Cpe Gambardella 1955-2020

Cpe Gambardella 1955-2020

2016 Coupe Gambardella

coupegambardella

2016

 

 

 

Lundi 28 décembre 2015

Le PMU révèle les émotions de la Coupe de France avec son nouveau dispositif "l’Affiche Petits Poucets PMU".

cpe gambardella-2015-pmu

Partenaire majeur de la Fédération Française de Football et du football amateur depuis 2010, le PMU est fier de renouveler son soutien aux "Petits Poucets" de la Coupe de France. Cette année, le PMU crée "l’Affiche Petits Poucets PMU", pour encourager les exploits des petites équipes en lice : à chaque tour de Coupe de France à partir des 32es de finale, le PMU sélectionnera l’affiche de match "Ogre vs Petit Poucet", qui verra s’affronter deux clubs avec, au moins, trois divisions d’écart. Le plus petit club de cette affiche et ses supporters seront mis en lumière en deux temps, d’abord lors d’une cérémonie symbolique organisée en amont de chaque match, puis le jour du match avec une série d’animations exceptionnelles. Ce dispositif inédit sera mis en place pour la première fois lors du match AS Monaco – Saint-Jean Beaulieu, Petit Poucet PMU de ce tour évoluant en 7e division, qui se déroulera le dimanche 3 janvier à 18h au Stade Louis II.

Une cérémonie en l’honneur du Petit Poucet de la compétition, Saint Jean Beaulieu

Pour cette première "Affiche Petits Poucets PMU", le PMU mettra à l’honneur les Petits Poucets de Saint-Jean Beaulieu à l’occasion d’une soirée organisée le mercredi 30 décembre à partir de 18h30 au Café du Centre PMU* de Beaulieu sur Mer. Entourés de leurs supporters, les joueurs berlugans recevront leurs maillots de match et le public présent sera invité à participer à plusieurs animations pour tenter de gagner des places pour le match. Cette soirée représente pour le club une belle occasion de faire le plein d’encouragements en vue de ce match inédit face au voisin et ami monégasque, qui se jouera dans le mythique Stade Louis-II, à une vingtaine de kilomètres de leur stade de résidence.

Des animations exclusives pour les supporters

Lors de chaque "Affiche Petits Poucets PMU", les supporters des plus petites équipes seront récompensés et pourront devenir acteurs du match ! Ainsi le dimanche 3 janvier prochain, le PMU permettra à Roger Roux, maire de Beaulieu-sur-Mer, ainsi que le gérant du Café du Centre, Joseph Gémignani, de donner le coup d’envoi de la rencontre.

A la mi-temps, le parieur sportif PMU.fr le plus audacieux aura la chance de participer à la nouvelle animation "Face à Face PMU", une séance de tirs aux buts face à un ancien footballeur de renom, pour tenter de gagner un an de paris sportifs. Pour cette première édition, ce sera face à Bernard Lama, ancien international français, Champion du Monde et d’Europe, et ancien gardien de but emblématique du Paris Saint-Germain.

 

 

 

 

 

Le tirage au sort des 64èmes de finale de la Coupe Gambardella-Crédit Agricole

photo_landreau_gambardella

Le tirage a eu lieu ce jeudi midi, au siège de la FFF, effectué par Mickaël Landreau (photo), il marquait l'entrée en lice des clubs du championnat national U19. Pour rappel, les matches se joueront le dimanche 18 janvier 2015.

Découvrez le tirage.

Groupe A

  • Saint-Omer US (2) – Valenciennes FC (1)
  • Calais RUFC (2) – Amiens SC (1)
  • Creil AFC (2) – Arras FA (1)
  • Dunkerque USL (2) – Lens RC (1)
  • Saint-Quentin Olympique (1) – Reims Stade (1)
  • Croix FIC (2) – LOSC (1)
  • Crépy en Valois (3) ou Soisy /Seine (2) – Saint-Amand FC (2)
  • Aulnoye AS (2) – Grande Synthe O. (2)

Groupe B

  • Sedan Ardennes CS (2) – Amnéville CSO (1)
  • Auxerre AJ (1) – Strasbourg RC (1)
  • Illzach ASIM (2) – Magny RS (2)
  • Thionville FC (2) – Sarreguemines FC (2)
  • Schiltigheim SC (2) – Troyes ESTAC (1)
  • Strasbourg Pierrots Vauban (2) – Nancy ASNL (1)
  • Villers Les Nancy COS (2) – Metz FC (1)
  • Auxerre Stade (3) – Epinal SA (1)

Groupe C

  • Cournon Auv. FC (2) – Sochaux Montbéliard FC (1)
  • Pontarlier CA (1) – Clermont Foot 63 (1)
  • Chambéry SO (2) – Lyon Olympique (1)
  • Millery Vourles US (3) – Besançon Racing (1)
  • Annecy FC (2) – Dijon FCO (1)
  • Bourg Peronnas FC (2) – Evian TG FC (1)
  • Dijon USC (3) – Le Puy Foot 43 (2) ou Rachais ES (2)
  • Clermont St Jacques (2) – Jura Dolois AS (2)

Groupe D

  • Roche St Genest FC (2) – Ajaccio AC (1)
  • Sainte-Maxime AS (3) – Saint-Etienne AS (1)
  • Furiani Agliani AS (1) – Monaco ASMFC (1)
  • La Seyne FC (3) – Cannes AS (1)
  • Alès Olympique (2) – Marseille Olympique (1)
  • Saint-Priest AS (2) – Côte Bleue FC (2)
  • Lyon Duchère AS (2) – Bastia SC (1)
  • Valence Olympique (2) – Nice OGC (1)

Groupe E

  • Luzenac AP (2) – Balma SC (2)
  • Nîmes Olympique (1) – Toulouse FC (1)
  • Anglet Genets (2) – Bordeaux Stade (2)
  • Lunel Gallia Club (2) – Villenave J. (1)
  • Montpellier HSC (1) – Bordeaux Girondins (1)
  • Onet Le Château ES (2) – Arles Avignon AC (2)
  • Mérignac Arlac E. (2) – Le Pontet US (2)
  • Rodez Aveyron F. (2) – Béziers AS (1)

Groupe F

  • Le Mée Foot (2) – Paris FC (1)
  • Niort Chamois FC (1) – Orléans Loiret US (1)
  • Limoges FC (2) – Tours Nord SC (2)
  • Angoulême Charente FC (2) – Linas Montlhéry ESA (2)
  • Tours FC (1) – Laval Stade FC (1)
  • Fontenay Le Comte VF (2) – Sablé /Sarthe FC (2)
  • Chatellerault SO (2) – Angers SCO (1)
  • Saint-Pryvé Saint-Hilaire FC (2) – Châteauroux Berrichonne (1)

Groupe G

  • Quimper Kerfeunten FC (2) – Changé US (1)
  • Guipavas GND (2) – Saint-Avé ES (2)
  • Brest Stade 29 (1) – Lorient FC (1)
  • Lannion FC (2) – Montagnarde US (2)
  • La Roche s/Yon VF (2) – Nantes FC (1)
  • Vertou USSA (2) – Rennes Stade FC (1)
  • Vitré AS (2) – Vannes OC (1)
  • Rennes TA (2) – Guingamp En Avant (1)

Groupe H

  • Rouen FC 1899 (1) – Saint-Lô Manche FC (1)
  • Boulogne Bill. ACBB (2) – Fleury Mérogis US (2)
  • Mondeville USON (2) – Beauvais Oise AS (2)
  • Amiens AC (1) – Paris Saint-Germain (1)
  • Argenteuil RFC (2) – Val Yerres Crosne (2)
  • Montfermeil FC (2) – Quevilly US (1)
  • Red Star FC 93 (2) – Caen SM (1)
  • Entente SSG (2) – Le Havre AC (1)

Les terrains des rencontres comportant un "ou" seront déterminés ultérieurement par la Commission d'Organisation.

  • (1) : National
  • (2) : Ligue
  • (3) : District
  • Source : FFF

Images liées:

2013 Coupe Gambardella

coupegambardella

cpe-gambardella-2013

2013 Coupe Gambardella " Les Girondins de Bordeaux "

 La Coupe est à nous ! (1-0)

2013-girondins-de-bordeaux

Les Girondins décrochent la 2ème Gambardella du Club ! Les U19 ouvraient le bal en ce jour de finale pour notre club. Nos U19 étaient opposés à Sedan en finale de la Coupe Gambardella. En première période, les Girondins ont débuté timidement mais ont su monter en puissance. Ils se sont créé plusieurs occasions sans trouver la faille. Lors du second acte, les Bordelais ont poussé puis résisté à la fatigue. Gaëtan Laborde a délivré l’équipe d’une tête en lucarne (87’). Les jeunes entrent dans l’histoire en décrochant la 2ème Coupe Gambardella de l’histoire des Girondins, la première depuis 1976 !

L’avant-match

Les U19 bordelais ouvrent le bal des finales cet après-midi au Stade de France. Les Marine et Blanc affrontent Sedan. En jeu, la prestigieuse Coupe Gambardella. Il s’agit de la première finale depuis 2008 mais Bordeaux court après le trophée depuis 1976. Pour cette finale, Philippe Lucas a choisi une composition classique avec : Prior – Joubert, P. Laborde, Sanchez, Pellenard – Sacko, D'Almeida, Kaabouni (c.), G. Laborde – Nouamria, Crivelli. En face, Sébastien Tambouret, le coach du CS Sedan Ardennes, met en place l’équipe suivante : Bastien, Traoré, Sefil, Touré, Matukondolo – Njike, Bijimine – Randriambololona (cap.), Androuet, Bamba – Jacob.

Sedan trouve le poteau !

La rencontre démarre dans un stade vide mais sur une belle action. Les Sangliers monopolisent le ballon dans la première minute. Après une belle construction, Jacob est trouvé aux abords de la surface de réparation et frappe. Prior est battu mais sauvé par son poteau (1’). Les Marine et Blanc paraissent intimidés dans les cinq premières minutes. La pelouse est grande, les repères différents. Les joueurs des deux équipes courent partout et perdent de nombreux ballons. Néanmoins, au fil des minutes, Bordeaux trouve la bonne carburation et fait jeu égal.

Bordeaux dans le coup

Après un quart d’heure, nos jeunes sont complètement dans le match. Ils se procurent leur première occasion. Alerté plein axe, Kaabouni perce et sert Laborde. Ce dernier centre pour Crivelli qui manque sa talonnade de peu (15’). Mieux en place et plus déterminés dans les duels, les Girondins prennent la possession du ballon. Ils doivent néanmoins faire face à une belle équipe sedanaise dont le potentiel physique est impressionnant. Avec les virevoltants Androuet et Jacob, il y a aussi de la vitesse. Ces dernières amènent le danger et obtiennent des corners. Sur l’un d’eux, Sefil place une tête au-dessus (22’).

Les occasions Bordelaises

Si Sedan est dangereux, les Girondins passent à la vitesse supérieure autour de la demi-heure de jeu. Le moment choisi par les Ultramarines pour lancer leurs chants. Crivelli se procure trois belles occasions. Il y a d’abord deux volées à côté de la cage (30’ et 32’). Enzo marque de la tête sur la troisième mais son but est refusé pour hors-jeu (35’). Bordeaux ne s’arrête pas là et domine. Sur une nouvelle montée de Joubert, Sacko est alerté. Il donne à Nouamria qui le retrouve superbement. Hadi, face au gardien, tente une frappe difficile qui passe de peu à côté (37’). Bordeaux finit plus fort cette mi-temps mais se fait peur. Sur une nouvelle inspiration d’Androuet, Bamba fait face au but mais tergiverse. Pierre Laborde sauve Bordeaux en s’opposant à la frappe sedanaise (43’). La mi-temps est sifflée après une dernière frappe de Laborde captée difficilement par le gardien (45’). Bordeaux aura débuté timidement mais a su monter en puissance pour dominer sans trouver la faille.

Bordeaux pousse, Sedan résiste

La deuxième période démarre sur un rythme supérieur. Les Girondins dominent toujours. Ils occupent le camp des Sangliers qui évoluent désormais en contre. Sur l’un d’eux, Jacob part sur le côté et centre fort devant le but. Aucun sedanais n’est là pour reprendre (49’). La grosse occasion de ce premier quart d’heure, elle est bordelaise. Sur la gauche, Laborde fait la différence et place un centre vicieux. Le gardien est lobé mais Nouamria ne peut reprendre (55’).

Le coup de mou bordelais

L’heure de jeu passée, le match s’équilibre à nouveau. Des deux côtés, la fatigue se fait sentir. Sacko et Nouamria souffrent de crampes côté bordelais. Sedan profite de ce coup de mou pour se montrer dangereux. Randriam frappe par deux fois sans surprendre le gardien bordelais (61’ et 67’). Boudiba, entré à la place d’Androuet (60’), se montre aussi. Lancé en profondeur, il se présente devant Prior qui sort la parade (64’). Les minutes passent et Bordeaux est de plus en plus menacé. Même un centre anodin fait passer un frisson dans la défense bordelaise. Philippe Lucas décide alors d’un premier changement avec l’entrée d’Albert Makiadi pour Batiste Nouamria (71’). Le jeune bordelais se montre à son avantage en apportant son énergie au milieu de terrain.

Gaëtan Laborde, ce héros

Les deux équipes entrent, crispées, dans le dernier quart d’heure. La fatigue est désormais manifeste dans les deux camps. Les joueurs des deux formations donnent tout pour faire la différence. Njike, à Sedan, s’essaye de loin sans succès (78’), tout comme Kaabouni côté bordelais (81’). Les Sangliers sont néanmoins plus incisifs mais tombent sur un très bon Prior. Le portier bordelais capte une tête de Bamba (81’) et réalise une très belle parade devant Boudiba sur une frappe en coin (83’). Au départ, le contre sedanais était allé à 100 à l’heure.

Côté bordelais, la tension monte. Enzo Crivelli et Sessi D’Almeida prennent des avertissements pour des gestes d’humeur (80’ et 85’). Cette tension, Bordeaux va la transformer en joie. Suite à un bon travail côté gauche, les Girondins obtiennent un corner. Makiadi le frappe. Le gardien est lobé et Laborde place un coup de tête imparable dans la lucarne (1-0, 87’). Ivres de joie, les jeunes bordelais vont communier avec le public marine et blanc ! Sedan lance alors ses dernières cartouches. Gonel entre pour Bamba.

Les Sedanais poussent mais les joueurs de Philippe Lucas ne paniquent pas. Ils gèrent même les dernières minutes avec beaucoup de maturité. L’arbitre délivre enfin les Girondins après trois minutes de temps additionnel. Les joueurs courent vers la tribune, s’embrassent, se congratulent… Ils le peuvent. Ils viennent de décrocher la 2ème Coupe Gambardella de l’histoire des Girondins, la première depuis 1976. Après un tour d'honneur, Younès Kaabouni, capitaine, lève la Coupe Gambardella dans le ciel du Stade de France. Désormais, quelque soit la suite de votre carrière, vous êtes dans le grand livre des Girondins… à tout jamais !

image25

Le SM Caen poursuit sa route

Les joueurs de François Rodrigues ont vaincu le signe rennais : éliminés deux fois par le club breton, les U19 du SMC ont cette fois bouté Rennes hors de la Gambard' (1-1, 3-2 tab)

CG-CAEN-poursuit sa rte

Le héros, c’est Paul Reulet.

Auteur de trois parades au cours de la séance de tirs au but, le gardien malherbiste a envoyé son équipe en 1/8e de finale de la Coupe Gambardella, la coupe de France des U19. Les Caennais ont dû patienter jusqu’à cette loterie pour savourer leur bonheur, mais ils l’avaient bien mérité en se montrant plus consistants que les Rennais dans le jeu. Ils croyaient d’ailleurs avoir fait le plus dur en ouvrant le score à la 70e minute, grâce à Vancaeyezeele, qui reprenait de la tête un corner de Lemar. Mais un petit relâchement permettait à Furtado d’égaliser dans la foulée (76e) et contraignait les deux équipes à la fatidique séance. Le moment choisi par Paul Reulet pour faire son show…

tirage-8ème

Le tirage au sort des 1/8èmes de finale de la Coupe Gambardella-Crédit Agricole

Le Tirage a  lieu ce jeudi midi, au siège de la FFF. Il a été effectué par Jean-Claude Hillion et Patrick Gonfalone (photo). Pour rappel, les matches auront lieu le dimanche 22 mars.

Découvrez le tirage complet.

  • SC Tours Nord (2) ou EA Guingamp (1) – FC Nantes (1)
  • LOSC (1) – SM Caen (1)
  • Paris Saint-Germain (1) – AS Nancy Lorraine (1)
  • AC Ajaccio (1) – Stade Rennais (1)
  • Olympique Lyonnais (1) – AS Saint-Etienne (1)
  • Olympique de Marseille (1) – LB Châteauroux (1)
  • AJ Auxerre (1) – AS Monaco (1)
  • Fleury Mérogis US (2) ou Dijon FCO (1) – FC Sochaux Montbéliard (1)

 

Images liées:

Finale 2015 Cpe Gambardella

Finale de la coupe Gambardella 2015.

Olympique Lyonnais / FC Sochaux, à suivre en direct du stade de France à 17h15 sur France 4 avec les commentaires de Fabien Lévêque, Jérôme Alonzo et Daniel Lauclair pour les interviews au bord du terrain.

Cpe -gambardella-2015-FCSM-OL

Cette Finale 2015 mettra aux prises les jeunes de l’Olympique Lyonnais, qui n’ont plus remporté cette compétition depuis 1997, à ceux du FC Sochaux Montbéliard, vainqueurs en 2007.

L’objectif des deux clubs : succéder au tenant du titre, l’AJ Auxerre. Ce sera une bataille entre deux centres de formation dont la réputation n’est plus à faire .

Le parcours lyonnais cette saison en Gambardella :

  • 64èmes : Olympique Lyonnais 4 – 0 Chambéry FOOT 73
  • 32èmes : OGC Nice 1 – 3 Olympique Lyonnais
  • 16èmes : Toulouse FC 1 – 3 Olympique Lyonnais
  • 8èmes : Olympique Lyonnais 2 – 2 AS Saint-Etienne (6 tirs au but à 5 pour l’OL)
  • 1/4 : Olympique Lyonnais 3 – 1 LOSC Lille
  • 1/2 : Stade Rennais 0 – 1 Olympique Lyonnais

Le parcours sochalien cette saison en Gambardella :

  • 64èmes : Cournon Auvergne 0 – 4 FC Sochaux-Montbéliard
  • 16èmes : FC Sochaux-Montbéliard 1 – 0 Pontarlier
  • 8èmes : Dijon 0 – 3 FC Sochaux-Montbéliard
  • 1/4 : FC Sochaux-Montbéliard 2 – 1 EA Guingamp
  • 1/2 : Paris SG 1 – 3 FC Sochaux-Montbéliard

killi

Kilian Pagliuca : « Le Stade de France est un endroit mythique. C’est connu par tout le monde, peu importe le pays. C’est un stade comme le Camp Nou, ça rappelle forcément des souvenirs dans la tête des gens. C’’était un rêve de jouer dans ce genre de stade. Et là, on a l’occasion de le faire. C’est une chance. Ça va être un grand moment. Au début, le stade va un peu nous impressionner. C’est normal, l’environnement est un peu intimidant. Mais il faudra se dire que c’est un terrain comme les autres. La pelouse sera de très bonne qualité. On va donc essayer de jouer de la même façon que d’habitude.    Il faudra faire abstraction de l’environnement autour.

Ça va être une semaine de travail comme les autres. Il n’y a pas de pression pour le moment, mais ça va monter à mesure qu’on va se rapprocher du match. Mais il ne faudra pas trop se mettre la pression pendant le match, il faudra oublier le contexte pour pas qu’on perde nos moyens sur le terrain. Ça sera important de ne rien changer, de garder nos habitudes. Je me sens très bien physiquement et mentalement. Je ne suis plus fatigué, comme je pouvais l’être pendant les matchs avec ma sélection. J’ai bien récupéré et repris confiance en marquant. Donc tout va bien. »

Ulrik

Ulrik Jenssen : « Ca va être quelque chose d’énorme, un moment exceptionnel. Le Stade de France est un stade formidable. C’est un rêve qui va se réaliser de jouer dans des stades aussi grands. Je connaissais le Stade de France avant d’arriver en France. J’avais déjà regardé des matchs à la TV en Suède. C’est impressionnant. Beaucoup de gens vont venir. Il va y avoir une sacrée ambiance. Je me sens très bien physiquement et psychologiquement. Je sens que l’équipe peut faire quelque chose de très intéressant. Si on est sérieux, ça peut bien se passer. A nous de faire le nécessaire pour gagner ce trophée. C’est sans aucun doute mon plus gros match, celui le plus important, depuis que j’ai commencé le football. Je n’ai jamais jouer une finale aussi importante que celle-ci. »

Images liées:

1/2 Finale Coupe Gambardella 2015

Coupe Gambardella

PSG/Sochaux (1-3) : Paris échoue en 1/2 de Gambardella…

res_psg_sochaux_gambardella

Dimanche 3 mai 2015 : Le PSG s'est incliné en demi-finale de la Coupe Gambardella face à Sochaux (3-1). Les Parisiens ont été dans le coup jusqu'au dernier quart d'heure mais l'entrant Aktas a fait la différence. En finale, les qualifiés affronteront Lyon juste avant la finale de la Coupe de France.

La composition

compo_psg_sochaux_gambardella

C'est l'équipe attendue qui a été alignée par Laurent Bonadéi. Au nvieau du changement, cela a été plus ou moins du poste pour poste sauf quand Sanogo a remplacé Gonçalves, Paris jouant le tout pour le tout. Le match : Sur un terrain labouré par la demi-finale précédente jouée sous la pluie juste avant, c'est Sochaux qui commence le mieux sous l'impulsion de l'attaquant Marcus Thuram, fils de.

A la 7ème minute, c'est d'ailleurs lui qui ouvre le score après un bel exploit individuel. Servi aux 40m, il s'enfonce dans la défense, évite deux Parisiens tranquillement et frappe victorieusement du gauche à l'entrée de la surface (0-1, 7e). Paris est largement secoué et peine à réagir mais la première occasion est la bonne. Doumbia déborde côté gauche et centre pour Meïté au premier poteau qui claque une demi-volée acrobatique qui part au fond des filets (1-1, 16e).

Cette égalisation lance complètement le match du PSG qui prend alors l'ascendant au milieu, se montrant dangereux sur des centres. Ballo-Touré met le feu côté gauche et un Sochalien dévie en corner juste devant Meïté qui allait reprendre l'offrandre à la 21ème minute. A la demi-heure de jeu, Brydges est trouvé côté droit suite à une superbe transversale et centre en retrait pour Augustin dont la puissante reprrise est repoussée par les pieds du gardien. Quelques instants plus tôt, le Sochalien Robinet avait toutefois eu une énorme occasion sur un coup-franc remis dans le paquet en loupant le cadre à 5m des buts.

La fin de la mi-temps se rééquilibre entre les deux équipes malgré une légère domination parisienne mais les occasions se font rares. A la pause, le score est de 1-1 et les deux équipes peuvent avoir des regrets : Paris pour sa bonne demi-heure, Sochaux pour avoir loupé une énorme occasion. La deuixème période commence avec deux grosses occasions loupées, une de chaque côté, à chaque fois sur un duel. Meïté est servi par un Sochalien sur une passe en retrait malheureuse mais sa frappe est repoussée des pieds par le gardien.

Quelques instants plus tard, Chikhaoui loupe un face à face contre Descamps en frappant fort à côté alors qu'il avait un Sochalien seul au centre… Paris domine mais peine à se créer des grosses occasions et fait des mauvais choix en bonne position avec des centres ratés sur des bons ballons. Le coaching commence à la 65ème quand Ballo-Touré et Demoncy sortent pour Labissière et Nkunku. Côté Sochalien on fait rentrer le dénommé Aktas à la 72ème et il met immédiatement le feu au PSG.

Sur son 3ème ballon, il place un sombrero côté droit avant de faire un bon centre en retrait. Thuram contrôle et frappe en pivot, trompant Descamps de façon inéluctable (1-2, 74e). Ce but éteint complètement le PSG et Sochaux commence alors sa meilleure période du match, plus juste techniquement et pressant de nouveau très haut. Sur un contre vite joué, Thuram sert Atkas qui provoque un penalty en deux temps après avoir buté sur Descamps. C'est transformé sans trembler par Robinet (1-3, 88e). C'est fini, Paris s'arrête en demi-finale, comme souvent en Gambardella. Le PSG n'a pas démérité, probablement même plus tenté de jouer que Sochaux, mais les individualités sochaliennes ont fait très mal, notamment Thuram et Aktas.

Images liées:

1960-1961Résumé des matchs

Cinq ans après la victoire face à Troyes, c’est encore au stade de Colombes que les Sedanais vont forger la légende des Sangliers. Le dimanche 7 mai 1961, Sedan bat Nîmes 3-1 devant 39.070 spectateurs.
A son retour à la gare de Sedan, la foule acclame Zacharie Noah présentant la coupe dans laquelle il a mis son fils Yannick.
Retrouvez le deuxième acte des finales sedanaises avec Claude Lambert.
1961. FINALE SEDAN-NIMES A COLOMBES…
Le parcours
32 èmes, à Lille, Sedan-Armentières : 3-1 (Breny, Salem, Lion)
16 èmes, à Bordeaux, Sedan-Toulouse : 2-1 (Mouchel, Fulgenzy)
8 èmes, à Lille, Sedan-Strasbourg : 2-0 (Lebert 2)
Quarts de finale : à Lyon, Sedan-Nice : 2-1 (Fulgenzy, Salaber) et Nîmes-R.C.Paris : 3-2
Demi-finales : à Paris (Colombes), Sedan-Bordeaux : 2-2 (a.p., Mouchel, Fulgenzy) et à Paris (Parc des Princes), Sedan-Bordeaux : 1-0 (Salem) et Nîmes-Montpellier : 2-1
La Finale
Dimanche 7 mai 1961. Stade de Colombes. Sedan bat Nîmes 3-1 (1-0). Pluie avant le match, puis soleil en deuxième mi-temps. Spectateurs : 39.070. Recette : 253.188 frs. Arbitrage de M. Bois. Buts : Fulgenzy (16e), Breny (74e), Salem (82e) et Constantino (86e).
SEDAN : Bernard, Noah, Polak, Lemasson, Maryan, Hatchi, Salaber, Mouchel (capitaine), Salem, Fulgenzy, Breny. Entraîneur: Louis Dugauguez
NIMES: Roszak, Bettache, Charles-Alfred, Bandera, Barlaguet (capitaine), Christian Oliver, Garnier, Constantinio, Akesbi, Cassar, Rahis. Entraîneur : Kader Firoud
Les Buts
16 ème minute. Une descente d’Akesbi est stoppée par Lemasson. Sur la contre-attaque Mouchel contrôle une ouverture de Hatchi. Il passe à Fulgenzy qui dribble deux adversaires et du gauche bat Rozak d’un tir en biais remarquable de précision et de force.
74 ème minute. Sur centre de Salaber, Salem est là devant le but : il gêne Rozak qui ne contrôle pas la balle et Breny la pousse dans le but vide.
82 ème minute. Deux contres-attaques sedanaises partent du centre. Sur la seconde Salaber est servi de belle façon par Breny et sur le centre Salem reprend victorieusement.
86 ème minute. Encore une belle action de Salaber aux 18 m nîmois puis c’est un corner au bénéfice de Nîmes. Garnier le tire : devant Bernard personne ne dégage et Constantino de la tête marque.
Avant l’aphothéose
Les Ardennais ont rallié la capitale la veille du match par un train spécial parti de Sedan à 10 heures.
En lever de rideau, finale de la coupe Gambardella : Nîmes bat Joinville : 2-0.
L’hymne national et le programme musical sont exécutés par la Musique de l’Air.
Sedan et Nîmes ne se sont jamais rencontrés en Coupe de France.
Dans les rangs nîmois, à noter la présence de Alex Rozak et Christian Oliver, anciens Sedanais. Ce dernier ayant déjà remporté le trophée avec l’UAST en mai 56, contre Troyes.
Les couleurs : Sedan joue en maillot bleu, écusson vert et rouge et Nîmes en maillot rouge et blanc. Les jeunes sedanais Lecuivre et Merveille disputent le même jour que Sedan-Nîmes, à Paris, la finale nationale du Concours du Jeune Footballeur.
C’est une petite laie de 7 mois prénommée « Dora », appartenant à M. Florent Toussaint, qui fait le déplacement de la capitale. Elle est accompagnée de marcassins qui ont aussi l’honneur de courir sur le terrain de Colombes.
Victime d’un claquage à l’entraînement, l’ailier Yannick Lebert, malgré les soins prodigués, n’a pu être rétabli pour la finale. C’est Claude Breny, un des « pionniers » de l’UAST, qui le remplace.
Les Ardennais ont préparé la finale dans les Ardennes belges, à l’hôtel « Beau Rivage » de Frahan.
Les élèves de « l’Ecole de foot » de l’UAST ainsi que les membres du Comité et les moniteurs vont encourager les Sedanais à Colombes.
Les titres de la presse
« L’Ardennais » :
« Demain à Colombes : Sedan-Nîmes. Pour la 3 ème fois une équipe ardennaise en finale de la Coupe de France : il y a 25 ans, Charleville et il y a 5 ans, Sedan déjà… C’est Nîmes qui partira favori mais le rôle de challenger convient à Sedan. Les Ardennais, décidés à se livrer sans réserve, ont leur chance »
« L’Union »:
« Football réaliste, athlétique, vivace demain à 15 heures, au stade de Colombes. Deux équipes de tempérament, opposées pour la 44 ème finale de la Coupe de France »
« France-Soir »:
« Cinq ans après leur première victoire en Coupe, les « footballeurs ouvriers » de Sedan ont déserté l’usine cette semaine. Pour mieux préparer la finale… Sedan contre Nîmes : deux équipes ardentes et volontaires, aux chances égales »
… Et après le match
Les titres de la presse
« L’Ardennais » :
« Sedan ramène la Coupe. 45.000 spectateurs et M. Debré ont applaudi la brillante victoire (3-1) sur Nîmes. Plus ardents, plus volontaires, jouant un grand match, les Ardennais ont battu Nîmes de façon indiscutable. Ardeur en première mi-temps et prudence en seconde : Nîmes ne se retrouva jamais »
« L’Union » :
« Pour la seconde fois, Sedan aura son nom sur le socle de la Coupe de France. Les Ardennais plus rapides, mieux organisés, s’assurent la maîtrise du jeu et la victoire sur Nîmes par 3 à 1 »
« France-Soir » :
« Finale mouvementée au stade de Colombes devant plus de 50.000 spectateurs. Sedan vainqueur de la Coupe. Les Ardennais ont battu Nîmes 3 à 1 après avoir mené 3 à 0 : buts de Fulgenzy, Breny et Salem »
« Miroir-Sprint. Le Reflet du Sport » :
« Sedan avait les jambes… mais aussi et surtout la tête »
« But et Club. Le Miroir des Sports » :
« La victoire de Sedan c’est aussi le triomphe de Mouchel qui a rêvé tout éveillé. La Coupe retourne dans les Ardennes : Sedan a tombé Nîmes en appliquant à la lettre le plan de Louis Dugauguez »
« France Football » :
« Une finale qui a tenu ce qu’elle promettait. Fulgenzy tira en un éclair… et Nîmes assommé ne s’en remit jamais ! »
« L’Equipe » :
« Une finale attachante, une victoire âprement disputée, deux équipes généreuses. Sedan a plié sous l’orage, mais n’a point cédé. Nîmes surpris par la qualité et la détermination sedanaises en première mi-temps et décontenancé par son propre manque de réussite en seconde »
Les Potins
Après la finale, les dirigeants, joueurs et entraîneur sedanais se sont retrouvés au restaurant « En plein ciel » de la Tour Eiffel.
Zacharie Noah -qui, dans le vestiaire de Colombes, avait subtilisé le légendaire… chapeau du docteur Tissot !- retrouva son fils Yannick, âgé de onze mois, à la gare de Sedan. Il le plaça dans la Coupe à la grande joie des nombreux supporters présents !
Remplaçant le général de Gaulle, c’est M. Michel Debré, Premier ministre, qui a remis le trophée à Marcel Mouchel, le capitaine sedanais.
Le crocodile est l’emblème des Gardois… qui en ont amené un à Colombes. Mais… empaillé !
Coéquipiers de la première heure à l’UAST, Marcel Pascal et Lucien Bochard sont venus à Paris pour encourager des « ardents Ardennais » prêts pour l’événement.
Malgré la défaite, Christian Oliver est venu faire une apparition au vestiaire ardennais pour embrasser et féliciter dirigeants et ses anciens équipiers ainsi qu’Alex Rozak qui se dit « content » pour les Sedanais.
A noter une petite rixe dans les tribunes entre les supporters nîmois et sedanais à coups de… boîtes de bière !
Albert Eloy et Pierre Tillon qui figuraient dans l’équipe sedanaise victorieuse en 1956, ont adressé chacun un télégramme d’encouragements reçu avant le coup d’envoi. Dans le vestiaire sedanais, on a sablé le champagne, une cuvée « spécial Coupe de France 1961». Tout avait été prévu !
M. Paul Leclers, président de « L’Ardenne à Paris », a fait porter dans le vestiaire sedanais une magnifique corbeille de muguet enrubannée de vert et rouge.L’arbitre, M. Bois, après avoir donné son ultime coup de sifflet, a récupéré le… ballon auprès de Breny mais il n’a pas pu obtenir toutes les dédicaces des joueurs.
Une véritable marée humaine attendait les Ardennais dans leur bonne ville ! En effet, dans Sedan en liesse, 10.000 supporters ont accueilli les vainqueurs de la Coupe de France. Dirigeants et joueurs ont été chaleureusement reçus par la municipalité. Un char spécialement aménagé attendait la délégation sedanaise devant la gare et le convoi traversa une ville en délire. La réception à l’hôtel de ville a marqué un point final à ce périple à travers la ville.
DANS LES VESTIAIRES
Sedan
Louis Dugauguez (entraîneur) :
« ils ont bien joué, ils l’ont bien gagné ! Je suis très satisfait de ce brillant résultat ! Notre tactique dérouta les Nîmois qui ne purent jamais se reprendre. Je vais pouvoir me reposer et dormir… »
Lucien Laurant (Président) :
« nous y avons toujours cru. L’équipe a fait un très bon match, tous ont joué d’une manière magnifique. Notre victoire est aussi celle de Dugauguez qui a su préparer ses hommes d’une façon rationnelle, tant sur le plan physique que sur le plan psychologique. C’est merveilleux ! »
Maurice Laurant (directeur sportif) :
« c’est pour nous une grosse satisfaction. On a plus de joie à gagner la Coupe de France que le championnat. On se libère, la joie est plus spontanée, plus intense »
Louis-Albert Oudart (Président de la section professionnelle) :
« on a joué le match comme il fallait le jouer »
Roger Tissot (médecin du club) :
« cinq ans après ou la victoire d’un club persévérant qui ne forme qu’un tout, depuis l’Ecole de Football jusqu’aux professionnels »
Yannick Lebert :
« je n’ai pas voulu prendre le risque de jouer. Spontanément, j’ai cédé ma place à Claude (Breny)… »
Emilio Salaber :
« cette victoire vaut pour moi… 100 millions ! »
Pierre Bernard :
« pour une fois dans ma fichue carrière, j’ai eu de la chance sur terrain de Colombes ! »
Christian Perrin :
« mon émotion est difficilement contenue mais, je suis encore jeune et j’ai le temps de revenir à Colombes… »
Marcel Mouchel (capitaine) :
« mon rêve est réalisé avec moins de difficultés que je ne le pensais. Le premier but nous a décontractés et c’est là que j’ai compris que nous allions gagner la Coupe. De plus, les consignes ont été strictement respectées alors que je savais qu’il nous faudrait subir un assaut désespéré des Nîmois »
Nîmes
Kader Firoud (entraîneur) :
« nos joueurs étaient guindés et nerveux. J’en ai « gros sur le cœur »… Sedan a très bien joué le coup ! Nîmes a été battu par une astuce tactique de Dugauguez en ligotant mes deux attaquants -Akesbi et Rahis- supposés les meilleurs »
Henri Chrabrol (Président) :
« nous prenons de mauvaises habitudes. Voilà deux fois que nous allons à Colombes le cœur gonflé d’espérance et deux fois que nous en revenons battus. Il faut que cela change ! »
Bernard Rahis :
« une finale de Coupe n’est pas un match amical. Il faut savoir se battre… »
Pierre Barlaguet (capitaine) :
« j’admets parfaitement la victoire et d’ailleurs j’ai tenu à féliciter en premier Mouchel. Et j’ajoute que je ne veux surtout pas chercher d’excuses »

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football