3.1.1 Compétitions nationales

3.1.1 Compétitions nationales

3.1 Compétitions de clubs

3 Compétitions

3.1 Compétitions de clubs

3.1.1 Compétitions de clubs

Avant l’émergence des premières compétitions officielles, le calendrier des clubs est uniquement constitué de matches amicaux. Aujourd’hui ce type de rencontres encore très prisé jusqu’aux années 1960 est devenu anecdotique. Elles ont dû s’effacer devant la multiplication des épreuves. Pourtant, en 1871, certains clubs anglais furent dans l’impossibilité de s’inscrire à la première édition de la FA Cup ; leurs calendriers étaient déjà complets. À la recherche de stabilité, les clubs anglais mettent en place un premier championnat en 1888-1889. Les deux éléments de base du calendrier sont en place : le championnat et la coupe.

La plupart des pays comptent en effet deux types de compétitions : le championnat national, qui constitue la compétition nationale majeure, et la ou les coupes nationales dont le nombre varie suivant les pays. En Angleterre, Espagne et France, notamment, la Coupe nationale a vu le jour avant le championnat. Aussi, la FA Cup, la Copa del Rey ou la Coupe Charles Simon, possèdent une aura particulière. En revanche, la Coppa Italia qui est créée après l’émergence du championnat de Série A n’est pas une compétition très prisée par les tifosi et les clubs italiens. En Amérique du Sud, l’idée de coupes nationales est très peu répandue. Il existe également des coupes dites de la Ligue, rassemblant dans certains pays les seuls clubs professionnels. C’est l’Écosse qui introduit cette innovation en 1947 (Scotland League Cup).

Les championnats restent les juges de paix car ils permettent d’évaluer la valeur d’un club sur une saison complète. Certains clubs irréguliers qui peuvent exceller en coupes remportent difficilement des titres de champion, et inversement. Des clubs réguliers peuvent peiner face aux joutes particulières qu’impliquent des matches de coupe, au terme desquels un des deux protagonistes est définitivement écarté de la compétition.

Le champion est généralement désigné à la fin de la saison en additionnant les points remportés tout au long de la saison. Jadis, une victoire rapportait deux points, un match nul un point et une défaite aucun point. Depuis les années 1980, les championnats ont progressivement adopté le système de la victoire à trois points pour donner une prime à la prise de risque. Certains championnats ne s’achèvent pas au terme de la saison dite régulière. Le champion est alors désigné après des play-offs impliquant les clubs les mieux classés. Ce système typique des sports américains est rare en football, mais il est par exemple en usage aux États-Unis. En 2008-2009, le championnat de Belgique adopte le système des play-offs avec une élite passant de 18 à 16 clubs.

Autre différence majeure avec le système classique américain, la possibilité de monter et de descendre de division. Quand la Division 2 anglaise est créée en 1892, les clubs de l’élite refusent tout d’abord de renoncer au privilège d’évoluer en Division 1. Small Heath, champion de D2 en 1892-93, n’est ainsi pas promu en D1. Le système dit de promotion/relégation automatique est mis en place en 1899 après une période de transition avec match de barrages entre les premiers de D2 et les derniers de D1. La League reste toutefois longtemps hostile à toutes promotions automatiques avec les ligues dites « Non-League » (en dehors de la League).

Un vote des clubs professionnels détermine alors le sort du dernier de la dernière division de la League et décide de le remplacer ou pas par le champion du championnat semi-professionnel. En 1986, la League accepte la création d’un système de promotion/relégation automatique avec la Conférence (niveau D5). La France effectue cette évolution dès 1970 avec la mise en place d’un système pyramidal des championnats après avoir utilisé le système de ligue professionnelle fermée de 1932 à 1970. Quelques clubs amateurs deviennent professionnels au cours de cette période, mais ces promotions n’avaient rien à voir avec les résultats enregistrés sur le terrain. À la recherche de grandes villes pour héberger des clubs professionnels, la Ligue essuya même des refus de certains clubs et municipalités, Dijon au premier chef. Dans quelques rares pays comme les États-Unis, il n’existe pas de système de promotion/relégation (automatique ou pas) entre les différents niveaux.

Contrairement au modèle anglais, les championnats sont généralement créés sur des bases régionales avec des play-offs opposant les différents champions régionaux en fin de saison afin de désigner un champion national. Ce système reste notamment en usage en France de 1894 à 1919164, aux Pays-Bas de 1897 à 1956, en Italie de 1898 à 1929, et en Allemagne jusqu’en 19631, date de création de la Bundesliga.

Dans nombre de pays d’Amérique latine, les championnats se tiennent selon la formule d’ouverture et de clôture sacrant deux champions chaque année. Au Brésil, en revanche, les compétitions se tiennent sans ce doublon. Le championnat national est relativement récent (1971) et les championnats d’État qui se disputent durant les premiers mois de l’année gardent une aura importante. Contrairement aux pays sud-américains, le Brésil dispose d’une coupe nationale, la Copa do Brasil, créée en 1989.

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football