1.3 Football international

1.3 Football international

1.3 Football international

1.3 Football international

Article détaillé : Football dans le Monde

The founders were cricketers who wanted to keep fit during the winterContrairement aux sports « nobles » comme le cricket, le tennis, le hockey sur gazon et le rugby, le football n’est pas très développé au sein des clubs sportifs installés dans l’Empire britannique. Ainsi, cette discipline est aujourd’hui encore peu prisée en Inde, au Pakistan, en Amérique du Nord ou en Australie, notamment.

En Afrique du Sud, les colons britanniques y importent le football dès 1869 puis une coupe du Natal est organisée dès 1884, mais le football, sport roi dans les townships, reste très mal perçu par les tenants blancs de l’apartheid qui lui préfèrent le rugby, le tennis et le cricket. Le football fut, il est vrai, en pointe pour dénoncer l’apartheid et dès le 9 avril 1973, une équipe mêlant joueurs noirs et blancs représente l’Afrique du Sud lors d’un match international non officiel face à la Rhodésie.

Les Britanniques jouent pourtant un rôle important dans la diffusion du football, notamment grâce aux ouvriers dépêchés aux quatre coins du monde pour mener à bien des chantiers. Le football est par exemple introduit en Amérique du Sud par les ouvriers travaillant sur les chantiers des lignes ferroviaires. Ils montent des équipes et mettent en place des compétitions d’abord réservées aux seuls joueurs britanniques, et qui s’ouvrent progressivement aux joueurs puis aux clubs locaux. Le cas sud-américain est complexe. Il existe également des clubs britanniques qui pratiquent cette discipline et des étudiants originaires d’Angleterre jouent un rôle important dans l’introduction du football entre Montevideo et Buenos Aires. Ainsi, le football s’installe durablement dans des nations comme l’Uruguay ou l’Argentine dès les années 1870-80. En Amérique du Nord, des compétitions sont créées dans les années 1880 (1884 aux États-Unis sur la côte Est). La Belgique, où les universités anglaises jouent un rôle moteur, les Pays-Bas (premier club fondé en 1879), la Suisse (introduction du football dès les années 1860 et premier club en 1879) et le Danemark (premier club en 1876) figurent parmi les premiers pays de l’Europe continentale touchés par le football.

L’expansion du football est également due à des voyageurs de diverses nationalités ayant effectué des séjours au Royaume-Uni où ils furent initiés au jeu. En France, l’introduction du football se fait ainsi principalement par l’action des professeurs d’anglais qui ramènent de leurs voyages linguistiques outre-Manche règles et ballons dans les cours d’écoles. Les Britanniques sont également déterminants dans l’introduction du football en France. L’action des clubs britanniques parisiens des White-Rovers et du Standard AC fait plier l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA) le 9 janvier 1894, qui, dans la droite ligne des clubs britanniques guindés, redoutait une expansion du football et de ses vices, comme le professionnalisme, les transferts et les paris et se refusait à reconnaître cette discipline. En Allemagne, le football est d’abord clairement perçu comme un corps étranger à la nation et est dédaigneusement surnommé le « sport des Anglais » par les nationalistes. Toutefois, le football prend racine dans les villes (premier club fondé en 1887 : SC Germania Hambourg) où ouvriers et cols blancs se rassemblent autour d’une passion commune. L’Europe du Nord est ainsi progressivement contaminée entre les années 1870 et le début des années 1890, puis l’Europe du Sud (Sud de la France inclus) connaît le même sort entre les années 1890 et le début du XXe siècle.

La Fédération internationale de football association (FIFA) est fondée à Paris en 1904La Fédération internationale de football association (FIFA) est fondée à Paris en 1904 malgré le refus britannique de participer à une entreprise initiée par les dirigeants français de l’USFSA.

Le but premier de l’Union est de réduire au silence les autres fédérations sportives françaises pratiquant le football, et elle impose dans les textes fondateurs de la FIFA qu’une seule fédération par nation soit reconnue par l’organisme international.

Le piège se retourne contre l’USFSA en 1908. L’Union claque la porte de la FIFA, laissant à son principal concurrent, le Comité français interfédéral (ancêtre direct de l’actuelle Fédération française de football), son siège à la FIFA ; l’USFSA se retrouve isolée mais son état d’esprit contre le professionnalisme demeure la règle jusqu’à la fin des années 1920. Le racingman Frantz Reichel prophétise ainsi en 1922 que « le football professionnel anglais périra s’il reste cantonné sur le sol britannique ».

À la fin des années 1920 et au début des années 1930, plusieurs nations européennes et sud-américaines autorisent le professionnalisme afin de mettre un terme aux scandales de l’amateurisme marron qui touchent ces pays depuis les années 1910. Le gardien de but international français Pierre Chayriguès refuse ainsi un « pont d’or » du club anglais de Tottenham Hotspur en 1913 ; il admettra dans ses mémoires que les joueurs du Red Star étaient grassement rémunérés malgré leur statut officiel d’amateur. L’Autriche (1924), la Tchécoslovaquie et la Hongrie (avant 1930), l’Espagne (1929), l’Argentine (1931), la France (1932) et le Brésil (1933) sont les premières nations (hors du Royaume-Uni) à autoriser le professionnalisme dans le football. En Italie, la Carta di Viareggio, mise en place par le régime fasciste en 1926, assure la transition entre le statut amateur et professionnel, définitivement adopté en 1946.

CONMEBOLAu niveau continental, des confédérations gèrent le football. La première confédération créée est celle d’Amérique du Sud, la CONMEBOL, fondée le 9 juillet 1916. Placées sous l’autorité hiérarchique de la FIFA, les confédérations veillent toutefois à préserver leur indépendance. Elles ont toutes libertés, par exemple, pour organiser à leur convenance les qualifications pour la Coupe du monde et pour mettre en place des calendriers spécifiques, malgré des tentatives d’harmonisation sans grande portée de la FIFA. Les cas africains et sud-américains sont significatifs. La Coupe d’Afrique des nations (CAN), par exemple, se dispute tous les deux ans en pleine saison européenne posant des problèmes pour les clubs employant des joueurs africains. La FIFA n’a pas autorité pour fixer ces calendriers, et seule la Confédération africaine maîtrise cette question.

Selon un comptage publié par la FIFA le 31 mai 2007, le football est pratiqué dans le monde par 270 millions de personnes dont 264,5 millions de joueurs (239,5 millions d’hommes et 26 millions de femmes). On compte environ 301 000 clubs pour 1 700 000 équipes et 840 000 arbitres. 113 000 joueurs évoluent sous statut professionnel. Ce dernier chiffre est à manier avec précaution car il existe des différences considérables entre les nations à propos de la définition d’un joueur professionnel. L’Allemagne est ainsi absente du classement des vingt premières nations à ce niveau tandis que d’autres nations, moins strictes dans la définition du statut professionnel, avancent des données artificiellement élevées.

joueurs-licencies-dep2006

Au niveau des nations, la Chine est en tête avec 26,166 millions de joueurs pratiquants. Derrière la Chine, on trouve les États-Unis (24,473 millions), l’Inde (20,588), l’Allemagne (16,309), le Brésil (13,198), le Mexique (8,480), l’Indonésie (7,094), le Nigeria (6,654), le Bangladesh (6,280), la Russie (5,803), l’Italie (4,980), le Japon (4,805), l’Afrique du Sud (4,540), la France (4,190) et l’Angleterre (4,164). Ces chiffres prennent en compte les licenciés et les pratiquants non licenciés. Concernant les joueurs licenciés, le tableau ci-dessous présente les données des douze fédérations nationales comptant le plus de joueurs licenciés. À noter qu’après la participation en finale de la Coupe du monde 2006 de l’équipe de France, le nombre des joueurs licenciés a dépassé le cap des 2 millions en France (2 020 634).

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football