Les Origines du Ballon

Evoltion vers un ballon moderne de football

Evoltion vers un ballon moderne de football 

Un ballon vraiment rond

À la suite de l’invention de la vulcanisation par Charles Goodyear en 1842, les vessies naturelles sont progressivement remplacées par des vessies en caoutchouc. Ceci permet de s’approcher d’un objectif que les vessies naturelles ne permettaient pas d’atteindre: le ballon parfaitement sphérique. En effet, un ballon rond a une trajectoire et un rebond prévisibles, ce qui permet un plus grand contrôle avec les pieds (c’est bien pour ça que les rugbymen, eux, peuvent se contenter d’un ballon aux formes étranges).

Aussi le ballon doit-il être rond, afin de permettre un meilleur contrôle de sa trajectoire avec le pied. Pour cela, la vessie doit tendre autant que faire se peut l’enveloppe de cuir qui l’entoure ; sinon, cet assemblage de six pièces de tissu garderait une forme cubique. Or, ceci implique une tension importante sur les coutures du ballon, ce qui n’est pas acceptable si ce dernier doit également subir les frappes répétées des joueurs.

1930-C’est une nouvelle contradiction: le ballon doit être rond si l’on veut jouer, mais ne peut pas l’être si l’on veut jouer longtemps! Pour la résoudre, on segmente l’enveloppe: en utilisant un plus grand nombre de pièces plus petites, on s’approche plus facilement de la sphéricité avant même le gonflage: la pression nécessaire est donc moins grande et les coutures préservées. Ainsi, chacun des six panneaux se verra divisé en deux (Coupe du monde 1930, Uruguay, ballon à douze panneaux), puis en trois (Coupe du monde 1958, Suède, ballon à 18 panneaux, similaire à un ballon de volleyball), leurs extrémités s’arrondissent.

L’icosaèdre tronqué, un ballon de football

Jusqu’ici, les ballons sont pourvus de lacets: afin de les gonfler, il faut une ouverture pour accéder à la valve de leur vessie. Le lacet permet de fermer cette ouverture, emprisonnant la valve. Or, la présence de ce lacet n’allait pas dans le sens de la sphéricité recherchée, sans compter le manque de confort lorsqu’on venait à frapper le ballon de la tête… juste sur le lacet. Il faut donc une ouverture lorsque l’on gonfle le ballon, mais pas d’ouverture lorsqu’on joue avec. Cette contradiction est résolue en combinant les pièces. En effet, au lieu d’avoir une vessie indépendante de son enveloppe, ces deux dernières seront maintenant liées: la valve de la vessie est intégrée à l’enveloppe et la dernière couture est réalisée à l’aide d’une aiguille courbe spécialement conçue.

ballons_select

C’est le danois Eigil Nielsen, créateur de la marque Select, qui utilise le premier ce système en 1951. Ceci lui permet d’utiliser des panneaux encore plus petits et de fournir au monde du football en 1962 le concept qui perdure encore majoritairement aujourd’hui: le ballon à 32 panneaux, en forme icosaèdre tronqué, c’est-à-dire comportant 20 hexagones et 12 pentagones réguliers respectivement blancs et noirs, nous allons y venir…). Si Select n’a pas pu profiter de son inventivité dans le monde du football, il s’agit encore aujourd’hui d’un fabricant d’importance majeure dans le monde du handball, sport très populaire au Danemark.

Le ballon du football moderne

Télévision et marketing

ballons_telstarPour des impératifs télévisuels, il devient nécessaire de s’affranchir de la couleur marron du cuir. Dès 1951, il est possible de teindre le ballon en blanc afin d’assurer un meilleur contraste avec la pelouse pour un affichage en noir et blanc. En 1970 se prépare, au Mexique, la première Coupe du monde retransmise en couleur. Pour cela, la couleur du ballon doit encore être modifiée. À cette époque, il est de plus en plus courant de voir les fabricants de ballons marquer leurs produits de leur logo. Cette opération n’était pas aisée à réaliser sur un ballon rond.

Il fallait donc un ballon plat pour le marquer et rond pour l’utiliser. Cette contradiction a été résolue en agissant à l’avance: au lieu de marquer les ballons après qu’ils aient été fabriqués, on marque les panneaux avant qu’ils ne soient cousus entre eux. Ainsi, le fabricant d’équipements sportifs Adidas a décidé de peindre les pentagones de ses ballons en noir afin d’assurer un bon contraste avec le blanc des panneaux hexagonaux. C’est leur design, nommé « Telstar » qui sera retenu pour la Coupe du monde 1970, et les multiples reprises dont il fera l’objet de la part de graphistes et dessinateurs contribueront à populariser le ballon à 32 panneaux. Adidas y gagne gros: il devient par la suite le fournisseur officiel de ballons de toutes les éditions de la Coupe du monde suivantes.

Le synthétique pour ne pas prendre l’eau

Les ballons en cuir avaient le défaut d’absorber l’eau présente sur le terrain en cas de pluie, ce qui se traduisait par une augmentation de poids notable, jusqu’à 25% supérieure à son poids initial, engendrant ainsi des efforts supplémentaires pour frapper le ballon et par suite de nombreuses lésions cervicales lorsque les joueurs venaient à frapper le ballon de la tête. Le monde du football a ainsi dû subir des matches sans jeu sur certains terrains détrempés du premier tour de la Coupe du monde 1978 en Argentine. Or, les ballons entièrement en synthétique, présents dès 1974 sous la marque Select (encore une fois à la pointe de l’innovation), n’avaient pas la faveur des joueurs qui leur trouvaient un toucher trop agressif et un comportement trop nerveux.

Le ballon devait donc être en cuir pour le confort d’utilisation des joueurs, mais ne pouvait plus l’être pour conserver des conditions de jeu acceptable en temps de pluie. Cette contradiction a été résolue grâce au principe du film de faible épaisseur : une fine couverture de polyuréthane a été utilisée pour isoler le ballon de son environnement et améliorer son étanchéité tout en conservant les qualités de toucher de balle propres au cuir. Adidas profite de sa position favorable et impose le « Tango España » utilisé lors de la Coupe du monde 1982. L’amélioration des cuirs synthétiques et la réduction progressive de la résistance au changement (le grand ennemi de l’ingénieur) conduiront à la généralisation du ballon tout synthétique: en 1986, la seconde Coupe du monde de l’histoire à se dérouler au Mexique utilise le ballon « Azteca », composé de différentes couches synthétiques.

Le ballon spectacle

Le fait que le ballon ne soit pas parfaitement rond a ses avantages:les turbulences créées au passage de l’air au dessus des coutures peuvent donner à une balle frappée puissamment et sans effet de rotation une trajectoire surprenante pour les gardiens de buts, dite flottante. On retrouve ce principe dans le service flottant au volleyball ou encore dans le lancer d’un knuckleball au baseball. Ceci favorise les joueurs qui n’hésitent pas à tirer de loin, permettant ainsi au public de voir des buts spectaculaires. En 1994, la Coupe du monde part conquérir les États-Unis et un public amateur de sports où les actions décisives sont nombreuses.

La FIFA, organisme à la tête du football mondial, est inquiète: la précédente compétition, qui s’était tenue en 1990 en Italie, a été reconnue comme l’une des plus ennuyeuses de l’histoire avec un jeu fermé (plus faible moyenne de buts par match, 2,2) et violent (première expulsion d’un joueur en finale du tournoi: deux Argentins recevront un carton rouge). Il est pourtant crucial de ne pas perdre l’occasion de séduire l’imposant marché que représentent les États-Unis. La façon la plus radicale de modifier le jeu semble être de modifier le ballon. Or, la deuxième Loi du jeu n’autorise pas de modification de grande ampleur sur le ballon.

Cette contradiction est résolue à l’aide des principes de qualité locale et de changement de paramètres physiques et chimiques d’un objet. Puisque la forme du ballon ne peut être changée, ce sont les matériaux qui le composent qui seront modifiés afin de mieux transmettre au ballon l’énergie du joueur. Les frappes sont plus sèches, les tirs plus rapides, les trajectoires plus flottantes: le football offensif reprend ses droits et de nombreux buts sont marqués… jusqu’à la finale, première de l’histoire à n’en voir aucun. Néanmoins, l’objectif est atteint pour la FIFA.

Le ballon de plume

Au fil du temps, la quête de la sphère parfaite a cédé sa place à la recherche du ballon toujours plus vif: outre les travaux sur les matériaux composant l’enveloppe, la surface même du ballon a été modifiée afin de favoriser l’apparition de turbulences, au grand dam des gardiens de but. Ainsi, la surface du ballon officiel de marque Adidas de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, « Jabulani », est-elle recouverte de fines nervures.

On vient de voir comment le ballon de football est devenu ce qu’il est aujourd’hui. inalement, il faut admettre que cet exercice de style ne consiste qu’à appliquer une réflexion complexe à des solutions qui se sont trouvées naturellement. Si l’on veut parler de créativité, il serait plus intéressant encore, par exemple, de se plonger dans les trésors d’inventivité déployés par des millions d’enfants à travers le monde pour se confectionner des ballons avec les matériaux de récupération à leur disposition. Il n’y a rien de plus simple, en effet, qu’un ballon rond: c’est ainsi que le ballon de football a contribué à faire de ce sport un des plus pratiqués au monde.

1900-1960 Histoire du Ballon de Football

Le Ballon dans les années 1900

1910 Ballon

Par vessies les années 1900 ont été faites à plus forte en caoutchouc et peut supporter plus lourde pression. La plupart des balles produites à cette époque utilisé des outres en caoutchouc. Les boules ont été fabriqués à partir de chambres à air recouverts de cuir brun lourd. Ces balles ne rebondissent plus facile et encore pourrait être expulsé. La plupart des balles avaient une couverture en cuir tanné avec dix-huit sections cousues ensemble regroupés en six groupes de trois bandes de chacun. Chaque section a été cousues ensemble à la main avec cinq plis de chanvre et une petite dentelle-up fente était d’un côté. Toutes les coutures ont été fait avec le couvercle de la boule à l’envers. Une fois terminé, le couvercle a été inversée avec la couture à l’intérieur. Une vessie non gonflé est ensuite insérée à travers la fente. Un col longue tige (ouverture) s’étendant à partir de la vessie a été utilisé pour gonfler le ballon. Une fois gonflé, le tube a été inséré dans la fente de 15 cm, puis l’ouverture a été lacé serré. Vous pouvez imaginer combien de fois que ces ballons de soccer a dû re-gonflé. Même lors d’un match.
Ces boules étaient bons pour coups de pied, mais c’était douloureux quand cap en raison de la couture lourds et les caractéristiques d’absorption d’eau du cuir. Absorption d’eau de pluie pendant le cuir fait la balle très lourde et a causé beaucoup de blessures à la tête. D’autres problèmes des vieux ballons en cuir sont les différentes qualités de peaux de vache utilisées. Ballons de football varié d’épaisseur et la qualité du cuir et souvent dégradées au cours du match.

1937 Ballon

Le ballon de football peut-être même joué un rôle dans l’issue de la première coupe du monde en 1930. L’Argentine et l’Uruguay n’ont pu s’entendre sur quelle balle à utiliser. Ils ont donc décidé d’utiliser un ballon argentin au premier semestre et une boule fournie par l’Uruguay dans la seconde moitié. Comme il s’est avéré, l’Argentine était en avance à la mi-temps 2-1Utilisation leur ballon de football. Cependant, l’Uruguay est revenue pour gagner le match dans la deuxième moitié 4-2 Utilisation leur balle!

1930 World Cup Soccer Ball of « Tiento »
Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il y avait des améliorations de production supplémentaires. L’ajout d’une carcasse faite de tissus étroits entre la vessie et la couverture extérieure en contrôlant la forme plus facile, à condition d’amortissement, et fait la balle plus fort. Cependant, ballons de soccer joué un rôle crucial dans l’issue de matchs en raison de la balle fait éclater lors d’un match.
La raison pour laquelle les boules de mauvaise qualité juste après la Seconde Guerre mondiale a été imputée à la mauvaise qualité des couvertures de cuir.
L’absorption d’eau a été améliorée en utilisant des peintures synthétiques et autres matériaux non poreux pour enduire le cuir. En outre, un nouveau type de valve a été inventé qui a éliminé la fente lacée sur des ballons de football.

1950 Ballon

En 1951, une boule blanche a d’abord été autorisés à aider les spectateurs de voir la balle facile avec l’avènement des projecteurs. Blanc ballons sont non-officiellement utilisé dès 1892. Le cuir était tout simplement blanc lavé de produire la boule blanche. Boules oranges ont également été introduite dans les années 1950 pour aider à voir la balle dans la neige. Différents pays favorisé les différents types de ballons de football dans les premiers jours du football international. Cela a causé beaucoup de controverse. FIFA normalise: la taille, le poids et le type de balles avec la mise en place d’une commission internationale

Synthétiques Ballons de soccer

Il a fallu attendre les années 1960 que la première balle totalement synthétique a été produit. Mais il a fallu attendre la fin des années 1980 que le cuir synthétique totalement remplacé la boule de cuir. Jusque-là, il a été estimé que les ballons de football en cuir fourni plus d’un vol cohérente et rebond. Synthétiques utilisés dans les ballons de soccer d’aujourd’hui imitent la structure cellulaire et la qualité de cuir avec moins d’absorption de l’eau.

Le Ballon de football Buckminster

Les premiers ballons étaient cousus avec des lacets. Ces jours-ci, des ballons de football sont fabriqués à partir de plaques de cuir synthétique cousus ensemble dans une conception basée sur la Buckminster Ball ‘ou connu sous le nom Buckyball. L’architecte américain Richard Buckminster Fuller est venu avec la conception quand il essayait de trouver un moyen pour la construction de bâtiments en utilisant un minimum de matériaux.
La forme est une série d’hexagones, pentagones et des triangles, qui peuvent être assemblés pour faire une surface ronde. Le ballon de football moderne est essentiellement une boule Buckminster composé de 20 hexagonal et 12 surfaces pentagonales. Quand ils sont cousus ensemble et gonflés ils font une sphère presque parfaite. Les taches noires sur le ballon ont permis aux joueurs de percevoir toute embardée sur la balle.
La première balle 32 panneaux a été commercialisé par Sélectionnez dans les années 1950 au Danemark. La première balle Coupe du Monde FIFA de football «officielle» était le Adidas Telstar utilisé dans la tasse 1970 du monde au Mexique. Comme indiqué ci-dessus, il est aussi le premier ballon officiel de la Coupe du Monde Buckminster type de football. Cliquez sur la suite pour plus d’informations sur:

Histoire du Ballon de football (Avant JC à aujourd’hui)

L’histoire du ballon de football

Nous allons nous concentrer sur l’histoire et l’évolution du ballon de football .Tout au long de l’histoire, les humains ont aimé taper dans un ballon ou quelque chose comme une boule. Indiens sud-américains ont connu d’utiliser une boule de lumière élastique. Toutefois, le caoutchouc n’a pas à être pratiquement fabriqué jusqu’en quelques milliers d’années plus tard.Selon des références historiques et des légendes, des boules début variait de têtes humaines, assemblées en tissu, des animaux et des crânes humains à des vessies de porc ou de vache.

Pendant les dynasties Ts’in et des Han (255 avant JC-220 après JC), les Chinois ont joué «tsu chu», dans lequel des animaux en peau de balles ont été dribblé par des lacunes dans un filet tendu entre deux poteaux. Certains anciens rites égyptiens sont dites par les historiens à avoir des similitudes avec le football, et les deux anciens Grecs et Romains ont également joué un jeu qui impliquait l’exécution et taper dans un ballon.

Selon la légende pré-médiévale, un village entier serait un coup de pied un crâne long d’un chemin d’accès à une place de village à proximité. Le village s’opposant à leur tour tenter de frapper le crâne à la place du village premier. Wow, c’est probablement causé plus émeutes que dans les jeux de football moderne. Une coutume médiévale était de prendre des vessies de porc utilisés de bétail tuées dans la préparation de nourriture en hiver et les gonfler. Ils jouent un jeu en utilisant leurs pieds et des mains pour garder la « boule » dans l’air. Sonne comme footbag pour moi. Les boules de la vessie des animaux ont finalement été recouvert de cuir pour une meilleure rétention de forme.

La Balle en 1800

En 1836, Charles Goodyear a breveté en caoutchouc vulcanisé. Avant cela, boules étaient dépend de la taille et de la forme de la vessie du porc. Le plus irrégulière de la vessie, le plus imprévisible du comportement du ballon au moment de coups de pied. Toutefois, il ne serait pas jusqu’à ce que le XXe siècle jusqu’à la plupart des balles ont été faites avec des vessies en caoutchouc. En 1855, Charles Goodyear a conçu et construit les premiers ballons en caoutchouc vulcanisé (ballons). 

Les plus anciens de ballon de football (Football) :  Conçu et construit en 1855 par Charles Goodyear. Fait de panneaux en caoutchouc vulcanisé collés au niveau des coutures Les panneaux sont en forme similaire au basket-ball aujourd’hui Le ballon a été utilisé pour un match entre le Club de Football Oneida, la première équipe organisée aux États-Unis, et une équipe de joueurs de Boston Latin et Ecoles d’anglais à Boston. Le club a été formé par Oneida Gerritt Smith-Miller et provenaient des étudiants de Dixwell Latin School, où il était étudiant. Dixwell latine ont fusionné avec d’autres écoles au fil du temps et est une s’abstenir de Noble & Greenough, une école indépendante située à Dedham, MA.

Le jeu a été joué sur Boston Common, où il ya un monument pour commémorer le jeu, le 7 Novembre 1863.La balle est devenue le trophée de ce jeu comme indiqué dans le tableau ci-dessus. La balle a été donné par la famille de Gerritt Smith-Miller à la Société pour la préservation de la Nouvelle-Angleterre Antiquités en 1925. Il est intéressant de noter que lorsque James Naismith a développé le jeu de basket-ball, le premier jeu a été joué avec – un ballon de football!

Dans le 1862, HJ Lindon développé l’un des vessies en caoutchouc gonflables pour premier balles. Malheureusement sa femme auparavant succombé à une maladie pulmonaire. Il semblerait de faire sauter plusieurs centaines de vessies de porc. Lindon a probablement été inspiré pour développer la vessie gonflable en caoutchouc en raison des effets néfastes de sauter vessies de porc. Les boules avec les outres en caoutchouc veillé à ce que le ballon est resté dur et ovale. Lindon a également prétendu avoir inventé le ballon de rugby, mais n’a pas breveter l’idée. En ces jours, le ballon rond a été préféré parce qu’il était plus facile de coup de pied et le ballon ovale était plus facile à manipuler.

En 1863, la nouvelle Association anglaise de football se sont réunis pour forger les règles du jeu. Pas de description de la balle a été offert dans le premier ensemble de règles. Quand les règles ont été révisées en 1872, il a été convenu que la balle »doit être sphérique avec une circonférence de 27 à 28 pouces » (68,6 cm à 71,1 cm). Cette règle reste aujourd’hui les lois de la FIFA . Très peu de choses ont déjà été écrites sur la balle, sans doute parce qu’il est resté sensiblement le même au fil des ans.

La taille officielle et le poids de la balle a d’abord été fixé en 1872. Il a changé un tant soit peu en 1937, lorsque le poids officiel a été porté de 13 à 15 oz à 14-16 oz L’Encyclopédie de football association (d’abord publié en Angleterre en 1956) explique comme suit: «Selon les lois de football, le ballon doit être sphérique avec une enveloppe extérieure en cuir naturel ou d’autres matériaux approuvés. La circonférence ne doit pas être supérieure à 28 po , ni inférieure à 27 dans tout le poids au début du jeu ne doit pas être plus que 16 onces, ni inférieure à 14 onces  » Les Lois du Jeu, publiée en 2001 disent exactement la même chose que la taille et le poids. Ce qui a changé radicalement au cours des 30 dernières années ou est le matériau le ballon est fait et la forme des panneaux qui composent le ballon. Correspondre à billes utilisés dans la finale de la FA Cup de 1893

La production de masse de ballons de football a commencé comme une conséquence directe de la Ligue de football anglais qui a été fondée en 1888. Mitre et Thomlinson de Glasgow ont été deux des premières entreprises à produire en masse des ballons de soccer durant cette période.Ils vanté que l’élément clé dans un football de qualité était la façon dont il pourrait conserver sa forme. Résistance du cuir et les compétences des couteaux et des piqueuses ont été les principaux facteurs de la production d’un football qui conserverait sa forme. Les couvertures grades supérieurs ont été faites avec du cuir de la croupe d’une vache tandis que les balles de moindre qualité ont été fabriqués à partir de l’épaule. Progrès dans la conception balle est venue avec le développement de panneaux emboîtables à la place des parties en cuir utilisés précédemment qui répondaient aux pôles nord et sud de la balle. Les billes sont ensuite produites avec une forme ronde plus acceptable.

Le Ballon dans les années 1900

1910 Ballon

Par vessies les années 1900 ont été faites à plus forte en caoutchouc et peut supporter plus lourde pression. La plupart des balles produites à cette époque utilisé des outres en caoutchouc. Les boules ont été fabriqués à partir de chambres à air recouverts de cuir brun lourd. Ces balles ne rebondissent plus facile et encore pourrait être expulsé. La plupart des balles avaient une couverture en cuir tanné avec dix-huit sections cousues ensemble regroupés en six groupes de trois bandes de chacun. Chaque section a été cousues ensemble à la main avec cinq plis de chanvre et une petite dentelle-up fente était d’un côté. Toutes les coutures ont été fait avec le couvercle de la boule à l’envers. Une fois terminé, le couvercle a été inversée avec la couture à l’intérieur. Une vessie non gonflé est ensuite insérée à travers la fente. Un col longue tige (ouverture) s’étendant à partir de la vessie a été utilisé pour gonfler le ballon. Une fois gonflé, le tube a été inséré dans la fente de 15 cm, puis l’ouverture a été lacé serré. Vous pouvez imaginer combien de fois que ces ballons de soccer a dû re-gonflé. Même lors d’un match.

Ces boules étaient bons pour coups de pied, mais c’était douloureux quand cap en raison de la couture lourds et les caractéristiques d’absorption d’eau du cuir. Absorption d’eau de pluie pendant le cuir fait la balle très lourde et a causé beaucoup de blessures à la tête. D’autres problèmes des vieux ballons en cuir sont les différentes qualités de peaux de vache utilisées. Ballons de football varié d’épaisseur et la qualité du cuir et souvent dégradées au cours du match.

1937 Ballon

Le ballon de football peut-être même joué un rôle dans l’issue de la première coupe du monde en 1930. L’Argentine et l’Uruguay n’ont pu s’entendre sur quelle balle à utiliser. Ils ont donc décidé d’utiliser un ballon argentin au premier semestre et une boule fournie par l’Uruguay dans la seconde moitié. Comme il s’est avéré, l’Argentine était en avance à la mi-temps 2-1Utilisation leur ballon de football. Cependant, l’Uruguay est revenue pour gagner le match dans la deuxième moitié 4-2 Utilisation leur balle!

1930 Coupe du Monde  Ball of « Tiento »

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il y avait des améliorations de production supplémentaires. L’ajout d’une carcasse faite de tissus étroits entre la vessie et la couverture extérieure en contrôlant la forme plus facile, à condition d’amortissement, et fait la balle plus fort. Cependant, ballons de soccer joué un rôle crucial dans l’issue de matchs en raison de la balle fait éclater lors d’un match. La raison pour laquelle les boules de mauvaise qualité juste après la Seconde Guerre mondiale a été imputée à la mauvaise qualité des couvertures de cuir. L’absorption d’eau a été améliorée en utilisant des peintures synthétiques et autres matériaux non poreux pour enduire le cuir. En outre, un nouveau type de valve a été inventé qui a éliminé la fente lacée sur des ballons de football.

1950 Ballon

En 1951, une boule blanche a d’abord été autorisés à aider les spectateurs de voir la balle facile avec l’avènement des projecteurs.  Blanc ballons sont non-officiellement utilisé dès 1892. Le cuir était tout simplement blanc lavé de produire la boule blanche. Boules oranges ont également été introduite dans les années 1950 pour aider à voir la balle dans la neige. Différents pays favorisé les différents types de ballons de football dans les premiers jours du football international. Cela a causé beaucoup de controverse. FIFA normalise: la taille, le poids et le type de balles avec la mise en place d’une commission internationale

Les origines du ballon avant le football

 Les origines : le ballon avant le football

Les oppositions au jeu

Un ballon qui roule et qui rebondit

Les premiers témoignages d’une forme de football remontent à la Chine ancienne, il y a plus de trois mille ans: il s’agissait alors d’un exercice militaire au cours duquel un ballon en peau d’animal rempli de cheveux ou de plumes devait être envoyé, par un tir au pied, entre deux poteaux. Au Mexique, les Aztèques jouaient au « tlatchi » avec une pierre recouverte d’une épaisse couche de gomme. Le ballon, dans ces cas de figure, devait répondre à un impératif: pouvoir rouler et être frappé au pied avec une trajectoire prévisible. Pour cela, il fallait qu’il soit rond et le moins déformable possible.

Cependant, un nouveau critère fait son apparition au fil du temps, ajoutant ainsi au caractère ludique du jeu: il faut que le ballon rebondisse. Pour cela, il faut qu’il se déforme élastiquement comme, justement, une balle de caoutchouc… On observe ici une première contradiction: le ballon ne doit pas se déformer quand il roule, mais doit se déformer quand il rebondit. Elle est résolue durant le Moyen-âge, avec l’usage de vessies de porc gonflées: on remplace le cœur solide de l’objet par de l’air. Avec une pression de gonflage appropriée, le ballon se déformera sous l’effet d’efforts importants tels qu’à la suite d’une frappe ou d’un choc contre le sol mais ne s’affaissera pas sous son propre poids en roulant. Une fois gonflées, ces vessies ont été l’objet de convoitises acharnées lors de parties de soule ou de calcio florentin en Europe.Résister à la violence de la soule et du calcio

La soule et le calcio florentin, probables ancêtres du football, étaient des jeux violents, pratiqué par des équipes de nombre indéterminé, dont les parties s’arrêtaient régulièrement faute de joueurs valides: selon la légende, quarante hommes se seraient noyés dans une mare lors d’une partie à Pont-l’Abbé. Du fait de l’âpreté des combats, il arrivait souvent que le ballon éclate. Ainsi, la possibilité de rebond apportée par l’utilisation d’un ballon creux devient moins cruciale devant la nécessité de jouer avec un ballon plus résistant aux chocs: pour cela, un ballon plein aurait été optimal…Se profile alors la résolution d’une deuxième contradiction: le ballon doit être creux pour rebondir, mais plein pour résister aux chocs. Alors, au lieu de n’avoir qu’une membrane, on en aura désormais deux! La vessie de porc est placée dans une enveloppe de cuir qu’elle tendra une fois gonflée.

C’est sur ce principe que les ballons de la plupart des sports collectifs concernés (football, rugby, handball, volleyball, basket-ball…) sont encore aujourd’hui conçus. Au fil de l’évolution des ballons, des couches de textiles viendront s’intercaler entre l’enveloppe et la vessie pour assurer une conservation de la forme plus longue. Le plus ancien spécimen d’un tel ballon encore conservé à l’heure actuelle a près de 450 ans! Il a été retrouvé dans les poutres de la chambre de la reine d’Écosse, Marie Stuart (1542-1587). Il se dit qu’il était courant qu’elle lance un ballon de sa fenêtre pour donner le coup d’envoi de matches entre soldats. Imaginons le sacré coup de botte de celui qui l’aura logé là.

Les origines du football

Le concept

Le football est un sport collectif opposant deux équipes de onze joueurs cherchant à marquer des buts au moyen d’un ballon sphérique. A l’exception du gardien, les joueurs peuvent utiliser toutes les parties du corps sauf les bras et les mains. L’équipe qui marque le plus de but remporte la rencontre.

Au début du XXe siècle, le football part à la conquête du monde. Ici, partie à la cour de Tokyo en 1919.

Au début du XXe siècle, le football part à la conquête du monde. Ici, partie à la cour de Tokyo en 1919.

Les origines les plus lointaines

Le cuju, l’ancêtre officiel
Né en Chine il y a plus de deux millénaires, le cuju est considéré comme la racine la plus ancienne du football. Ce sport se jouait sans les mains avec un ballon en cuir rempli de plumes, deux équipes de douze joueurs et des buts de 30 à 40 cm situés en hauteur. Si le cuju est salué officiellement par la FIFA comme l’ancêtre du football, d’autres sports similaires ont existé dans le monde à des époques différentes. Les échanges commerciaux, les guerres ou le temps des grandes découvertes furent un moyen de diffusion de ces pratiques sportives. De 900 à 1200, les Mayas pratiquaient par exemple le pok ta pok, un jeu de balle en caoutchouc à caractère rituel se pratiquant sans les mains, que les conquistadors espagnols découvrirent. Le bassin méditerranéen antique voyait aussi déjà les Grecs et les Romains jouer à l’épiscyre, à la phéninde ou à l’haspartum. Ces trois jeux de balle connaissaient de nombreuses variantes selon les régions et se pratiquaient à la main aussi bien qu’au pied. Dans de nombreux cas, le ballon devait franchir la zone que l’équipe adverse défendait.

De l’haspartum à la soûle
L’haspartum s’est propagé en Europe pour prendre diverses formes. Au Moyen-Âge, des traces de l’haspartum se retrouvaient ainsi dans les « règles » d’un sport qui faisait fureur dans le Nord de l’Europe. Aussi appelé choulle ou souille, la soûle se jouait avec les quatre membres du corps et une boule de foin, devenue ensuite le ballon de cuir. Son principe est décrit dans La Grande Encyclopédie du XIXe siècle, citée par Gougaud dans La soule en Bretagne : « La soule est un gros ballon de cuir que les joueurs, partagés en deux camps, se disputent ; chaque camp représente une paroisse, et celui qui transporte le ballon sur le territoire de l’autre paroisse est le gagnant. Ce jeu, très populaire dans le Morbihan, a donné lieu fréquemment à des scènes brutales, par suite de la rivalité entre deux villages. » Les Italiens développèrent leur propre version du jeu puisqu’en 1530 le Quico del calcio est créé à Florence. La soûle s’exporta en Grande-Bretagne, mais elle fut interdite sous certains rois, qui lui préféraient la pratique du tir à l’arc, plus noble et moins violente.

La création du football moderne

La soûle et sa variante, le « mob football » (football de cohue) restèrent populaires dans les quartiers pauvres de Grande-Bretagne jusqu’au milieu du XIXe siècle. À partir de ce moment, des équipes britanniques ont vu le jour avec la ferme intention de codifier les compétitions, en s’inspirant du cricket ou du baseball américain par exemple. Les Cambridge rules de 1848 résonnèrent comme la première tentative d’unification des règles, alors différentes selon les équipes. Il a pourtant fallu attendre la création de la Football Association, la fédération anglaise de football, pour qu’une réflexion commune sur les lois du jeu prenne forme.

Du rugby football au football
Le 26 octobre 1863, la Freemasons’ Tavern, pub au cœur de Londres, accueillit une réunion extraordinaire de plusieurs clubs comme Eton ou Westminster pour sceller les règles du football moderne, dont l’une des polémiques était l’usage des mains. Un représentant du club de la ville de Rugby (nord de Angleterre), affirmait être partisan d’un jeu où le ballon peut être porté à la main. La scission est définitive. Le Rugby football est créé, par opposition au Football Association, réservé aux « manchots ». Huit ans plus tard, la FA Challenge Cup devenait la première compétition nationale de football au monde.

Le football professionnel anglais apparaît dans les années 1880. C’est à cette époque que de nombreux clubs britanniques emblématiques ont vu le jour: Manchester United (1878) et City, son rival (1880), Tottenham (1882), Arsenal (1886), Liverpool ou encore Newcastle (1892). Sur l’initiative des clubs – dont celui d’Aston Villa, créé en 1874 – et grâce au développement du chemin de fer, un premier championnat eut lieu en 1888. Le football commença à se répandre en Europe puis dans le monde par le biais des empires coloniaux. Pour preuve, la création de la Fédération Internationale de Football Amateur, en 1904, n’est pas l’œuvre d’un Anglais, mais d’un Français, Jules Rimet. Il aura aussi été le président de la Fédération Française de Football, créée en 1919. Le football était entré dans une nouvelle ère et les matchs internationaux s’intensifièrent.

Le fait marquant

Loin d’être collectif à l’origine, le football le devint surtout par l’introduction d’une nouvelle règle décisive: le passing game. Apparu dans les années 1860, le passing game bouleversa les certitudes en place. Avant cela, le football était un dribbling game : un joueur récupérait le ballon, tentait de dribbler ses adversaires avant de marquer. S’il échouait, un adversaire récupérait le ballon pour tenter à son tour de marquer en dribblant tout le monde et ainsi de suite. Implanté au Nord du territoire dans les années 1860, il a fallu près de vingt ans pour que le passing game se généralise sur les terrains de Grande-Bretagne. Les Écossais, adeptes de cette méthode, ont alors dominé le football britannique, en infligeant notamment un 7-2 à la sélection anglaise le 2 mars 1878.

Les premières compétitions d’envergure

Match entre Paris et Londres à Saint-Ouen,1912

Match entre Paris et Londres à Saint-Ouen,1912

La FA Cup

Il est logique la première compétition de football ait été organisée en Angleterre. En 1871, Charles Alcock – membre de la Football Association – a l’idée de créer la FA Cup : une compétition à élimination directe à laquelle tous les clubs affiliés peuvent participer. Cinquante équipes peuvent concourir à cette Coupe d’Angleterre, mais seulement une quinzaine se lancent dans la compétition. Ce sont les Wanderers de Londres qui gagnent la finale 1-0 contre les Royal Engineers.

La Coupe de France

La FA Cup fait des émules en France mais il faut attendre 1917 pour qu’une telle épreuve y soit organisée. La Coupe de France est donc créée en hommage à Charles Simon, dirigeant sportif français mort durant la Première Guerre mondiale, et ouverte à tous les clubs du pays. Mais en raison de la guerre, nombre d’entre eux ne pourront y participer. Ce sont donc 48 équipes qui se lancent dans cette épreuve, remportée par l’Olympique de Pantin face au FC Lyon (3-0). Deux ans après la première Coupe de France, la Fédération française de football est créée et le football français se dirige peu à peu vers la professionnalisation, déjà bien en place en Angleterre. Face à « l’amateurisme marron », c’est-à-dire le fait de payer en dessous-de-table des joueurs dits amateurs, la FFF et son président Jules Rimet prennent conscience de l’importance de cadrer la pratique. Cela se met en place à partir de 1932, quand le premier Championnat de France de football est organisé. 20 équipes passées professionnelles se répartissent en deux groupes. Les premiers de chaque groupe s’affrontent lors d’une finale pour s’adjuger le titre de champion, qui revient à l’Olympique lillois, aux dépens de l’AS Cannes (4-3).

La Coupe du monde

Jules Rimet est aussi à l’origine de la première Coupe de monde de football a eu lieu en 1930 en Uruguay. C’est à l’occasion des Jeux olympiques de 1928 à Amsterdam qu’Henri Delaunay, premier secrétaire général de la FFF, annonça la création d’un tournoi mondial après l’échec de l’organisation en 1904. En 1930, 41 fédérations nationales sont recensées mais seules treize sélections, dont quatre européennes, participèrent à l’évènement. La France y prit part et son attaquant Lucien Laurent devint le premier buteur de l’histoire de la Coupe du monde. Les tricolores finirent troisième du groupe 1, derrière l’Argentine et le Chili. En finale, l’Uruguay a battu l’Argentine (4-2) pour devenir, chez elle, la première nation championne du monde de football.

La Coupe des clubs champions

La Coupe des clubs champions s’organise plus tardivement que les autres épreuves, à partir de 1955. Gabriel Hanot, journaliste de L’Équipe, constate l’intérêt sportif des rencontres entre différents clubs européens après avoir vu des matchs de grosses cylindrées du continent comme Wolverhampton ou l’Honved Budapest. Avec ses collègues dont Jacques Ferran, il invite donc les fédérations européennes et les clubs à participer à l’évènement. L’engouement est tel que la FIFA décide que c’est à la nouvelle UEFA, l’Union européenne de football association, d’organiser le tournoi. Le premier match se tient donc le 4 septembre 1955 à Lisbonne entre le Sporting Portugal et Le Partizan Belgrade (3-3). La finale, le 13 juin 1956, voit le Real Madrid l’emporter 4-3 contre le Stade de Reims au Parc des Princes, à Paris.

Origine du Ballon de Football

Origines du ballon de football

histoire_foot_deb_chine

Le football est probablement né en Chine

il y a 3000 ans. Cette aquarelle du 19e s. représente une scène de Kemari, variante japonaise plus cérémonielle du jeu. Reproduction du Musée National du Football, Preston, Grande-Bretagne

Évolution du ballon

Epoque préhistorique

Qui peut dire à quand remontent les origines du football ? Taper dans un ballon est quasiment un réflexe, aussi peut-on imaginer que tout a commencé à l’Âge de pierre, lorsque qu’un homme préhistorique a tapé dans un caillou ou dans un os et qu’un autre homme préhistorique le lui a renvoyé. Quoi qu’il en soit, les témoignages d’une première forme de football remontent à la Chine ancienne, il y a 3000 ans. Il existait en effet un jeu qui consistait à envoyer du pied entre deux poteaux hauts d’une dizaine de mètres, un ballon en peau d’animal rempli de cheveux ou de plumes, et qui devait servir à l’entraînement militaire.

Vers 50 av. J.C., des récits et des dessins évoquent le « tsu chu » (ou « cuju ») et comparent le ballon rond et les buts carrés au yin et au yang, symboles anciens de l’harmonie. Comme les Grecs qui pratiquaient l’Episkyros, les Romains, qui construisirent des arènes dans tout l’empire pour les courses de chars et les combats de gladiateurs sanglants dont ils étaient très friands, semblent avoir apprécié le plus inoffensif jeu de balle, Harpastum (dérivé du mot grec « harpazein » qui signifie « saisir »), deux variantes du jeu de balle où le ballon était plutôt porté à la main. Chez les Romains, le ballon avait la taille d’un pamplemousse et était dur, notamment en raison du sable dont il était rempli. Les deux équipes, constituées probablement de 12 joueurs, jouaient l’une en face de l’autre, sur un terrain délimité par des lignes, comme aujourd’hui.

Le jeu requérait une très grande agilité et, faisant une plus large place au lancer de ballon qu’au tir au pied, il était plus proche du rugby. Les règles, à ce qu’il semble, étaient à l’inverse de celles du football, l’objectif étant de conserver le ballon derrière sa propre moitié de terrain et d’en barrer l’accès à l’adversaire. Un but était marqué lorsque le ballon touchait le sol. On raconte que les Vikings utilisaient le ballon pour tirer dans la tête de leurs ennemis, mais d’autres civilisations comme celles des Japonais, des Perses, des Égyptiens, des Assyriens et des Indiens d’Amérique du Nord, pratiquaient des jeux de balle.

Au Mexique, les Aztèques avaient aussi leur propre jeu de balle au pied, le « tlatchi », qui se jouait avec une pierre recouverte d’une épaisse couche de gomme. Activité culturelle très importante, il se jouait à deux équipes de 7 pers dans des stades spécialement conçus à cet effet et donnait lieu à des paris.Essence même du football, le ballon doit donc avoir des propriétés particulières, pouvoir suivre la trajectoire que lui imprime le joueur et – le plus important – rebondir de manière prévisible. En effet, c’est bien au rebond et au plaisir que procure la frappe du ballon sous toutes ses formes, que le football doit son succès universel.

Les jeux de balle au pied existent dès l’Antiquité. Ce sont des jeux et non des sports. Les Grecs connaissent ainsi plusieurs jeux de balle se pratiquant avec les pieds : aporrhaxis et phéninde à Athènes et épiscyre à Sparte. La situation est identique chez les Romains où l’on pratique la pila paganica, la pila trigonalis, la follis et l’harpastum. Les chinois accomplissent également des exercices avec un ballon qu’ils utilisent pour jongler et effectuer des passes ; cette activité pratiquée sans buts et en dehors de toute compétition sert à l’entretien physique des militaires. Les premiers textes concernant le Cuju datent de la fin du iiie siècle av. J.-C. et sont considérés comme les textes les plus anciens liés au sport chinois. À la fin du xve siècle, le calcio florentin apparaît en Italie. Il s’agit d’un lointain cousin du football, qui disparaît totalement en 1739.
La_soule_en_Basse_Normandie-_1852Soule en Basse-Normandie en 1852

Le football trouve ses racines réelles dans la soule (ou choule) médiévale. Ce jeu sportif est pratiqué dans les écoles et universités mais aussi par le peuple des deux côtés de la Manche. La première mention écrite de la soule en France remonte à 1147 et son équivalent anglais date de 1174. Dès le xvie siècle, le ballon de cuir gonflé est courant en France. Longtemps interdite pour des raisons militaires en Angleterre ou de productivité économique en France, la soule, malgré sa brutalité, reste populaire jusqu’au début du xixe siècle dans les îles Britanniques et dans un grand quart nord-ouest de la France. Le jeu est également pratiqué par les colons d’Amérique du Nord et il est notamment interdit par les autorités de la ville de Boston en 1657.

La Balle en 1800

Nommée football en anglais, la soule est rebaptisée folk football (football du peuple) par les historiens anglophones du sport afin de la distinguer du football moderne. Cette activité est en effet principalement pratiquée par le petit peuple comme le signale un ancien élève d’Eton dans ses Reminiscences of Eton (1831) : I cannot consider the game of football as being gentlemany; after all, the Yorkshire common people play . (« Je ne peux pas considérer le football comme un sport de gentlemen ; après tout, le petit peuple du Yorkshire y joue. »)

Le Highway Act britannique de 1835 interdisant la pratique du folk football sur les routes le contraint à se replier sur des espaces clos. Des variantes de la soule se pratiquent déjà, de longue date, sur des terrains clos. C’est là, sur les terrains des écoles d’Eton, Harrow, Charterhouse, Rugby, Shrewsbury, Westminster et Winchester, notamment, que germe le football moderne. Les premiers codes de jeu écrits datent du milieu du xixe siècle (1848 à Cambridge). Chaque équipe possède ses propres règles, rendant les matches problématiques. La Fédération anglaise de football (Football Association) est créée en 1863. Son premier objectif est d’unifier le règlement.

En 1836, Charles Goodyear a breveté en caoutchouc vulcanisé.
Avant cela, boules étaient dépend de la taille et de la forme de la vessie du porc. Le plus irrégulière de la vessie, le plus imprévisible du comportement du ballon au moment de coups de pied. Toutefois, il ne serait pas jusqu’à ce que le XXe siècle jusqu’à la plupart des balles ont été faites avec des vessies en caoutchouc.

En 1855, Charles Goodyear a conçu et construit les premiers ballons en caoutchouc vulcanisé (ballons).
L’image suivante montre la balle Charles Goodyear, qui a été exposée à la National Hall of Fame du football qui se trouvait à Oneonta, NY, USA.

Les plus anciens de ballon de football

Conçu et construit en 1855 par Charles Goodyear. Fait de panneaux en caoutchouc vulcanisé collés au niveau des coutures Les panneaux sont en forme similaire au basket-ball aujourd’hui; Le ballon a été utilisé pour un match entre le Club de Football Oneida, la première équipe organisée aux États-Unis, et une équipe de joueurs de Boston Latin et Ecoles d’anglais à Boston. Le club a été formé par Oneida Gerritt Smith-Miller et provenaient des étudiants de Dixwell Latin School, où il était étudiant. Dixwell latine ont fusionné avec d’autres écoles au fil du temps et est une s’abstenir de Noble & Greenough, une école indépendante située à Dedham, MA. Le jeu a été joué sur Boston Common, où il ya un monument pour commémorer le jeu, le 7 Novembre 1863.

La balle est devenue le trophée de ce jeu comme indiqué dans le tableau ci-dessus.
La balle a été donné par la famille de Gerritt Smith-Miller à la Société pour la préservation de la Nouvelle-Angleterre Antiquités en 1925. Il est intéressant de noter que lorsque James Naismith a développé le jeu de basket-ball, le premier jeu a été joué avec – un ballon de football!

En 1862, HJ Lindon développé l’un des vessies en caoutchouc gonflables pour premier balles. Malheureusement sa femme auparavant succombé à une maladie pulmonaire. Il semblerait de faire sauter plusieurs centaines de vessies de porc. Lindon a probablement été inspiré pour développer la vessie gonflable en caoutchouc en raison des effets néfastes de sauter vessies de porc. Les boules avec les outres en caoutchouc veillé à ce que le ballon est resté dur et ovale. Lindon a également prétendu avoir inventé le ballon de rugby, mais n’a pas breveter l’idée.
En ces jours, le ballon rond a été préféré parce qu’il était plus facile de coup de pied et le ballon ovale était plus facile à manipuler.

En 1863, la nouvelle Association anglaise de football se sont réunis pour forger les règles du jeu. Pas de description de la balle a été offert dans le premier ensemble de règles. Quand les règles ont été révisées en 1872, il a été convenu que la balle »doit être sphérique avec une circonférence de 27 à 28 pouces » (68,6 cm à 71,1 cm). Cette règle reste aujourd’hui les lois de la FIFA . Très peu de choses ont déjà été écrites sur la balle, sans doute parce qu’il est resté sensiblement le même au fil des ans. La taille officielle et le poids de la balle a d’abord été fixé en 1872. Il a changé un tant soit peu en 1937, lorsque le poids officiel a été porté de 13 à 15 oz à 14-16 oz L’Encyclopédie de football association (d’abord publié en Angleterre en 1956) explique comme suit: «Selon les lois de football, le ballon doit être sphérique avec une enveloppe extérieure en cuir naturel ou d’autres matériaux approuvés. La circonférence ne doit pas être supérieure à 28 po , ni inférieure à 27 dans tout le poids au début du jeu ne doit pas être plus que 16 onces, ni inférieure à 14 onces  »

Les Lois du Jeu, publiée en 2001 disent exactement la même chose que la taille et le poids. Ce qui a changé radicalement au cours des 30 dernières années ou est le matériau le ballon est fait et la forme des panneaux qui composent le ballon.
La production de masse de ballons de football a commencé comme une conséquence directe de la Ligue de football anglais qui a été fondée en 1888.

Mitre et Thomlinson de Glasgow ont été deux des premières entreprises à produire en masse des ballons de soccer durant cette période. Ils vanté que l’élément clé dans un football de qualité était la façon dont il pourrait conserver sa forme. Résistance du cuir et les compétences des couteaux et des piqueuses ont été les principaux facteurs de la production d’un football qui conserverait sa forme. Les couvertures grades supérieurs ont été faites avec du cuir de la croupe d’une vache tandis que les balles de moindre qualité ont été fabriqués à partir de l’épaule. Progrès dans la conception balle est venue avec le développement de panneaux emboîtables à la place des parties en cuir utilisés précédemment qui répondaient aux pôles nord et sud de la balle. Les billes sont ensuite produites avec une forme ronde plus acceptable.

La très longue histoire du Football

evolutionsoule

La Soule comme jeu de foule fut probablement introduit en Angleterre par les Normands. Cette gravure sur acier datant de 1835 représente une partie de « soule », forme de football violente pratiquée en Normandie et en Bretagne au Moyen-Âge. Reproduction du Musée National du Football, Preston, Grande-Bretagne

1. Des origines à 1835 – La soule, ancêtre du ballon rond

En l’an 40, le poète Martial évoque des jeux de balle pratiqués à Rome. Parmi eux, l’Harpastum, lui même à l’origine du Calcio Florentin. Ce dernier permet d’utiliser les mains pour porter le ballon. On pense que ce jeu fut introduit pendant la conquête de la Gaule et qu’il est à l’origine de la soule française.C’est à partir de 1147, que l’on trouve des traces écrites de la soule en France. Il y est fait état d’un jeu qui oppose 2 équipes qui se disputent un ballon qu’il faut faire entrer dans un but. La soule passe pour un jeu viril mais tous les coups n’y sont pas permis, contrairement à l’idée reçue.
La Soule est une grosse balle de cuir remplie de foin, de mousse ou de son. Mais elle peut être aussi une boule de bois. La soule était jouée par le peuple. Les rencontres voyaient souvent 2 villages s’affronter. Pour les encourager, toute la campagne alentours se rendait sur le lieu de la soule qui pouvait se jouer n’importe où. Certains textes mentionnent qu’il pouvait y avoir plus de 6000 spectateurs. Un mur, un arbre ou très souvent une mare pouvait servir de but. La soule était jouée à certaines occasions comme à Noël, à Paques, aux mariages ou encore à l’occasion du jour du Saint de la paroisse. Dans ce dernier cas, 2 paroisses s’affrontaient. La victoire annonçait alors aux gagnants une meilleure moisson. Souvent, les perdants coupaient la soule en deux à coups de couteaux. Pour éviter celà, elle sera plus tard gainée d’étain.
Depuis cette époque, on ne compte plus le nombre de fois où la pratique de la soule fut interdite. En 1314, le maire de Londres proclame l’interdiction du football (la soule) « en raison de grands désordres causés dans la cité ». La soule Picarde ayant dit on, traversé la Manche, avec Guillaume le Conquérant dès 1066.. Hélas, l’Anglais est rancunier. Lorsque ses archers en auront terminé avec la cavalerie lourde française à la bataille d’Azincourt, les autorités d’Arras sous l’autorité du Roi d’Angleterre, proclameront à leur tour l’interdiction de la soule. Cependant la soule est un jeu populaire et elle a la peau dure. En Angleterre elle entre dès 1747 dans des Publics Schools comme Eton ou Westminster. Ce qui désormais s’appellera le « Folk Football », comprenez le football du peuple, connaîtra à partir de cette époque un succès jamais démenti. Les années 1830 verront le début du déclin de la soule en France. Dès 1835, elle n’aurait plus été pratiquée qu’en Bretagne et encore, dans le seul pays de Lorient où l’on y jouera jusqu’en 1914. Il faudra attendre une trentaine d’années avant que le folk Football ne nous revienne, après avoir connu en Angleterre maintes évolutions. Mais c’est une autre histoire et je vous la raconterai plus tard.

Chronologie-Antiquité

Les racines du football recouvrent une période où le jeu de football connaît sa genèse, parfois nébuleuse. Le berceau du football est l’Angleterre. Il s’est développé au cours du temps en se déplaçant peu à peu vers le Moyen-Orient, au gré de la Route de la soie, et dans les empires antiques. Il s’est finalement déployé en Europe (d’abord en France) environ un millénaire plus tard, au Moyen Âge. Les soldats chinois pratiquent un jeu appelé Cuju avec un ballon rond consistant à jongler et effectuer des passes ; pas de buts, pas de vainqueurs, juste un exercice d’entretien physique pour les militaires. Notamment, exercice de passe, il servait beaucoup de divertissement dans les cours de l’empereur, et les camps de soldat dans la Chine Antique.
Il existe plus tard la même chose au Japon sous le nom de Kemari’ (dont on a des illustrations du XIXe siècle) mais pratiqué par les nobles. Un jeu coréen se jouait aussi chez les nobles de la cour de l’empereur et existe toujours de nos jours (mais aujourd’hui pratiquée par la gent féminine, participantes en robes spéciales) et consistait en ce jeu de passe d’une balle (avant en bambou puis en peau et enfin en tissu) avec les pieds, sorte de jongle ou de gymnastique.Les Grecs connaissaient également des jeux de balle au pied : Aporraxis et phéninde à Athènes et épiscyre à Sparte.

En l’an 40

Le poète romain Martial évoque quatre jeux de balle pratiqués par les Romains pila paganica, pila trigonalis, follis et harpastum. Le dernier cité est à l’origine du Calcio Florentin, qui autorise l’usage des mains pour porter le ballon. L’harpastum est probablement à l’origine de la soule française puis du football anglais.
*** siècle 

  • L’historien anglais Nennian raconte dans son livre Historia Britonum qu’un groupe de garçons jouait au ballon (pilae ludus). Ce jeu avait lieu au sud de la Grande-Bretagne.
  • 1066: Guillaume le Conquérant prend pied en Angleterre.Introduction probable de la soule française (sans doute picarde) outre-Manche.

*** siècle

  • 1147 : première mention écrite de la soule en France. Le jeu oppose deux équipes qui se disputent un ballon qu’il faut déposer dans un but. C’était certes viril, très viril même, mais tous les coups n’étaient pas permis, comme on le croit trop souvent. La soule, qui passe aujourd’hui pour brouillonne et violente, était en fait très codifiée et pas si barbare que les fameuses « lettres de rémission » le laissent entendre. Les cas évoqués par ces sources sont tous, par définition, des affaires judiciaires, avec leurs cohortes de blessés et même de morts donnant, à tort, l’image d’une mêlée ultra violente. Comme le signalent ainsi nombre de plaignants, « ce n’est comme cela qu’on pratique la Soule ».
  • 1174 : publication en Angleterre de La Vie de saint Thomas Becket de William Fitzstephen qui mentionne la pratique courante des jeux de ballons outre-Manche (soule / football).

*** siècle

  • 13 avril 1314 : le maire de Londres proclame l’interdiction de la pratique du football (soule)« en raison des grands désordres causés dans la Cité ».
  • 1331 : le roi d’Angleterre Édouard III interdit la pratique du football (soule) et recommande à ses sujets la pratique exclusive du tir à l’arc.
  • 1365 : le 12 juin ordonnance du roi d’Angleterre Édouard III qui interdit la pratique du football (soule)… sans grands effets
    xve siècle

*** siècle

  • 1409 : Premier usage du mot « foteball » en Anglais par le Roi anglais dans une interdiction par le maire de Londres.
  • 1414 : un an avant la fameuse bataille d’Azincourt qui marque le triomphe définitif des archers (Anglais) sur la cavalerie lourde formée dans les tournois (Français), le roi d’Angleterre rappelle l’interdiction de la pratique du football (soule) et ordonne à ses sujets de pratiquer le tir à l’arc.
  • 1422 : interdiction par les autorités municipales d’Arras, alors sous occupation anglaise, de la pratique de la soule.
  • 1440 : Raoul, évêque du Trégor, interdit la pratique de la soule dans son diocèse…Le texte de Raoul précise que ce jeu était pratiqué depuis longtemps en Bretagne.
  • 1490 : première description d’un match et d’un terrain de football.Le ballon n’était frappé qu’avec le pied (et précisément pas avec la main). À Cawston, en Angleterre.
  • Janvier 1491 : première trace d’une partie de Calcio florentin, mais cette version italienne de la soule se pratique depuis au moins plusieurs décennies. Des poèmes évoquent en effet le jeu dès le milieu du XVe siècle.

Les oppositions au jeu 13ème…

Si le football de l’époque génère l’intérêt de la population britannique, il se heurte également à des interventions répétées (mais vaines) de la part des autorités, qui voient d’un mauvais œil ce divertissement souvent violent. En 1314, le maire de Londres juge opportun de se fendre d’une déclaration interdisant le football au sein de la ville en raison des désordres causés. Toute infraction à cette loi est passible d’emprisonnement. Pendant la guerre de Cent Ans qui oppose l’Angleterre et la France de 1337 à 1453, la famille royale n’a de cesse de manifester son hostilité au football. Les rois Edward III, Richard II, Henry IV et Henry V déclarent ce jeu illégal, car il empêche leurs sujets de se consacrer à des disciplines militaires plus importantes comme le tir à l’arc.
Tous les rois écossais du 15eme siècle estiment nécessaire de critiquer, voire d’interdire le football. Un décret particulièrement célèbre, attribué à James Ier en 1424, dit ainsi : « Qu’aucun homme ne joue au fute-ball ». Pourtant, tous ces efforts s’avèrent vains. L’engouement que suscite ce jeu au sein de la population, et la joie évidente que prend celle-ci à participer à cette foire d’empoigne, sont tels que rien ne parvient à les étouffer. La passion que suscite le football est particulièrement vive à l’époque élisabéthaine. L’Italie exerce une influence importante à l’époque de la Renaissance, et plusieurs villes, dont Florence et Venise, développent alors des variantes du sport appelé Calcio. Il est plus organisé que son équivalent anglais et pratiqué par des équipes arborant des couleurs distinctes, notamment lors de grands événements florentins.
En Angleterre, le jeu est toujours aussi brutal, mais il trouve à cette époque un partisan de choix qui le défend pour d’autres raisons. Ce fervent partisan n’est autre que Richard Mulcaster, le grand pédagogue des célèbres écoles londoniennes Merchant Taylors et St. Paul’s. Il fait remarquer que ce sport, qui manque certes de raffinement, a une véritable valeur éducative puisqu’il promeut la santé et la force. D’après lui, le jeu tirerait profit d’un nombre limité de participants et surtout d’un arbitrage plus strict. Jusqu’alors, le ressentiment envers le football se justifie par les grands désordres publics qu’il cause. Par exemple, à Manchester en 1608, le football est interdit à cause du nombre important de vitres brisées. Au cours du 16eme siècle, une nouvelle forme de critique fait son apparition. Avec l’expansion du puritanisme, l’heure est à la dénonciation des divertissements « frivoles » dont le sport, et plus particulièrement le football, font partie.
La principale objection est qu’il constitue une violation du repos dominical. Le théâtre subi lui aussi les mêmes foudres, puisque les puritains guindés le considèrent comme une source d’oisiveté et d’immoralité. Ces arguments seront à l’origine de l’interdiction des divertissements le dimanche. C’est à compter de cette époque que le football est proscrit. Il en sera ainsi pendant 300 ans, jusqu’à ce que cette interdiction soit une nouvelle fois levée, d’abord de manière officieuse, puis en accord avec Football Association, sur une échelle plutôt réduite. Au final, le football n’a pratiquement pas évolué pendant des siècles. Malgré une interdiction de 500 ans, celui-ci n’a jamais complètement disparu.

xvie siècle

  • 1555: Oxford interdit la pratique du football (soule) à ses étudiants.
  • 1574: Cambridge interdit la pratique du football (soule) à ses étudiants.
  • 1575: grande partie de Calcio florentin donnée à Lyon en l’honneur d’Henri III.
  • 1580: publication du Traité sur le Calcio florentin de Giovanni De Bardi.
  • 1581: Richard Mulcaster le principal de plusieurs écoles en Angleterre décrit le « foteball »comme jeu de petites équipes d’élèves qui avaient des positions sur le terrain. Il est le premier à décrire un arbitre et même un entraîneur. Mulcuster fournit les premières évidences d’un jeu de football qui a vraiment été dompté. Il raconte les avantages du jeu sur la santé des élèves.
  • 1584: 40 000 spectateurs assistent à la grande partie de Calcio florentin donnée à l’occasion des noces d’Éléonore de Médicis et Vincent Ier Gonzaga.

xviie siècle

  • 1607 : proclamation en Italie d’une loi visant au maintien de l’ordre pendant les matches de Calcio florentin: « Tous les spectateurs doivent rester à leur place ; personne ne doit pénétrer sur le terrain de jeu. Les contrevenants doivent être appréhendés et punis d’une amende
  • 1615: nouvelle proclamation du maire de Londres rappelant l’interdiction de la pratique du football (soule) dans la ville.
  • 1643-1647 : Robert Matthew (qui étudiait au College de Winchester en Angleterre entre 1643 et 1647) d’écrit plus tard le jeu de football comme « innocent » et « légal ».
  • 1676: Tommaso Rinuccini édite une Mise en garde contre le déclin du calcio regrettant que le jeu n’était plus pratiqué par les jeunes.
  • 1686: Le Parlement de Bretagne rappelle l’interdiction de la pratique de la soule, « ce jeu maudit ».
  • 17 février 1689 : Grande partie de Calcio florentin entre une équipe « européenne » et une équipe « asiatique ». Les Européens s’imposent.

xviiie siècle
14 mars 1739 :Dernière grande partie de Calcio florentin donnée à l’occasion de la visite à Livourne de Frédéric Ier de Lorraine et de Marie-Thérèse d’Autriche.
1747: Le folk football (football du peuple) est pratiqué en Angleterre dans les Public Schools comme Eton.
1749: Le folk football est pratiqué en Angleterre dans les Public Schools comme Westminster.
xixe siècle
1831: Publication en Angleterre de Reminiscences of Eton où un ancien élève du fameux Collège précise que « le football ne peut pas être considéré un sport de gentleman ; après tout, le petit peuple du Yorkshire y joue aussi… ».
1835: Highway Act en Grande-Bretagne qui interdit la pratique du folk football dans les rues.
1835: La pratique de la soule en Bretagne se cantonne désormais au seul Pays de Lorient où des parties ont lieu jusqu’en 1914.

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football