1993 OM A Jamais le premier

1993 jamais le premier

1993 : jamais le premier

le-plus-beau-jour-de--l-olympique-de-marseillemarseille_milan_1993

L’OM entre dans la légende en remportant la Ligue des Champions aux dépens du Milan AC. Un jour de gloire pour tout le sport français.

ldc-omEn ce mercredi 26 mai, la température flirte avec les 30 °C en Bavière au moment du coup d’envoi. Le Stade olympique de Munich est bleu et blanc d’un côté, rouge et noir de l’autre. Avec, sur le terrain, une formation olympienne conduite par Didier Deschamps, riche de ses internationaux et de son trident étranger Pelé-Völler-Boksic, face à l’équipe des Baresi, Donadoni, Maldini et tutti quanti. Sans oublier les Néerlandais Rijkaard et le triple Ballon d’or Van Basten. Le décor est planté.

L’OM de Raymond Goethals s’appuie tout de suite sur ses certitudes, fort d’une qualification face à ce même Milan deux ans plus tôt en quarts de finale, alors que la formation de Fabio Capello compte sur son expérience pour forcer le destin. Mais une nouvelle fois, la malédiction blanche va tomber brutalement sur ses épaules. Les Marseillais piègent les Rossoneri en pratiquant l’art subtil du hors-jeu. Rien ne passe en défense, et ce n’est pas la rentrée de Jean-Pierre Papin dans le camp italien qui change quelque chose.

L’OM file alors vers son jour de gloire pour offrir au football français une première Coupe d’Europe, après trente-sept ans d’attente et les tentatives de Reims (1956, 1959), Saint-Étienne (1976), Bastia (1978) et Monaco (1992) ! Basile Boli, le buteur de la tête (44e), en larmes après la finale 1991 de Bari, ne pleure plus, alors que les Olympiens dansent. Il fait chaud, et les supporters français, la chair de poule et les poils hérissés, sont en état d’apesanteur : le grand Milan s’est effondré, et Marseille est roi d’Europe !

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football