Histoire du football

Histoire du football

2.3 Fondation de la Fédération anglaise de football

2.3 Fondation de la Fédération anglaise de football

La Fédération anglaise de football (The Football Association) est créée le 26 octobre 1863. Son premier objectif est d’unifier le règlement. Ses règles interdisent notamment de donner des coups de pied aux joueurs et de porter le ballon avec les mains. Le match opposant Londres à Sheffield en 1866 marque un tournant, c’est la première où la durée est fixée préalablement à 90 minutes.

La Youdan Cup est la première compétition. Elle se tient en 1867 à Sheffield et Hallam FC remporte le trophée le 5 mars. La première épreuve à caractère national est la FA Challenge Cup 1872. Neuf ans après la mis en place de règles officielles, en 1863, la taille et le poids du ballon sont normalisés. Jusqu’alors, ces détails faisaient l’objet d’un accord entre les parties concernées lors de la préparation de la rencontre.

Concernant le jeu, le passage du dribbling game au passing game est une évolution importante. À l’origine, le football est très individualiste : les joueurs, tous attaquants, se ruent vers le but balle au pied, c’est-à-dire en enchaînant les dribbles. C’est le dribbling. Comme Michel Platini aime à le rappeler, « le ballon ira toujours plus vite que le joueur ». C’est sur ce principe simple qu’est construit le passing game. Cette innovation apparaît à la fin des années 1860 et s’impose dans les années 1880. Dès la fin des années 1860, des matches entre Londres et Sheffield auraient introduit le passing au Nord19. C’est la version de Charles Alcock, qui situe en 1883 la première vraie démonstration de passing à Londres par le Blackburn Olympic. Entre ces deux dates, la nouvelle façon de jouer trouve refuge en Écosse.

La Fédération anglaise de football

The Football Association (FA) est une association regroupant les clubs de football d’Angleterre et organisant les compétitions nationales (championnat amateurs, professionnels et Coupe d’Angleterre) et les matchs internationaux de la sélection d’Angleterre.

Elle organise également les compétitions des dépendances de la Couronne d’Angleterre, sur l’Île de Man, à Guernesey et à Jersey. Formée en 1863, elle est la plus ancienne association nationale de football au Monde et joua un rôle important dans la mise en place des règles de son sport. Son siège est situé à Wembley après avoir été à Soho Square avant 2009.

Bien que la plus haute division du football professionnel (la Premier League) soit autonome, la Fédération anglaise a son mot à dire sur la nomination des responsables de cette ligue et ses règles. En cas de problèmes financiers, la fédération a le droit de retirer des points et de restreindre le nombre de transferts aux équipes fautives. Au niveau local, 43 « districts » (appelés County Football Association (en)) chapeautés par la fédération sont chargés de l’organisation des compétitions.

La FA finance actuellement la construction d’un Centre national du football, le St George’s Park National Football Centre (en), qui reprend le modèle du Centre technique national Fernand-Sastre en France.

Histoire

1864 : création de la Fédération anglaise

freemasonsLe pub Freemasons’ Tavern, lieu de fondation de la F.A. en 1863. La Fédération d’Angleterre de football (F.A.) est créée le 26 octobre 1863 à Londres au cours d’une réunion à la Freemasons’ Tavern (pub en plein cœur de la capitale anglaise) dans le but de préciser les règles de football, afin qu’il se différencie du rugby.

En effet, à cette époque, les règles du football diffèrent d’un établissement scolaire ou d’une association sportive à l’autre : le règlement conçu par le Sheffield FC (connu comme les règles de Sheffield) est par exemple privilégié dans le nord de l’Angleterre. Les lois du jeu adoptées par l’université de Cambridge ont également leurs partisans dans le Royaume (les Cambridge rules).

L’uniformisation de ces règlements devient donc urgente pour ce sport qui ne ressemble alors en rien au football actuel. Plusieurs associations sportives se mettent donc d’accord en cette fin d’année 1863 pour clarifier les choses et adopter des lois du jeu communes. La lutte est âpre pour imposer ses idées et certains clubs (dont le Blackheath RC) quittent même la table des négociations en décembre : les partisans de la tenue du ballon à la main font alors officiellement scission et se posent ainsi comme les futurs fondateurs de la Rugby Football Union (RFU), créée en 1871.

Finalement, sous la houlette de Ebenezer Cobb Morley (en), quatorze lois du jeu sont édictées et adoptées par les onze membres fondateurs. Arthur Pember est désigné premier président de cette association qui peut à présent se tourner vers l’organisation de compétitions et la promotion de son sport.

Les onze clubs « fondateurs » de la F.A. en octobre 1863 sont les suivants :

  • Barnes
  • Blackheath
  • Blackheath Proprietary School
  • Civil Service Football Club
  • Crusaders
  • Crystal Palace (à ne pas confondre avec Crystal Palace Football Club fondé en 1905)
  • Kensington School
  • Forest Football Club (à Leytonstone) (qui deviendra plus tard le Wanderers Football Club)
  • No Names Club (ou N.N. Kilburn)
  • Percival House (Blackhealth)
  • Surbiton

La Charterhouse School n’a pas de membre actif au cours de ces réunions mais elle envoie un observateur.

Les premières années (1863-1946)

Sept ans après sa création, la fédération anglaise, par l’intermédiaire de Charles Alcock, organise une série de matches « internationaux » entre son équipe nationale et une sélection écossaisea 1. Les Écossais présents sur la pelouse du Kennington Oval entre 1870 et 1872 étant une sélection de joueurs évoluant exclusivement à Londres.

Il faut attendre le 30 novembre 1872 pour voir le premier match international officiel de l’Histoire, qui oppose de nouveau ces deux sélections britanniques au stade Hamilton Crescent de Glasgow devant 4 000 personnes et s’achève sur un score nul et viergea 2.

Organisation des compétitions domestiques

FA_CupLa Coupe d’Angleterre
En 1871, la Fédération anglaise regroupe déjà une cinquantaine de clubs et quinze d’entre eux s’affrontent lors de la première édition de la Coupe d’Angleterre de football. Le Wanderers Football Club remporte le premier trophée en battant Royal Engineers AFC (1-0) en finale, le 16 mars 1872 au stade The Oval, situé dans le quartier de Kennington à Londres.

En 1881, la fédération anglaise de football comptabilise 128 clubs affiliés et voit l’émergence d’autres associations nationales sur le territoire britannique : la Fédération d’Écosse de football en 1873, la fédération galloise en 1876, la fédération nord-irlandaise en 1880. Les équipes de ces nations s’affrontent par défaut entre elles et il faut attendre le début du siècle et une tournée en Europe centrale en 1908 pour voir l’équipe d’Angleterre jouer contre une équipe du Continent.

Dans ses premières années, la F.A. souhaite que les clubs soient sous son aile et les joueurs qui les composent demeurent totalement amateurs. Elle décide finalement de légaliser le professionnalisme en 1885. C’est donc logiquement qu’en 1888 a lieu sous l’égide de la F.A. le premier championnat de l’Histoire du football sur le sol anglais. Douze clubs y participent et Preston North End en est le vainqueur. L’année 1892 voit l’apparition d’une seconde division professionnelle, la Division Two, et l’élargissement de la première division à 16 clubs.

Au cours de la saison 1919-1920, les deux premières divisions professionnelles sont composées de 22 équipes. Les dirigeants de la F.A. décident alors de créer une troisième division, la Division Three, divisée à partir de 1924 en deux groupes (Nord et Sud) comptant vingt équipes chacune. Il faut attendre trente ans pour que lors de la saison 1958-59 les deux groupes de troisième division soient fusionnés au sein d’une poule unique et qu’une quatrième division, la Division Four, soit créée.

En 1921, la Fédération interdit à ses membres d’accepter les équipes féminines sur leurs terrains, provoquant le déclin du football féminin. Il existe alors 150 équipes féminines, qui attirent de nombreux spectateurs lors de matchs dont les recettes sont destinées à des œuvres de charité. Les motifs invoqués sont des rumeurs de détournement des recettes, dont une partie serait utilisée pour payer les joueuses, et le caractère inapproprié du football pour les femmes1. L’interdiction ne sera levée qu’en 19712.

Participation au football international

Bien qu’initialement défavorable à la fondation d’une fédération internationale, la fédération anglaise rejoint finalement la Fédération internationale de football association (FIFA) en 1905, un an après sa création. En 1906, Daniel Burley Woolfall, ancien membre du conseil d’administration de la FA, devient le premier Anglais à devenir président la FIFA, succédant au Français Robert Guérin.

Après la Première Guerre mondiale et à la suite du maintien au sein de la FIFA des fédérations autrichienne et allemande, la fédération anglaise décide de quitter l’institution en 1920. Elle revient en 1924 avant de la quitter de nouveau en 1928 à la suite d’une brouille concernant le statut de l’amateurisme dans le football.

Du fait de ces dissensions elle n’envoie pas de sélection aux premières éditions de la Coupe du monde de football, en 1930 en Uruguay, en 1934 en Italie et en 1938 en France. La fédération anglaise ne retrouve finalement son siège qu’en 1946.

La F.A. depuis 1946

Football_Angleterre_federationL’équipe d’Angleterre dispute finalement sa première Coupe du monde lors de l’édition de 1950 au Brésil. L’équipe aux quatre dragons est piteusement éliminée après deux défaites dont un étonnant revers face aux faibles Américains (0-1).

Après trois participations infructueuses (premier tour en 1958, quart de finale en 1954 et en 1962), l’Angleterre et sa fédération s’apprêtent à accueillir en 1966 la huitième Coupe du monde de l’Histoire. Il est facile de penser que la F.A. a bénéficié de l’appui du Président de la FIFA, l’Anglais Stanley Rous et ancien Président de la fédération nationale (de 1934 à 1962) pour obtenir cette organisation[réf. souhaitée]. Pour cette compétition, l’État anglais entreprend un véritable effort pour moderniser les stades.

La compétition débute le 11 juillet 1966 par un décevant match nul entre le pays organisateur et l’équipe d’Uruguay (0-0). Les Anglais, dirigés par Alf Ramsey, rétablissent vite la barre en gagnant les cinq matches suivants et en décrochant le premier titre de champion du Monde de leur histoire face à la RFA (2-1 après prolongation).

Les exploits de l’équipe nationale se font nettement plus rares depuis 1966, puisqu’elle n’a remporté aucun nouveau titre (ni participé à aucune finale de compétition majeure) depuis cette victoire. Elle atteint néanmoins les demi-finales de l’Euro 1968 et de l’Euro 1996, disputé à domicile, ainsi que les demi-finales de la Coupe du monde 1990 en Italie.

Les clubs anglais brillent par contre régulièrement sur la scène européenne et mondiale : Liverpool, Manchester United, Notthingham Forest, Aston Villa, Tottenham Hotspur, Ipswich, Chelsea, Everton, Arsenal, Manchester City et West Ham décrochent ainsi 25 titres dans les trois compétitions européennes (Ligue des champions de l’UEFA, Coupe des Coupes, Coupe de l’UEFA) entre 1955 et 2010. Représentants européens en Coupe intercontinentale à six reprises, les clubs anglais ne l’ont remporté qu’une fois (Manchester United en 1999).

L’année 1992 est marquée par la création de la Premier League et la fin des quatre divisions professionnelles traditionnelles. Pour des raisons financières, la Fédération d’Angleterre de football ne gère plus directement cette division. La deuxième division devient le Championship, la troisième division la League One alors que la quatrième division devient League Two. En 1995, la Premier League est réduit à vingt clubs. Il devient progressivement le championnat le plus suivi au monde[???].

En 1996, les Anglais sont les hôtes du dixième Championnat d’Europe d’où sort vainqueur l’Allemagne, vainqueur 2-1 (après prolongation) de la République tchèque en finale. En février 2008, après une semaine de célébrations de la vie de Lily Parr, l’Association britannique du football présente ses excuses pour avoir banni les femmes du football de 1921 à 19712. En août 2009, le siège de la Fédération déménage, quittant ses bureaux de Soho Square pour le stade de Wembley, reconstruit six ans plus tôt.

La Fédération anglaise est candidate pour l’organisation de la 21e Coupe du monde en 2018 mais est éliminé au premier tour de scrutin le 2 décembre 2010 lors de la désignation du pays organisateur de cette compétition le 2 décembre 2010. À la suite de ce camouflet, le Président de la fédération anglaise, Roger Burden annonce sa démission le 4 décembre 2010.

palmares

Palmarès de la fédération

Équipe nationale

  • logo-englandVainqueur de la Coupe du monde de football de 1966
  • Vainqueur du Championnat d’Europe de football espoirs (Moins de 21 ans) en 1982 et 1984
  • Vainqueur du Championnat d’Europe de football des moins de 19 ans en 1993
  • Vainqueur du Championnat d’Europe de football des moins de 17 ans 2010
  • Vainqueur du Championnat d’Europe féminin de football des moins de 19 ans 2009

competitions

1955-199212 Coupes d’Europe des clubs champions (ou Ligue des Champions) :

  • Liverpool (1977, 1978, 1981, 1984, 2005)
  • Manchester United (1968, 1999, 2008)
  • Notthingham Forest (1979, 1980)
  • Aston Villa (1982), Chelsea (2012)

 

1971-20097 Coupes de l’UEFA :

  • Liverpool (1973,1976, 2001)
  • Tottenham (1972, 1984)
  • Ipswich (1981), Chelsea (2013)

 

c-d-c-uefa8 Coupes des Coupes :

  • Chelsea (1971, 1998)
  • Arsenal (1994),Everton (1985)
  • Manchester City (1970), Tottenham (1963), West Ham (1965).
  • Manchester United (1991)

 

sc47 Supercoupes de l’UEFA :

  • Liverpool (1977, 2001, 2005)
  • Manchester United (1991)
  • Aston Villa (1983), Chelsea (1998)
  • Notthingham Forest (1980).

 

intertotocup4 Coupes Intertoto :

  • Aston Villa (2001)
  • West Ham (1999)
  • Fulham (2002)
  • Newcastle (2006).

 

cpe-intercontinantale1 Coupe intercontinentale :

  • Manchester United (1999)

1 Ligue des champions féminine de l’UEFA :

  • Arsenal Ladies Football Club (2007)

Compétitions organisées par la Fédération

  • La FA est chargée de l’organisation de :
  • La Coupe d’Angleterre de football ou FA Cup
  • La Trophée FA (FA Trophy)
  • La FA Vase
  • La Coupe d’Angleterre de football féminin ou FA Women’s Cup
  • La Coupe d’Angleterre des Jeunes (Moins de 18 ans) ou FA Youth Cup
  • La FA Sunday Cup
  • La FA County Youth Cup
  • Le Community Shield
  • La FA National League System Cup
  • La FA Futsal League (Championnat de futsal)

Dirigeants

Depuis 1939, la fédération anglaise a un Président honorifique issu de la Famille royale britannique. Elle possède en parallèle un Président qui gère les affaires courantes de la Fédération et la politique globale de celle-ci. Traditionnellement, cette personne a gravi les échelons de la structure de la FA (par exemple en assumant la présidence d’un des county de la fédération).

2.2 En 1855, les Sheffield rules

2.2 En 1855, les Sheffield rules

En 1855, des joueurs du Sheffield Cricket Club soucieux de pratiquer du sport pendant l’hiver imaginent leurs propres règles de football. En 1857, la ville voit naître le premier club de football non scolaire : le Sheffield Football Club, qui publie ses règles de jeu à l’issue de sa première assemblée générale le 21 octobre 1858. Ces règles se diffusent alors vite dans les régions du Nord et des Midlands.

Le Sheffield FC dispute le premier match interclubs face au Hallam FC (fondé en 1860) le 26 décembre 1860, à seize contre seize. Ces deux clubs pionniers se retrouvent en décembre 1862 pour le premier match de charité.

Sheffield_FC_Logo

Sheffield Football Club

Le Sheffield Football Club, également connu sous le nom de Sheffield FC ou simplement Sheffield, est un club de football anglais basé à Sheffield et fondé en 1857. Le Sheffield FC est le premier club de football non-scolaire fondé.

Histoire

La pratique informelle du football débute en 1855 au sein d’un club de cricket de Sheffield. Sur cette base, le club est fondé le 24 octobre 1857 à Parkfield House dans le quartier d’Highfield à Sheffield. Les premiers matches opposent les membres du club entre eux : les hommes mariés contre les célibataires, sur le modèle ancestral de la soule.

Sheffield_FC_1890

Le rival local de Sheffield est le club d’Hallam FC, fondé en 1860. Le premier match opposant les deux formations a lieu dès 1860. Le club adhère à la Football Association en décembre 1863. La professionnalisation du football porte un sévère coup au club dès 1885 qui décline rapidement. Sheffield milite alors pour la mise en place d’une coupe nationale réservée aux clubs amateurs. Ce sera la FA Amateur Cup qui permet au club de remporter son premier trophée en 1904.  Après avoir évolué de 1949 à 1982 en Yorkshire League, Sheffield joue en 2011-2012 en Northern Premier League Division One South (D8 anglaise). Le club est honoré du titre de FIFA Order of Merit depuis 2004. Seul le Real Madrid partage cet honneur avec le doyen des clubs.

Joueurs et personnalités du club

Entraîneurs

Le tableau suivant présente la liste des entraîneurs du club depuis 1982.

LP Joueur, nom date
1 Angleterre Chris Stanley 1982
2 Angleterre  Paddy Buckley 1982-1994
3 Angleterre R. Evans 1984-1993
4 Angleterre Kenny Johnson 1993-1997
5 Angleterre John Pearson 1997-2001
6 Angleterre Dave McCarthy 2001-2008
7 Angleterre Chris Dolby 2008-2011
8 Angleterre Mark Shaw 2011-2012
9 Angleterre Curtis Woodhouse 2012
10 Angleterre Ian Whitehorne 2012-2014
11 Angleterre Mick Wadsworth 2014
12 Angleterre Jordan Broadbent 2014-2015
13 Angleterre Andy Kiwomya 2015

Règles de Sheffield

Les règles de Sheffield (Sheffield Rules en anglais) sont un règlement de football écrit puis appliqué dans la ville anglaise de Sheffield entre 1857 et 1877. Ces règles sont l’œuvre de Nathaniel Creswick et William Prest, à la suite de la fondation du Sheffield Football Club. Elles sont adoptées par la Sheffield Football Association lors de sa création en 1867, ainsi que par de nombreux clubs et associations du nord de l’Angleterre et des midlands. Le football de Sheffield dans les années 1860 et 1870 est une des formes les plus populaires du football dans le pays. Le premier match inter-club et le premier tournoi de football sont organisés avec les règles de Sheffield.

Six ans après la rédaction des règles de Sheffield, la Football Association est fondée et définit les Lois du jeu. Bien que ces dernières s’inspirent des règles de Sheffield, mais des désaccords font que ces dernières continuent à être utilisées. Des parties sont organisées entre des équipes de Londres et Sheffield, avec l’un ou l’autre des deux jeux de règles. Finalement, un accord cèle la fusion des deux règlements en 1877.

Les règles de Sheffield ont eu une grande influence sur le développement du jeu moderne du football, en y apportant notamment le concept des corners (ou coups de pied de coin), des touches (throw-ins), et des coups francs (free kicks) consécutifs aux fautes. L’interdiction du fair catch conduit les joueurs à se disputer la possession de la balle de la tête lorsqu’elle se déplace dans les airs. Ces règles définissent aussi les postes de gardien de but et d’attaquant.

Histoire du football

Histoire du football

Article principal : Football/Futbol

L’histoire du football rend compte de la naissance et de l’évolution du football, un sport collectif apparu au milieu du XIXe siècle en Grande-Bretagne et devenu au siècle suivant le plus populaire au monde.Les racines que ce sport partagent avec d’autres jeux de « football » remontent au Moyen Âge. Il est l’héritier de la soule médiévale, pratiqué notamment dans le Nord-Ouest de la France et dans les Îles Britanniques, et du Calcio florentin, des jeux caractérisés par leur violence et leur peu de règles.

Au début du XIXe siècle, les écoles anglaises intègrent progressivement le sport à leur cursus et impulse leur formalisation. Les règles de Cambridge sont en octobre 1848 une première tentative d’unification des règles du football. Les premiers clubs indépendants apparaissent à la fin des années 1850 ; en 1863, onze d’entre eux fondent the Football Association, chargée d’organiser la pratique du football en Angleterre. Elle publie peu après les premières « Lois du jeu » (en anglais : Laws of the Game), largement inspirées par celles de Cambridge.

Dès lors, le football connait une progression continue dans sa pratique. En 1885, le professionnalisme est autorisé en Grande-Bretagne, tandis que les premiers clubs sont créés à travers le monde, particulièrement en Europe et en Amérique du Sud. La Fédération internationale de football association (FIFA) est fondée en 1904 à Paris par des représentants de sept pays européens. Encouragée par le succès populaire rencontré par les tournois de football aux Jeux olympiques, la FIFA organise en 1930 la première édition de la Coupe du monde, qui devient un des principaux événements sportifs planétaires. Le développement spectaculaire du football, sur les plans populaire, médiatique et financier, ne se dément pas au XXe siècle.

Pratiqué en 2006 par environ 265 millions de joueurs à travers le monde, le football est considéré comme le sport national dans de très nombreux pays.

Sommaire
1 Genèse du jeu

1.1 Jeux de balle
1.2 Moyen Âge
1.3 Écoles britanniques

2 Unification du jeu en Grande-Bretagne

2.1 En 1848, les Cambridge rules
2.2 En 1855, les Sheffield rules
2.3 Fondation de la Fédération anglaise de football
2.4 Apparition du professionnalisme
2.5 Diffusion en Grande-Bretagne

3 Développement du football

3.1 Diffusion dans le monde
3.2 Fondation de la fédération internationale
3.3 Inscription aux Jeux olympiques
3.4 Essor du professionnalisme
3.5 Création puis prospérité de la Coupe du monde
3.6 Consolidation des instances continentales
3.7 Montée en puissance du football de clubs
3.8 Professionnalisation du football féminin

4 Le football du XXIe siècle

4.Le football du XXIe siècle

4. Le football du XXIe siècle

Football dans le monde

Selon un comptage publié par la FIFA le 31 mai 2007, le football est pratiqué dans le monde par 270 millions de personnes dont 264,5 millions de joueurs (239,5 millions d’hommes et 26 millions de femmes). On compte environ 301 000 clubs pour 1 700 000 équipes et 840 000 arbitres. 113 000 joueurs évoluent sous statut professionnel. Ce dernier chiffre est à manier avec précaution car il existe des différences considérables entre les nations à propos de la définition d’un joueur professionnel. L’Allemagne est ainsi absente du classement des vingt premières nations à ce niveau tandis que d’autres nations, moins strictes dans la définition du statut professionnel, avancent des données artificiellement élevées.

Au niveau des nations, la Chine est en tête avec 26,166 millions de joueurs pratiquants. Derrière la Chine, on trouve les États-Unis (24,473 millions), l’Inde (20,588), l’Allemagne (16,309), le Brésil (13,198), le Mexique (8,480), l’Indonésie (7,094), le Nigeria (6,654), le Bangladesh (6,280), la Russie (5,803), l’Italie (4,980), le Japon (4,805), l’Afrique du Sud (4,540), la France (4,190) et l’Angleterre (4,164). Ces chiffres prennent en compte les licenciés et les pratiquants non licenciés. Concernant les joueurs licenciés, le tableau ci-dessous présente les données des douze fédérations nationales comptant le plus de joueurs licenciés. À noter qu’après la participation en finale de la Coupe du monde 2006 de l’équipe de France, le nombre des joueurs licenciés a dépassé le cap des 2 millions en France (2 020 634)116.

Joueurs licenciés (en milliers, masculins et féminines au 1er juillet 2006)

joueurs-licencies-dep2006

3.4 Essor du professionnalisme

3.4 Essor du professionnalisme

À la fin des années 1920 et au début des années 1930, plusieurs nations européennes et sud-américaines autorisent le professionnalisme afin de mettre un terme aux scandales de l’amateurisme marron qui touchent ces pays depuis les années 1910. Le gardien de but international français Pierre Chayriguès refuse ainsi un « pont d’or » du club anglais de Tottenham Hotspur en 1913 ; il admettra dans ses mémoires que les joueurs du Red Star étaient grassement rémunérés malgré leur statut officiel d’amateur. L’Autriche (1924), la Tchécoslovaquie et la Hongrie (avant 1930), l’Espagne (1929), l’Argentine (1931), la France (1932) et le Brésil (1933) sont les premières nations (hors du Royaume-Uni) à autoriser le professionnalisme dans le football. En Italie, la Carta di Viareggio, mise en place par le régime fasciste en 1926, assure la transition entre le statut amateur et professionnel, définitivement adopté en 1946.

Sport professionnel

Un sport est dit professionnel lorsque ses pratiquants vivent de leur activité sportive. Un sportif est dit professionnel lorsqu’il reçoit un salaire par son club et/ou de son sponsor pour pratiquer une discipline sportive. Lorsque ce salaire est insuffisant pour vivre du sport, on parlera alors d’un semi-professionnel. De nombreux évènements sportifs récompensent les meilleurs compétiteurs par une récompense qui peut être pécuniaire sans pour autant être taxés de professionnels.

Repères chronologiques

Antiquité

En 580 av. J.-C. à Athènes, Solon promulgue une loi précisant que chaque Athénien vainqueur des Jeux olympiques recevra 500 drachmes1. Cette mesure qui vise à motiver les sportifs athéniens officialise le professionnalisme déjà largement répandu dans toute la Grèce antique. La monnaie est une innovation vieille de moins d’un siècle. Les cités se montrent ainsi plus généreuses les unes que les autres, couvrant d’or et d’honneurs les champions qui portaient haut leurs couleurs. Les transferts d’athlètes d’une cité à l’autre se généralisent à cette période, à la grande colère des citoyens-supporters qui manifestent, parfois très violemment, leur mécontentement face à ces authentiques trahisons.

Même phénomène à Rome avec des sommes considérables dévolues aux sportifs. Ainsi, en 146 au décès du célèbre aurige romain Dioclès (104-146) on apprend qu’en 24 ans de carrière, cet « hispanus lusitanus » a pris part à 4257 courses pour 1462 victoires et ses gains financiers en primes de course, de victoire ou de transfert s’élèvent à 35 863 120 sesterces. C’est plus que le fabuleux héritage de Néron (30 millions de sesterces). Le transfert de l’aurige Fuscus de la faction bleue chez les blancs rapporta 400.000 sesterces au jeune cocher.

De François 1er à Pierre de Coubertin

Le 9 novembre 1527, par lettres patentes du roi de France François Ier le professionnalisme sportif est officialisé en France, en jeu de paume notamment. Ce texte révolutionnaire met en effet sur le même plan les gains d’un joueur de paume et les fruits du travail. Depuis bien longtemps déjà, paris et enjeux ont transformé de fait cette activité sportive en métier pour beaucoup. On recense encore 29 joueurs professionnels de jeu de paume à Paris au milieu des années 1780.

Sur le deux rives de la Manche, les jockeys des courses hippiques sont rémunérés dès le XVIIe siècle, mais il faut attendre 1846 pour assister à la professionnalisation d’un sport collectif : le cricket. Cette année est marquée par la fondation du club professionnel anglais « All-England Eleven ». Cette formation effectue des tournées qui font beaucoup pour la popularisation du jeu. Aux États-Unis, c’est le baseball qui est le premier sport collectif à franchir le Rubicon en 1864 avec le premier cas connu de professionnalisme : A. J. Reach perçoit en effet un salaire quand il quitte les Philadelphia Athletics pour rejoindre Brooklyn. Le 15 mars 1869 se tient le premier match de baseball impliquant un club professionnel : les Cincinnati Red Stockings. Ce choix permet au club de recruter les meilleurs joueurs et les résultats ne se font pas attendre : en ce 15 mars, Antioch College est balayé 41 à 7. Le 4 mai 1871, Fort Wayne Kekiongas s’impose 2-0 face à Cleveland’s Forest City Club à l’occasion du premier match de championnat professionnel de baseball (National Association). La fondation à La Havane de la première ligue cubaine professionnelle de baseball a lieu le 29 décembre 1878.

Les nouveaux sports individuels sont également touchés par ce mouvement de professionnalisation dès le milieu du XIXe siècle. Ainsi, depuis les années 1850, les tournois britanniques de golf sont dotés de prix en espèces. En France, les courses à pieds sont également dotées de prix en espèces dès 1853. Pendant trois décennies, les coureurs professionnels français s’affublent de surnoms comme « Cerf Volant », « L’homme éclair » ou « l’homme vapeur ». Au milieu des années 1880, Georges de Saint-Clair et Ernest Demay lancent une campagne de « purification » de l’athlétisme français et obtiennent l’interdiction de ces courses professionnelles. En réaction à la politique de « purification » de l’athlétisme français menée depuis le milieu des années 1880 par l’interdiction de courses dotés de prix en espèces, l’Union des Sociétés Professionnelles d’Athlétisme est créée à Paris. Une fédération du même type se crée à Paris dans la foulée concernant la natation.

Le football anglais prend contact avec le professionnalisme en 1876 et les premiers cas de professionnalisme dans le football anglais à Sheffield avec Peter Andrews (Sheffield’s Heeley Club) et J. J. Lang (The Wednesday). En 1882, la fédération anglaise (FA) autorise le remboursement des frais pour les joueurs concernant les rencontres de la FA Cup, mais interdit le professionnalisme dont l’usage se répand pourtant inexorablement. Après deux ans de débats, la FA autorise finalement le professionnalisme le 20 juillet 1885, mais tient à encadrer ce statut. Les autres fédérations britanniques (surtout celle d’Écosse), mais aussi la Sheffield Association y sont opposées. Cette évolution est voulue par les clubs du nord et du centre de l’Angleterre tandis que le sud du pays, Londres inclus, veut conserver les « valeurs » de l’amateurisme.

On retrouve le même mouvement anti-professionnel en France à cette même période. Le cyclisme a désormais adopté le statut professionnel, et les tenants de l’amateurisme peinent à endiguer le phénomène. À Londres, le club de football de Royal Arsenal devient le Woolwich Arsenal et passe professionnel en 1891. C’est le premier club du Sud du pays à opter pour ce statut. Le 20 septembre 1893, un vote douteux repoussant le professionnalisme en rugby se tient à Londres. Lors de l’assemblée générale de la Rugby Football Association. De nombreux votants venus du Nord du pays n’ont pas pu exercer leur droit de vote, et il apparaît clair que ces nordistes auraient nettement fait pencher la balance en faveur d’une adoption du professionnalisme… En réaction, le 29 août 1895, fondation à Huddersfield de la Northern Football Union par 22 clubs du Nord de l’Angleterre lassés par l’attitude bornée de la Rugby Football Union concernant, notamment, le professionnalisme. C’est le point de départ du rugby à XIII (rugby league), même si le passage de 15 à 13 joueurs remonte seulement à 1906.

Les tenants de l’amateurisme sont les classes aisées parisiennes et londoniennes qui n’admettent pas de partager les mêmes activités que le bas peuple… Le Racing club de France qui est créé en 1882 recrute exclusivement ses membres parmi les meilleures familles parisiennes et part en croisade contre le poison du professionnalisme. La fédération omnisports de l’USFSA est notamment formée pour échapper à ce péril professionnel. C’est sur cette fédération que Pierre de Coubertin s’appuie pour rénover les Jeux olympiques en 1896. Ainsi, les JO se feront, un siècle durant, les chantres de l’amateurisme.

De l’amateurisme marron au professionnalisme
L’idéologie amateuriste s’opposa vivement au professionnalisme sportif tout au long du XXe siècle. Le summum fut atteint pendant la Seconde Guerre mondiale en France avec l’interdiction pure et simple du sport professionnel par le régime de Vichy en 1942. Football, cyclisme, tennis, rugby à XIII, pelote basque et boxe, qui s’étaient professionnalisés, parfois de longue date, étaient condamnés à un retour au statut amateur. Le rugby à XIII fut même interdit. Le football et le cyclisme échappèrent à ce sort en raison de leur popularité. Le tennis, la pelote et la boxe bénéficiaient de soutien en haut-lieu.

Le principal argument contre l’idéologie amateuriste était la transparence. En effet, l’amateurisme marron, c’est-à-dire la rémunération occulte ou la fourniture d’emplois de complaisance à des sportifs officiellement amateurs était une règle quasiment universelle. Elle avait ainsi touché le football français depuis la fin du XIXe siècle et la Fédération française de football décida d’y mettre un terme en acceptant les joueurs professionnels en 1930.Cette opposition prit fin dans les années 1990. Les Jeux olympiques, bastion historique de l’amateurisme, se sont professionnalisés entre 1988 et 1992. Le rugby à XV, autre pilier du temple amateur, cède dans la foulée (1995).

Aujourd’hui, en France, nombre de sports sont pratiqués par des professionnels. Si les sports individuels n’impliquent souvent que quelques athlètes professionnels, les sports collectifs représentent le gros du contingent. Le football, si longtemps raillé pour son statut professionnel, est l’un des rares grands sports à ne pas avoir mis en place de championnat professionnel pour les féminines. Basket-ball, handball et volley offrent en effet un statut professionnel aux filles comme aux garçons. En rugby, hockey sur glace et football, les garçons sont seuls concernés.

Articles connexes
Union nationale des footballeurs professionnels (syndicat français de joueurs de football professionnels)

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football