31 juillet 2004 au stade Pierre-de-Coubertin à Cannes. Après une première mi-temps sans but, Giovane Élber ouvre le score pour l’Olympique lyonnais à la cinquante-quatrième minute. Le Paris Saint-Germain égalise à la soixante-dix-neuvième minute par un but de Fabrice Fiorèse. À la fin du temps réglementaire (90 minutes de jeu), le score est de 1-1. Aucune prolongation n’est jouée. Les Lyonnais s’imposent lors de la séance de tirs au but sur le score de 7 à 6, conservant ainsi leur trophée.

Feuille de match

Les règles du match sont les suivantes : la durée de la rencontre est de 90 minutes. S’il y a toujours match nul, une séance de tirs au but est réalisée. Trois remplacements sont autorisés pour chaque équipe.

logotournant

L’Olympique Lyonnais Vainqueur du Trophée des Champions 2004

2004-2005-olympique lyonnaisOlympique Lyonnais 2004-2005

Debout de G à D : Grégory Coupet, Cristiano Cris, Mahamadou Diarra, Lamine Diatta, Antonio Juninho, Eric Abidal.
Accroupis : Sidney Govou, Florent Malouda, Sylvain Wiltord, Jérémy Berthod, Michael Essien.

finale

Finale le Samedi 31 Juillet 2004 au Stade Pierre de Coubertin,Cannes, France.ping(France)

Année LC Equipe  Score LC Equipe
2004 Paris Saint-Germain Paris SG   1-1 (0-0Mt) Olympique Lyonnais Olymp.Lyonnais

arbitre

LP Officiels LP Nom, Prémon
soccer_whistle_icon Arbitre Principal France.ping Gilles VEISSIERE
Arbitres Assistants France.ping Alain TAXIL
France.ping Stéphane DJOUZI
Délégué Principal France.ping Maurice VIALA
 Délégué Assistant France.ping Christian GRAS
Délégué Assistant France.ping Jacques COLOMAS
Observateur Délégué France.ping André PECHARD

Spectateurs : 9429

lesbuteurs

Nbre de but(s) : match  2 buts
Paris Saint-Germain : France.pingFabrice Fiorèse match 71′
Olympique Lyonnais: Bresil.pingGiovane Élber match 54′

Tableau des tirs au but

LP Paris SG Buts T-a-b Buts LP Olymp.Lyonnais
Portugal.svg Pedro Miguel Pauleta 20px-Soccerball_shad_check.svg 6 – 7 20px-Soccerball_shad_check.svg France.ping Bryan Bergougnoux
France.ping Jérôme Rothen 20px-Soccerball_shad_check.svg 20px-Soccerball_shad_check.svg France.ping Julien Viale
Colombie.ping Mario Yepes 20px-Soccerball_shad_check.svg 20px-Soccerball_shade_cross.svg France.ping Florent Malouda
France.ping Sylvain Armand 20px-Soccerball_shade_cross.svg 20px-Soccerball_shad_check.svg France.ping Florent Balmont
Inde.svg Bernard Mendy 20px-Soccerball_shad_check.svg 20px-Soccerball_shad_check.svg Bresil.ping Juninho Pernambucano
France.ping Édouard Cissé 20px-Soccerball_shad_check.svg 20px-Soccerball_shad_check.svg Ghana.svg Michael Essien
Tunisie.ping Selim Benachour 20px-Soccerball_shad_check.svg 20px-Soccerball_shad_check.svg France.ping Éric Abidal
France.ping Alioune Touré 20px-Soccerball_shade_cross.svg 20px-Soccerball_shad_check.svg France.ping Jérémy Berthod

Composition des équipes

Paris SG Cj Cr E/S Olym. Lyonnais Cj Cr E/S
 LP D Titulaires 20px-Yellow_card.svg 20px-Red_card.svg 20px-Sub_off.svg  LP D Titulaires 20px-Yellow_card.svg 20px-Red_card.svg 20px-Sub_off.svg
France.ping 16 gardiens de butJérome Alonzo France.ping  1 gardiens de butGrégory Coupet
France.ping  5 Bernard Mendy Bresil.ping  5 Claudia CacapaCaptain_sports.svg
Colombie.ping  6 Mario Yepes France.ping 12 Anthony Reveillère
France.ping 17 J.Huges Ateba France.ping 20 Eric Abidal
France.ping 22 Sylvain Armand France.ping 23 Jérémy Berthod
France.ping 24 Captain_sports.svgJ.Pierre Fanfan Bresil.ping  8 Juninho
France.ping 14 Edouard Cisse France.ping 10 Florent Malouda
Bresil.ping  8 Cruz Oliveira 20px-Sub_off.svg 64′ Bresil.ping  9 Elber Giovane  20px-Sub_off.svg 67′
Portugal.svg  9 20px-Sub_on.svgP.Miguel Pauleta France.ping 19 20px-Sub_on.svgJulien Viale
France.ping 11 Fabrice Fiorese 20px-Sub_off.svg 88′ France.ping 13 Pierre Alain Frau 20px-Sub_off.svg 72′
Tunisie.ping 18 20px-Sub_on.svgSelim Benachour France.ping 21 20px-Sub_on.svgBergougnoux
France.ping 25 Jérome Rothen France.ping 14 Sidney Govou 20px-Sub_off.svg 78′
serbie_svg 28 Danijel Ljubola 20px-Sub_off.svg 79′ France.ping  6 20px-Sub_on.svgFlorent Balmont
France.ping  7 20px-Sub_on.svgAliouneToure France.ping 4 Michael Essien
Remplaçant(s) 20px-Yellow_card.svg 20px-Red_card.svg 20px-Sub_on.svg Remplaçant(s) 20px-Yellow_card.svg 20px-Red_card.svg 20px-Sub_on.svg
France.ping  1 Lionel Letizi France.ping 30 Nicolas Puydevois
France.ping  2 Stéphane Pichot France.ping 27 Johann Truchet
Tunisie.ping 18 Selim Benachour20px-Sub_on.svg 88′ France.ping  6 Florent Balmont20px-Sub_on.svg 78′
France.ping  7 Alioune Toure20px-Sub_on.svg 79′ France.ping 19 Julien Viale20px-Sub_on.svg 67′
Portugal.svg  9 P. Miguel Pauleta20px-Sub_on.svg 64′ France.ping 21 Bergougnoux20px-Sub_on.svg 72′
Le(s) buteur(s) M Le(s) buteur(s)
France.ping 11 match Fabrice Fiorese 71′ France.ping 18 match Elber Giovane 54′
Entraîneur Entraîneur
Bosnie_herzegovine_.svg Vahid Halihodzic France.ping Paul Le Guen

Troisième titre consécutif pour l’OL, après avoir atteint les 1/4 de finale de la Champions League.

2004-titre-ol

Ensuite un nouveau trophée des Champions acquis face au PSG.

Finale le Samedi 31 Juillet 2004 au Stade Pierre de Coubertin,Cannes, France.ping(France)

Paris SG / O.Lyonnais : 1-1 (6-7 t.a.b)

Année LC Equipe  Score LC Equipe
2004 Paris Saint-Germain Paris SG   1-1 (0-0Mt) Olympique Lyonnais Olym.Lyonnais

 

Pour les débuts de Sylvain Armand sous le maillot parisien, le PSG affronte l’ogre lyonnais entraîné par Paul Le Guen à Cannes le 23 juillet 2004. Pauleta, à cours de compétition, patiente sur le banc des remplaçants et Lyon ouvre le score après la pause grâce à son buteur brésilien Elber. Le PSG réagit et égalise par Fiorèse, bien servi par Pauleta tout juste entré en jeu. Le score n’évoluera plus et les Parisiens vont s’incliner lors de la séance des tirs au but face au gardien de but des Gones, Grégory Coupet. Vahid Halilhodzic se veut rassurant après cet échec : « Nous ne sommes pas encore prêts, même si notre seconde période a été bien meilleure que la première

L’équipe du Paris Saint-Germain 2004 au Trophée des champions

psg-2004-tdc-finaliste

Si c’est du suspense que vous vouliez il fallait être présent à Cannes en ce 23 Juillet 2004. L’Olympique Lyonnais de Paul Le Guen est en plein règne sur l’hexagone, et le PSG sort de son côté d’une victoire en coupe de France contre Châteauroux. Les hommes de Vahid Halilodzic vont être menés suite au but d’Elber (54′) avant que Fabrice Fiorese ne vienne égaliser suite à un bon travail de Pedro Miguel Pauleta. Le score n’évoluera plus, place aux tirs au but. 8 tireurs de chaque côtés pour départager les deux équipes! Malheureusement les échecs de Sylvain Armand et d’Alioune Touré seront de trop face à celui de Florent Malouda. Grégory Coupet ses partenaires remportent leur 3ème Trophée des Champions consécutif.

Quand Lyon dominait encore le PSG

Auteur d’une préparation catastrophique, Lyon s’apprête à affronter un Paris Saint-Germain en pleine forme. Conscients de l’écart qui existe entre eux et le club de la capitale, les Rhodaniens pourront se raccrocher à un souvenir heureux de l’époque où ils régnaient sur le football français. Lorsque l’OL était encore plus fort que le PSG lors du Trophée des champions.

Une autre époque.

« Grégory Coupet ? Qu’est-ce qu’il m’a fait chier ce jour-là. Et si seulement c’était la seule fois… » Ce samedi 31 juillet 2004, Jérôme Alonzo s’en rappelle comme si c’était hier. Au stade Pierre de Coubertin de Cannes La Bocca, l’Olympique lyonnais et le Paris Saint-Germain se disputent le si peu convoité Trophée des champions. Lors de la séance de tirs au but, l’embrasseur de poteaux a permis au club de la capitale d’espérer la victoire.

« À 22h10, j’arrête le penalty de Malouda et je me dis que c’est fini pour eux. Deux minutes plus tard, Greg’ sort le grand jeu. C’est fini, mais pour nous. Un ascenseur émotionnel très violent » , se souvient-il. Dans la forme de sa carrière, le gardien lyonnais est parvenu à stopper les tentatives des Parisiens Armand et Touré. « C’est dommage parce que le match où je sors deux pénos, je ne m’en souviens pas » , avoue Coupet. Grâce à son portier, Lyon s’adjuge le premier titre de la saison. La logique de l’époque est respectée.

Destins inversés

La saison 2003-2004 est terminée, mais son souvenir est encore présent dans les mémoires des 22 acteurs. Pendant un an, les Parisiens et les Lyonnais se sont tiré la bourre en championnat, mais à la fin, c’est bien l’OL qui est devenu champion de France. Pour trois petits points. « On vient de faire une saison exceptionnelle avec une incroyable période d’invincibilité. On est tous animés par ce sentiment de revanche à l’idée de recroiser Lyon » , raconte l’ancien capitaine du PSG, José-Karl Pierre Fanfan.

« Le champion de France contre le vice-champion, soit le même scénario que la rencontre de ce soir, mis à part que les rôles sont inversés. Déjà en 2004, c’était une énorme affiche » , répond Bryan Bergougnoux qui était encore à l’OL à l’époque. Les deux formations se sont présentées à Cannes avec la ferme intention de remporter le match. Trophée des champions ou pas, un titre reste un titre.

« En face de nous, on avait le grand Lyon, celui qui allait devenir septuple champion de France. Malgré cela, on voulait vraiment gagner » , confie Bernard Mendy. Côté parisien, on enregistre les absences de plusieurs cadres, à savoir Cana, M’Bami ou encore Rocchi. Si, si. Lyon, quant à lui, dispose de toutes ses forces vives. « On avait une grosse équipe et un joueur de classe mondiale, en l’occurrence Juninho » , précise Bergougnoux. Le match peut commencer.

Dans une ambiance très « Festival de Cannes » à en croire Alonzo, le spectacle proposé est de qualité. L’Olympique lyonnais domine légèrement, mais le Paris Saint-Germain a su se montrer dangereux par l’intermédiaire de son Brésilien, Reinaldo. Au terme d’un premier acte plaisant, les joueurs retournent dans les travées du stade Coubertin avec un score nul et vierge. « J’ai tiré en premier ? J’étais fou à l’époque »

Au retour des vestiaires, le match perd clairement en intensité, la faute à un climat azuréen peu propice aux efforts longs. « Il faisait une chaleur incroyable. De toute façon, je ne comprends toujours pas pourquoi on a choisi Cannes pour cette rencontre » , avance Jérôme Alonzo. Dans une atmosphère étouffante, c’est le PSG qui finit par suffoquer en premier. Après une mésentente entre Pierre-Fanfan et le néo-Parisien Yepes, Élber parvient à tromper la vigilance du dernier rempart francilien. « Mario venait d’arriver et c’était notre premier match officiel.

On manquait d’automatismes. Élber a été malin et a joué sur notre manque de vécu » , se remémore José-Karl. Face aux difficultés de ses hommes, coach Vahid décide de faire entrer l’Aigle des Açores pour redonner du peps à son attaque. C’est ce qu’on appelle un coaching payant. Dix minutes après son entrée en jeu, Pauleta offre un caviar à Fiorèse qui égalise. La fin de match est tendue, et les deux équipes continuent de se livrer.

Le PSG manque plusieurs fois la balle de match. Pendant ce temps, les remplaçants affluent sur le terrain. « J’entre juste après le but parisien. J’avais les crocs et je voulais vraiment offrir la victoire au club » , confie Bryan Bergougnoux. Malgré sa détermination, le score n’évoluera plus. Et comme le veut le règlement du Trophée des champions, les penaltys décideront du nom du vainqueur.

Et c’est Bryan qui se présente en premier côté rhodanien. « J’ai tiré en premier ? J’étais fou à l’époque. Mais bon, je ne me suis pas loupé » , poursuit l’actuel attaquant de Tours. Bernard Mendy se rappelle aussi de sa tentative. « Sylvain Armand venait de manquer son tir au but et je passais juste après lui. Je ne me suis pas posé de question, j’ai frappé fort sur un côté et c’est rentré. » Malgré sa réalisation, le PSG s’inclinera après un nouvel arrêt de Grégory Coupet. Un scénario dur à avaler pour Pierre-Fanfan. « C’est rageant de s’incliner comme ça. Surtout qu’on a eu les occasions pour l’emporter, mais on n’y est pas arrivés. Certainement que l’on n’a pas fait tout ce qu’il fallait. »

Un match prémonitoire ?

Si Jérôme Alonzo se souvient si bien de cette rencontre, c’est qu’il est persuadé qu’elle a influencé le reste de la saison parisienne. « J’ai eu un pressentiment ce soir-là. La manière dont on a perdu m’a laissé dire qu’on allait vivre une saison galère. Et je ne me suis pas trompé. Malheureusement. » Au terme de l’exercice 2004-2005, le PSG termine à une piteuse neuvième place, tandis que Lyon glane un nouveau titre de champion de France. Reste à savoir si ce scénario pourrait se répéter avec l’Olympique lyonnais d’aujourd’hui, à savoir une mauvaise saison en cas de lourde défaite contre les Parisiens. « Celui qui sortira vainqueur de la confrontation de ce soir aura un énorme ascendant psychologique sur le perdant » , avance Bergougnoux.

gregory-coupet-tdc-2004-imperial

De là à imaginer une catastrophe pour Lyon, il y a un pas que ne franchit pas Grégory Coupet. « Ce n’est que le Trophée des champions. Je ne pense pas qu’il puisse avoir une telle incidence. » Son de cloche différent chez Pierre-Fanfan : « En 2004, Lyon était l’ogre et Paris l’outsider. Aujourd’hui, Paris est l’ogre et Lyon l’outsider. Peut-être qu’ils vivront la même saison que nous à l’époque. »

Images liées:

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football