Meilleurs buteurs E2008

Meilleurs buteurs E2008

Meilleurs buteurs E2008

buteurs

lesbuteursMeilleur buteur Euro 2008 (4 buts)

david-villa-avait-remporte-le-titre-de-meilleur-buteur-en-2008-4-buts
David Villa EspagneEspagne

Meilleurs buteurs de l’Euro 2008

Année LP Pays Joueurs Buts
2008 Espagne Espagne David Villa but.png
sui Suisse Hakan Yakin 3 but.png
Turquie Turquie Semih Şentürk 3 but.png
Russie Russie Roman Pavlyuchenko 3 but.png
Allemagne Allemagne Lukas Podolski 3 but.png
Croatie Croatie Ivan Klasnić but.png
Espagne Espagne Daniel Güiza but.png
SWE Suède Zlatan Ibrahimović but.png
Pays-Bas Pays-Bas Robin van Persie but.png
Pays-Bas Pays-Bas Ruud van Nistelrooy but.png

 

David Villa, vainqueur et meilleur buteur de la Coupe du monde
Après avoir laissé éclater sa joie au Soccer City Stadium de Johannesburg, à l’issue de la victoire de l’Espagne au bout du suspense face aux Pays-Bas en finale du Mondial, David Villa, 28 ans, meilleur buteur (ex aequo) de la Coupe du monde, a partagé l’immense bonheur de ce premier sacre mondial ibérique avec sa famille, dans sa ville natale de Tuilla, dans les Asturies.

Auteur du doublé Euro(2008)-Coupe du Monde(2010) avec la Roja, dont il est le second meilleur buteur après l’incontournable Raul, le formidable attaquant que le Barça vient de s’offrir en l’arrachant au FC Valence a dû être accueilli en héros, à son retour, par Patricia, son épouse depuis 7 ans, et leurs deux filles, Zaida (4 ans) et Olaya (11 mois), prénommée d’après la femme de son coéquipier et ami Fernando Torres, qui se trouve être la meilleure amie de sa propre épouse, ainsi que tous les membres de sa famille.

Une sérénité familiale qui a de quoi lui faire oublier quelque peu l’embrouille dans laquelle il se trouve : José Luis Tamargo, son agent depuis 2003 et jusqu’en avril dernier, a saisi la justice espagnole, réclamant à l’attaquant 6 millions d’euros au motif de rupture unilatérale de contrat et affirmant que c’est lui qui a permis le départ de Villa du club valencian pour le Barça moyennant 40 millions d’euros…

Après avoir laissé éclater sa joie au Soccer City Stadium de Johannesburg, à l’issue de la victoire de l’Espagne au bout du suspense face aux Pays-Bas en finale du Mondial, David Villa, 28 ans, meilleur buteur (ex aequo) de la Coupe du monde, a partagé l’immense bonheur de ce premier sacre mondial ibérique avec sa famille, dans sa ville natale de Tuilla, dans les Asturies.

Espagne: David Villa, serial buteur de la Roja

Que ce soit en duo avec Fernando Torres ou désormais seul à la pointe de l’attaque espagnole, David Villa conserve la même constance du serial buteur, qui l’a conduit à devenir le deuxième meilleur réalisateur de l’histoire de la Roja (38 buts).

On pourrait croire que la blessure à un genou de Torres a bénéficié au néo-Barcelonais, propulsé unique avant-centre de l’Espagne pour le premier match du Mondial-2010, mercredi face à la Suisse à Durban (groupe H). Pourtant, qu’il soit seul ou associé à Torres, Villa réussit toujours à se démarquer. Souvent pour marquer.

« En raison de l’absence de Fernando (Torres, ndlr), nous avons joué nos matches de préparation avec un seul avant-centre, confirme Villa. Je ne dirais pas qu’on joue pour autant avec un seul attaquant car les joueurs évoluant sur les côtés sont très offensifs même s’ils n’ont pas le profil spécifique du buteur ».

« Le style de jeu de la « Selección » (ndlr: 4-1-4-1) n’est pas fait pour un buteur fixe qui attend le ballon mais pour un joueur en constante mobilité, qui propose des solutions aux milieux de terrain, qui change de position avec les autres attaquants, afin d’étirer le jeu », analyse ce joueur en mouvement perpétuel, qui ne rechigne pas à « descendre » chercher le ballon lorsque le match est fermé.

« Toute ma vie, j’ai joué avant-centre mais j’ai prouvé que je pouvais évoluer à d’autres postes de l’attaque et la sélection en a bénéficié », ajoute Villa. Et pour lui, peu importe « de jouer seul ou avec Fernando (Torres) ».

A 28 ans, il a inscrit 38 buts en 58 sélections et n’est qu’à six longueurs du record détenu par le Madrilène Raul, qui compte presque deux fois plus de capes (102).

« J’aimerais bien battre ce record », avoue Villa qui est, selon le journal économique espagnol « Expansión », donné favori par les bookmakers pour terminer meilleur buteur du Mondial-2010.

Sacré « pichichi » (meilleur buteur) de l’Euro-2008, avec 4 buts en autant de matches, malgré une blessure qui l’avait privé de la finale remportée contre l’Allemagne (1-0, but de Torres), Villa aborde le Mondial avec confiance. D’autant que, contrairement à l’an passé lors de la Coupe des Confédérations, sa situation en club a été réglée avant le Mondial, avec un transfert de Velence vers le FC Barcelone.

L’esprit enfin tranquille, mais toujours aussi déterminé, ce prédateur de buts attend de pied ferme l’entrée en lice contre la Suisse pour continuer d’écrire l’histoire et peut-être ramener la Coupe du monde à Tuilla, où il est né, dans les Asturies.

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football