UEFA

Sélect Gianni De Biasi E2016

 

Gianni De Biasi

Généralités
Sport : Football
Equipe : AlbanieAlbanie (sélectionneur)
Nationalité : ItalieItalienne – AlbanieAlbanaise
Naissance : 16 juin 1956
Lieux : Sarmende – Pays : ItalieItalie
Période pro : 1974-1989
Poste : Milieu
Parcours professionnel
1974-1975 : ItalieTreviso (M25), (56px-Soccer_ball.svg2buts))
1975-1978 : ItalieInter Milan
1976-1977 : ItalieReggiana (M24)
1977-1978 : ItaliePescara (M24)
1978-1983 : ItalieBrescia (M171), (20px-ballon13buts)
1983-1986 : ItaliePalermo (M105), (7buts)
1986-1987 : ItalieVicenza (M19)
1987-1989 : ItalieTreviso (M55), (20px-ballon3buts)
1989-1990 : ItalieBassano Virtus 55
Equipes Entraînées
1990-1991 : ItalieBassano
1991-1992 : ItalieVicenza
1992-1993 : ItaliePro Vasto (10V-16N-8D)
1993-1996 : ItalieCarpi (44V-51N-41D)
1996-1997 : ItalieCosenza (9V-14N-15D)
1997-1999 : ItalieSPAL (32V-21N-15D)
1999-2003 : ItalieModena (60V-45N-35D)
2003-2005 : ItalieBrescia (14V-18N-25D)
2005-2006 : ItalieTorino (21V-13N-8D)
2007 : ItalieTorino (5V-3N-6D)
2007-2008 : EspagneLevante (6V-4N-16D)
2008 : ItalieTorino (5V-3N-12D)
2009-2010 : ItalieUdinese (1V-3N-4D)
2011- : AlbanieAlbanie

 

Giovanni De Biasi, né le 16 juin 1956 à Sarmede, est un footballeur italien, qui évoluait au poste de milieu de terrain. Il est désormais entraîneur de football. Il est l’actuel entraîneur de l’équipe nationale albanaise. En mars 2015, il obtient la nationalité albanaise.

« Le sélectionneur de l’Albanie, l’Italien Giovanni De Biasi, a obtenu samedi la nationalité albanaise, à la veille du match Albanie-Arménie des éliminatoires pour l’Euro 2016 (groupe I). «Je suis heureux et honoré, c’était un rêve», a indiqué De Biasi au président albanais Bujar Nishani lors de la remise de son nouveau passeport. De Biasi, 58 ans, est à la tête de l’équipe d’Albanie depuis décembre 2011. »

Débuts en compétitions de l’UEFA

albanie-Équipe nationale

Championnat d’Europe de l’UEFA (Phase de qualification)

Date LP Equipe Pays Score LP Equipe Pays
07/09/2014 Portugal Portugal 0-1 Albanie Albanie

Club

Coupe UEFA Intertoto (second round)

Date LP Equipe Pays Score LP Equipe Pays
05/07/2003 Italie Brescia 2-1 Roumanie Gloria Bistriţa

Carrière de joueur :

  • ItalieTreviso FC
  • ItalieFC Internazionale Milano
  • ItalieAC Reggiana 1919
  • ItaliePescara Calcio
  • ItalieBrescia Calcio
  • ItalieUS Città di Palermo
  • ItalieVicenza Calcio, Bassano
  • ItalieVirtus 55 ST

Carrière d’entraîneur :

  • ItalieFC Pro Vasto,
  • ItalieCarpi FC 1909,
  • ItalieCosenza Calcio,
  • ItalieSPAL 1907,
  • ItalieModena FC,
  • ItalieBrescia Calcio,
  • ItalieTorino FC (trois fois),
  • EspagneLevante UD,
  • ItalieUdinese Calcio,
  • AlbanieAlbanie

• Il fait ses gammes en tant qu’entraîneur de centre de formation et dans les divisions inférieures en Italie avant de se faire un nom à Modène qui est promu deux années de suite (de la 3e division à la Serie A en 2002), mettant ainsi fin à 38 ans d’absence dans l’élite.

• Il aide ensuite Modène à survivre une saison en Serie A avant de rejoindre Brescia où il reste deux années avant de s’embarquer pour une aventure tumultueuse au Torino en 2005.

• Il arrive au Torino pour recoller les morceaux après la faillite, et il dépasse les attentes puisqu’il ramène le club en Serie A dès sa première saison. Mais il est remplacé par Alberto Zaccheroni trois jours seulement avant le début de saison. Il fait son retour sept mois plus tard, et sauve le Torino de la relégation.

• Il passe la saison 2007/08 à Levante, mais n’empêche pas la relégation, puis il revient pour un troisième mandat au Torino à cinq matches de la fin de saison. Le Torino se sauve encore de la relégation. Débarqué en décembre, il passe deux mois à l’Udinese en 2009/10 avant de trouver plus de stabilité en tant que sélectionneur de l’Albanie.

• Ancien milieu de terrain, De Biasi est nommé en décembre 2011 pour succéder à Josip Kuže. En novembre 2013, il signe un nouveau contrat jusqu’à la fin des éliminatoires de l’UEFA EURO 2016 et avec lui ce pays se qualifie pour la première fois pour le phase finale.

2004 La Gèce crée la surprise

Euro 2004: Grèce, la surprise du chef

Débarquée au Portugal dans l’indifférence générale, la Grèce a créé l’une des plus grandes surprises de l’histoire de l’Euro en allant au bout. Les Grecs se sont appuyés sur un collectif à toute épreuve et une défense de fer pour faire mentir les pronostics

grèce-vainqueur-euro-2004
Le miracle grec aura presque tout effacé. Le succès complètement imprévu des Grecs a rejeté dans l’ombre les autres évènements de l’Euro. Et pourtant, cette épreuve portugaise n’a pas été de tout repos du point de vue des surprises. Souvenez-vous : il y a eu la belle remontée de l’équipe de France grâce à un doublé de Zidane contre l’Angleterre qui menait 1 à 0 à la 90e.

Mais aussi, la première victoire des Pays-Bas dans une série de tirs au but, contre la Suède en quarts (0-0, 5-4). Sans oublier bien sûr, les larmes des Portugais passés si près d’un premier titre devant leur public. Et ce n’est pas terminé : car le premier tour avait tout de suite donné le ton. Comme s’il était écrit que ça devait être l’Euro des surprises, trois gros ont pris la porte avant même les quarts de finale.

L’Espagne, tout d’abord, sortie par le Portugal dans le groupe A, est rentrée chez elle plus vite que prévu. L’Italie et l’Allemagne l’ont imité. Si la « Nazionale » a été vaincue en poules par les Vikings (Suède et Danemark) et une diabolique talonnade en extension de Zlatan Ibrahimovic (Suède-Italie: 1-1), la Mannschaft n’aura même pas remporté le moindre match. De son côté, la France, très limitée, ne leur survivra pas longtemps, éliminée dès les quarts par les

Grecs…Le vainqueur : Grèce
Quel coup de tonnerre dans le monde du football ! La Grèce en aura surpris plus d’un. Et pourtant, la recette ne datait pas d’hier.
A l’image de leurs ancêtres qui avaient conquis la Méditerranée grâce à une formation collective révolutionnaire (ndrl : l’hoplite), les Hellènes se sont offert l’Europe avec leur collectif et la science tactique de leur sélectionneur.

Usant leurs adversaires avec leur discipline de fer et leur défense hermétique, les hommes d’Otto Rehhagel ont passé en revue les plus grandes équipes. Le Portugal, pays organisateur, a chuté à deux reprises. En ouverture (2-1) et en finale (1-0). La France, championne en titre, a été écartée en quarts (1-0). Et la belle mécanique tchèque n’a pu que constater les dégâts en demi-finale (1-0 a.p.). Sans nom ronflant et sans génie, la formation grecque aura déjoué tous les pronostics…

Le match : France – Grèce (1/4 de finale)
En phase de poule, l’équipe de France n’avait fait que confirmer les inquiétudes. Malgré un renversement de situation exceptionnel face à l’Angleterre avec un coup-franc puis un penalty de Zidane, les Bleus, partis en reconquête à la suite du fiasco du Mondial 2002, n’avaient pas séduit. Sans collectif, les individualités ne font pas tout…

La Grèce s’est chargée de fustiger une dernière fois leurs lacunes. Dans un match insipide, les Grecs ont trouvé la faille sur une de leurs rares occasions. Alors que la France tente d’accélérer pour casser le verrou hellène, les joueurs d’Otto Rehhagel trouve le chemin des filets sur une tête de Charisteas. La France pouvait faire ses bagages. Le collectif aura pris le dessus sur le talent. Pour la Grèce, la recette est toute trouvée. La République tchèque puis la Portugal en feront les frais…

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football