Zagorakis se souvient de 2004

Zagorakis se souvient de 2004

Zagorakis se souvient de 2004

Zagorakis se souvient de 2004

Zagorakis-euro-2004-vainqueurLe milieu de terrain Theodoros Zagorakis était le capitaine de l’équipe d’Otto Rehhagel et fut nommé joueur de la phase finale pour ses prouesses devant la défense grecque.

Après avoir perdu leurs premiers matches des éliminatoires de l’UEFA EURO 2004, l’idée que la Grèce remporterait le trophée au Portugal était bien loin. Cette équipe, cependant, remportait six matches de rang pour se qualifier. Une fois au Portugal, la Grèce battait deux fois l’organisateur portugais, pour le premier et le dernier match de la compétition. Le milieu de terrain Theodoros Zagorakis était le capitaine de l’équipe d’Otto Rehhagel et fut nommé joueur de la phase finale pour ses prouesses devant la défense grecque.

Les attentes avant le tournoi

Nous goûtions la joie d’être qualifiés. Nous étions tous heureux Les attentes étaient simples : nous voulions juste montrer que ce que nous avions fait lors des deux années précédentes n’était pas un coup de chance. Que les résultats obtenus en éliminatoires pour remporter notre groupe n’étaient pas un coup de chance.

Le match d’ouverture à Porto

C’était peut-être ce que les Portugais pensaient, que cela allait être la fête. Nous avions une opinion totalement différente. Nous savions que si nous partions bien dans cette phase finale, nous pourrions aller loin. C’est ce qu’il s’est passé. On se sentait bien, on savait ce qu’on voulait. Je me rappelle que nous avions été meilleurs que nos adversaires, qui avaient le soutien de leurs fans et des noms illustres dans leur équipe. Mais au football il y a d’autres choses qui comptent. Le groupe grec a démontré cela.

Les dernières minutes de la finale

Quand nous avons marqué il devenait très difficile pour nos adversaires de venir à bout de onze joueurs qui défendaient comme des lions ce qu’ils avaient virtuellement acquis. L’équipe grecque, c’était cela. Quels que soient les joueurs qui entraient sur la pelouse, ils se battaient pour l’équipe. Le plus important est que nous n’avons jamais paniqué.

On n’était pas éprouvé, on voulait davantage la victoire. On était sous pression dans ces dernières minutes, mais nous n’avons pas paniqué, on n’a pas baissé les bras. Quand l’arbitre a sifflé la fin de la rencontre, c’est comme si on avait éteint la lumière… puis ce sourire en permanence sur mon visage un peu idiot pendant je ne sais pas combien de temps. Incroyable.

Le joueur : Wayne Rooney

Si Angelos Charisteas aura marqué de son empreinte cette compétition avec ses buts décisifs face à la France et le Portugal. Si Milan Baros, auteur de cinq réalisations, a été sur un nuage avant de rester muet en demi-finale face à la Grèce. L’Euro 2004 aura toujours une valeur particulière pour les amateurs de Wayne Rooney.

Déjà connu pour ses exploits à Everton, le prodige anglais a explosé sur la scène internationale au Portugal. Avec quatre buts en quatre matches, le natif de Liverpool, qui n’a alors que 19 ans, a confirmé tous les espoirs placés en lui depuis des années.

Comme un symbole, il se blessa en quart de finale après 27 minutes de jeu alors que la sélection des Trois Lions menait 1 à 0. Orpheline de sa jeune perle, l’Angleterre ne pouvait pas aller plus loin et chuta aux penalties contre les Portugais. Quelques semaines plus tard, Manchester United a cassé sa tirelire pour se l’offrir. Sans regret…

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football