Les chiffres des finales de l’EURO

Les chiffres des finales de l’EURO

Les chiffres de l’Euro

Les chiffres de l'Euro

Cinquante-deux ans d'existence, quatorzième édition, seize participants, deux pays organisateurs et une flopée de chiffres qui ne servent qu'à faire croire qu'on s'y connaît…

  • Les neuf anciens vainqueurs seront présents à l'Euro 2012 : la Russie et l'Ukraine (pour l'URSS de 1960), l'Espagne (1964, 2008), l'Italie (68), l'Allemagne (RFA 72, 80 + 96), la République tchèque (Tchécoslovaquie 76), la France (84, 2000), les Pays-Bas (88), le Danemark (92) et la Grèce (2004).
  • L'Espagne et les Pays-Bas comptent le plus de participations : huit. L'Ukraine aucune, sauf à considérer la présence massive de ses joueurs dans les ex-équipes soviétiques. La Pologne a connu son baptême du feu il y a quatre ans et l'Eire n'a plus été à pareille fête depuis 1988. L'équipe de Trapattoni rejoint la France (1960-1984) et la Grèce (1980/2004) pour les disparitions au long cours. 
  • Les quatre pays les plus présents quand le tournoi ne comptait qu'un carré d'as, entre 1960 et 1976, n'existent plus : l'URSS (cinq participations entre 60 et 88), la RFA (cinq présences entre 1972 et 1988), la Yougoslavie (quatre phases finales entre 1960 et 1984), la Tchécoslovaquie (trois entre 1960 et 1980). Sans compter la CEI en 1992… 
  • Deuxième organisation dans un pays de l'Est après l'Euro à quatre dans l'ex-Yougoslavie de Tito en 1976, même si le pays du maréchal n'appartenait pas au pacte de Varsovie. Troisième tournoi (sur les quatre derniers) à se dérouler dans deux pays après Pays-Bas-Belgique en 2000 et Suisse-Autriche (2008). Proposition pour 2020 : Andorre-San Marin.
  • Après le final four (entre 1960 et 1976), le grand huit (1980-1992) et le top 16 (1996-2012), l'édition française de 2016 comprendra vingt-quatre équipes. Six groupes de quatre et des huitièmes de finale avec les quatre meilleurs troisièmes. Les Pays-Bas sont l'équipe la plus expérimentée en termes de sélection (42 capes par joueur). La France et la Pologne sont à l'opposé du spectre (21).
  • Iker Casillas (129 entailles) est le joueur le plus capé de l'Euro. 
  • En éliminatoires, les Oranje hollandais ont inscrit le plus de buts (37) tandis que la Grèce est l'équipe la plus frugale (14). Klaas-Jan Huntelaar est le meilleur scoreur, avec un total gargantuesque (12).
  • Le gardien grec Kostas Chalkias est le joueur le plus âgé (37 ans) de l'édition 2012 et le Néerlandais Jetro Willems deviendra le joueur le plus jeune de l'histoire de l'Euro s'il entre en jeu. Une marque qui appartient à Enzo Scifo (18 ans et 115 jours) depuis l'édition 84. L'Allemagne est l'équipe la plus jeune du tournoi (24 ans sur les vingt-trois) ; l'Italie, la Russie, la Suède et la République d'Irlande sont les doyennes (28 ans).
  • L'Italie-Espagne du 10 juin sera le cinquième du nom, le classique absolu.

Lilian Thuram et Erwin van der Saar sont les deux joueurs à avoir disputé le plus de matchs en phase finale (16 de 1996 à 2008).

  • Lothar Matthäus, sur vingt ans, a également disputé quatre éditions (1980, 1988, 1992, 2000) tout comme Peter Schmeichel (88/00), Aron Winter (88/00) et Alessandro Del Piero (96/08).
  • Michel Platini est le meilleur buteur du championnat d'Europe. Sur un tournoi, comme dans l'absolu (9 pions en cinq matchs en 1984). Un record à la Fontaine. Alan Shearer suit avec sept pions en deux tournois. La France des 80's possède la meilleure attaque sur un tournoi (14) devant la Hollande et les Bleus de l'an 2000 (13) qui avaient un match de plus.

Huit joueurs ont inscrit trois buts dans le même match depuis 1960 :

  • Dieter Müller (76)
  • Klaus Allofs (80)
  • Platini  deux fois – (84)
  • Van Basten (88), Conceição (00), Kluivert (00) et Villa (08).

Durant les phases finales, ce sont :

  • les Pays-Bas (55 buts)
  • la France (46)
  • l'Espagne (38) qui se sont montrés les plus prolifiques.

Le France-Yougoslavie (4-5), demi-finale de la Coupe Henri-Delaunay 1960, est la rencontre la plus prolifique de l'histoire des phases finales.

  • L'URSS (1964, 1972, 1988) et l'Allemagne (1976, 1992, 1996) sont les deux équipes à avoir perdu trois finales. Sans parler de la demi-finale perdue par les Soviétiques contre l'Italie en 1968 au tirage au sort. L'Allemagne Fédérale est la seule équipe à avoir joué trois finales de suite (72, 76, 80). Rainer Bonhof faisait partie des trois squads, mais il n'a joué que la finale de 1976, celle que la Mannschaft perd… 
  • Championne d'Europe en titre et championne du monde, l'Espagne jouera pour un troisième sacre consécutif. Une performance approchée par la RFA, vainqueur de l'Euro 72 et du Mondial 74, avant d'échouer aux penalties en finale de l'Euro 76. La faute à Panenka et à ses frères…
  • C'est l'édition de 1976 (4,75 buts/rencontre pour quatre matchs) qui est la plus prolifique. Le set infligé par les Néerlandais aux Yougoslaves (6-1), le 25 juin 2000 (quart de finale) est la meilleure raclée de l'Histoire. Pour l'instant.
  • Quarante-et-un penalties ont été marqués durant un Euro (11 en première période, 28 en deuxième et deux en prolongations). Seule une finale s'est terminée aux tirs au but (RFA-Tchécoslovaquie 76, la seule défaite des Allemands dans l'exercice dans un tournoi international), contre deux en Coupe du monde (Italie-Brésil 94 et France-Italie 2006). Les Pays-Bas sont allés quatre fois aux pénos, ils n'ont gagné qu'une fois (Suède 2004).
  • Le Trophée Henri-Delaunay, du nom du gars qui a créé la compétition, a été façonné en 1960 par la maison Arthus-Bertrand (qui ne vend pas d'hélicoptères par ailleurs). Il a été remodelé par un joaillier anglais en 2008, plus large et sans ce socle qui se barrait tout le temps.

Les chiffres des finales de l’EURO

Les chiffres des finales de l'EURO

les-finales-en-chiffres-euro

0 : Le nombre d'équipes ayant réussi à conserver la coupe Henri Delaunay. L'Union soviétique (1960, 1964) et la RFA (1972, 1976) ont disputé une nouvelle finale après avoir gagné l'édition précédente mais se sont inclinées.

0 : Aucun joueur n'a disputé deux finales victorieuses. Iker Casillas, Sergio Ramos, Andrés Iniesta, Xavi Hernández, Cesc Fàbregas, David Silva et Fernando Torres ont tous débuté lors du triomphe de l'Espagne en 2008, Xabi Alonso et Santi Cazorla entrant en cours de match. Rainer Bonhof a brandi le trophée deux fois avec la RFA (1972, 1980) mais il n'a disputé aucune finale.

13 : Treize joueurs ont disputé deux finales : Valentin Ivanov, Viktor Ponedelnik, Lev Yashin (Union soviétique, vainqueur en 1960, finaliste en 1964) ; Franz Beckenbauer, Uli Hoeness, Sepp Maier, Hans-Georg Schwarzenbeck, Herbert Wimmer (RFA, vainqueur en 1972, finaliste en 1976), Bernard Dietz (RFA, finaliste en 1976, vainqueur en 1980), Thomas Hässler, Thomas Helmer, Jürgen Klinsmann et Matthias Sammer (Allemagne, finaliste en 1992, vainqueur en 1996).

3 : Trois équipes ont détenu le Championnat d'Europe de l'UEFA et la Coupe du Monde de la FIFA en même temps. La RFA a remporté le titre européen en 1972 et conquis la couronne mondiale deux ans plus tard, tandis que la France a gagné la Coupe du Monde 1998 puis l'UEFA EURO 2000 et l'Espagne a triomphé à l'UEFA EURO 2008 et à la Coupe du Monde 2010. Aucune équipe n'a remporté trois tournois majeurs de rang ; la RFA était à deux doigts de réussir l'exploit en 1976 mais s'inclinait aux tirs au but face à la Tchécoslovaquie.

15 : Un total de 15 joueurs a disputé ces deux finales : pour la RFA, Sepp Maier, Franz Beckenbauer, Hans-Georg Schwarzenbeck, Paul Breitner, Uli Hoeness et Gerd Müller, tandis que pour la France, Fabien Barthez, Marcel Desailly, Bixente Lizarazu, Lilian Thuram, Didier Deschamps, Youri Djorkaeff, Patrick Vieira, Zinédine Zidane et Christophe Dugarry étaient présents dans ces deux finales de rang.

9 : Iker Casillas, Sergio Ramos, Carles Puyol, Joan Capdevila, Andrés Iniesta, Xavi Hernández, Cesc Fàbregas, Xabi Alonso et Fernando Torres ont disputé la finale de l'UEFA EURO 2008 et celle de la Coupe du Monde 2010.

27 : Les Italiens Gianluigi Buffon, Andrea Pirlo et le remplaçant Daniele De Rossi pourraient rejoindre un groupe restreint de joueurs à avoir disputé des finales victorieuses à la Coupe du Monde et au Championnat d'Europe de l'UEFA. Outre les 24 joueurs susmentionnés, Dino Zoff (Italie 1968, 1982) et les Allemands Thomas Hässler et Jürgen Klinsmann (1990, 1996) ont également disputé deux finales victorieuses.

5 : Finales ayant recours à la prolongation :

  • 1960 : URSS 2-1 Yougoslavie
  • 1968 : Italie 1-1 Yougoslavie (match rejoué 2-0)
  • 1976 : Tchécoslovaquie 2-2 RFA (5-3 t.a.b.)
  • 1996 : République tchèque 1-2 Allemagne (but en or)
  • 2000 : France 2-1 Italie (but en or)

1 : La finale de 1976 entre la Tchécoslovaquie et la RFA a offert la première séance de tirs au but d'une phase finale du Championnat d'Europe de l'UEFA et reste la seule d'une finale. Antonín Panenka scellait la rencontre, son lob mémorable offrant une victoire 5-3 aux Tchécoslovaques.

1 : Une victoire avec une marge d'un but est le résultat le plus courant en finale avec sept équipes victorieuses par un but d'écart depuis le début du tournoi en 1960, dont l'Espagne en 2008. Sa victoire 1-0 était la seconde consécutive sur ce score en finale de l'EURO suite au succès de la Grèce face au Portugal en 2004, les équipes précédentes s'imposant avec un but d'écart l'ayant toutes emporté 2-1.

2-0 : Quatre équipes ont gagné 2-0 en finale de l'EURO :

  • le Danemark (1992)
  • les Pays-Bas (1988)
  • la France (1984)
  • l'Italie (1968, match rejoué).

3-0 : La victoire 3-0 de la RFA face à l'Union soviétique lors de la finale de 1972 reste le plus large succès en finale EURO.

3 : Le nombre d'équipes étant revenues au score pour remporter une finale, dont la dernière fois la France face à l'Italie en 2000. L'Allemagne a également réussi cet exploit face à la République tchèque en 1996, tout comme l'URSS lors de la première finale contre la Yougoslavie en 1960. Huit ans plus tard, l'Italie revenait au score pour signer un nul 1-1 contre la Yougoslavie en finale et l'emportait 2-0 lors du match rejoué.

8 : Sur les huit équipes menant au score à la mi-temps d'une finale du Championnat d'Europe de l'UEFA, toutes sauf deux ont brandi le trophée. L'Espagne (2008), le Danemark (1992), les Pays-Bas (1988), la RFA (1980), la Tchécoslovaquie (1976) et la RFA (1972) l'ont tous emporté, mais lors de la première finale de 1960, l'avantage 1-0 de la Yougoslavie à la pause s'est soldé par une défaite 2-1 contre l'Union soviétique, alors que huit ans plus tard, l'Italie revenait au score après avoir été menée 1-0 au repos par la Yougoslavie et s'imposait lors du match rejoué.

4 : C'est la quatrième fois que deux équipes s'étant déjà affrontées dans un Championnat d'Europe de l'UEFA se retrouvent en finale, toutes à huit ans d'intervalle. En 1988, les Pays-Bas débutaient avec une défaite 1-0 face à l'URSS mais s'imposaient 2-0 face aux mêmes adversaires en finale ; huit ans plus tard, l'Allemagne battait la République tchèque 2-0 en phase de groupes et 2-1 en finale et en 2004, la Grèce battait le Portugal 2-1 à la première journée avant de battre à nouveau les hôtes 1-0 en finale.

36 : Sur les 36 buts inscrits en finale, 14 l'ont été en première période, et 19 après le repos, tandis que les trois autres buts ont été marqués en prolongation.

6 : L'Espagnol Jesús Pereda a inscrit le but le plus rapide d'une finale de l'EURO en ouvrant le score à la sixième minute en 1964. Galimzian Khusainov égalisait deux minutes plus tard pour inscrire le deuxième but le plus rapide d'une finale.

2 : C'est la première finale d'un Championnat d'Europe de l'UEFA où les deux gardiens de but, Buffon et Casillas, sont capitaines. En finale de la Coupe du Monde 1934, Gianpiero Combi (Italie) et František Plánička (Tchécoslovaquie) étaient capitaines de leurs équipes.

5 : Le duo espagnol du Chelsea FC composé de Fernando Torres et Juan Mata pourrait rejoindre un petit groupe de joueurs ayant disputé des finales victorieuses de Coupe d'Europe et du Championnat d'Europe de l'UEFA la même année. Luis Suárez a réussi cet exploit avec le FC Internazionale Milano et l'Espagne en 1964, tandis qu'en 1988 les joueurs du PSV Eindhoven Hans van Breukelen, Ronald Koeman, Barry van Aerle et Gerald Vanenburg faisaient tous partie de l'équipe victorieuse des Pays-Bas. Wim Kieft était finaliste de la Coupe des clubs champions avec le PSV en 1988 et remplaçant inutilisé lors du triomphe européen des Pays-Bas, tandis que Nicolas Anelka a connu le même sort avec la France après avoir disputé la finale de l'UEFA Champions League avec le Real Madrid CF. Le coéquipier d'Anelka au Real, Christian Karembeu, est le seul joueur à avoir été un remplaçant inutilisé lors de finales victorieuses de Coupe d'Europe et du Championnat d'Europe de l'UEFA la même année.

10 : En revanche, dix joueurs ont connu une finale de Coupe d'Europe victorieuse et une défaite en finale de l'EURO la même année : Sepp Maier, Hans-Georg Schwarzenbeck, Franz Beckenbauer et Uli Hoeness (1976, FC Bayern München et RDA) et Ricardo Carvalho, Nuno Valente, Costinha, Maniche, Deco et Paulo Ferreira (2004, FC Porto et Portugal).

1 : Si l'Espagne triomphe à Kyiv, Vicente Del Bosque deviendra le second sélectionneur à avoir brandi le Championnat d'Europe de l'UEFA et la Coupe du Monde. Helmut Schön a conduit la RFA au titre européen en 1972 et au succès en Coupe du Monde deux ans plus tard. Son équipe a également été finaliste de la Coupe du Monde 1966 et du Championnat d'Europe 1976.

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football