Les Origines de la Balle avant le Football

Origine du Ballon de Football

Origines du ballon de football

histoire_foot_deb_chine

Le football est probablement né en Chine

il y a 3000 ans. Cette aquarelle du 19e s. représente une scène de Kemari, variante japonaise plus cérémonielle du jeu. Reproduction du Musée National du Football, Preston, Grande-Bretagne

Évolution du ballon

Epoque préhistorique

Qui peut dire à quand remontent les origines du football ? Taper dans un ballon est quasiment un réflexe, aussi peut-on imaginer que tout a commencé à l’Âge de pierre, lorsque qu’un homme préhistorique a tapé dans un caillou ou dans un os et qu’un autre homme préhistorique le lui a renvoyé. Quoi qu’il en soit, les témoignages d’une première forme de football remontent à la Chine ancienne, il y a 3000 ans. Il existait en effet un jeu qui consistait à envoyer du pied entre deux poteaux hauts d’une dizaine de mètres, un ballon en peau d’animal rempli de cheveux ou de plumes, et qui devait servir à l’entraînement militaire.

Vers 50 av. J.C., des récits et des dessins évoquent le « tsu chu » (ou « cuju ») et comparent le ballon rond et les buts carrés au yin et au yang, symboles anciens de l’harmonie. Comme les Grecs qui pratiquaient l’Episkyros, les Romains, qui construisirent des arènes dans tout l’empire pour les courses de chars et les combats de gladiateurs sanglants dont ils étaient très friands, semblent avoir apprécié le plus inoffensif jeu de balle, Harpastum (dérivé du mot grec « harpazein » qui signifie « saisir »), deux variantes du jeu de balle où le ballon était plutôt porté à la main. Chez les Romains, le ballon avait la taille d’un pamplemousse et était dur, notamment en raison du sable dont il était rempli. Les deux équipes, constituées probablement de 12 joueurs, jouaient l’une en face de l’autre, sur un terrain délimité par des lignes, comme aujourd’hui.

Le jeu requérait une très grande agilité et, faisant une plus large place au lancer de ballon qu’au tir au pied, il était plus proche du rugby. Les règles, à ce qu’il semble, étaient à l’inverse de celles du football, l’objectif étant de conserver le ballon derrière sa propre moitié de terrain et d’en barrer l’accès à l’adversaire. Un but était marqué lorsque le ballon touchait le sol. On raconte que les Vikings utilisaient le ballon pour tirer dans la tête de leurs ennemis, mais d’autres civilisations comme celles des Japonais, des Perses, des Égyptiens, des Assyriens et des Indiens d’Amérique du Nord, pratiquaient des jeux de balle.

Au Mexique, les Aztèques avaient aussi leur propre jeu de balle au pied, le « tlatchi », qui se jouait avec une pierre recouverte d’une épaisse couche de gomme. Activité culturelle très importante, il se jouait à deux équipes de 7 pers dans des stades spécialement conçus à cet effet et donnait lieu à des paris.Essence même du football, le ballon doit donc avoir des propriétés particulières, pouvoir suivre la trajectoire que lui imprime le joueur et – le plus important – rebondir de manière prévisible. En effet, c’est bien au rebond et au plaisir que procure la frappe du ballon sous toutes ses formes, que le football doit son succès universel.

Les jeux de balle au pied existent dès l’Antiquité. Ce sont des jeux et non des sports. Les Grecs connaissent ainsi plusieurs jeux de balle se pratiquant avec les pieds : aporrhaxis et phéninde à Athènes et épiscyre à Sparte. La situation est identique chez les Romains où l’on pratique la pila paganica, la pila trigonalis, la follis et l’harpastum. Les chinois accomplissent également des exercices avec un ballon qu’ils utilisent pour jongler et effectuer des passes ; cette activité pratiquée sans buts et en dehors de toute compétition sert à l’entretien physique des militaires. Les premiers textes concernant le Cuju datent de la fin du iiie siècle av. J.-C. et sont considérés comme les textes les plus anciens liés au sport chinois. À la fin du xve siècle, le calcio florentin apparaît en Italie. Il s’agit d’un lointain cousin du football, qui disparaît totalement en 1739.
La_soule_en_Basse_Normandie-_1852Soule en Basse-Normandie en 1852

Le football trouve ses racines réelles dans la soule (ou choule) médiévale. Ce jeu sportif est pratiqué dans les écoles et universités mais aussi par le peuple des deux côtés de la Manche. La première mention écrite de la soule en France remonte à 1147 et son équivalent anglais date de 1174. Dès le xvie siècle, le ballon de cuir gonflé est courant en France. Longtemps interdite pour des raisons militaires en Angleterre ou de productivité économique en France, la soule, malgré sa brutalité, reste populaire jusqu’au début du xixe siècle dans les îles Britanniques et dans un grand quart nord-ouest de la France. Le jeu est également pratiqué par les colons d’Amérique du Nord et il est notamment interdit par les autorités de la ville de Boston en 1657.

La Balle en 1800

Nommée football en anglais, la soule est rebaptisée folk football (football du peuple) par les historiens anglophones du sport afin de la distinguer du football moderne. Cette activité est en effet principalement pratiquée par le petit peuple comme le signale un ancien élève d’Eton dans ses Reminiscences of Eton (1831) : I cannot consider the game of football as being gentlemany; after all, the Yorkshire common people play . (« Je ne peux pas considérer le football comme un sport de gentlemen ; après tout, le petit peuple du Yorkshire y joue. »)

Le Highway Act britannique de 1835 interdisant la pratique du folk football sur les routes le contraint à se replier sur des espaces clos. Des variantes de la soule se pratiquent déjà, de longue date, sur des terrains clos. C’est là, sur les terrains des écoles d’Eton, Harrow, Charterhouse, Rugby, Shrewsbury, Westminster et Winchester, notamment, que germe le football moderne. Les premiers codes de jeu écrits datent du milieu du xixe siècle (1848 à Cambridge). Chaque équipe possède ses propres règles, rendant les matches problématiques. La Fédération anglaise de football (Football Association) est créée en 1863. Son premier objectif est d’unifier le règlement.

En 1836, Charles Goodyear a breveté en caoutchouc vulcanisé.
Avant cela, boules étaient dépend de la taille et de la forme de la vessie du porc. Le plus irrégulière de la vessie, le plus imprévisible du comportement du ballon au moment de coups de pied. Toutefois, il ne serait pas jusqu’à ce que le XXe siècle jusqu’à la plupart des balles ont été faites avec des vessies en caoutchouc.

En 1855, Charles Goodyear a conçu et construit les premiers ballons en caoutchouc vulcanisé (ballons).
L’image suivante montre la balle Charles Goodyear, qui a été exposée à la National Hall of Fame du football qui se trouvait à Oneonta, NY, USA.

Les plus anciens de ballon de football

Conçu et construit en 1855 par Charles Goodyear. Fait de panneaux en caoutchouc vulcanisé collés au niveau des coutures Les panneaux sont en forme similaire au basket-ball aujourd’hui; Le ballon a été utilisé pour un match entre le Club de Football Oneida, la première équipe organisée aux États-Unis, et une équipe de joueurs de Boston Latin et Ecoles d’anglais à Boston. Le club a été formé par Oneida Gerritt Smith-Miller et provenaient des étudiants de Dixwell Latin School, où il était étudiant. Dixwell latine ont fusionné avec d’autres écoles au fil du temps et est une s’abstenir de Noble & Greenough, une école indépendante située à Dedham, MA. Le jeu a été joué sur Boston Common, où il ya un monument pour commémorer le jeu, le 7 Novembre 1863.

La balle est devenue le trophée de ce jeu comme indiqué dans le tableau ci-dessus.
La balle a été donné par la famille de Gerritt Smith-Miller à la Société pour la préservation de la Nouvelle-Angleterre Antiquités en 1925. Il est intéressant de noter que lorsque James Naismith a développé le jeu de basket-ball, le premier jeu a été joué avec – un ballon de football!

En 1862, HJ Lindon développé l’un des vessies en caoutchouc gonflables pour premier balles. Malheureusement sa femme auparavant succombé à une maladie pulmonaire. Il semblerait de faire sauter plusieurs centaines de vessies de porc. Lindon a probablement été inspiré pour développer la vessie gonflable en caoutchouc en raison des effets néfastes de sauter vessies de porc. Les boules avec les outres en caoutchouc veillé à ce que le ballon est resté dur et ovale. Lindon a également prétendu avoir inventé le ballon de rugby, mais n’a pas breveter l’idée.
En ces jours, le ballon rond a été préféré parce qu’il était plus facile de coup de pied et le ballon ovale était plus facile à manipuler.

En 1863, la nouvelle Association anglaise de football se sont réunis pour forger les règles du jeu. Pas de description de la balle a été offert dans le premier ensemble de règles. Quand les règles ont été révisées en 1872, il a été convenu que la balle »doit être sphérique avec une circonférence de 27 à 28 pouces » (68,6 cm à 71,1 cm). Cette règle reste aujourd’hui les lois de la FIFA . Très peu de choses ont déjà été écrites sur la balle, sans doute parce qu’il est resté sensiblement le même au fil des ans. La taille officielle et le poids de la balle a d’abord été fixé en 1872. Il a changé un tant soit peu en 1937, lorsque le poids officiel a été porté de 13 à 15 oz à 14-16 oz L’Encyclopédie de football association (d’abord publié en Angleterre en 1956) explique comme suit: «Selon les lois de football, le ballon doit être sphérique avec une enveloppe extérieure en cuir naturel ou d’autres matériaux approuvés. La circonférence ne doit pas être supérieure à 28 po , ni inférieure à 27 dans tout le poids au début du jeu ne doit pas être plus que 16 onces, ni inférieure à 14 onces  »

Les Lois du Jeu, publiée en 2001 disent exactement la même chose que la taille et le poids. Ce qui a changé radicalement au cours des 30 dernières années ou est le matériau le ballon est fait et la forme des panneaux qui composent le ballon.
La production de masse de ballons de football a commencé comme une conséquence directe de la Ligue de football anglais qui a été fondée en 1888.

Mitre et Thomlinson de Glasgow ont été deux des premières entreprises à produire en masse des ballons de soccer durant cette période. Ils vanté que l’élément clé dans un football de qualité était la façon dont il pourrait conserver sa forme. Résistance du cuir et les compétences des couteaux et des piqueuses ont été les principaux facteurs de la production d’un football qui conserverait sa forme. Les couvertures grades supérieurs ont été faites avec du cuir de la croupe d’une vache tandis que les balles de moindre qualité ont été fabriqués à partir de l’épaule. Progrès dans la conception balle est venue avec le développement de panneaux emboîtables à la place des parties en cuir utilisés précédemment qui répondaient aux pôles nord et sud de la balle. Les billes sont ensuite produites avec une forme ronde plus acceptable.

La très longue histoire du Football

evolutionsoule

La Soule comme jeu de foule fut probablement introduit en Angleterre par les Normands. Cette gravure sur acier datant de 1835 représente une partie de « soule », forme de football violente pratiquée en Normandie et en Bretagne au Moyen-Âge. Reproduction du Musée National du Football, Preston, Grande-Bretagne

1. Des origines à 1835 – La soule, ancêtre du ballon rond

En l’an 40, le poète Martial évoque des jeux de balle pratiqués à Rome. Parmi eux, l’Harpastum, lui même à l’origine du Calcio Florentin. Ce dernier permet d’utiliser les mains pour porter le ballon. On pense que ce jeu fut introduit pendant la conquête de la Gaule et qu’il est à l’origine de la soule française.C’est à partir de 1147, que l’on trouve des traces écrites de la soule en France. Il y est fait état d’un jeu qui oppose 2 équipes qui se disputent un ballon qu’il faut faire entrer dans un but. La soule passe pour un jeu viril mais tous les coups n’y sont pas permis, contrairement à l’idée reçue.
La Soule est une grosse balle de cuir remplie de foin, de mousse ou de son. Mais elle peut être aussi une boule de bois. La soule était jouée par le peuple. Les rencontres voyaient souvent 2 villages s’affronter. Pour les encourager, toute la campagne alentours se rendait sur le lieu de la soule qui pouvait se jouer n’importe où. Certains textes mentionnent qu’il pouvait y avoir plus de 6000 spectateurs. Un mur, un arbre ou très souvent une mare pouvait servir de but. La soule était jouée à certaines occasions comme à Noël, à Paques, aux mariages ou encore à l’occasion du jour du Saint de la paroisse. Dans ce dernier cas, 2 paroisses s’affrontaient. La victoire annonçait alors aux gagnants une meilleure moisson. Souvent, les perdants coupaient la soule en deux à coups de couteaux. Pour éviter celà, elle sera plus tard gainée d’étain.
Depuis cette époque, on ne compte plus le nombre de fois où la pratique de la soule fut interdite. En 1314, le maire de Londres proclame l’interdiction du football (la soule) « en raison de grands désordres causés dans la cité ». La soule Picarde ayant dit on, traversé la Manche, avec Guillaume le Conquérant dès 1066.. Hélas, l’Anglais est rancunier. Lorsque ses archers en auront terminé avec la cavalerie lourde française à la bataille d’Azincourt, les autorités d’Arras sous l’autorité du Roi d’Angleterre, proclameront à leur tour l’interdiction de la soule. Cependant la soule est un jeu populaire et elle a la peau dure. En Angleterre elle entre dès 1747 dans des Publics Schools comme Eton ou Westminster. Ce qui désormais s’appellera le « Folk Football », comprenez le football du peuple, connaîtra à partir de cette époque un succès jamais démenti. Les années 1830 verront le début du déclin de la soule en France. Dès 1835, elle n’aurait plus été pratiquée qu’en Bretagne et encore, dans le seul pays de Lorient où l’on y jouera jusqu’en 1914. Il faudra attendre une trentaine d’années avant que le folk Football ne nous revienne, après avoir connu en Angleterre maintes évolutions. Mais c’est une autre histoire et je vous la raconterai plus tard.

Chronologie-Antiquité

Les racines du football recouvrent une période où le jeu de football connaît sa genèse, parfois nébuleuse. Le berceau du football est l’Angleterre. Il s’est développé au cours du temps en se déplaçant peu à peu vers le Moyen-Orient, au gré de la Route de la soie, et dans les empires antiques. Il s’est finalement déployé en Europe (d’abord en France) environ un millénaire plus tard, au Moyen Âge. Les soldats chinois pratiquent un jeu appelé Cuju avec un ballon rond consistant à jongler et effectuer des passes ; pas de buts, pas de vainqueurs, juste un exercice d’entretien physique pour les militaires. Notamment, exercice de passe, il servait beaucoup de divertissement dans les cours de l’empereur, et les camps de soldat dans la Chine Antique.
Il existe plus tard la même chose au Japon sous le nom de Kemari’ (dont on a des illustrations du XIXe siècle) mais pratiqué par les nobles. Un jeu coréen se jouait aussi chez les nobles de la cour de l’empereur et existe toujours de nos jours (mais aujourd’hui pratiquée par la gent féminine, participantes en robes spéciales) et consistait en ce jeu de passe d’une balle (avant en bambou puis en peau et enfin en tissu) avec les pieds, sorte de jongle ou de gymnastique.Les Grecs connaissaient également des jeux de balle au pied : Aporraxis et phéninde à Athènes et épiscyre à Sparte.

En l’an 40

Le poète romain Martial évoque quatre jeux de balle pratiqués par les Romains pila paganica, pila trigonalis, follis et harpastum. Le dernier cité est à l’origine du Calcio Florentin, qui autorise l’usage des mains pour porter le ballon. L’harpastum est probablement à l’origine de la soule française puis du football anglais.
*** siècle 

  • L’historien anglais Nennian raconte dans son livre Historia Britonum qu’un groupe de garçons jouait au ballon (pilae ludus). Ce jeu avait lieu au sud de la Grande-Bretagne.
  • 1066: Guillaume le Conquérant prend pied en Angleterre.Introduction probable de la soule française (sans doute picarde) outre-Manche.

*** siècle

  • 1147 : première mention écrite de la soule en France. Le jeu oppose deux équipes qui se disputent un ballon qu’il faut déposer dans un but. C’était certes viril, très viril même, mais tous les coups n’étaient pas permis, comme on le croit trop souvent. La soule, qui passe aujourd’hui pour brouillonne et violente, était en fait très codifiée et pas si barbare que les fameuses « lettres de rémission » le laissent entendre. Les cas évoqués par ces sources sont tous, par définition, des affaires judiciaires, avec leurs cohortes de blessés et même de morts donnant, à tort, l’image d’une mêlée ultra violente. Comme le signalent ainsi nombre de plaignants, « ce n’est comme cela qu’on pratique la Soule ».
  • 1174 : publication en Angleterre de La Vie de saint Thomas Becket de William Fitzstephen qui mentionne la pratique courante des jeux de ballons outre-Manche (soule / football).

*** siècle

  • 13 avril 1314 : le maire de Londres proclame l’interdiction de la pratique du football (soule)« en raison des grands désordres causés dans la Cité ».
  • 1331 : le roi d’Angleterre Édouard III interdit la pratique du football (soule) et recommande à ses sujets la pratique exclusive du tir à l’arc.
  • 1365 : le 12 juin ordonnance du roi d’Angleterre Édouard III qui interdit la pratique du football (soule)… sans grands effets
    xve siècle

*** siècle

  • 1409 : Premier usage du mot « foteball » en Anglais par le Roi anglais dans une interdiction par le maire de Londres.
  • 1414 : un an avant la fameuse bataille d’Azincourt qui marque le triomphe définitif des archers (Anglais) sur la cavalerie lourde formée dans les tournois (Français), le roi d’Angleterre rappelle l’interdiction de la pratique du football (soule) et ordonne à ses sujets de pratiquer le tir à l’arc.
  • 1422 : interdiction par les autorités municipales d’Arras, alors sous occupation anglaise, de la pratique de la soule.
  • 1440 : Raoul, évêque du Trégor, interdit la pratique de la soule dans son diocèse…Le texte de Raoul précise que ce jeu était pratiqué depuis longtemps en Bretagne.
  • 1490 : première description d’un match et d’un terrain de football.Le ballon n’était frappé qu’avec le pied (et précisément pas avec la main). À Cawston, en Angleterre.
  • Janvier 1491 : première trace d’une partie de Calcio florentin, mais cette version italienne de la soule se pratique depuis au moins plusieurs décennies. Des poèmes évoquent en effet le jeu dès le milieu du XVe siècle.

Les oppositions au jeu 13ème…

Si le football de l’époque génère l’intérêt de la population britannique, il se heurte également à des interventions répétées (mais vaines) de la part des autorités, qui voient d’un mauvais œil ce divertissement souvent violent. En 1314, le maire de Londres juge opportun de se fendre d’une déclaration interdisant le football au sein de la ville en raison des désordres causés. Toute infraction à cette loi est passible d’emprisonnement. Pendant la guerre de Cent Ans qui oppose l’Angleterre et la France de 1337 à 1453, la famille royale n’a de cesse de manifester son hostilité au football. Les rois Edward III, Richard II, Henry IV et Henry V déclarent ce jeu illégal, car il empêche leurs sujets de se consacrer à des disciplines militaires plus importantes comme le tir à l’arc.
Tous les rois écossais du 15eme siècle estiment nécessaire de critiquer, voire d’interdire le football. Un décret particulièrement célèbre, attribué à James Ier en 1424, dit ainsi : « Qu’aucun homme ne joue au fute-ball ». Pourtant, tous ces efforts s’avèrent vains. L’engouement que suscite ce jeu au sein de la population, et la joie évidente que prend celle-ci à participer à cette foire d’empoigne, sont tels que rien ne parvient à les étouffer. La passion que suscite le football est particulièrement vive à l’époque élisabéthaine. L’Italie exerce une influence importante à l’époque de la Renaissance, et plusieurs villes, dont Florence et Venise, développent alors des variantes du sport appelé Calcio. Il est plus organisé que son équivalent anglais et pratiqué par des équipes arborant des couleurs distinctes, notamment lors de grands événements florentins.
En Angleterre, le jeu est toujours aussi brutal, mais il trouve à cette époque un partisan de choix qui le défend pour d’autres raisons. Ce fervent partisan n’est autre que Richard Mulcaster, le grand pédagogue des célèbres écoles londoniennes Merchant Taylors et St. Paul’s. Il fait remarquer que ce sport, qui manque certes de raffinement, a une véritable valeur éducative puisqu’il promeut la santé et la force. D’après lui, le jeu tirerait profit d’un nombre limité de participants et surtout d’un arbitrage plus strict. Jusqu’alors, le ressentiment envers le football se justifie par les grands désordres publics qu’il cause. Par exemple, à Manchester en 1608, le football est interdit à cause du nombre important de vitres brisées. Au cours du 16eme siècle, une nouvelle forme de critique fait son apparition. Avec l’expansion du puritanisme, l’heure est à la dénonciation des divertissements « frivoles » dont le sport, et plus particulièrement le football, font partie.
La principale objection est qu’il constitue une violation du repos dominical. Le théâtre subi lui aussi les mêmes foudres, puisque les puritains guindés le considèrent comme une source d’oisiveté et d’immoralité. Ces arguments seront à l’origine de l’interdiction des divertissements le dimanche. C’est à compter de cette époque que le football est proscrit. Il en sera ainsi pendant 300 ans, jusqu’à ce que cette interdiction soit une nouvelle fois levée, d’abord de manière officieuse, puis en accord avec Football Association, sur une échelle plutôt réduite. Au final, le football n’a pratiquement pas évolué pendant des siècles. Malgré une interdiction de 500 ans, celui-ci n’a jamais complètement disparu.

xvie siècle

  • 1555: Oxford interdit la pratique du football (soule) à ses étudiants.
  • 1574: Cambridge interdit la pratique du football (soule) à ses étudiants.
  • 1575: grande partie de Calcio florentin donnée à Lyon en l’honneur d’Henri III.
  • 1580: publication du Traité sur le Calcio florentin de Giovanni De Bardi.
  • 1581: Richard Mulcaster le principal de plusieurs écoles en Angleterre décrit le « foteball »comme jeu de petites équipes d’élèves qui avaient des positions sur le terrain. Il est le premier à décrire un arbitre et même un entraîneur. Mulcuster fournit les premières évidences d’un jeu de football qui a vraiment été dompté. Il raconte les avantages du jeu sur la santé des élèves.
  • 1584: 40 000 spectateurs assistent à la grande partie de Calcio florentin donnée à l’occasion des noces d’Éléonore de Médicis et Vincent Ier Gonzaga.

xviie siècle

  • 1607 : proclamation en Italie d’une loi visant au maintien de l’ordre pendant les matches de Calcio florentin: « Tous les spectateurs doivent rester à leur place ; personne ne doit pénétrer sur le terrain de jeu. Les contrevenants doivent être appréhendés et punis d’une amende
  • 1615: nouvelle proclamation du maire de Londres rappelant l’interdiction de la pratique du football (soule) dans la ville.
  • 1643-1647 : Robert Matthew (qui étudiait au College de Winchester en Angleterre entre 1643 et 1647) d’écrit plus tard le jeu de football comme « innocent » et « légal ».
  • 1676: Tommaso Rinuccini édite une Mise en garde contre le déclin du calcio regrettant que le jeu n’était plus pratiqué par les jeunes.
  • 1686: Le Parlement de Bretagne rappelle l’interdiction de la pratique de la soule, « ce jeu maudit ».
  • 17 février 1689 : Grande partie de Calcio florentin entre une équipe « européenne » et une équipe « asiatique ». Les Européens s’imposent.

xviiie siècle
14 mars 1739 :Dernière grande partie de Calcio florentin donnée à l’occasion de la visite à Livourne de Frédéric Ier de Lorraine et de Marie-Thérèse d’Autriche.
1747: Le folk football (football du peuple) est pratiqué en Angleterre dans les Public Schools comme Eton.
1749: Le folk football est pratiqué en Angleterre dans les Public Schools comme Westminster.
xixe siècle
1831: Publication en Angleterre de Reminiscences of Eton où un ancien élève du fameux Collège précise que « le football ne peut pas être considéré un sport de gentleman ; après tout, le petit peuple du Yorkshire y joue aussi… ».
1835: Highway Act en Grande-Bretagne qui interdit la pratique du folk football dans les rues.
1835: La pratique de la soule en Bretagne se cantonne désormais au seul Pays de Lorient où des parties ont lieu jusqu’en 1914.

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football