Pays Hôte France-Villes E2016

Pays Hôte France-Villes E2016

Toulouse,ville d’hôte pour la France

Toulouse,ville d'hôte pour la France

Région: Midi-Pyrénées

Population: 439 550 habitants

Ambassadeur de l'UEFA EURO 2016 pour Toulouse :

Fabien Barthez (ancien international français)

Surnommée la Ville Rose en raison de ses murs ornés de brique en terre cuite, Toulouse est la capitale historique du Languedoc. Chef-lieu du département de la Haute-Garonne, elle compte près de 440 000 habitants à ce jour (hors agglomération), ce qui en fait la quatrième ville la plus peuplée de France. Elle est également appelée Cité de la Violette depuis le développement intensif de la culture de la fleur en question à partir du 19e siècle. Irriguée par la Garonne, Toulouse relie la ville de Sète grâce au Canal du Midi. L'initiative prise par Pierre-Paul Riquet au 17e siècle est depuis classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco, tout comme la Basilique Saint-Sernin, véritable chef-d’œuvre de l'art roman.

Siège social d'Airbus, cette ville du Midi est une capitale européenne de l'industrie aéronautique et spatiale, très prisée par de nombreux étudiants. Ils sont plus de 100 000 chaque année à venir s'instruire dans le bastion du rugby. En effet, le Stade Toulousain demeure à ce jour le club le plus titré du pays. La ville est également célèbre pour sa gastronomie et notamment le cassoulet. Toulouse symbolise l'art de vivre dans toute sa splendeur.

HISTOIRE

Bien avant l'installation romaine en 107 av. J-C, Toulouse occupait une place stratégique en terme d'échanges avec l'Espagne, l'Italie et le reste de la Gaule. Les Volques-Tectosages, qui occupaient les environs, ont d'abord été alliés des Romains, puis se sont révoltés de manière infructueuse. Sous Auguste, la ville devient un important centre administratif et militaire de la province narbonnaise. Les Gallo-Romains vont y édifier bon nombre d'édifices tels que des aqueducs et des bâtiments aujourd'hui détruits. Toulouse regroupe de nombreux bâtiments remarquables. Le plus connu est le Capitole, qui abrite l'hôtel de ville, la salle des Illustres, un opéra et un orchestre symphonique.

La célèbre place du même nom fait également partie des incontournables. La colonne vertébrale du centre-ville se situe autour de l'axe Cardo-Romain, le parcours idéal pour découvrir les lieux remarquables de la Ville Rose, avec des rues piétonnes tout au long du chemin. On y retrouve, entre autres, le trajet emprunté par l'évêque martyr Saturnin qui, en 250, a été traîné par un taureau, de la Basilique Saint-Sernin jusqu'au Capitole pour avoir refusé d'honorer l'empereur.

PERSONNALITÉS

  • Pierre-Georges Latécoère (1883-1943). Le grand instigateur de l'Aéropostale à Toulouse. L'entreprise qu'il a fondée en 1918 est devenue une multinationale. 
  • Claude Nougaro (1929-2004). Jazzman, poète puis chanteur, emblématique auteur de la chanson Ô Toulouse, la ville qu'il avait dans les veines.
  • Dominique Baudis (1947-2014). Digne successeur de son père à la mairie de Toulouse, il a contribué à l'essor de la ville entre 1983 et 2001.
  • Ticky Holgado (1944-2004). Célèbre pour son accent, le comédien est tristement décédé en pleine gloire. César du meilleur second rôle en 1992 et en 1996. 
  • Frédéric Michalak (1982). Rugbyman international formé au Stade Toulousain, il continue d'accroître son palmarès sous les couleurs du RC Toulon.

CURIOSITÉS

Toulouse c’est avant tout, un savant mélange entre gastronomie, sport, sciences et culture. Une ville où il fait bon vivre, qui accueille chaque année de nombreux nouveaux arrivants.

  • Panorama – Depuis le Quai de la Daurade vous pourrez admirer l’enfilade de ponts construits aux fils des siècles pour rattacher les deux rives de la Garonne. Pont des catalans, Pont Saint-Pierre, Pont-Neuf, l’Hôtel Dieu Saint Jacques et le château d’eau constituent un magnifique panorama illustrant au mieux l’expression de la Ville Rose.
  • Déjeuner – Les petites rues entrelacées à l’architecture remarquables reliant la place Esquirol à celle du marché des Carmes feront un parfait parcours pour vos déjeuners et dîners. On y trouve de nombreux établissement spécialisés dans la cuisine gasconne (cassoulet et canard sous toutes ses formes).
  • Balade – La cité toulousaine est largement ouverte aux nouvelles technologies et aux sciences. Aussi un parc entier situé en face de l’aérodrome Toulouse-Lasbordes est dédié à l’exploration spatiale. Grands comme petits trouveront en ce lieu de l’amusement comme de la découverte. Vous pourrez y expérimenter l’incroyable marche lunaire comme de vrais astronautes, conduire une mission spatiale ou visiter la réplique de la station Mir.
  • Parc – La ville regorge de parcs dans lesquels vous pourrez vous rafraîchir, faire une sieste ombragée. Le Jardin des plantes, le Jardin royal et le Grand-Rond constituent le poumon vert du centre-ville. On y trouve notamment le superbe Muséum d’histoires naturelles. Il est au carrefour du monde des sciences, de la culture, de la pédagogie, des enjeux et des questions de société.
  • Shopping – La rue Alsace-Lorraine et ses rues adjacentes paraissent toutes désignées pour être le coin shopping de la ville, des grandes enseignes aux boutiques plus "chic". C'est l'endroit idéal pour ramener différents souvenirs locaux.

TRANSPORT

Comment s'y rendre:

Véritable carrefour du sud-ouest de la France, Toulouse est une ville très accessible, quel que soit le moyen de transport emprunté. Toulouse possède un aéroport international (Blagnac) et une ligne de TGV, la reliant à Paris en 5h30. Longtemps à l’écart, Toulouse se place désormais au cœur du réseau autoroutier du grand sud-ouest. La Ville Rose est le point de départ de six autoroutes permettant de rejoindre les autres agglomérations régionales et les métropoles nationales.

Point de passage obligé entre la côte méditerranéenne et la façade atlantique, elle se situe sur l’itinéraire de l’Autoroute des Deux Mers qui relie Bordeaux à Narbonne. La portion Est (A61) passe à proximité de la cité médiévale de Carcassonne avant de rejoindre Narbonne. Le tronçon Ouest (A63) traverse Agen en direction de Bordeaux.

L’A20 permet de rallier Limoges et Paris en desservant au passage Montauban et Cahors. L’A64 (surnommée la Pyrénéenne) longe les vallées des Pyrénées jusqu’à Bayonne. Enfin l’A66, traverse Pamiers et Foix avant d’atteindre la frontière espagnole. Se déplacer en voiture en ville n’est pas forcément chose aisée. Le métro et le tram représentent l'alternative idéale pour rejoindre le centre et les différents quartiers de la ville. Le service de vélo partagé, Vélô Toulouse, permet de se balader dans le centre pour une somme modique.

Distances entre centre-villes, par autoroute si possible

Distance entre le Stade de Toulouse et…

  • Centre-ville : 3,5 km
  • Aéroport : 12 km

Se déplacer en ville et aux environs

  • La ville est desservie par trois lignes de métro (A,B et C), une ligne de tramway (T1), et un réseau de bus assez bien fourni. Le ticket de transport coûte 1,60 € et permet de circuler une heure (trois déplacements autorisés).
  • D'autres variantes sont également possibles : le Pass 1,2,3 jours (entre 5,5 et 10,5 €), voire le ticket 10 déplacements (13,40 € à partir du 1er septembre).

FOOTBALL

Le Toulouse Football Club, couramment abrégé en TFC, a été fondé en 1937. Le club est aujourd'hui présidé par Olivier Sadran, en poste depuis 2001. L'équipe première, entraînée par Alain Casanova dispute le championnat de Ligue 1 pour la onzième saison consécutive.

En 1957, Toulouse a obtenu son seul trophée majeur en remportant la Coupe de France face à Angers (6-3). Une fusion avec le Red Star 93 prive les Toulousains d'un TFC au plus haut niveau, pendant trois saisons. Il récupère une identité en 1970 et se nommera l'US Toulouse jusqu'en 1979, puis redeviendra définitivement le TFC, bénéficiant enfin d'un statut professionnel après des années de disette financière.

Il faudra attendre les années 1980 pour revoir un TFC compétitif, après une longue période d'incertitude. En effet, sous le commandement de Daniel Jeandupeux et de Jacques Santini, le club retrouve la coupe de l'UEFA et élimine notamment le grand Naples de Diego Maradona en 1986. Cela reste son plus grand exploit continental à ce jour. Face au Spartak Moscou au tour suivant, il réalise un grand match à domicile (3-1), avant de sombrer en URSS (1-5).

En 2000, le club est rétrogradé administrativement en National à la suite d'une sombre affaire de faux passeports, mais revient rapidement en Ligue 1 grâce à l'investissement à long terme d'un jeune président ambitieux, Olivier Sadran, et au bon travail d'Erik Mombaerts, qui ramènera Toulouse dans l'élite deux saisons plus tard. Élie Baup, dans la continuité en 2007, arrachera une troisième place en championnat, permettant au TFC de participer au tour préliminaire de la Ligue des Champions contre Liverpool (0-1;0-4).

Depuis, le club oscille en milieu de classement, renforçant chaque saison sa réputation de club formateur d'internationaux français. Très attaché aux valeurs fondamentales du football, ce dernier représente le club phare de la région Midi-Pyrénées, actif sur un large champ d'action.

Footballeurs 

  • Vincent Candela (1973) – Défenseur latéral champion du monde 1998, il s'est fait un nom au TFC avant d'exploser à Guingamp et surtout, en Italie à l'AS Roma.
  • Fabien Barthez (1971) – Gardien de but champion du monde en 1998, il a débuté sa carrière à Toulouse en 1992. Marseille, Monaco, Manchester United et Nantes ont été ses points de chute.
  • André-Pierre Gignac (1985) – Meilleur buteur de Ligue 1 avec 24 buts en 2009, l'attaquant martégal s'est révélé à Toulouse, au point d'être sélectionné quelques fois chez les Bleus.
  • Moussa Sissoko (1989) – Arrivé très jeune au TFC, il a patiemment gravi les échelons avant de rejoindre Newcastle en 2012 (Angleterre). Il a disputé la Coupe du Monde 2014 au Brésil.
  • Étienne Capoue (1988) – International lui aussi formé au TFC, il s'est illustré sous le maillot violet et joue désormais à Tottenham.

Le saviez-vous ?

Lors de son unique victoire en Coupe de France en 1957, Toulouse a disputé la finale la plus prolifique de l'histoire de la compétition, en battant Angers sur le score de 6 buts à 3.

AUTRES SPORTS

Ville hôte des demi-finales du Top 14 en 2012, Toulouse abrite le siège du club le plus titré de France en rugby à 15 : le Stade Toulousain (19 titres de champion et 4 Coupes d'Europe). D'autre part, la ville obtient de très bons résultats en handball, en volley-ball, en rugby à 13 et en basket féminin. La natation tient également une part importante. En effet les Dauphins du TOEC fournissent chaque année la délégation française pour les championnats internationaux et les Jeux olympiques.

Saint-Etienne,ville d’hôte pour la France

Saint-Etienne,ville d'hôte pour la France

Région : Rhône-Alpes

Population : 180 000 habitants ; 400 000 dans la Communauté d'Agglomération

Ambassadeur de l'UEFA EURO 2016 pour Saint-Étienne :

Jérémie Janot (ancien gardien de l'AS Saint-Étienne, 1996-2012)

Ville aux sept collines (comme Rome, Lisbonne ou Nîmes), Saint-Étienne est l'une des agglomérations les plus élevées d'Europe (le centre-ville culmine à environ 500 mètres) et peut être envahie par la neige en hiver. Mais la région stéphanoise compense cette dureté du climat par la chaleur avérée de ses habitants.

Longtemps connue comme étant la "ville de l'arme, du cycle et du ruban" (elle fut même surnommée Armeville durant la Révolution française), Saint-Étienne est actuellement engagée dans un vaste programme de rénovation urbaine visant à conduire la transition du stade de cité industrielle héritée du XIXe siècle à celui de "capitale du design" du XXIe siècle.

Cette démarche a été reconnue avec l'entrée de Saint-Étienne dans le réseau des villes créatives UNESCO en 2010 (elle est la seule en France). En quelques années, Saint-Étienne s’est transformée en profondeur, comme en témoignent les aménagements des quartiers de la gare de Châteaucreux. Enfin, comment ne pas évoquer le football et les fameux Verts à chaque fois que l’on parle de Saint-Étienne ? Comme à Lens ou à Marseille, cette passion est une véritable religion.

HISTOIRE

La légende rapporte qu'au temps des Romains, la bourgade portait le nom de Furanum, du nom du Furan, la rivière qui la traverse. Ce nom se serait changé en Furania, nom qu'elle aurait porté jusqu'au Moyen Âge. Berceau de la révolution industrielle en France, Saint-Étienne s'est développée à travers ses industries ouvrières et métallurgiques. Elle devient au tout début du XIXe siècle le bassin houiller le plus important de France et le cadre du premier chemin de fer français.

Depuis les années 1970, les industries stéphanoises ont connu de nombreuses difficultés et la ville a vécu un important repli économique et démographique. Le football a servi d'échappatoire. Club de légende, l'AS Saint-Étienne fait partie intégrante de la ville. Ses habitants s'identifient énormément aux Verts tandis que le "Chaudron" tente à nouveau de bouillir très fort. Saint-Étienne ne manque pas de dynamisme, notamment sur le plan culturel. La salle "Le Fil" met en exergue les musiques actuelles. Depuis 2008, elle est la seule ville de Rhône-Alpes à disposer d'un Zénith.

PERSONNALITÉS

  • Jules Massenet, compositeur (1842-1912) – Parmi les œuvres les plus célèbres de cet ami de Franz Liszt : Manon (1882), Werther (1892) ou Thaïs (1894).
  • Aristide Briand, homme politique (1862-1932) – Député de Saint-Étienne de 1902 à 1919, vingt fois ministre et Prix Nobel de la Paix en 1926.
  • Geoffroy Guichard, industriel (1867-1940) – Fondateur du Groupe Casino, le principal investisseur dans l'ASSE, il a donné son nom au stade.
  • Muriel Robin, humoriste (né en 1955) – Véritable show-woman, elle est aussi comédienne dans de nombreux films et scénariste. ● Mickaël Furnon, chanteur (né en 1970) – Leader du groupe Mickey 3D rendu célèbre par sa chanson sur Johnny Rep. 

CURIOSITÉS

  • Parc – Pour le footing matinal, le parc des sports de l'Étivallière jouxte le stade Geoffroy-Guichard. Ce complexe regroupe de nombreux terrains de sports, dont le stade de rugby. Si vous préférez vous dépenser en indoor, optez pour le complexe Soccer 5, dédié au foot à 5, lui aussi à deux pas du "Chaudron", sans oublier de faire un tour au musée des Verts.
  • Musée de la mine – Nommé "Puits Couriot/Parc Musée de la Mine", il est installé dans les bâtiments du dernier puits stéphanois (fermé en 1973), au 3 Rue du Maréchal Franchet d'Esperey, à 10 minutes à pied du centre-ville. Il propose la visite d'une galerie reconstituée et des bâtiments de l'ancien site minier : le grand lavabo, la salle des machines et la lampisterie. Le site est également le cadre de spectacles vivants, projections de films et festivals.
  • Balade – Pour fuir la chaleur, offrez-vous une croisière dans les gorges de la Loire au fil d’une escapade alliant nature et culture à bord du bateau Le Grangent. Il part du port de Saint-Victor-sur-Loire, à 13 km à l'ouest de Saint-Étienne (la seule ville de France à avoir un port intérieur d’eau douce). Dépaysement assuré.
  • Shopping – À quelques encablures de la Place de l'hôtel de ville, la Place du peuple regroupe les principaux points de shopping de Saint-Étienne ainsi que les rues aux alentours : Alsace-Lorraine, Michelet ou Général Foy, dans laquelle vous tomberez sur la boutique des Chocolats Weiss, l'une des spécialités de la ville.
  • Sortir – La rue des Martyrs de Vingré (piétonne) est le repère des noctambules pour aller boire un verre dans une ambiance très british et donc très foot. Pour se restaurer, pizzerias et restaurants à la cuisine raffinée avec terrasse ne manquent pas. Ensuite, direction Place neuve pour poursuivre la nuit très tard.

TRANSPORT

Comment s’y rendre

  • Saint-Étienne est au centre d’un réseau de communication performant et diversifié. En voiture, en train ou en avion, les moyens de transports pour accéder à la ville sont nombreux. Saint-Étienne est au cœur des grandes infrastructures routières.
  • À 10 minutes du centre-ville, on peut rejoindre différentes autoroutes : l'A72 vers Clermont et l'A47 vers Givors qui permet ensuite de relier l'A6 Lyon/Paris et l'A7 Lyon/Marseille, et l'A89 Genève/Bordeaux. En voiture, Lyon est à moins d'une heure, Marseille à un peu plus de 3 heures.
  • La Gare TGV Saint-Étienne-Châteaucreux permet de rejoindre Paris en 2h40 grâce à 4 liaisons par jour par TGV direct.
  • Par ailleurs, Lyon/Saint-Étienne est la première liaison ferrée TER de France et offre une fréquence toutes les 15 minutes en heure de pointe, pour rejoindre la gare de Lyon Part-Dieu en 40 minutes.
  • Saint-Étienne se trouve à proximité immédiate de deux aéroports : l'aéroport d'Andrézieux-Bouthéon à 20 minutes, qui propose des vols charters et low cost (avec parking gratuit), et celui de Lyon Saint-Exupéry à 60 minutes. Cette dernière option place Saint-Étienne à moins de 2 heures de plus de 100 métropoles européennes.

Distances entre centre-villes, par autoroute

Distance entre le Stade Geoffrey Guichard et…

  • Centre-ville : 4 km
  • Aéroport (Lyon) : 70 km Se déplacer en ville et aux environs Geoffroy-Guichard est le seul grand stade français inséré en pleine ville, à moins de deux kilomètres de l’hyper-centre. Il est très proche de deux gares SNCF, d'une ligne de tramway et de plusieurs lignes de bus.
  • L'ensemble de la ville est desservi par 3 lignes de tram et 74 lignes de bus. Les billets s'achètent dans les kiosques, magasins et boutiques arborant le logo STAS avec plusieurs formules possibles. Saint-Étienne est dotée de vélos en libre service, les VéliVert.

FOOTBALL

Fondée au sein d'une région ouvrière, l'AS Saint-Étienne trouve ses origines parmi des travailleurs. Elle naît précisément en tant que section sportive de l'"Amicale des employés de la Société des magasins Casino", une organisation créée en 1912 par le groupe Casino, basé à Saint-Étienne. Celle-ci reprend à son compte la couleur verte de la chaîne d'épicerie. destinées du club qui se construit un palmarès unique en France.

Dans les années 1970, toute la France se prend d'admiration pour les Verts dont l'épopée est ponctuée par une mémorable finale de Coupe d'Europe des clubs champions. La défaite face au FC Bayern Munchen (1-0) ne les a pas empêchés de descendre les Champs-Élysées dans une véritable liesse populaire. Malgré l'arrivée de Michel Platini, un dernier titre de champion en 1981 et quelques coups retentissants sur la scène européenne (6-0 devant le PSV Eindhoven, par exemple), ces moments de gloire font rapidement place à une période beaucoup plus terne.

La fameuse affaire de la caisse noire entraîne un cataclysme au sein du club qui est relégué en deuxième division en 1984. Durant plus de vingt ans, entre successions de présidents et d'entraîneurs, menace de dépôt de bilan et une nouvelle affaire, celle des "faux passeports", les Verts font le yo-yo entre l'élite et la D2 et ne vivent qu'à travers la mémoire de leur passé. En 2004, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer rachètent le club. L'équipe remonte enfin durablement en Ligue 1 et s'appuie de nouveau sur une formation de qualité à travers l'éclosion de Loïc Perrin, Faouzi Ghoulam, Kurt Zouma ou Joshua Guilavogui.

Depuis quatre ans, l'ASSE mise sur la stabilité financière, via une politique de salaires axés sur les performances, et sportive. Sous la houlette de Christophe Galtier, les Verts ont fini successivement 10es, 7es, 5es et 4es. Et veulent à nouveau briller en Europe.

AS Saint-Etienne Stade Geoffroy-Guichard

Anciens footballeurs

  • Aimé Jacquet (1941) – Ancien capitaine des Verts, il est le sélectionneur de l'équipe de France sacrée championne du monde en 1998
  • Dominique Rocheteau (1955 ) – Surnommé "L'Ange vert", il est le symbole de l'épopée de 1976 en Coupe d'Europe. Il est aujourd'hui vice-président du club.
  • Michel Platini (1955) – Le président de l'UEFA a été sacré champion de France en 1981 avant de rejoindre la Juventus un an plus tard.
  • Laurent Blanc (1965) – L'actuel entraîneur du Paris-Saint-Germain, champion du monde 98, est resté deux saisons à l'ASSE (1993-95).
  • Willy Sagnol (1977) – L'actuel coach de Bordeaux est le dernier pur produit du centre de formation à avoir réussi à l'étranger (au FC Bayern Munchen).

Le saviez-vous ?

L’AS Saint-Étienne détient toujours le record du nombre de titres de champion de France (10) même si le dernier date de 1981.

AUTRES SPORTS

Saint-Étienne, qui a été hôte de l'UEFA EURO 1984, de la Coupe du Monde de la FIFA 1998 ou encore de la Coupe du Monde de rugby 2007, accueille régulièrement le Tour de France cycliste : les 17 et 18 juillet derniers, elle a été ville-étape pour la 25e fois, ce qui la place sur le podium au classement de cette catégorie derrière Pau et L'Alpe-d'Huez. Chaque année, le Parc-Expo de Saint-Étienne est le théâtre du départ de la SaintéLyon, course nocturne de plus de 70 km qui, début décembre, relie les deux villes.

Saint-Denis,ville d’hôte pour la France

Saint-Denis,ville d'hôte pour la France

saint-denis-ville-euro-2016

Région : Île-de-France

Population : 110 000 habitants

Ambassadeurs de l'UEFA EURO 2016 pour Saint-Denis

steve-marlet-ambassadeur-euro-2016-st-denis

Steve Marlet (ancien attaquant international, et directeur sportif du Red Star FC)-Grand Corps Malade (slammeur)

Marlet et Grand Corps Malade ambassadeurs

L'ancien attaquant Steve Marlet et le slammeur Grand Corps Malade ont été nommés ambassadeurs de Saint-Denis pour l'EURO. L'ancien attaquant de l'équipe de France Steve Marlet et l'artiste Grand Corps Malade ont été nommés ambassadeurs de l'UEFA EURO 2016 pour la ville de Saint-Denis. Marlet a été sélectionné à 23 reprises pour les Bleus, marquant trois de ses six buts internationaux au Stade de France à Saint-Denis.

Il figurait dans le groupe pour l'UEFA EURO 2004, où la France atteignait les quarts de finale, et a brandi la Coupe des Confédérations de la FIFA en 2001 et 2003. Vainqueur de la Ligue 1 avec l'Olympique Lyonnais en 2000/01, Marlet a également porté les couleurs de l'Olympique de Marseille, de l'AJ Auxerre, du VfL Wolfsburg, du FC Lorient du Fulham FC de Jean Tigana.

Désormais âgé de 41 ans, il est l'entraîneur du Red Star FC, le club de Saint-Denis, en troisième division française. Fabien Marsaud, alias Grand Corps Malade, est un chanteur récompensé de nombreux prix qui a placé quatre albums dans le top cinq dans son pays. Il a grandi à quelques kilomètres du Stade de France.

Ambassadeurs de l'UEFA EURO 2016

  • Bordeaux : Alain Giresse, Emmanuelle Grizot
  • Lille : Vahid Halilhodžić, Mat Bastard
  • Lyon : Wendie Renard, Thierry Frémaux
  • Nice : Daniel Bravo
  • Saint-Denis : Steve Marlet, Grand Corps Malade
  • Saint-Étienne : Jérémie Janot
  • Toulouse : Fabien Barthez

Troisième ville d'Île-de-France après Paris et Boulogne-Billancourt, Saint-Denis ne laisse pas indifférent, tant sa personnalité est singulière. La ville natale du célèbre poète Paul Éluard s'enracine à la fois dans l'Histoire de France autour de la Basilique Saint-Denis, premier chef-d’œuvre monumental de l'art gothique où sont enterrés tous les rois de France, et dans la mémoire du mouvement ouvrier, nourrie par des migrations successives. Multiculturelle, populaire et ouverte sur le monde, Saint-Denis se relève aujourd'hui de la désindustrialisation avec un dynamisme symbolisé par le Stade de France, joyau architectural et technologique, ou encore la Cité du cinéma initiée par Luc Besson, véritable carrefour de l'industrie cinématographique européenne.

Les Dyonisiens, tels que sont appelés les habitants de Saint-Denis, aiment cultiver leurs valeurs humaines et ont accueilli en 2003 le deuxième Forum social européen. C'est aussi à Saint-Denis qu’a été adoptée en 2000 la Charte européenne pour la sauvegarde des Droits de l'Homme dans la ville, signée par plus de 350 villes européennes. Grande ville la plus “jeune" de France, Saint-Denis représente la cité du futur, entre sauvegarde de son patrimoine, modernité et grands projets.

MA-Saint-Denis-Louis-XVI

HISTOIRE

"Ville des rois morts et du peuple vivant", selon la formule du poète Jean Marcenac, Saint-Denis est un livre d'histoire à ciel ouvert, avec comme plus beau symbole sa Basilique célébrant Saint-Denis, premier évêque de Paris, décapité en 280.

Ville médiévale, nécropole royale, haut lieu de la révolution industrielle puis grande ville ouvrière, elle a évolué en profondeur et s'est toujours adaptée aux enjeux de son temps. Après la Libération, Saint-Denis a connu, comme l'ensemble du pays, un important développement économique, marqué notamment par la présence d'une grande variété d'industries. Passé le choc du déclin économique des années 1970, Saint-Denis vit depuis 30 ans une mutation sans précédent. Aucune autre ville francilienne n'a enregistré une telle croissance démographique.

Depuis l'inauguration du Stade de France en 1998, la troisième ville d'Île-de-France est au centre de toutes les attentions. Dynamique et regardant sans cesse vers le futur, Saint-Denis sait également prendre soin de son patrimoine, comme le démontre son superbe musée d'art et d'Histoire. À seulement 5 stations de métro de Paris…

PERSONNALITÉS

  • Paul Éluard, poète (1895-1952) – Pilier du surréalisme, il a fait de la poésie un art de vivre.
  • Joey Starr, rappeur et comédien (1967)  Leader du groupe NTM, il s'est lancé avec succès dans la comédie.
  • Grand corps malade, chanteur (1977) Il a popularisé le slam en France et remporté deux Victoires de la musique.
  • Le comte de Bouderbala, humoriste (1979) – Ancien international algérien de basket-ball, il s'est lancé avec succès dans l'art du stand-up.
  • Christophe et Fabrice Tiozzo, boxeurs (1963) (1969) – Ils ont dominé la boxe mondiale dans les années 1990.

CURIOSITÉS 

Panorama – Incontournable du patrimoine de Saint-Denis, la visite du Stade de France (tarif : 15 euros) vous permettra de découvrir le quartier de la Plaine, en plein essor. Pour ressentir l'âme de la ville et prendre un peu de hauteur, rendez-vous dans le centre historique pour admirer la Basilique de Saint-Denis, et, tout proche, le Musée d'art et d'Histoire.

Déjeuner – Autour du Stade de France ou en centre-ville près de la Basilique, vous trouverez un grand choix de restaurants s'adaptant à tous les budgets. La gastronomie à Saint-Denis est à l'image de sa population : variée et pluriethnique.

Saint Denis - La Basilique

Balade – Situés à environ 300 mètres de la Basilique de Saint-Denis, les bâtiments de l’ancien carmel abritent depuis 1981 le Musée d’art et d‘Histoire. Quelques secondes à pied vous suffiront ensuite pour admirer l'Hôtel de ville puis déambuler sur le célèbre Marché de la Place Jean Jaurès fort de ses 300 commerçants (ouvert les mardi, vendredi et dimanche jusqu'à 15h).

Parc – Créé en 1998, le jardin Pierre de Montreuil jouxte la Basilique. Un autre parc vaut le détour : il s'agit des jardins Wilson, une promenade plantée de 1 300 mètres où se succèdent aujourd'hui bancs, pelouses et jeux d'enfants.

Vestiges – Avec ses moulages, sa corniche et sa balustrade en béton, la maison Coignet, située 72 rue Charles Michels, est la plus vieille maison en béton de France et reste encore aujourd'hui une pièce maîtresse de l'histoire mondiale de l'architecture.

Shopping – Le centre-ville de Saint-Denis est entièrement piéton et très attractif, notamment autour de ses deux axes principaux que sont les rues de la République et Gabriel Péri. Vous y trouverez plus de 150 boutiques et un centre commercial, le Basilique, comprenant une grande surface et une galerie de 85 boutiques.

TRANSPORT

metro-st-denisLe métro de Paris dessert Saint-Denis

Comment s’y rendre

En voiture, en train ou en avion, les moyens de transport pour accéder à Saint-Denis sont nombreux. Située dans le nord parisien, à moins d'1h30 des grandes capitales européennes, Saint-Denis bénéficie d'une excellente desserte aérienne grâce à l'aéroport international de Roissy Charles de Gaulle.

Cette plaque tournante des échanges internationaux est complétée par l'aéroport de Paris Le Bourget avec l'aviation d'affaires.             Les réseaux à grande vitesse de la gare de Paris-Nord            (TGV Nord, Eurostar, Thalys) et la gare d'interconnexion TGV/RER  de l'aéroport Roissy Charles de Gaulle permettent de relier de nombreuses villes de France et d'Europe.

Saint-Denis est également parcourue par un réseau autoroutier dense (A1, A3, A4, A86), et par de nombreuses lignes de métros, bus et tramway qui la placent à proximité immédiate de Paris. Depuis la capitale, le plus simple est de venir à Saint-Denis en métro, en empruntant la ligne 13. Pour rallier le centre-ville, descendez à l'arrêt "Basilique de Saint-Denis". Pour le Stade de France, l'arrêt "Saint-Denis-Porte de Paris" est le plus proche. L'autre option est d'emprunter le RER B (station La Plaine-Stade de France) ou le D (station Stade de France-Saint-Denis).

Distances entre centre-villes, par autoroute si possible

Se déplacer en ville et aux environs :

La ville est traversée par les lignes 12 et 13 du métro de Paris. Elle compte ainsi 5 stations de métro, 3 stations de RER, 2 lignes de tramway, mais également 17 lignes de bus permettant de rejoindre facilement la capitale et les autres villes d’Île-de-France. Comme à Paris, les billets s'achètent dans les stations de métro ou RER, mais aussi dans de nombreux commerces de proximité (tabac, presse). Le ticket à l'unité s'élève à 1,70 euro.

La grande histoire entre Saint-Denis et le football a démarré le 6 septembre 1995, lors de la pose de la première pierre du Stade de France, dans le quartier de la Plaine. Imaginée par quatre architectes français (Michel Macary, Aymeric Zubléna, Michel Regembal et Claude Constantini), cette enceinte de 80 000 places fut construite dans l'objectif d'accueillir la finale de la Coupe du monde 1998.

Après une inauguration en grande pompe en janvier 1998, lors du match amical France-Espagne (1-0), remporté par les Bleus grâce à un but de Zinédine Zidane, premier joueur de l'histoire à marquer dans ce stade, la magie va opérer.

Trois matches vont marquer l'histoire du Stade de France et de la sélection tricolore : le 3 juillet, la France élimine l'Italie au bout du suspense (4 tirs au but à 3), puis elle se qualifie pour la finale en éliminant la Croatie (2-1) cinq jours plus tard. Le 12 juillet, comme dans un rêve, l'équipe de France est sacrée championne du monde, au terme d'une finale mémorable face au Brésil de Ronaldo (3-0). Cette rencontre, marquée par un doublé de Zinédine Zidane, va donner au pays l'occasion de vivre des instants euphoriques, entre moments de liesse et célébration d'une France "Black-Blanc-Beur".

Le Stade de France, qui a accueilli depuis son inauguration 76 matches des Bleus, est souvent considéré comme le porte-bonheur de la sélection nationale, qui n'y a perdu que 11 fois. La dernière rencontre à haute intensité a eu lieu le 19 novembre 2013, les Bleus de Didier Deschamps s'imposant 3-0 face à l'Ukraine et obtenant au terme d'un match fou leur billet pour le Mondial 2014 au Brésil. En 2016, le Stade de France accueillera la finale de l'UEFA EURO 2016. Une nouvelle occasion pour Saint-Denis et les 1 000 licenciés de son club phare, le SDUS, de vivre d'intenses moments de bonheur.

stade-france1

Stade de France Stade de France

Footballeurs

  • Azzedine Meguelatti (1960) – Ancien coach du FC Istres, il manage aujourd'hui deux clubs : le Racing Levallois et l'UJA Alfortville.
  • Olivier Thomas (1974) – Vainqueur de la Coupe Intertoto en 2001 avec Troyes, il est aujourd'hui agent de joueurs.
  • Grégory Cerdan (1982) – Défenseur central aujourd'hui à Guingamp, il fut l'un des piliers du Mans entre 2003 et 2011.
  • Jonathan Kodjia (1989) – Après six saisons à Reims et de nombreux prêts, l'attaquant d'origine ivoirienne a signé à Angers.
  • Jean-Christophe Bahebeck (1993) – Champion du monde avec les U20, l'attaquant du PSG a été prêté l'an dernier à Valenciennes. 

Le saviez-vous ?

  • Chaque année, plus de 80 000 personnes visitent le Stade de France, afin de fouler la pelouse des champions du monde 1998.

AUTRES SPORTS

  • Saint-Denis a accueilli en 2007 la Coupe du Monde de rugby avec à la clé une belle finale entre l'Angleterre et l'Afrique du Sud, remportée par les Springboks.
  • La ville accueille également chaque année le Tournoi des Six Nations au Stade de France ainsi que le meeting international AREVA d'athlétisme.
  • Chaque année depuis 1993 a lieu au mois d'octobre à Saint-Denis la Voie royale, un semi-marathon international réunissant plus de 3 500 coureurs, 350 bénévoles et 23 associations.
  • Aujourd'hui, plus d'un Dyonisien sur 10 est inscrit dans un club de sport.

Paris,ville d’hôte pour la France

Région : Île-de-France

Population : 2,25 millions, 12, 29 millions d’habitants en agglomération

Unique, éternelle et romantique, Paris est magique. Ville Lumière, tantôt gallo-romaine, tantôt médiévale, classique, moderne ou résolument contemporaine, Paris, choisie comme capitale française par Clovis en 508, est un joyau classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ses atouts sont très nombreux et spectaculaires : la Tour Eiffel, Notre-Dame, le Louvre, les Invalides, le Sacré-Coeur, l'Arc de Triomphe, l'Opéra, la Seine, les Champs-Élysées, la Bastille… Autant de sites culturels chargés d'histoire qui font le bonheur de 45 millions de touristes faisant halte chaque année dans la capitale du luxe et de la mode pour faire de Paris la ville la plus visitée du monde.

Avec Tokyo, la ville du baron Haussmann, parsemée d'une multitude de restaurants classés au Guide Michelin, est ce qui se fait de mieux en terme de haute gastronomie mondiale. Paris, c'est aussi la ville aux 16 lignes de métro, aux 20 arrondissements en perpétuel changement, la ville de ceux qui l'habitent et y travaillent. Une grande ville sportive, dotée du quatrième plus grand stade français, le Parc des Princes, et d'une équipe de football emblématique et très médiatique : le Paris Saint-Germain.

D’abord connue sous le nom gallo-romain de Lutèce, Paris, appellation évoquant la principale tribu celte occupant le secteur à partir du IIIe siècle av. J.-C., est nommée capitale en 508, par Clovis, roi de Francs, après l'effondrement de l'Empire romain. Sous les Capétiens, Paris continue de prospérer et de se développer, donnant notamment naissance à la Sorbonne, l’un des centres d’enseignement les plus prestigieux au monde.

Réputé pour l'architecture de ses avenues dont la plus célèbre se nomme les Champs-Élysées, le Paris d’aujourd’hui a été façonné au 19e siècle par le Baron Haussmann, mandaté pour reconstruire la ville après la Commune, un sanglant épisode insurrectionnel. Puis vint la période de l'Exposition universelle de 1889 pour laquelle est construite la Tour Eiffel, symbole de Paris. La prise de la Bastille ou encore Mai 68 ont, au fil du temps, placé la ville au cœur des évènements qui ont marqué l'histoire de la France. Capitale d'hier et d'aujourd'hui, Paris est pluriethnique et avant-gardiste. Elle jouit d'un rayonnement artistique et culturel sans égal dans le monde entier.

PERSONNALITÉS

  • Jean-Baptiste Poquelin dit Molière, dramaturge (1622-1673) Emblème de la langue française et auteur des pièces les plus jouées dans l'Hexagone.
  • Pierre de Coubertin, historien (1863-1937) Militant pour l'introduction du sport à l'école, il a redonné vie aux Jeux olympiques en 1894.
  • Simone de Beauvoir, philosophe (1908-1986) Compagne de Jean-Paul Sartre, elle est le symbole du féminisme.
  • Charles Aznavour, auteur-compositeur-interprète et comédien (né en 1924) L'homme aux 1000 chansons et aux plus grands succès planétaires.
  • Catherine Deneuve, comédienne (1943) Artiste chic et engagée, elle est l'une des meilleures actrices de sa génération.

CURIOSITÉS

  • Panorama – De nombreux spots permettent d'avoir une magnifique vue d'ensemble sur la capitale. À commencer par la Tour Eiffel. Son ascension se fait par les escaliers (en accès libre jusqu'au 2e étage) ou par des ascenseur. Pour atteindre le sommet (276m), il faut changer d'ascenseur au 2e étage et l'accès devient payant. La basilique du Sacré Cœur, qui surplombe la Butte Montmartre, offre également une vue de Paris à couper le souffle.
  • Déjeuner – Le quartier historique du Marais offre, entre petites places et ruelles étroites, une grande variété de restaurants et cafés. Vous y trouverez notamment des brasseries typiquement parisiennes. N'hésitez pas à visiter le célèbre Marché des enfants rouges et laissez-vous tenter par l'une de ses nombreuses échoppes.
  • Balade – Incontournable lors d'un séjour à Paris, il faut profiter d'une visite en bateau sur la Seine. Les circuits durent en général 60 minutes, en anglais ou français dans le texte. Nombreux départs au pied de la Tour Eiffel. Tarif : 13 euros.
  • Parc – Le jardin des Tuileries, qui sépare le Musée du Louvre de la place de la Concorde, est un lieu de promenade et de culture pour Parisiens et touristes où les statues de Maillol côtoient celles de Rodin. Ouvert de 7h à 23h en juin, juillet et août.
  • Musées – Doté d'une pyramide de verre emblématique, le Musée du Louvre est un incontournable du Paris culturel. C'est le musée d'art et d'antiquités le plus visité du monde. On y trouve notamment : La Joconde de Léonard de Vinci. Entrée : 16 euros.
  • Shopping – Entre l'Opéra Garnier et la Gare St-Lazare, le boulevard Haussmann abrite les traditionnelles grandes enseignes commerciales mais aussi et surtout les Galeries Lafayette et le Printemps, symboles du shopping "à la Parisienne", entre raffinement, architecture réputée et service de qualité.

TRANSPORT

Comment s’y rendre Capitale française, Paris est au centre d’un réseau de transport extrêmement performant et diversifié. En voiture, en train ou en avion, il est très facile d'accéder à la Ville Lumière.

La Gare du Nord Paris est au centre d'un réseau autoroutier dense de plus de 800 km qui la relie à toutes les grandes villes de France (A1, A3, A4, A6, A10, A13, A15) et aux grandes villes européennes. En arrivant, empruntez le périphérique, une voie rapide de 35 kilomètres qui permet de circuler autour de la capitale. Trente "portes" d’entrée desservent les différents quartiers de Paris.

Avec 6 gares en centre-ville (gare de Lyon, gare St-Lazare, gare Montparnasse, gare de l'Est, gare du Nord, gare d'Austerlitz), Paris est la capitale la mieux desservie d'Europe. Il vous faudra 3 heures de TGV pour rallier Marseille, 2 pour aller à Lyon. En Thalys, vous pourrez rejoindre Amsterdam en 3h et Bruxelles en 1h20, tandis que Londres n'est qu'à 2h15 en Eurostar.

La capitale compte deux aéroports : le Roissy-Charles-De-Gaulle, 7e aéroport mondial, qui dessert 315 villes, et Orly, qui relie Paris à 60 pays.

Distances entre centre-villes, par autoroute si possible

Distance du Parc des Princes au…

  • Centre-ville : 8km
  • Aéroport d'Orly : 18km
  • Aéroport de Roissy : 35km

Se déplacer en ville et aux environs : Créé en 1900, le métro de Paris compte aujourd'hui 16 lignes. Idéalement desservie, la capitale compte également 5 lignes de RER, quatre lignes de tramway et plus de 300 lignes de bus.

  • Taxis et vélos font également partie intégrante des transports parisiens. Les billets s'achètent principalement dans les stations de métro et les gares de RER, mais aussi dans de très nombreux commerces de proximité (presse et tabac). Plusieurs formules sont possibles. Le ticket à l'unité coûte 1,70 euro.

FOOTBALL

Créé le 12 août 1970 grâce à 20 000 souscripteurs désireux de voir naître un grand club de football dans la capitale, le Paris Saint-Germain FC, le club phare de la ville, est issu de l'union avec le Stade Saint-Germain, fondé en 1904. Depuis 1974, le PSG s'est stabilisé au plus haut niveau hexagonal, détenant le record du nombre de saisons consécutives en élite (40). Présidé par le créateur de mode Daniel Hechter, le PSG ne remporte aucun trophée à ses débuts, et doit attendre l'arrivée à sa tête de Francis Borelli pour s'offrir ses premiers titres majeurs : deux Coupes de France consécutives (1982, 1983) et un Championnat (1986).

Résistant au Matra Racing qui, entre 1984 et 1989 fait le maximum pour lui ravir sa position de numéro 1 dans la capitale, le PSG connaît un gros coup de pompe dans sa gestion à la fin des années 1980. Mais il est relancé grâce à son rachat par la chaîne TV Canal +. De grands joueurs tels Valdo, Ginola, Weah, Raï ou Djorkaeff, vont se succéder et permettre au club francilien de gagner des titres, dont une Coupe des Coupes en 1996. Le PSG reste à ce jour avec l'OM l'une des deux seules équipes françaises à avoir remporté une Coupe d'Europe.

Après des années 2000 en dents de scie, le Paris a été racheté en 2011 par le groupe Qatar Sports Investments. De Thiago Silva à Ibrahimović en passant par Cavani et David Luiz, les stars se comptent aujourd'hui à la pelle dans le vestiaire parisien, sous la houlette des plus grands entraîneurs (Carlo Ancelotti, Laurent Blanc). Les deux récents titres de champions de France consécutifs ne font pas oublier l'objectif suprême fixé par le président Nasser Al-Khelaïfi : remporter la C1 d'ici 2016. Le PSG peut aussi compter sur ses filles. Vice-championnes de France en 2011, 2013 et 2014, elles vont elles aussi disputer la Ligue des champions en 2014

Paris Saint-Germain

Footballeurs

  • Michaël Ciani (1984) – Ce défenseur international français, passé par Lorient et Bordeaux, évolue aujourd'hui à la Lazio Rome.
  • Lassana Diarra (1985) – Infatigable récupérateur, il a remporté de nombreux titres avec le Real Madrid avant de filer en Russie. 
  • Louis Saha (1978) Formé au FC Metz, cet attaquant aujourd'hui retraité a fait une très belle carrière en Angleterre.
  • Sébastien Bassong (1986) Ce défenseur international camerounais passé par Metz évolue aujourd'hui à Norwich City en Championship.
  • Mamadou Sakho (1990) Aujourd'hui à Liverpool, il rejoint le PSG à l'âge de 12 ans pour y rester jusqu'en 2013.

Le saviez-vous ?

L'international bulgare du FC Barcelone Hristo Stoïchkov, meilleur buteur européen en 1990, a signé un contrat à Paris l'été 1992, avant de faire volte-face.

AUTRES SPORTS

Paris vibre pour le tennis et accueille chaque année l'un des quatre tournois du Grand Chelem, le tournoi de Roland Garros, fin mai début juin. La capitale est aussi au centre de toutes les attentions le dernier dimanche de janvier avec la prestigieuse course hippique du Prix d'Amérique, à Vincennes. En juillet, arrive le temps du Tour de France et de son arrivée sur les Champs-Élysées depuis 1975. Paris brille également avec plusieurs clubs de haut niveau en rugby (le Stade Français), en basket-ball (Paris-Levallois, champion de France 2013) et en volley-ball (Paris-Volley).

Nice,ville d’hôte pour la France

Région : Provence-Alpes-Cote d'Azur

Population : 344 064 habitants

Ambassadeur de l'UEFA EURO 2016 pour Nice

Daniel Bravo (ancien international français)

Fondée par les Grecs au Ve siècle av. J-C, Nikaïa (la Victorieuse) devient un comptoir commercial. Les Romains fondent ensuite la cité de Cemenelum (Cimiez), qui sera rattachée administrativement à Rome en 211. Ville frontière (avec l'Italie), Nice a changé de souveraineté à plusieurs reprises. Elle a été ainsi successivement provençale, savoyarde, piémontaise puis, enfin, française

C'est une ville dont le développement a été très rapide et dû essentiellement au tourisme. Capitale de la Côte d'Azur, cinquième ville de France, deuxième pôle touristique du pays avec plus de 4,5 millions de visiteurs par an, Nice jouit d'un cadre unique et d'un climat exceptionnel avec 3 000 heures d'ensoleillement par an, cumulant tous les atouts qui en font désormais un passage obligé pour les grands rendez-vous internationaux. Entre mer et montagne, participant très activement à l'intense activité de la Côte d'Azur, Nice joue un rôle politique et économique majeur dans l'Union pour la Méditerrannée. Le tourisme, avec une moyenne d'1,5 milliard d'euros de recettes par an, représente 30 % des richesses de la ville, qu’il soit classique, culturel, balnéaire ou encore d'affaires.

HISTOIRE

En 1315, les Grimaldi héritent de la seigneurie de Beuil. Jeanne 1re, reine de Naples, monte sur le trône du Comté de Provence. Le 28 septembre 1388, les consuls de Nice signent un acte de reddition et se placent sous la protection du Comte de Savoie. Le 10 septembre 1523, François Ier, afin d’obtenir la neutralité de la Savoie, renonce à tous les droits sur Nice. Dès lors, la France ne peut plus se prévaloir de ses anciens droits. Mais en 1543, Français et Turcs font le siège de Nice, sans toutefois parvenir à prendre le château.

Louis XIV s'empare de Nice et obtient de nombreux territoires ainsi que le royaume de Sardaigne. Nice, la Savoie, le Piémont et la Sardaigne deviennent un ensemble : "Les États Sardes". Un traité secret est passé entre le roi de Sardaigne et la France le 24 janvier 1859, qui prévoit l’annexion de Nice à l’Empire français. Les chambres sardes et françaises approuvent en juin 1860 le traité d’annexion et Nice devient la préfecture du nouveau département des Alpes Maritimes.

PERSONNALITÉS 

  • Catherine Ségurane (1506-Fin XVIe, en niçois Catarina Segurana). Héroïne niçoise du XVIe siècle qui s'illustra lors du siège de la ville en 1543.
  • Giuseppe Garibaldi, (1807-1882). Général, homme politique et patriote italien. Considéré comme l’un des pères de la patrie italienne.
  • Henri Matisse, (1869-1954). Artiste-peintre, dessinateur et sculpteur français. Chef de file du fauvisme.
  • Max Gallo (1932). Romancier, historien et homme politique. Membre de l'Académie française depuis le 31 mai 2007.
  • Jean-Marie Gustave Le Clézio (1940). Écrivain couronné du prix Nobel de littérature lui a été décerné en 2008.

CURIOSITÉS

  • Panorama : La plus belle vue se situe au Château de Nice. La montée par les escaliers permet de savourer en différentes étapes la vue sur Nice. Les jardins qui entourent les ruines sont agréables. La colline du Château pointe cette année au deuxième rang des parcs préférés des Français derrière le jardin du Luxembourg à Paris et devant la Tête-d'or à Lyon.
  • Déjeuner : Le Vieux-Nice, partie ancienne de la ville, offre les meilleurs plats locaux et vous pourrez y déguster les traditionnels Pissaladière, Pan Bagna, Socca et bien d'autres spécialités encore. Animées de jour comme de nuit, les ruelles étroites sont jalonnées de nombreux restaurants, pubs et lounges. 
  • Balade : La Promenade des Anglais offre une balade idéale après un déjeuner copieux dans le Vieux-Nice. Du port jusqu'à l'aéroport, c'est la voie à vélo la plus rapide pour traverser la ville d'est en ouest, devenue un lieu privilégié des joggeurs et des cyclistes.
  • Parcs : En ville, le jardin Albert 1er, situé en point d'orgue de la nouvelle coulée verte, offre un lieu de verdure au beau milieu de la ville.
  • Musées : Nice compte de nombreux musées et galeries. Le musée Matisse, dans une villa génoise du XVIIe, abrite de superbes peintures. Le Musée des Beaux-Arts présente une collection d’œuvres du XVIe au XXe siècle. Le musée d’Art moderne et d’Art contemporain est situé au cœur de Nice, proche de la place Garibaldi. Le site de Terra-Amata, musée d'archéologie de Nice, possède également de nombreux vestiges sublimes. Et plus récemment, le musée national du Sport a pris place sous la nouvelle enceinte du Stade de Nice.
  • Shopping : L'avenue Jean-Médecin constitue l'artère commerçante principale de la ville. Trois arrêts de tramway desservent l'avenue du nord au sud : gare Thiers, Jean-Médecin et Masséna.

TRANSPORT

Comment s'y rendre Porte d'entrée sur la Côte d'Azur, l'aéroport de Nice, construit sur la mer, est le deuxième de France après Paris en terme de trafic, avec plus de 10 millions de passagers par an.

Les trains rapides et express (TGV et train corail) relient la Côte d'Azur à toutes les régions françaises et à toutes les grandes villes d'Europe. Le TGV Méditerranée permet d'effectuer le trajet Paris-Nice en 5h30, avec une arrivée au coeur de la ville. Trois gares desservent la ville d'Ouest en Est : Saint-Agustin, Nice Ville et Riquier.

Nice est reliée aux métropoles européennes par un important réseau autoroutier. La ville est desservie par l'autoroute A8, en provenance d'Aix-en-Provence à l'ouest et de la frontière italienne à l'est. Placé à l'ouest de la ville, le stade de Nice se situe à la sortie Saint-Isidore, l'autoroute restant le moyen le plus facile d’y accéder.

Au pied de la colline du Château, le port de Nice se trouve à sept kilomètres de l'aéroport. Il s'agit du deuxième port continental de croisières, avec plus de 467 000 passagers et de nombreuses liaisons entre Nice et la Corse. Distances entre centre-villes, par autoroute si possible.

Distance du Stade de Nice au…

  • Centre-ville : 12km
  • Aéroport : 6km

Se déplacer en ville et aux environs La seule et unique ligne de tramway, en attendant la seconde prévue pour 2017, dessert le coeur jusqu'au nord de la ville. Le réseau Lignes d'Azur, qui gère l'ensemble du trafic des transports en commun, met à votre disposition de nombreuses lignes de bus, parcourant l'ensemble de la ville. Plusieurs formules sont possibles. Il est également possible de se déplacer en Vélo-Bleu ainsi qu'en Auto-Bleue avec abonnement ou pass à la journée.

FOOTBALL

Le Gymnaste Club de Nice est né le 9 juillet 1904. Quatre ans plus tard, le club se divise en deux et une section football est créée. Elle jouera son premier match le 29 novembre en battant le Stade Niçois (6-0).

Le 22 décembre 1924, le GCN devient l'Olympique Gymnaste Club de Nice. Le premier championnat professionnel voit le jour en 1932 et le Gym y est admis. La Deuxième Guerre mondiale éclate et le club intègre la D2 en 1945-46. Champion, le Gym remonte dans l’élite pour y entamer sa plus belle décennie.

Le premier titre est acquis en 1950-51 à la différence de buts, aux dépens de Lille. Nice conserve son bien en 1952 (une première dans le championnat) et signe le doublé en battant Bordeaux (5-3) en finale de Coupe de France, remportée de nouveau deux ans plus tard contre Marseille (2-1). Un troisième titre (1956) est suivi de la première apparition en Coupe d'Europe. 1959 marque le quatrième titre avec 18 victoires sur 19 matches au Ray, suivi d’un quart de finale européen contre le Real Madrid, qui s'inclinera 3-2 à Nice. Mais les années 60 ne seront pas favorables et, malgré un jeu flamboyant et des stars internationales, la décennie 1970 n’apportera pas le moindre trophée.

L'OGCN décide alors de s’appuyer sur son centre de formation dans les années 1980. Les Aiglons descendent en Division 2, ils y resteront trois ans. Dans les années 1990, Nice va tout connaître : dépôt de bilan, titre de champion de D2, victoire en Coupe de France (1997) assortie de cinq ans à l'étage inférieur, jusqu’en 2002. Après avoir frôlé un nouveau dépôt de bilan, le Gym retrouve l'élite et s’y installe. Le club, qui a changé à plusieurs reprises de dirigeants, va néanmoins débuter sa treizième saison consécutive au sein de l’élite, la deuxième dans sa nouvelle arène.

OGC Nice

Anciens footballeurs

  • Vic Nurenberg (1930) – Meilleur buteur de l'histoire de l'OGCN parmi l'élite avec 111 réalisations en 302 apparitions.
  • Dominique Baratelli (1947) – Gardien de but, formé au Stade Niçois puis au Cavigal de Nice. 21 sélections en EDF entre 1972 et 1982.
  • Nenad Bjekovic (1947) – Considéré comme l'un des plus grands attaquants du club. Il a inscrit 85 buts en un peu plus de quatre saisons.
  • Robby Langers (1960) – Attaquant luxembourgeois auteur d'un quadruplé lors du match retour de barrages 1989 face au RC Strasbourg (1-3 ; 6-0) pour rester dans l'élite.
  • Hugo Lloris (1987) – Pépite de la formation locale, gardien de but et actuel capitaine de l'équipe de France de football.

Le saviez-vous?

L'OGC Nice est le premier club français à avoir fait chuter le Real Madrid (3-2), lors du quart de finale aller de Coupe d'Europe 1956/1957.

AUTRES SPORTS

Le Lawn Tennis Club organise tous les ans le tournoi ATP 250 de Nice, où les Tricolores ainsi que certains des meilleurs mondiaux se produisent. L'Acropolis a également accueilli la finale de la Coupe Davis entre la France et l'Australie en 1999. L'Olympique Nice Natation a rapporté de nombreuses médailles aux derniers Jeux olympiques d’été à la délégation française, avec Yannick Agnel et Camille Muffat. L'équipe féminine de handball évolue au plus haut niveau. Enfin, Nice possède également plusieurs équipes au deuxième échelon national (hockey sur glace, volley-ball et basket-ball).


Warning: mysqli_query() [function.mysqli-query]: MySQL server has gone away in /home/clients/5a23f8cdefdd6592e4b029a5a3c0df6a/om13fcs/wp-includes/wp-db.php on line 2007

Warning: mysqli_query() [function.mysqli-query]: Error reading result set's header in /home/clients/5a23f8cdefdd6592e4b029a5a3c0df6a/om13fcs/wp-includes/wp-db.php on line 2007
Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football