Les Sélectionneurs EFF

Les Sélectionneurs EFF

Georges Boulogne Sélectionneur de l’équipe de France

Sélectionneur de l’équipe de France

Logo_Fédération_Française_de_Football.svg

L.P Nom, prénom Les dates
France.ping Henri Guérin (4 oct. 1964 – 20 juil. 1966)
France.ping José Arribas et Jean Snella (28 sept. 1966 – 26 nov. 1966 )
France.ping Just Fontaine (22 mars 1967 – 3 juin 1967 )
France.ping Louis Dugauguez (17 sept. 1967 – 2 mars 1969 )
France.ping Georges Boulogne (5 mars 1969 – 26 mai 1973)
Roumanie.ping Stefan Kovacs (8 sept. 1973 – 15 nov. 1975 )
France.ping Michel Hidalgo (27 mars 1976 – 27 juin 1984)
France.ping Henri Michel (13 oct. 1984 – 22 oct. 1988 )
France.ping Michel Platini (1er nov. 1988 – 2 juil. 1992)
France.ping Gérard Houllier (26 août 1992 – 17 nov. 1993)
France.ping Aimé Jacquet (17 déc. 1993 – 12 juil. 1998 )
France.ping Roger Lemerre (27 juil. 1998 – 5 juil. 2002 )
France.ping Jacques Santini (19 juil. 2002 – 30 juin 2004)
France.ping Raymond Domenech (12 juil. 2004 – 22 juin 2010)
France.ping Laurent Blanc (2 juil. 2010 – 30 juin 2012)
France.ping Didier Deschamps (8 juil. 2012 -)

clubfrancais

Sélectionneur de l’équipe de France

Georges Boulogne 1917-1999
Généralités
Sport : football
Nationalité : Française
Naissance : Né le 1 Juillet 1917
Lieu : Hallicourt (Pas-de-Calais) France.pingFrance
Décèdé : le 23 Août 1999 (82 ans)
Lieu : Sedan (Ardennes) France.pingFrance
Période pro :
Poste :
Parcours Amateur
1926-1942 : AC Ambroise
19-19- : CO Saint-Dizier
Equipes Entraînées
1948-1950: CO Saint-Dizier
19-19- : KAA La Gantoise Belgique.pingBelgique
19-19- : Belgique.pingRCS Verviers
19-19- : CA Vitiry
1955 : FC Mulhouse
1969-1973 : France.pingFrance

Georges Boulogne

Georges Boulogne, né le 1er juillet 1917 à Haillicourt, Pas-de-Calais, et décédé le 23 août 1999, est un entraîneur et dirigeant de football français.

Biographie

Georges Boulogne vit les vingt-cinq premières années de sa vie en Touraine, étant joueur amateur à l’AC Amboise pendant seize ans. Il part ensuite à Saint-Dizier où il intègre le club local d’abord comme joueur, puis comme entraîneur-joueur, participant à la montée du club en CFA en 1949. Il part ensuite exercer le métier d’entraîneur en Belgique, à Gand puis à Verviers, avant de revenir en France à Vitry et enfin Mulhouse. Il rejoint ensuite l’encadrement technique de la Fédération française de football. Il succède à Pierre Pibarot au poste d’instructeur national en 1958, étant responsable de la méthodologie de l’enseignement aux entraineurs et de leur formation. Il entraîne successivement les équipes de France Juniors, Amateurs et « B »1.

À la suite de la démission de Louis Dugauguez en mars 1969, il devient sélectionneur national par intérim puis permanent de l’équipe de France A de 1969 à 19732. Son premier match se termine par une défaite cuisante contre les Anglais à Wembley (0-5). Sous son mandat, l’équipe de France ne parvient à se qualifier ni pour la coupe du monde 1970 (devancée par la Suède), ni pour l’Euro 1972 (devancée par la Hongrie et la Bulgarie), ni pour la coupe du monde 1974 (devancée par l’URSS et l’Irlande). Sur ce dernier échec, il laisse sa place à l’entraîneur roumain Stefan Kovacs. Avec 14 victoires, 5 nuls et 11 défaites, son bilan sportif est modeste, mais Boulogne ouvre sa sélection aux jeunes joueurs et participe ainsi au renouveau du football français.

Il est le premier Directeur technique national, poste créé en 1970 qu’il occupe jusqu’en 1982, et reste jusqu’à sa disparition l’un des piliers techniques de la fédération. Il est notamment celui qui impose aux clubs professionnels la mise en place de centres de formation, qui réforme la formation des entraîneurs et enfin, qui inspire la création de l’Institut national du football (INF) avec son programme de détection des jeunes talents1. Avec Roland Chatard et Michel Hidalgo, il est l’auteur du livre Le Guide pratique du football, sorti en 1977. Le stade de la ville de Amboise, en Touraine, porte le nom de Georges Boulogne.

Images liées:

Louis Dugauguez Sélectionneur de l’équipe de France

Sélectionneur de l'équipe de France

Logo_Fédération_Française_de_Football.svg

L.P Nom, prénom Les dates
France.ping Henri Guérin (4 oct. 1964 – 20 juil. 1966)
France.ping José Arribas et Jean Snella (28 sept. 1966 – 26 nov. 1966 )
France.ping Just Fontaine (22 mars 1967 – 3 juin 1967 )
France.ping Louis Dugauguez (17 sept. 1967 – 2 mars 1969 )
France.ping Georges Boulogne (5 mars 1969 – 26 mai 1973)
Roumanie.ping Stefan Kovacs (8 sept. 1973 – 15 nov. 1975 )
France.ping Michel Hidalgo (27 mars 1976 – 27 juin 1984)
France.ping Henri Michel (13 oct. 1984 – 22 oct. 1988 )
France.ping Michel Platini (1er nov. 1988 – 2 juil. 1992)
France.ping Gérard Houllier (26 août 1992 – 17 nov. 1993)
France.ping Aimé Jacquet (17 déc. 1993 – 12 juil. 1998 )
France.ping Roger Lemerre (27 juil. 1998 – 5 juil. 2002 )
France.ping Jacques Santini (19 juil. 2002 – 30 juin 2004)
France.ping Raymond Domenech (12 juil. 2004 – 22 juin 2010)
France.ping Laurent Blanc (2 juil. 2010 – 30 juin 2012)
France.ping Didier Deschamps (8 juil. 2012 -)

clubfrancais

Sélectionneur de l'équipe de France

Louis Dugauguez 1918-1991

Biographie

Sport : football
Nationalité : Française 
Naissance : Né 21 Février 1918
Lieu :Thénac (Charente-Inférieure) France.pingFrance
Décèdé : le 22 Septembre 1991 (73ans)
Lieu : Sedan (Ardennes) France.pingFrance
Période pro :
Poste :

Parcours Amateur

19-19 : ES Bully-les-Mines
19-19- : Stade Béthunois
1936-1940 : RC Lens
1940-1945 : France.ping Toulouse FC
1945-1948 : Carvin
1948-1952 : UA Sedan-Torcy

Sélection en Equipe de France

19-19 : France.pingFrance Amateurs

Equipes Entraînées

1948-1974 : UA Sedan-torcy
19-19 : France Espoirs
1967-1968 : France.pingFrance

Louis Dugauguez

Louis Dugauguez, né le 21 février 1918 à Thénac (Charente-Inférieure) et mort le 22 septembre 1991, est footballeur français devenu entraîneur.

Biographie

Instituteur et international amateur, Louis Dugauguez, joue en club en amateurs pour Bully, Béthune, Lens, Toulouse et Carvin. Il rejoint le club de Sedan en 1948. Il est entraîneur-joueur de 1948 à 1952 puis seulement entraîneur. Il reste en poste comme entraîneur du club jusqu'en 1973. Monsieur Louis est « le » bâtisseur du succès sportif des Sangliers. Avec Sedan, Dugauguez remporte deux Coupes de France en 1956 et 1961.

En parallèle de sa carrière en club, il est également entraîneur national et s'occupe des juniors et des espoirs avant d'être appelé à la tête de l'équipe de France A le 17 septembre 1967, succédant à Just Fontaine. Après un brillant succès en Pologne, les résultats des Bleus sont décevants et Dugauguez démissionne le 6 novembre 1968 à la suite d'une défaite surprise à Strasbourg face à la Norvège en qualification pour la Coupe du monde de football 1970. Il est remplacé par Georges Boulogne à la tête de l'équipe nationale. Il revient à son club de Sedan, qu'il entraîne jusqu'en 1974, date de descente en deuxième division.

Hommage

Le stade du CSSA (Sedan), à Sedan, porte aujourd'hui son nom : stade Louis-Dugauguez.

Statistiques

vide…

Palmarès

  • Coupe de France (2) Vainqueur en 1956 et 1961 avec l'UA Sedan Torcy

Images liées:

Just Fontaine Sélectionneur de l’équipe de France

Sélectionneur de l'équipe de France

Logo_Fédération_Française_de_Football.svg

L.P Nom, prénom Les dates
France.ping Henri Guérin (4 oct. 1964 – 20 juil. 1966)
France.ping José Arribas et Jean Snella (28 sept. 1966 – 26 nov. 1966 )
France.ping Just Fontaine (22 mars 1967 – 3 juin 1967 )
France.ping Louis Dugauguez (17 sept. 1967 – 2 mars 1969 )
France.ping Georges Boulogne (5 mars 1969 – 26 mai 1973)
Roumanie.ping Stefan Kovacs (8 sept. 1973 – 15 nov. 1975 )
France.ping Michel Hidalgo (27 mars 1976 – 27 juin 1984)
France.ping Henri Michel (13 oct. 1984 – 22 oct. 1988 )
France.ping Michel Platini (1er nov. 1988 – 2 juil. 1992)
France.ping Gérard Houllier (26 août 1992 – 17 nov. 1993)
France.ping Aimé Jacquet (17 déc. 1993 – 12 juil. 1998 )
France.ping Roger Lemerre (27 juil. 1998 – 5 juil. 2002 )
France.ping Jacques Santini (19 juil. 2002 – 30 juin 2004)
France.ping Raymond Domenech (12 juil. 2004 – 22 juin 2010)
France.ping Laurent Blanc (2 juil. 2010 – 30 juin 2012)
France.ping Didier Deschamps (8 juil. 2012 -)

clubfrancais

Sélectionneur de l'équipe de France

Just Fontaine 1Just Fontaine 1933-

Biographie

Sport : football
Nationalité : Française 
Naissance : Né 10 Août 1933
Lieu : Marrakech Maroc.pingMaroc
Décèdé :
Lieu : France.pingFrance
Période pro :
Poste : Attaquant

Parcours junior

– : SA Marrakech Maroc.pingMaroc

Parcours professionnel

1950-1953 : USM Casablanca Maroc.pingMaroc
1953-1956 : OGC Nice
1956-1962 : Stade de Reims
1953-1962 : France.pingFrance (235 Matchs) – (197 buts)

Sélection en Equipe de France

1953-1960 : France.pingFrance (21 Matchs) – (30 buts)

Equipes Entraînées

1946-1948 : FC Lorient
1950-1959 : AS Saint-Etienne
1958 : France.pingFrance
1959-1963 : Servette de Genève suisse-ping-2Suisse
1963-1967: AS Saint-Etienne
1966 : France.pingFrance
1968-1971 : Servette de Genève suisse-ping-2Suisse
1971-1974 : OGC Nice
1976-1978 : NA Hussein Dey Algerie.pingAlgèrie
1979 : FC Metz

Just Fontaine

Just Fontaine dit « Justo », né le 18 août 1933 à Marrakech au Maroc au temps du protectorat français, est un footballeur international et entraîneur français. Avant-centre emblématique des années 1950, il est le meilleur buteur de tous les temps sur une seule phase finale de Coupe du monde grâce à ses treize réalisations en six matchs lors de la Coupe du monde de 1958 en Suède. Il est à ce titre le quatrième meilleur buteur de tous les temps en Coupe du monde derrière les Allemands Miroslav Klose et Gerd Müller et le Brésilien Ronaldo.

Biographie

Après avoir étudié au lycée Lyautey de Casablanca, c'est à l'US marocaine de Casablanca qu'il effectue ses débuts professionnels de 1950 à 1953. Puis il est recruté par l'OGC Nice où il inscrit 42 buts en 3 saisons. En 1956, il rejoint le Stade de Reims pour pallier le départ de Raymond Kopa et marque 122 buts en 6 saisons dont l'une d'elles passée à soigner une grave blessure à la jambe.

Au total, Just Fontaine a inscrit 164 buts en 200 matchs de Première division (soit une moyenne de 0,82 but par match) et a terminé à deux reprises meilleur buteur du championnat en 1958 et 1960 (et deux fois second, en 1957 et 59)1. Sous le maillot bleu, ses statistiques sont encore plus éloquentes. Ainsi, lors de sa première sélection le 17 décembre 1953, il marque trois buts contre le Luxembourg (8-0). Jusqu'en 1960, il inscrit 30 buts en seulement 21 sélections (1,43 buts par match), avec en point d'orgue l'épopée de la Coupe du monde 1958 en Suède où il termine meilleur buteur avec 13 buts en 6 matchs, dont un quadruplé contre la RFA (6-3) qui conduit l'équipe de France à la troisième place.

Cette performance de 13 buts en une seule phase finale reste aujourd'hui un record et pourtant il n'était pas considéré comme titulaire avant l'aventure suédoise : il ne dut ce bonheur qu'à la blessure de René Bliard, attaquant habituellement titulaire aux côtés de ses comparses du Stade de Reims Roger Piantoni et Raymond Kopa. Just Fontaine dut mettre fin prématurément à sa carrière de joueur à cause d'une blessure récurrente (double fracture de la jambe le 20 mars 1960 contre Sochaux) : il reçut au milieu de sa jambe gauche le choc des crampons de l'ailier Ivoirien Sékou Touré.

Il joua son dernier match en juillet 1962, puis sortit major de la promotion des entraîneurs la même année. Il prit ensuite les rênes de l'équipe de France de football en tant que sélectionneur en 1967 mais fut rapidement remplacé après deux défaites en matchs amicaux. Quatre années durant, il entraîna le Paris-Saint-Germain, le faisant monter en 1re division en 1974. Il fut également entraîneur du Toulouse Football Club durant la saison 1978-79. Il fut sélectionneur de l'équipe du Maroc de football qui termina à la troisième place lors de la CAN 1980 au Nigeria.

Il est le fondateur des magasins Justo Sport et a lancé à l'occasion de la Coupe du monde 2006 son propre blog. Il possède aussi deux magasins Lacoste situés à Toulouse et Portet-sur-Garonne. En parallèle, il devient également l'un des pronostiqueurs vedettes de l'hebdomadaire de paris sportifs Lotofoot Magazine, qui paraît chaque mercredi depuis plus de 22 ans. Il est depuis longtemps un hôte assidu de Sainte-Maxime (Var) dans son « Mas suédois », appelé ainsi par allusion à son record à la Coupe du monde en Suède. Trois ballons en céramique y sont posés sur les piliers de l’entrée.

Record de buts à la Coupe du monde 1958

Just Fontaine est très connu pour son célèbre record "imbattable" comme le décrivent certains. Aujourd'hui encore, on voit mal, même un grand buteur marquer 13 buts ou plus dans une seule coupe du monde. En effet, Fontaine a réussi l'exploit de marquer 13 buts en 6 matchs lors de la Coupe du monde 1958. Il convient toutefois de noter que la moyenne du Hongrois Sándor Kocsis, meilleur buteur de l'édition 1954 avec 11 buts en 5 matches, est très légèrement supérieure à celle du Français.

  • Lors du premier match où les Français s'imposent largement devant le Paraguay 7-3, Just Fontaine inscrit un triplé.
  • Lors du deuxième match contre la Yougoslavie, la France s'incline 3-2 malgré un doublé de Fontaine.
  • Le troisième match est remporté par la France 2-1 contre l'Écosse avec 1 nouveau but de Just Fontaine.
  • Le quart de finale fut assez facilement remporté contre l'Irlande du Nord 4-0 dont un doublé de Fontaine.
  • La demi-finale est perdue contre le Brésil 2-5 avec encore un but de Just Fontaine.
  • Lors du match pour la troisième place, Fontaine termine le tournoi français à son apogée en inscrivant un quadruplé et la France s'impose 6-3 devant la RFA.

En conclusion, Just Fontaine aura marqué 13 buts en 6 matchs dont :

  • Deux fois un but (contre l'Écosse et le Brésil)
  • Deux fois un doublé (contre la Yougoslavie et l'Irlande du Nord)
  • Une fois un triplé (contre le Paraguay)
  • Une fois un quadruplé (contre la RFA) Il est à ce titre le quatrième meilleur buteur de tous les temps en Coupe du monde, derrière Miroslav Klose (16 buts en quatre participations), Ronaldo (15 buts en 3 Coupes du monde) et Gerd Müller (14 buts en deux phases finales).

palmares

Joueur

1958 Soulier d'Or adidas – Coupe du Monde de la FIFA™ soulier-dor-just-fontaine

 

  • Vice-champion du Maroc junior B avec AS Marrakech en 1949
  • Champion du Maroc cadet avec AS Marrakech en 1948
  • Champion du Maroc : 1952 avec l'USM de Casablanca
  • Champion d'Afrique du Nord : 1952 avec l'USM de Casablanca
  • Meilleur buteur de la Coupe du monde de 1958
  • Record du nombre de buts en une seule coupe du monde, détenu depuis plus de 50 ans
  • Finaliste de la Coupe d'Europe des clubs champions : 1959 (Reims)
  • Champion de France : 1956 (OGC Nice), 1958, 1960 et 1962 (Reims)
  • Vainqueur de la Coupe de France : 1954 (OGC Nice) et 1958 (Reims)
  • Vainqueur du Trophée des champions en 1958, 1960 (Reims)
  • Meilleur buteur de la Ligue des champions : 1959 (10 buts) (Reims)
  • Meilleur buteur du Championnat de France : 1958 (34 buts) et 1960 (28 buts) (Reims)

Carrière internationale

  • Meilleur buteur (13 buts) en une Coupe du monde de football : 1958 (France) International français (21 sélections, 30 buts)
  • Meilleur buteur des 1res phases qualificatives du 1er championnat d'Europe des nations de 1960 (6 buts)

Distinctions

  • Médaillé de l'Académie des sports en 1958
  • 3e du classement du Ballon d'or en 1958
  • Nommé 5e joueur français du siècle par L'Équipe en 2000
  • Nommé 14e footballeur du siècle par Placar en 2001
  • Nommé au FIFA 100
  • 2008 : Trophée spécial de l'UNFP pour le cinquantième anniversaire de son record de buts marqués en phase finale de la Coupe du monde 1958 (13 buts)
  • Meilleur buteur de la Ligue des champions 1958-1959
  • Depuis le 14 juillet 2013 : Officier de la Légion d'honneur
  • Élu joueur français des 50 dernières années par l'UEFA en 2004.

Entraîneur

Carrière

  • 1967 : France.pingFrance
  • 1973-1976 : Paris SG
  • 1978-1979 : Toulouse FC
  • 1979-1981 : Maroc.pingMaroc

Images liées:

Jean Snella Sélectionneur de l’équipe de France

Sélectionneur de l'équipe de France

Logo_Fédération_Française_de_Football.svg

L.P Nom, prénom Les dates
France.ping Henri Guérin (4 oct. 1964 – 20 juil. 1966)
France.ping José Arribas et Jean Snella (28 sept. 1966 – 26 nov. 1966 )
France.ping Just Fontaine (22 mars 1967 – 3 juin 1967 )
France.ping Louis Dugauguez (17 sept. 1967 – 2 mars 1969 )
France.ping Georges Boulogne (5 mars 1969 – 26 mai 1973)
Roumanie.ping Stefan Kovacs (8 sept. 1973 – 15 nov. 1975 )
France.ping Michel Hidalgo (27 mars 1976 – 27 juin 1984)
France.ping Henri Michel (13 oct. 1984 – 22 oct. 1988 )
France.ping Michel Platini (1er nov. 1988 – 2 juil. 1992)
France.ping Gérard Houllier (26 août 1992 – 17 nov. 1993)
France.ping Aimé Jacquet (17 déc. 1993 – 12 juil. 1998 )
France.ping Roger Lemerre (27 juil. 1998 – 5 juil. 2002 )
France.ping Jacques Santini (19 juil. 2002 – 30 juin 2004)
France.ping Raymond Domenech (12 juil. 2004 – 22 juin 2010)
France.ping Laurent Blanc (2 juil. 2010 – 30 juin 2012)
France.ping Didier Deschamps (8 juil. 2012 -)

clubfrancais

Sélectionneur de l'équipe de France

Trainer_SnellaJean Snella 1921-1989

Biographie

Sport : football
Nationalité : Française 
Naissance : Né le 9 Décembre 1914
Lieu : Mengede allemagne_.svgAllemagne
Décèdé : le 19 Novembre 1979 (65 ans)
Lieu : Metz France.pingFrance
Période pro : 1934-1940
Poste : Milieu de terrain

Parcours junior

– : Hénin Liétard
– : Arras

Parcours professionnel

1934-1938 : Olympique Lillois
1938-1940 : AS Saint-Etiennne

Equipes Entraînées

1946-1948 : FC Lorient
1950-1959 : AS Saint-Etienne
1958 : France.pingFrance
1959-1963 : Servette de Genève suisse-ping-2Suisse
1963-1967: AS Saint-Etienne
1966 : France.pingFrance
1968-1971 : Servette de Genève suisse-ping-2Suisse
1971-1974 : OGC Nice
1976-1978 : NA Hussein Dey Algerie.pingAlgèrie
1979 : FC Metz

Jean Snella

Jean Snella, dit Jean Snella, né le 9 décembre 1914 à Mengede, aujourd'hui Dortmund, en Allemagne et mort le 19 novembre 1979 à Metz, en France, est un footballeur français devenu entraîneur. Il fut sélectionneur de l'équipe de France de football dans les années 1960.

Biographie

Jean Snella remporte à trois reprises le championnat de France militaire puis intègre l'Olympique lillois en 1934 avant de rejoindre l'AS Saint-Étienne en 1938. Il refuse une sélection en équipe de France de football contre l'Italie en 1938 car il ne s'estime pas au niveau … Pendant la guerre, il prend part aux combats en Belgique et dans le Nord de la France en mai 1940. Il est fait prisonnier à Évreux, mais s'évade après deux années de détention.

Jean Snella devient entraîneur en 1946. Il débute au FC Lorient avant de diriger l'AS Saint-Étienne de 1948 à 1959 puis de 1963 à 1967. Monsieur Snella est l'un des inventeurs de la politique de formation à la française avec Albert Batteux, José Arribas et Georges Boulogne. Avec les Verts, il est champion de France en 1957, 1964 et 19671. Il est assistant d'Albert Batteux pendant la Coupe du monde 1958 puis il accepte l'intérim de sélectionneur des Bleus (avec José Arribas) après la Coupe du monde 1966. Il exerce ce poste pour quatre matches (2 victoires et 2 défaites).

Il entraîne ensuite le club suisse du Servette de Genève (deux titres de champion Suisse, en 1961 et 1962, et une coupe de Suisse en 1971, avec ce dernier), également l'OGC Nice (dauphin en Division 1 en 1973, club avec lequel il est désigné entraîneur français de l'année en 1972) et finalement le FC Metz. Une tribune du Stade Geoffroy-Guichard porte son nom, ainsi que la rue menant au stade. Jean Snella avait également entraîné à la fin de sa carrière le club algérien de première division du NA Hussein Dey, il avait révolutionné ce club et été à l'origine de l'essor de très grands joueurs qui sont devenus après des internationaux de renoms à l'image de Rabah Madjer pour ne citer que celui-ci.

Carrière

Joueur

  • Hénin-Liétard
  • Arras 1934-1938
  • Olympique lillois 1938-1940
  • AS Saint-Étienne

Entraîneur

  • 1946-1948 : FC Lorient
  • 1950-1959 : Saint-Étienne
  • 1958 : France
  • 1959-1963 : Suisse Servette Genève
  • 1963-1967 : AS Saint-Étienne
  • 1966 : France
  • 1968-1971 : Suisse Servette Genève
  • 1971-1974 : OGC Nice
  • 1976-1978 : Algérie NA Hussein Dey
  • 1979 :  FC Metz

Palmarès

Entraîneur

  • Champion de France en 1957, 1964 et 1967 avec l'AS Saint-Étienne
  • Champion de Suisse en 1961 et 1962 avec le Servette Genève
  • Vainqueur de la Coupe de Suisse en 1971 avec le Servette Genève
  • Vainqueur du Challenge des Champions en 1957 et 1967 avec l'AS Saint-Étienne
  • Vainqueur de la Coupe Charles Drago en 1955 et 1958 avec l'AS Saint-Étienne

Distinction Personnelle

Élu entraîneur français de l'année en 1972 par le magazine France Football

Images liées:

José Arribas Sélectionneur de l’équipe de France

Sélectionneur de l’équipe de France

Logo_Fédération_Française_de_Football.svg

L.P Nom, prénom Les dates
France.ping Henri Guérin (4 oct. 1964 – 20 juil. 1966)
France.ping José Arribas et Jean Snella (28 sept. 1966 – 26 nov. 1966 )
France.ping Just Fontaine (22 mars 1967 – 3 juin 1967 )
France.ping Louis Dugauguez (17 sept. 1967 – 2 mars 1969 )
France.ping Georges Boulogne (5 mars 1969 – 26 mai 1973)
Roumanie.ping Stefan Kovacs (8 sept. 1973 – 15 nov. 1975 )
France.ping Michel Hidalgo (27 mars 1976 – 27 juin 1984)
France.ping Henri Michel (13 oct. 1984 – 22 oct. 1988 )
France.ping Michel Platini (1er nov. 1988 – 2 juil. 1992)
France.ping Gérard Houllier (26 août 1992 – 17 nov. 1993)
France.ping Aimé Jacquet (17 déc. 1993 – 12 juil. 1998 )
France.ping Roger Lemerre (27 juil. 1998 – 5 juil. 2002 )
France.ping Jacques Santini (19 juil. 2002 – 30 juin 2004)
France.ping Raymond Domenech (12 juil. 2004 – 22 juin 2010)
France.ping Laurent Blanc (2 juil. 2010 – 30 juin 2012)
France.ping Didier Deschamps (8 juil. 2012 -)

clubfrancais

Sélectionneur de l’équipe de France

arribasJosé Arribas 1921-1989
Généralités
Sport : football
Nationalité : Française
Naissance : Né le 16 Janvier 1921
Lieu : Bilbaoespagne.svgEspagne
Décèdé : le 28 Septembre 1989 (68ans)
Lieu :  France.pingFrance
Période pro :
Poste : Milieu de terrain
Parcours professionnel
1948-1952 : US Le Mans
Equipes Entraînées
1952-1954 : US Saint-Malo
1945-1960 : SS Noyen-sur-Sarthe
1960-1976 : FC Nantes
1966 : France.pingFrance
1978-1982 : Lille OSC

José Arribas, né le 16 janvier 1921 à Bilbao et mort le 28 septembre 1989, est un footballeur et entraîneur français.

Biographie

Il s’exile en France à l’âge de 14 ans, à la suite de la guerre civile qui éclate en Espagne. Il arrive à Nantes, après que les ports de La Rochelle et de Bordeaux refusent de laisser accoster le rafiot dans lequel Arribas était embarqué. Il devient alors joueur de l’US Le Mans. Il fait partie de l’effectif de la « période faste » du club. Il côtoie les internationaux Belges et forge sa technique et son tempérament. Comme bon nombre, il quitte le club après la guerre, à la suite de la refonte du championnat et de l’imposition de l’USM en seconde division.

Commençant sa carrière d’entraineur à Saint-Malo. Il se fait connaitre du monde du football par ses expérimentations de nouvelles tactiques, comme en 1958 où il essaye la fameuse 4-2-4 brésilienne avec l’équipe de Noyen-sur-Sarthe. Dans ce petit village, il devient aussi cafetier pour gagner sa vie. Il amène la petite équipe de Noyen-sur-Sarthe en Division d’honneur. Il est aussi connu en tant que technicien hors pair lors de son arrivée à Nantes, et est à l’origine du célèbre jeu à la nantaise qu’Arribas résume en trois mots : vitesse, technique et intelligence.

De fait, Arribas s’inspire de Bill Shankly, en poste au Liverpool FC depuis 1959. Les deux clubs s’affrontent d’ailleurs en amical dès 1960. Arribas reste seize années en poste à Nantes qu’il a notamment contribué à faire monter parmi l’élite, et malgré les titres de champion de France gagnés, il est toujours discuté par les dirigeants et les supporters. Ces derniers sifflent régulièrement leurs joueurs tandis les dirigeants nantais ne proposent qu’un renouvellement de contrat d’un an pour Arribas. Arribas préfère partir pour Marseille en 1976. Il laisse toutefois un héritage considérable avec deux générations de joueurs, futurs entraineurs pour certains, formés au « jeu à la nantaise ».

La revue Football 65 a dit de lui « Arribas a façonné l’équipe de Nantes à son image : celle de la loyauté, de la correction, de l’amour de l’offensive, du beau jeu et de la modestie, armes qui lui ont permis de sortir de l’ombre et de se faire une place de choix dans le Football français »[réf. nécessaire]. Arribas accepte l’intérim de sélectionneur des Bleus (avec Jean Snella) après la coupe du monde 1966. Il exerce ce poste pour quatre matches (2 victoires et 2 défaites)1. Arribas meurt le 28 septembre 1989 des suites de longues maladies. Le centre sportif de la Jonelière, siège social, centre d’entraînement et de formation du FCN, porte son nom.

Carrière de joueur

  • 1948-1952 : US Le Mans

Carrière d’entraîneur

  • 1952-1954 : US Saint-Malo
  • 1954-1960 : Noyen-sur-Sarthe
  • 1960-1976 : FC Nantes
  • 1966 : Sélectionneur intérimaire de l’équipe de France de football avec Jean Snella (4 matches de sept. à nov.)
  • 1976-1977 : Olympique de Marseille
  • 1978-1982 : Lille OSC

Palmarès

Champion de France 1965, 1966, 1973 avec le FC Nantes

Statistiques

  • Division 2 : 1960-1963/1977-1978, soit 4 saisons : 142 matchs (77 vict.38 déf.27 nuls)
  • Division 1 : 1963-1977/1978-1982, soit 18 saisons : 654 matchs (275 vict.196 déf.183 nuls)

José Arribas père raconté par José Arribas fils

jose-arribas-pere-raconte-par-jose-arribas-fils

La rage de vivre, des collègues de travail lui ayant parlé d’un club de football qui procure du ravitaillement à ses joueurs, José Arribas, l’ancien entraîneur des Canaris nantais, tente sa chance. José fils se souvient que son père était plutôt doué à la pratique du ballon rond, déjà en Espagne. « Mon père a joué au football jusqu’à l’âge de 40 ans, sans jamais prendre un carton. » Il est retenu et l’US Le Mans lui propose un contrat professionnel.

Pendant ce temps, il approfondit ses connaissances et suit des stages d’entraîneur. Lors d’un déplacement, son chemin croise celui d’une basketteuse du club angevin, Suzanne, avec laquelle il se marie. De leur union naîtront quatre enfants, de 1951 à 1964.Inventeur du jeu à la nantaiseEn 1952, il quitte Le Mans pour Saint-Malo, où il entraîne durant deux ans. Mais faute d’obtenir le poste de gardien du stade comme promis, il se rend à Noyen-sur-Sarthe, qui évolue en 1re division départementale. Il y tient un café « la Coupole » pour compléter horaire et salaire. « Il monte l’équipe très haut, en division d’honneur, avec un grand sens de l’humanité et de bons rapports, une vraie équipe ! »

José Arribas expérimente des tactiques avec les joueurs : « Je voyais lesquelles leur procuraient du plaisir et quelles autres au contraire les rebutaient », dira-t-il. « La manière de jouer est beaucoup plus importante que le résultat. »« Le vrai éducateur est toujours « un chercheur », parfois copieur ou du moins se nourrissant aussi du travail, de l’expérience des autres, de ce qui se fait ailleurs avec d’autres moyens… Cela reste vrai de nos jours, surtout que le jeu, les joueurs et la vie évoluent ! Le sport n’est pas que du business, de l’argent, du spectacle, c’est encore du travail, du temps, de l’osmose…

On l’oublie parfois trop souvent », souligne José Arribas fils.Créé en 1943, le Football-club de Nantes, alors en 2e division, entend parler de José Arribas et va le chercher dans son village. « Nous sommes au début des années 60. Il va mettre au point le jeu à la nantaise. Les anciens se souviennent d’entraide, d’un sens commun du collectif, de quoi s’épanouir ensemble. Règnent une bonne communication entre les joueurs, un jeu court sur les copains et surtout du plaisir pour tous à jouer, s’entendre, être disponible et beaucoup de travail à l’entraînement. Il y avait la construction d’une réelle identité dans le jeu, malgré tout assez festif, amenant la peur des autres équipes. »

Images liées:

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football