3.3 Inscription aux Jeux olympiques

3.3 Inscription aux Jeux olympiques

3.3 Inscription aux Jeux olympiques

3.3 Inscription aux Jeux olympiques

Le football fait son apparition officieuse aux Jeux olympiques en 1896 à Athènes, comme une épreuve de démonstration. Seul le Danemark dépêche une équipe, qui bat sans difficulté les deux clubs locaux inscrits. Il garde son statut annexe lors des deux olympiades suivantes, bien que ces deux tournois aient été reconnus a posteriori par le Comité international olympique. En 1900 à Paris, la Grande-Bretagne est représentée par Upton Park, qui dispose sans mal du Club français, lui-même vainqueur des Universités de Bruxelles. Quatre ans plus tard à Saint-Louis, les Canadiens du Galt FC écartent facilement leurs deux équipes concurrentes américaines.

Les sélections nationales n’apparaissent qu’en 1908 à Londres. Huit équipes sont inscrites, mais six seulement se déplacent, dont deux venues de France. La Grande-Bretagne, composée de joueurs anglais, remporte la médaille d’or aisément. Cette épreuve est la première reconnue par la FIFA, fondée en 1904. En 1912 à Stockholm, onze équipes s’inscrivent, dont l’Autriche et la Hongrie issue de l’empire d’Autriche-Hongrie et la Finlande et la Russie issue de l’Empire russe, et dix-sept matchs sont organisés, signe du développement de l’épreuve. Comme en 1908, la finale est remportée par la Grande-Bretagne sur le Danemark.

Après-guerre, les Jeux reprennent et le football y devient une épreuve d’importance, malgré le contexte de montée du professionnalisme dans le football, en contradiction avec les principes du CIO. En 1920 à Anvers, les Britanniques sont battus au premier tour. À domicile, les Belges l’emportent en finale face aux Tchécoslovaques, qui abandonnent le match en cours et sont disqualifiés.

Le tournoi suivant à Paris est le premier opposant aux Européens une équipe d’outre-Atlantique. Les Britanniques n’y participent cependant pas pour des problèmes d’acceptation du professionnalisme. L’Uruguay, une sélection inconnue en Europe mais qui a remporté à plusieurs reprises le championnat sud-américain, illumine le tournoi de sa supériorité. L’Amérique du Sud confirme sa supériorité footballistique en 1928 avec une finale, jouée en deux fois, opposant l’Uruguay à l’Argentine, son principal rival continental.

Devant le succès populaire des tournois de football aux Jeux olympiques et les problèmes avec le CIO dus à l’avènement du professionnalisme, la FIFA décide d’organiser en 1930 sa première Coupe du monde, qui supplante dès lors le tournoi olympique de football, réservé officiellement aux joueurs amateurs.

Après la Seconde Guerre mondiale, la Suède est en 1948 à Londres le dernier pays ne faisant pas partie de l’Europe de l’Est à s’adjuger une médaille d’or olympique jusqu’en 1984. Les joueurs des pays communistes étaient officiellement des fonctionnaires, « amateurs d’État », leurs sélections pouvaient compter sur les meilleurs joueurs du pays, contrairement aux pays d’Europe de l’Ouest ou d’Amérique du Sud, tant qu’ils n’avaient pas joué un match de Coupe du monde. C’est ainsi que la Hongrie (en 1952, 1964 et 1968), l’Union soviétique (en 1956 et 1988), la Yougoslavie (en 1960), la Pologne (en 1972), l’Allemagne de l’Est (en 1976) puis la Tchécoslovaquie (en 1980) remportent tour à tour la médaille d’or, avec dans leurs rangs des joueurs aussi réputés que Ferenc Puskás et Sándor Kocsis, Lev Yachine, Milan Galić, Ferenc Bene, Grzegorz Lato ou encore Oleg Blokhine.

Lors des Jeux olympiques de Los Angeles en 1984, la FIFA et le CIO décident d’ouvrir le tournoi à tout joueur, professionnel ou amateur, à la conditions, pour les seuls Européens et Sud-Américains, de ne pas avoir participé à une Coupe du monde. À l’issue d’un tournoi bien plus équilibré, les Français l’emportent en finale sur le Brésil. Depuis 1992, le tournoi est réservé aux joueurs de moins de 23 ans, avec le droit (depuis 1996) de compter trois joueurs de plus de 23 ans dans le groupe. Ces nouvelles règles ont permis à des sélections africaines de se montrer compétitive, comme l’illustrent les médailles d’or du Nigeria et du Cameroun en 1996 et 2000.

Football aux Jeux olympiques

Football aux Jeux Olympiques

Olympic
Généralités
Sport : Football
1ère appartition: Paris 1900 (Hommes officiel)
Atlanta 1996 : (femmes)
Organisteur : CIO/FIFA
Edition : 25ème(Hommes et 5ème (femmes) en 2012
Périodicité : tous les 4 ans
Epreuves : 2
Palmarès
Tenant du titre 
Hommes : Mexico.pingMexique
Femmes : United_States.svgEtats-Unis

Le football aux Jeux olympiques d’été est une discipline olympique depuis les Jeux olympiques de 1900 à Paris (en 18961, il n’avait que le statut de sport de démonstration). Les Jeux olympiques furent la première compétition internationale de l’histoire du football, et subirent plusieurs changements en raison du professionnalisme, de la création de la coupe du monde ou du développement du football à travers le monde. Les champions olympiques en titre sont chez les hommes le Mexique et chez les femmes les États-Unis.

Histoire

Sport en 1896 lors des premières Olympiades à Athènes jusqu’en 1904 à Saint-Louis, le tournoi olympique était disputé par des équipes nationales sélectionnées et des clubs locaux sur des matchs d’exhibition avec un format précaire. Les tournois de 1900 et de 1904 sont officialisées plus tard par le Comité international olympique.

À partir de 1908, des éliminatoires sont mis en place et les éditions sont reconnues par la FIFA. Seules les nations européennes y participèrent jusqu’en 1924 (à l’exception de l’Égypte en 1920), en 1908 et 1912, le Royaume-Uni s’imposa contre le Danemark puis en 1920 la Belgique gagna contre la Tchécoslovaquie. En 1924, des nations sud-américaines font leurs apparitions et dominent alors le tournoi en 1924 et 1928, avec la victoire de l’Uruguay.

En 1932, il n’y eut pas de tournoi à Los Angeles en raison du peu de succès de ce sport en Amérique du Nord, mais en 1936 le football refait son apparition à Berlin avec la victoire de l’Italie. Les années 1930 ont marqué un changement radical dans le statut du football olympique en raison de l’arrivée du professionnalisme dans les grandes nations de football (Angleterre, France, Italie, Espagne, Brésil, Argentine ou Uruguay) et de la mise en place d’une autre compétition internationale depuis 1930 : la Coupe du monde. Après la Seconde Guerre mondiale et cela jusqu’en 1980, seules les équipes amateurs de Scandinavie et les équipes d’Europe de l’Est remportèrent le tournoi (victoire de la Suède en 1948, de la Hongrie en 1952, 1964, 1968, de l’Union soviétique en 1956, de la Yougoslavie en 1960, de la Pologne en 1972, de l’Allemagne de l’Est en 1976 et de la Tchécoslovaquie en 1980) avant que la FIFA ne décide de sanctionner les joueurs ayant pris part aux qualifications de la coupe du monde après avoir disputé des Jeux olympiques.

À partir de 1980, le tournoi subit trois principaux changements. Tout d’abord, le développement de ce sport sur les continents asiatique et africain où les JO sont très médiatisés, ensuite devant le succès des JO de 1984 à Los Angeles (victoire de la France) et des JO de 1988 à Séoul (victoire de l’Union soviétique), la FIFA décida en 1992 d’élargir la participation des joueurs amateurs à tous joueurs de moins de 23 ans (avec possibilité d’appeler 3 joueurs de plus de 23 ans), enfin les victoires des nations africaines en 1996 (avec le Nigeria) et 2000 (avec le Cameroun) permirent au tournoi olympique d’accroître son intérêt. En 2004, l’Argentine remporta le tournoi.

En 1996, un tournoi féminin fut mis en place à Atlanta ; contrairement aux hommes, toute joueuse peut y prendre part quel que soit l’âge. Les Américaines ont remporté à quatre reprises l’épreuve (1996, 2004, 2008 et 2012 ; finalistes en 2000) et les Norvégiennes une fois (2000).

Jeux olympiques et sélection nationale

En 1999, la FIFA décide que les matchs de football disputés dans le cadre des Jeux olympiques à partir des Jeux olympiques de Rome de 1960 ne comptent pas comme sélection nationale en équipe A

Records
Le Royaume-Uni et la Hongrie ont remporté le plus de victoires dans le tournoi masculin : 3 (de 1900 à 1912 pour le Royaume-Uni et de 1952 à 1968 pour la Hongrie mais la première victoire britannique, en 1900, a été remportée par une équipe de club et non par une équipe nationale dans un tournoi non reconnu par la FIFA). La Yougoslavie a disputé 4 finales consécutives, de 1948 à 1960, tandis que l’équipe des États-Unis de soccer féminin en dispute 5 et en remporte 4 dont 3 consécutives de 2004 à 2012. Le Hongrois Dezsö Novák est le seul joueur triple médaillé olympique dans cette discipline.


Warning: mysqli_query() [function.mysqli-query]: MySQL server has gone away in /home/clients/5a23f8cdefdd6592e4b029a5a3c0df6a/om13fcs/wp-includes/wp-db.php on line 2007

Warning: mysqli_query() [function.mysqli-query]: Error reading result set's header in /home/clients/5a23f8cdefdd6592e4b029a5a3c0df6a/om13fcs/wp-includes/wp-db.php on line 2007
Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football