Histoire LFP

Histoire LFP

Footpro : Plan d’action

Footpro 2012

FootPro-80-Couverture-3Foot Pro

  • Prix facial : gratuit
  • Parutions sur le site : 01/10/2004 à ce jour
  • Périodicité : bimestriel
  • Éditeur : Ligue de Football Professionnel
  • Format : 147×206 mm à 212×298 mm
  • Nombre de pages : 12 p  à 72 p
  • Tailles des fichiers : 959 Ko à 13,0 Mo
  • Actuellement publié : oui
  • Site Internet : www.lfp.fr/corporate/footpro
  • En deux mots : le magazine de L.F.P.

Footpro 2012 est un plan d’action de la Ligue de football professionnel cherchant à développer le football professionnel en France1.

Le projet, présenté par le président de la Ligue Frédéric Thiriez le 16 juin 2007, tourne autour de plusieurs objectifs d’ici à 2012.

Au niveau sportif tout d’abord :

  • Gain d’un rang européen au coefficient UEFA pour le championnat de France (de quatrième au lancement du plan d'action à troisième). Mais à noter que la France, quatrième de cet indice jusqu'à la saison 2006-2007, a depuis perdu une place (au commencement de la saison 2007-2008, relatives aux qualifications européennes pour 2008-2009) et se trouve alors 5e. Et lors de la saison 2011-2012 aux vus des résultats très modeste en ligue Europa des clubs français(aucun club n'a passé la phase de poule) et des performances au contraire des clubs portugais dans les coupes européennes (C1 ou C3) la France est rétrogradé à la 6e place du classement UEFA cédant sa place au Portugal
  • Victoire d’un club français en Ligue des champions
  • Deux clubs régulièrement qualifiés pour les quarts de finale d’une Coupe d’Europe
  • La moitié des joueurs évoluant en Ligue 1 internationaux (contre un tiers en 2007) M.

Thiriez a aussi émis le souhait que les deux tiers des joueurs de l’Équipe de France jouent dans le championnat de France.

Pour les objectifs économiques pour 2012 :

  • Chiffre d’affaires de 1,5 milliard d'euros (contre 0,7 en 2007)
  • Équilibre budgétaire pour tous les clubs, sans compter sur les transferts
  • Les recettes des matchs représentant un quart des ressources des clubs
  • Quinze stades de Ligue 1 ou Ligue 2 rénovés ou construits durant la période 2007-2012
  • L’obtention par la France de l’Euro 2016.

Histoire LFP

Ligue de Football Professionnel

Logo_LFP.svgLogo officiel de la Ligue Professionnel de Football (L.F.P)

Généralités

Sport : Football
Nom précédent : Groupement des clubs autorisés à utiliser des joueurs professionnels (1946-1969)
Groupement du Football Professionnel : (1969-1981)
Ligue Nationale de Football : (1981-2002)
Création : 1946
Président : Frédéric Thiriez
Frederic-thiriez-president-de-la-lfpLe Président Frédéric Thiriez (L.F.P.)
Siège : 6 Rue Léo Delibes, 75116 Paris
Lieux : France.pingFrance

La Ligue de football professionnel

La Ligue de football professionnel (LFP) est une association loi de 1901 qui assure, sous l’autorité de la Fédération française de football, la gestion des activités du football professionnel en France avec notamment l’organisation du championnat de France de football ainsi que du championnat de France de deuxième division et de la Coupe de la Ligue française. Depuis les accords signés entre la Ligue et la FFF début juillet 2005, la Ligue s’occupe également des équipes de France de jeunes et des équipes de France féminines (séniors incluses).

Histoire

Les racines de la Ligue remontent à la Libération. Avant la guerre, c’est une simple commission de la Fédération française de football qui chapeaute les clubs dits « autorisés » à rémunérer leurs joueurs. C’est la « Commission du Championnat de France Professionnel » présidée par Emmanuel Gambardella. De plus, une autre commission de la Fédération est chargée du suivi des joueurs pros ; c’est la « Commission de classement et du statut des joueurs professionnels » présidée par Gabriel Hanot.

emmanuel-gambardellaQui était ce Emmanuel Gambardella ?Peu parmi les joueurs qui chaque année luttent pour la conquête du trophée, connaissent en réalité la réponse. Alors, la voici.

Journaliste sportif et auteur

Emmanuel Gambardella fut l’un des plus grands dirigeants que connut le football français. Né le 3 juillet 1888 à Sète, il fonda en 1904 l’Association Sportive Cettoise (à cette époque, Sète s’écrivait Cette), le premier club de football de la ville, au sein duquel il jouait. Il en deviendra plusieurs années plus tard le secrétaire général. Le club s’appelait alors le FC Sète et fut champion de France en 1934 et 1939, remportant également la Coupe de France en 1930 et 1934.

Journaliste sportif de profession, il travaillera longtemps pour les titres de la presse écrite languedocienne et collabora avec plusieurs quotidiens ou hebdomadaires spécialisés dans le football (Football et France Football, notamment). Il fut également le directeur de la Radio, à Montpellier, et présida le conseil d’administration du Midi Libre. Auteur de romans, pièces de théâtre, mais aussi d’opérettes, de revues et de sketchs, il était membre de la Société des Auteurs et Compositeurs Lyriques.

Président de la FFF

Grand dirigeant du football, il fut l’un de ceux qui créèrent le football professionnel en 1932. Il présida le Groupement des Clubs Autorisés, qui est devenu depuis la Ligue de Football Professionnel, et succéda à la présidence de la Fédération Française de Football, à Jules Rimet, le 23 août 1949. Le 25 juillet 1953, il fut réélu avec l’ensemble des 383 voix, moins une, la sienne. Mais le 30 août de la même année, à Montpellier, il succombait brusquement, à 65 ans, à la suite d’une intervention chirurgicale pourtant sans gravité. La Coupe nationale des juniors porte son nom depuis 1954.

Dès les années 1930, les clubs pros tentèrent bien de mettre sur pieds une structure indépendante, mais la Fédération repoussa par vote à plusieurs reprises cette forme de scission. Et l’« Amicale des clubs amateurs utilisant des joueurs professionnels » créée dès le 23 octobre 1932 reste à l’état de coquille vide. Les affres de la Seconde Guerre mondiale permettent aux clubs professionnels de s’émanciper un peu de la tutelle fédérale. Sous le régime de Vichy, viscéralement hostile au concept de professionnalisme sportif, les clubs professionnels français furent dépossédés de leurs joueurs en 1943 et priés d’aller rejoindre le niveau amateur. C’est la fameuse saison 1943-1944 où un championnat de France des équipes régionales a lieu. La plaisanterie ne dure qu’une seule saison, Libération oblige, mais les clubs sont très remontés contre la Fédération qui n’a pas fait grand chose pour les préserver.

Ainsi, dès les premiers jours de la Libération, les clubs se constituent en « Ligue » qui prend le nom, déjà utilisé avant-guerre, de « Groupement des clubs autorisés » (27 octobre 1944). Ce « Groupement » devient ensuite « Ligue nationale de football » puis retrouve son nom de « Groupement » dans les années 1970, avant de reprendre le nom de « Ligue nationale de football » dans les années 1980-1990. Nouveau changement au début des années 2000 avec la « Ligue de football professionnel ».

La Fédération n’abdiqua pourtant pas à la Libération, et un bras de fer opposa longtemps Fédération et Ligue. Pourtant, deux présidents de la Ligue furent également président de la FFF : Emmanuel Gambardella, qui cumule les deux mandats de 1949 à son décès en 1953, puis Antoine Chiarisoli, également cumulard de 1963 à 1967. Le couple Sastre-Sadoul réconcilia les deux familles qui font des concessions pour aboutir, en 1970, à l’abolition de la coupure existant depuis 1932 entre le football amateur et football professionnel.

La Ligue ne peut plus choisir ses membres comme ce fut le cas par le passé, elle doit s’incliner devant les verdicts du terrain de jeu. Les clubs professionnels sortent alors d’une terrible décennie, les années 1960, qui avait porté un coup terrible à la crédibilité même de l’institution. Quand on perd en moins de dix ans le RC Paris, le Stade français, le CA Paris, le RC Lens, le Lille OSC, le SO Montpellier, pour ne citer qu’eux, l’état d’urgence est proche. Les finances des clubs français sont alors au plus bas et les recettes enregistrent des records de médiocrité (entre 7 et 9000 spectateurs de moyenne en D1).

S’appuyant aujourd’hui sur la manne des droits télé, la Ligue a nettement redoré son blason malgré quelques maladresses typiques de ces organisations collégiales mettant côte à côte des rivaux. Après l’important mandat de Jean Sadoul, la présidence la plus marquante fut celle de Noël Le Graët. Au risque de passer pour rabat-joie, le président Le Graët mène une politique sérieuse en matière de maîtrise des coûts et permet au football français de passer le délicat écueil des années années 1980 et 90 sans trop de casse.

Aujourd’hui beaucoup remarques vante les mérites de la DNCG « à la française », simple chambre de contrôle des finances des clubs(reste à définir). Afin de crédibiliser cette nouvelle institution, on procéda à la relégation administrative de plusieurs clubs avant le début des saisons au début des années 1990. Depuis lors, chaque club connaît l’importance du contrôle opéré par la DNCG.

LFP-L1-L2-

La Ligue gère évidemment les deux championnats professionnels de la Ligue 1 et Ligue 2, elle s’occupe également d’une compétition à élimination directe : la Coupe de la Ligue. Cette épreuve calquée sur le modèle britannique met aux prises seulement les clubs membres de la Ligue, c’est-à-dire tous les clubs pros. Richement dotée, elle fait un peu d’ombre à la Coupe de France, organisée par la fédération.

La Ligue est actuellement présidée par Frédéric Thiriez allias « Moustache ». Portée par les flux économiques générés désormais par le football professionnel français et face à l’absence d’une politique forte de la Fédération, la Ligue se permet de rejoindre le groupement des ligues professionnels européennes, pourtant condamné par la FIFA et la FFF.

Les accords signés entre la Ligue et la FFF début juillet 2005, prévoient que la Ligue s’occupe désormais également des équipes de France de jeunes (toutes, sauf les A) et, plus surprenant, de toutes les équipes de France féminines (seniors incluses). Cet accord est obtenu en compensation du versement d’une grosse indemnité de la LFP à la FFF, prélevé sur les droits télé (5 % des droits auxquels il faut ajouter les 5 % de la loi Buffet).

Images liées:

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football