1931 La fin de l’hypocrisie

1931 La fin de l’hypocrisie

1931 La fin de l’hypocrisie

1931 La fin de l’hypocrisie

1931 La fin de l’hypocrisie

Le  » ver  » était dans le fruit depuis le début du XXe siècle. Mais la fédération attend 1931 pour reconnaître le professionnalisme. C’est à cette époque que prend racine la future LFP. Avant même la Première Guerre mondiale, la croissance exponentielle du football en fait rapidement un spectacle dont les villes, les équipes et les joueurs tirent leur notoriété. Après la boucherie de 14-18, le show reprend. Les notables à la tête des clubs les plus huppés, à l’image de Geoffroy Guichard, à Saint-Étienne, veulent les meilleurs, à la fois pour leurs affaires et leur renommée.

Seule solution? Contourner le système qui érige l’amateurisme en loi d’airain. Ils octroient aux footballeurs des indemnisations, à défaut de salaires légaux, et des avantages en nature. Mathieu, par exemple, obtient ainsi un garage en s’engageant en faveur du RC Roubaix. Les clubs recrutent également des joueurs étrangers. À l’instar de Peugeot, à Sochaux, les entreprises fondent leurs propres équipes, avec des footballeurs embauchés comme salariés mais préservés des tâches pénibles.

Deux journalistes, l’ancien international Gabriel Hanot et Emmanuel Gambardella, poussent la FFFA à en finir avec cette hypocrisie. Des dirigeants planchent sur le sujet dès 1925. Un premier pas est franchi le 3 novembre 1930 avec le statut du joueur rétribué. Trois mois plus tard, le 17 janvier 1931, la fédération accepte le professionnalisme et, dès la saison suivante, le Championnat de France pro voit le jour. D’abord régi par une commission nationale présidée par Gambardella, il passe le 27 octobre 1944 sous la coupe du Groupement des Clubs Autorisés, lui-même transformé plus tard en Ligue Nationale de Football, qui deviendra Ligue de Football Professionnel en 2002.

1931 Raoul Diagne marque l’Histoire

francia- Raoul Diagne

Né en Guyane et d’origine sénégalaise, Raoul Diagne devient le premier joueur de couleur à porter la tunique tricolore et à remporter la Coupe de France. Le 15 février 1931, se produit un événement à Colombes. L’affiche amicale proposée, France-Tchécoslovaquie (1-2), n’a pourtant rien de particulier. Mais, à y regarder de plus près, le public assiste à un moment historique. Pour la première fois, en effet, un joueur noir revêt le maillot bleu. Licencié du Racing Club de Paris, Raoul Diagne, fils de député à l’Assemblée nationale, fait l’actu a lité.

Raoul Diagne

Point de remous, cependant, dans les tribunes, en ce début des années 1930, contrairement à ce qui se passa quelques décennies plus tard en Angleterre. Les spectateurs apprécient à sa juste valeur la prestation du défenseur, amené à porter la tunique tricolore à dix-sept autres reprises jusqu’en 1940. Le Guyanais connaît ainsi un destin peu commun en marquant l’histoire du football français à double titre. Outre la grande première dont il est l’acteur, il marque également son temps sous les couleurs du Racing en jouant une demi-saison au poste de… gardien de but.

Très ami avec l’une des stars de l’équipe, l’Autrichien Rudi Hiden, il accepte en effet de le remplacer durant quelques mois, le temps que l’étoile veuille bien revenir en cage, après avoir boudé ses dirigeants pour une histoire de prime. Sous le maillot ciel et blanc, Raoul Diagne devient Champion de France en 1936 et remporte la coupe en 1936, 1939 et 1940. Un beau palmarès auquel il convient d’ajouter une participation à la Coupe du Monde 1938 en France, face à la Belgique (3-1) et à l’Italie (1-3). Il boucle son parcours à Toulouse puis à Annecy avant d’embrasser la carrière d’entraîneur.

Raoul Diagne : « La race noire »(Africain) vient aux «chez les bleus»

diagneActuellement, le Français est tout à fait normal de voir des joueurs noirs, même ont tendance à être plus contre les blancs dans des appels. Il a beaucoup qui voir Raoul Diagne, puisqu’il a été le pionnier. Né en Guyane Français en 1910, c’est une défense à un prodigieux Retriever physique, une grand de boules en partie par sa longueur de jambes et dominateur de la partie aérienne en raison de sa puissance de saut. Sa famille était d’origine sénégalaise et son père était un homme politique, député de l’Assemblée nationale de la France et le maire de Dakar depuis 14 ans. Quand Diagne a 18 mois, s’installés à Paris, où il passe son enfance et commencerait à botter le ballon malgré l’opposition initiale de son père.

En 1926, après avoir testé par plusieurs équipes de la ville, il onglet par course de Paris, où a joué aux niveaux inférieurs jusqu’à votre arrivée dans l’équipe première en 1930. Arrêt pour dix saisons dans le jeu parisien et est fait un nom dans le football Français. Il a marqué le premier but pour l’équipe dans l’histoire de la Ligue Français (1932) et les aide à atteindre une ligue (1936) et trois coupes de France (1936/1939/1940) lors de son séjour au club. En outre, pendant de brèves périodes de temps dont vous disposez pour faire face à la délimitation des blessures le gardien titulaire André Tassin 1931 ou l’abandon de la mi-saison de l’équipe de l’autrichien Rudi Hiden par une demande de salaire augmenter. Avec l’occupation nazie de la France en 1940, il est contraint de quitter la course après que lecture 175 matches et s’enfuit à la France libre. Là, il recrute à Toulouse, où il a joué quatre saisons. Il se retira dans le Annecy FC en 1945.

Sa carrière internationale a commencé dans un match contre la Tchécoslovaquie en 1931, ce qui fait de lui le premier joueur de race noire qui joue pour le combiné Gaulois. Malgré qui appellent, n’a pas été réglé dans la sélection, et il n’était pas convoqué pour la Coupe du monde 1934 en Italie. Depuis 1935, après l’échec du tournoi transalpin, où la France a été éliminé par l’Autriche lors de la phase préliminaire, l’entraîneur du Barreau fait une révolution et commence à décompter assidûment avec Diagne, par ailleurs à d’autres joueurs avec nés à l’étranger comme Abdelkader, Bouali ou Kowalczyk. Pour le championnat de monde de 1938 qui s’est tenu à la maison, Diagne Oui est sélectionné et contesté les deux parties qui jouent les Gaulois à son renvoi par l’Italie en quarts de finale. Sa dernière rencontre avec la France a été lors d’un match amical en 1940 contre le Portugal. Au total, il y avait 18 apparitions avec la sélection.

Après sa retraite, il a commencé sa carrière d’entraîneur qui devait le conduire vers la terre de son père, au Sénégal, où adressée nous Gorée et l’a amené à remporter la coupe d’Afrique de l’Ouest Français grâce à la tactique mise en place du système WM, jamais vu jusqu’alors sur ce continent tout d’abord. En 1948, retiré le titre d’entraîneur en France et a commencé un pèlerinage par des équipes de plusieurs pays comme la Belgique Oudenaarde, l’algérien Gallia Sports, où il a remporté un championnat d’Afrique du Nord, le Constantinois ou le Flers Français dans la région de Normandie. Son grand défi est venu en 1960, quand au Sénégal a obtenu son indépendance de la France et la Fédération a proposé le banc de la sélection. Il a passé plusieurs années et son grand revenu était de promouvoir le football dans ce pays.

Diagne est décédé à Créteil en 2002 à l’âge de 92 ans.

Images liées:

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football