Coupe Clubs Champions Européens (C1-1955-1992)

Gabriel Hanot, Biographie

Gabriel Hanot, né le 6 novembre 1889 à Arras et mort le 10 août 1968 à Engenthal, est un footballeur international français, devenu journaliste et sélectionneur de l'équipe de France. Après sa carrière de footballeur, il met en exergue ses talents de visionnaire, en travaillant notamment au lancement du championnat de France de football professionnel en 1932. Après-guerre, il mène par la suite de front sa carrière de journaliste et la responsabilité de conseiller technique du sélectionneur de l'équipe de France, dont il démissionne en 1949. Avec ses collègues journalistes de L'Équipe, il est à l'origine du lancement de la « Coupe d'Europe des clubs champions », connue aujourd'hui sous le nom de Ligue des champions de l'UEFA, et du « Ballon d'or ».

Biographie

Gabriel Hanot découvre le football dans la cour de récréation du lycée de Tourcoing. Il porte ensuite les couleurs de l'US Tourcoing et est champion de France USFSA en 1910. Ailier gauche, il honore quatre sélections en équipe de France en 1908 au poste d'ailier ; il n'a que dix-huit ans et quatre mois pour sa première. Il est ensuite écarté de l'équipe de France en raison des conflits entre les fédérations, le Comité français interfédéral prenant l'ascendant sur l'USFSA. Étudiant en allemand, il fait un séjour de deux ans outre-Rhin de 1910 à 1912. Il joue alors pour le FC Preussen de Berlin et devient l'un des meilleurs défenseurs latéraux de son temps. De retour en France, il profite de la réconciliation entre le CFI et l'USFSA pour retrouver la sélection nationale : il connaît huit nouvelles sélections de 1913 à 1914. Pendant la Grande Guerre, Gabriel Hanot est fait prisonnier, mais il s'évade et s'engage alors dans l'aviation. Pendant ses permissions, il joue pour le club parisien de l'AS Française et honore plusieurs sélections non officielles en équipe de France. Il est officiellement sélectionné une douzième et dernière fois en 1919 face à la Belgique. À cette occasion, il est capitaine, joue inter et marque deux buts. Il doit quitter les terrains de jeu car une blessure due à un accident d'avion l'empêche de poursuivre sa carrière. Gabriel Hanot devient alors journaliste sportif au Miroir des Sports puis à L'Équipe et s'impose comme l'une des meilleures plumes sportives françaises du XXe siècle. Il contribue activement à l'adoption du professionnalisme en 1932. Assistant officieux de l'équipe de France entre les deux guerres, Gabriel Hanot devient sélectionneur aux côtés de Gaston Barreau entre décembre 1945 et le 16 juin 1949, date à laquelle il écrit et publie anonymement un appel à sa propre démission4. Il lance également à cette époque des stages de formation d'entraîneurs. Enfin en décembre 1954, Hanot fait part à ses collègues Jacques Ferran, Jacques Goddet et Jacques de Ryswick de la rédaction de L'Équipe, d'une idée qu'il a en tête depuis quelque temps : une compétition européenne des clubs. Rapidement adoptée par les clubs, elle devient la Coupe d'Europe des champions européens. Quelques mois plus tard, il est à l'origine de la remise par son magazine France Football d'une récompense décernée au meilleur footballeur européen de l'année, choisi par des journalistes de toute l'Europe : le « ballon d'or ».Gabriel Hanot avait des idées très précises en matière de jeu, et, pour lui, le jeu anglo-saxon était le meilleur. Aussi, il détestait le « petit jeu » du Stade de Reims, ce qui lui a valu des rapports houleux avec Raymond Kopa Carrière de joueur 1906-1910 : US Tourcoing Drapeau de la France France 1910-1912 : BFC Preussen Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1912-1915 : US Tourcoing Drapeau de la France France 1916-1919 : AS Française Drapeau de la France France

Palmarès de joueur

Champion de France USFSA en 1910 avec Tourcoing 12 sélections (3 buts) en équipe de France entre 1908 et 1919

Il a fallu vingt ans pour que son idée prenne corps.

Lorsque, le 19 juin 1949, l'Espagne inflige une raclée monumentale aux Bleus, devant plus de 52 000 spectateurs à Colombes (1-5), Gabriel Hanot démissionne de son poste de conseiller technique du sélectionneur. C'est lui qui commande, en fait, et qui a choisi un 4-2-4 très vite débordé par les Ibériques. Il n'a pas résisté aux critiques qui l'ont éreinté, dont celles du leader de la rubrique football de L'Équipe, un certain… Gabriel Hanot ! en nocturne et à la télé !

Né en 1889 à Tourcoing, Gabriel Hanot est l'ailier gauche de l'équipe de France dès l'âge de 19 ans. Il y connaîtra douze sélections, mais, blessé dans un accident d'aviation, il arrête le football et devient journaliste, à L'Auto, au Miroir des Sports puis à L'Équipe et France-Football, où sa plume fait autorité.

Dès 1934, deux ans après qu'il a créé le championnat de France professionnel, ce visionnaire, oublié du grand public aujourd'hui, a l'idée d'inclure deux équipes étrangères dans chaque championnat national, pour développer les échanges internationaux. Le président du Racing de Paris, Jean-Bernard Lévy, lui suggère la création d'un championnat d'Europe. Mais la Deuxième guerre mondiale emporte tout, dont M. Lévy.

L'idée mettra vingt ans à faire son chemin.

Gabriel Hanot, qui a créé entretemps les stages de formation d'entraîneurs (!), se lance le 15 décembre 1954. «L'idée d'un championnat d'Europe des clubs, moins épisodique que la coupe d'Europe centrale (N.D.L.R. : la Mitropa Cup) et plus originale qu'un championnat d'Europe des nations, mérite d'être lancée. Nous nous y hasardons », écrit-il dans L'Équipe.

Le soutien du football hongrois, alors le meilleur d'Europe, celui des Espagnols, notamment du Real Madrid, est total. Le projet prévoit des matches aller et retour en milieu de semaine, en nocturne, et sous le patronage de la télévision internationale ! Gabriel Hanot ne croit pas si bien imaginer… Dès février 1955, les journalistes de L'Équipe (lui, mais aussi Jacques de Ryswick t Jacques Ferran) affinent le projet, dressent une liste de seize équipes, dont le Stade de Reims.

Il faut aller vite, car un projet naît en Suisse, et que le congrès fondateur de la future UEFA est programmé début mars. Devant la prudence de la FIFA, qui implique celle de l'UEFA, Hanot et ses « complices » y vont au bluff. Ils tirent au sort des huitièmes de finale, dont Real Madrid-Servette Genève ou Reims-KB Copenhague, et invitent les clubs à organiser ces rencontres !

Début mai, la FIFA donne enfin son accord, et l'UEFA accepte, sous son contrôle, la création d'une « Coupe des clubs champions européens », le mot Europe étant réservé aux nations. Quelques changements ont lieu (pas de club anglais, bien sûr, Aarhus pour Reims, le PSV Eindhoven qui remplace Holland Sport) mais, comme l'écrit Jacques Ferran, « le 4 septembre 1955, soit neuf mois après la divulgation de l'idée, l'enfant pousse ses premiers cris ».

Le premier match a lieu à Lisbonne, un Sporting-Partizan Belgrade (3-3) dont le compte rendu est assuré, pour L'Équipe, par Gabriel Hanot. Cette première édition d'une coupe européenne attirera plus de 800 000 spectateurs qui verront 127 buts en 29 matches. Heureuse époque…

En France, on a des idées… … et de bons journalistes.

Deux confrères de L' Auto créent le Tour de France en 1903, Robert Guérin, un journaliste du Matin, fonde la FIFA en 1904, Henri Delaunay conçoit l'Euro dès 1927, Jules Rimet et Henri Delaunay créent la Coupe du monde dès 1930 ! Ajoutons Pierre de Coubertin pour les Jeux Olympiques modernes, et l'on comprend que la coupe d'Europe ne pouvait être qu'une vision française!

Après la Deuxième guerre mondiale, les clubs de l'Europe de l'Est, les meilleurs du monde,ont développé des tournées pour remplir leurs caisses. Et il existe quelques «rassemblements», comme la Mitropa Cup, qui oppose des clubs d'Autriche, Hongrie, Tchécoslovaquie, Yougoslavie et Italie, ou la Coupe Latine, pour ceuxd'Espagne, France, Italie et Portugal. Mais un autre projet, soutenu par le tout puissant Stanley Rous, émerge en Suisse, la coupe des Villes de foire.La naissance de la coupe d'Europe la précède de… deux semaines. Puis, en cinq ans, naissent la coupe des vainqueurs de coupe et la coupe intercontinentale, en même temps que l'Euro !

 

Gabriel Hanot, le créateur de la Coupe des clubs champions européens, a d'abord été journaliste à "L'Equipe" et sélectionneur de l'équipe de France. Mercredi 02:02:2012, la Coupe d'Europe des clubs champions retrouvera ses racines lors du match entre l'Arsenal FC et le FC Barcelona au Stade de France, un demi-siècle après la première finale disputée à Paris.La compétition est née dans la capitale française peu après que Gabriel Hanot, ancien journaliste à "L'Equipe", eut lancé l'idée dans les colonnes du quotidien sportif français en décembre 1954. La proposition d'Hanot fut immédiatement soutenue par le journal et seulement quatre mois plus tard, 15 grands clubs européens jetaient les bases de la première édition d'une compétition continentale à l'Ambassador Hotel, à Paris.

Un grand défenseur

Depuis longtemps, Hanot était considéré comme l'un des acteurs les plus respectés du monde du football. Né à Arras en 1889, il était un grand défenseur (11 sélections avec la Première Guerre mondiale puis une en tant que capitaine en 1919). Plus tard, il se lançait dans le journalisme : golf, aviation et, bien sûr, football pour le "Miroir des Sports". Son style, précis et direct, lui permit progressivement d'être considéré comme l'une des voix les plus écoutées du football français.

Concours du jeune footballeur

Il restait toutefois en contact avec le terrain, créant l'un des premiers centres de formation français pour jeunes baptisé "le concours du jeune footballeur". Il fut également à l'origine du passage au professionnalisme en 1932. Plus tard, Hanot créait le Ballon d'Or, aujourd'hui encore considéré comme la plus prestigieuse récompense individuelle du monde du football.

Double rôle

A la fin de sa carrière réussit les choses les plus remarquables. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, il prit en main à la fois la sélection tricolore et la direction éditoriale de "L'Equipe" et du magazine "France-Football". L'un de ses plus célèbres articles fut publié après une humiliante défaite 5-1 face à l'Espagne à domicile. Il s'agissait d'une bordée de sévères critiques visant ses joueurs. Le lendemain, un article non signé précisait : "Seul le sélectionneur n'a pas réussi sa saison. S'il suffit de remplacer un homme alors nous le ferons". Hanot démissionnait peu après.

"Un homme remarquable" Jacques Ferran, qui côtoya Hanot à "L'Equipe", a aujourd'hui 86 ans mais il garde un souvenir intact de son ancien collègue. "Hanot était un homme remarquable", a confié Ferran à uefa.com cette semaine. "Il avait reçu une bonne éducation après avoir étudié à Berlin avant la guerre et parlait couramment anglais et allemand. Mais c'était également un formidable journaliste qui aimait voyager et qui avait une vaste culture sur de nombreux sujets."

Le cri des loups

Lors d'un voyage, Hanot eut l'inspiration qui allait changer l'histoire du football. "Un jour, il nous a dit qu'il partait en Angleterre voir le Wolverhampton Wanderers FC jouer face au Honved et au FC Spartak Moskva", raconte Ferran. Les Wolves (les Loups) remportaient les deux matches et, à la grande surprise de Hanot, le journal anglais "Daily Mail" titrait "Chapeau les Loups, champions du monde !". Par rapport à des clubs comme le Real Madrid CF et le Milan AC, Hanot jugeait cette affirmation farfelue et suggérait dans "L'Equipe" qu'un "Championnat d'Europe interclubs soit. Les Loups pourraient alors montrer s'ils sont vraiment les plus forts."

"Ils ont adoré l'idée"

Le jour suivant, Jacques de Ryswick, directeur de la rédaction de "L'Equipe", écrivait un article décrivant les grandes lignes de la compétition. "Tout le monde au journal avait bien conscience qu'il s'agissait d'une idée fantastique, pour les clubs et pour les supporteurs", explique Ferran. "Notre patron Jacques Goddet avait également compris l'opportunité de développement des ventes que cela représentait.

" Le principe était d'obtenir le soutien des plus grands clubs d'Europe mais, comme l'explique Ferran : "Tout le monde adhérait à cette idée. La réaction du Real Madrid a été la plus positive et son président Santiago Bernabéu nous a écrit immédiatement pour nous confirmer son soutien. (Le RSC) Anderlecht ne voulait pas d'une formule de championnat. Ils ont suggéré qu'un tournoi à élimination directe serait préférable dans la mesure où l'on pouvait jouer en milieu de semaine, sans interférer avec les championnats nationaux".

Congrès de Vienne Ferran rédigeait à la main le premier règlement : 16 équipes invitées, chaque tour disputé en matches aller-retour et la finale à Paris. Avec Hanot, il se rendait à Vienne pour présenter son projet au premier Congrès de l'UEFA. De son côté, l'instance souhaitait créer une compétition entre nations. Mais "L'Equipe" parvenait à rallier de nombreuses personnalités européennes à Paris, dont Bernabéu, le coach hongrois Gusztav Sebes et le dirigeant suisse Karl Rappan, et l'UEFA acceptait d'organiser la compétition.

"Un magnifique match nul"

Neuf mois plus tard, le 4 septembre 1955, l'idée visionnaire de Hanot devenait réalité. Le Sporting Clube de Portugal affrontait le FK Partizan en match d'ouverture de la compétition, inaugurant 50 années de bonheur. "Dès la première rencontre, la compétition a été fantastique", s'enthousiasme Ferran. "C'était un magnifique match nul 3-3, dans un stade comble. Nous avons compris alors que nous avions créé quelque chose de très spécial."

La Coupe d'Europe

Gabriel HANOT, un ancien international et alors éditeur du quotidien sportif "L'ÉQUIPE", est agacé par la presse anglaise qui déclare que Wolverhampton Wanderers est champion d' Europe car le club anglais a battu le Honved Budapest et le Spartak Moscou en matches amicaux. (Le Daily Miror titrait "WOLVERHAMPTON est le champion du monde des clubs".) Gabriel Hanot riposte le 15 décembre 1954 en affirmant à la Une du journal que Wolverhampton aurait dû faire également le déplacement à Moscou et Bucarest. De plus, elle aurait pu rencontrer des équipes plus titrées, notamment : le Milan AC ou le Real de Madrid. Mais il va plus loin et lance l'idée d'un Championnat d'Europe des clubs.

En 1955, il invite des représentants de 10 grands clubs à Paris pour discuter cette idée. Jacques Goddet, patron du quotidien, réunit les présidents des principaux clubs les 2 et 3 avril 1955 à l'hôtel Ambassador, à Paris. La compétition est née. Quinze clubs assistent à la réunion et décident que la compétition démarre à la saison 1955-56. La FIFA apporte son soutien à l'idée et l'UEFA se charge de son administration, les clubs, les champions de chaque pays et les tenants du titre après la première série jouent un match aller et un match retour sur la base d'une élimination directe, le résultat se décide sur le total du score des deux matches excepté pour la finale qui est disputée sur une seule rencontre et sur un terrain neutre. ttttttttttttttt Seize équipes s'engagent dans le premier tournoi bien que plusieurs ne soient pas champions mais simplement des remplaçants des équipes qui ne peuvent ou ne veulent pas participer. Le 4 Septembre 1955, un huitième de finale aller, Sporting Portugal – Partizan Belgrade devient le premier match de cette folle aventure européenne. A Lisbonne, ce match donne lieu a un match nul 3 partout.Le Partizan se qualifiera au retour 5-2 puis sera éliminé en Quarts par le Real Madrid, futur vainqueur.

 

En réalité d'autres "Coupes d'Europe" avaient existé avant que celle fondée par L'Equipe ne devienne la référence.

Mitropa Cup

Ainsi, en 1927, un grand dirigeant autrichien, Hugo Meisl, eut le premier l'envier de faire se rencontrer des clubs de pays différents pays au sein d'une compétition qu'il envisagea d'appeler la Coupe d'Europe centrale mais qu'il baptisa finalement Mitropa Cup (contraction de Mittel Europa Cup). Elle fut disputée d'abord de 1927 à 1940, et réunissait deux équipes autrichiennes (allemandes à partir de 1938), hongroies, tchécoslovaques, yougoslaves, italiennes, auxquelles s'ajoutèrent à partir de 1929 deux formations suisse et roumaines. Elle se déroulait durant les mois d'été.

Interrompue par la Seconde Guerre mondiale, elle eprdit de son prestige après avec le lancement de la Coupe d'Europe. Elle devint une compétition mineure. Sa dernière édition se tint en 1992 (ou 1991, selon les sources). Des clubs comme le Sparta Prague, Ferencvaros, Ujpest Dozsa, le Rapid Vienne, l'Etoile Rouge Belgrade, la Fiorentina ou bien encore le Milan AC figure à son palmarès.

Coupe Latine

Plus connue, elle fut créée en 1949 suite à une idée de Jules Rimet. Y participaient des clubs espagnol, portugais, français et italien. Elle se déroulait en juin, selon un principe basique de demi-finales et finale disputées sur quatre jours, chaque année dans une ville d'un des quatre pays concernés. La Coupe n'était décerné qu'une fois tous les quatre ans (même s'il y avait une équipe titrée par an), après un décompte des points intégrant les quatres éditions écoulées.

La compétition prit fin en 1957

  • 1949 FC Barcelone
  • 1950 Benfica
  • 1951 Milan AC
  • 1952 FC Barcelone
  • 1953 Stade de Reims
  • 1955 Real Madrid
  • 1956 Milan AC
  • 1957 Real Madrid

Historique ldc en date 1956-2018

Ligue des Champions 1956-2018

  • 13 juin 1956. Le début de l’histoire. Première finale de Coupe d’Europe, à Paris, au Parc des Princes, entre le Real Madrid et le Stade de Reims. Mené 2-0, le Real finit par s’imposer 4-3. La légende est en marche.
  • 1957. Le Real est encore en finale pour défendre son titre et, cette fois, les Merengue jouent devant leur public de Santiago Bernabeu. La Fiorentina résiste 70 minutes avant de plier coup sur coup devant Di Stefano et Gento. Et de deux pour la Casa Blanca !
  • 1958. Cap sur Bruxelles et le Heysel. Au pied de l’Atomium, la finale entre le Real et l’AC Milan s’emballe en deuxième période: quatre buts entre la 69e et la 79e minute ! Milan mène par deux fois mais le Real réplique avant de s’imposer 3-2 en prolongation sur un but de Gento.
  • 1959. Retrouvailles entre le Real et Reims, trois ans après. Mais, à Stuttgart, il n’y a pas photo. Jamais les Champenois ne sont en mesure de menacer le grand Real, qui s’offre un quatrième titre de rang. Victoire 2-0. Même sans Puskas, il restait encore Kopa, Di Stefano, Gento ou Rial.
  • 1960. Une des finales mythiques. Une des plus belles aussi. La plus prolifique. Et une foule record (130.000 spectateurs). Un quadruplé de Ferenc Puskas, un triplé d’Alfredo Di Stefano, et le Real inflige une lourde défaite (7-3) à l’Eintracht Francfort. 5e victoire en cinq finales pour le Real.
  • 1961. Fin de l’hégémonie du Real, sorti en huitièmes par l’ennemi juré, le FC Barcelone. Le Barça se hisse jusqu’en finale mais il doit s’incliner (3-2) face au Benfica Lisbonne. La coupe aux grandes oreilles quitte l’Espagne mais pas la Péninsule ibérique. La déception de Luis Suarez. L’Espagnol, Ballon d’or 1960, était pourtant à la tête d’une attaque flamboyante aux côtés d’Evaristo, Kocsis et Czibor. C’est le début d’une longue malédiction pour le Barça.
  • 1962. Finale de rêve à Amsterdam. Le Benfica, tenant du titre, face au Real, lauréat des cinq éditions précédentes. C’est un duel de géants entre Puskas (auteur d’un triplé) et Eusebio. Alors que le score est de 3-3, ce dernier frappe deux fois en trois minutes pour offrir le doublé aux Lisboètes.
  • 1963. A Wembley, troisième finale de rang pour Benfica. Mais première défaite. Pivatelli (7) et Altafini (9) mettent la pression sur le gardien Costa Pereira. Malgré l’ouverture du score d’Eusebio, un doublé d’Altafini scelle la victoire des Rossoneri (2-1).
  • 1964. Le titre change de propriétaire, mais pas de ville. L’Inter succède au palmarès au Milan en battant le Real (3-1) à Vienne, avec un doublé de Mazzola. le grand Giacinto Facchetti célèbre ici la victoire intériste avec son entraineur, Helenio Herrera, chantre du Catenaccio.
  • 1965. Peut-être une des plus grosses bourdes de l’histoire des finales de Ligue des champions. Sur ce tir de Jair, Costa Pereira, le gardien du Benfica, laisse passer le ballon entre ses jambes. Ce sera le seul but de cette finale. Devant son public, à San Siro, l’Inter conserve son trophée. L’Inter est la dernière équipe à avoir remporté la finale de la C1 dans son propre stade. Par la suite, la Roma (en 1984) et le Bayern (en 2012) ont connu la douloureuse expérience de perdre une finale sur leur terrain. A chaque fois, aux tirs au but, d’ailleurs.
  • 1966. Un peu d’exotisme. Pour la première fois, un club de l’Est parvient à gravir toutes les marches jusqu’à la finale. Le Partizan de Belgrade de Vasovic et Galic a notamment sorti Manchester United en demies pour se frayer un chemin jusqu’au Heysel. A Bruxelles, le Partizan retrouve le Real Madrid, qui dispute sa huitième finale. Paco Gento, ici sur la photo avant le match, va mener les Merengue à la victoire (2-1 après avoir été menés pendant plus d’une heure). C’est son 6e sacre personnel, un record encore inégalé à ce jour.
  • 1967. Finale Celtic-Inter à Lisbonne. En quête d’un troisième titre en quatre ans, les Nerazzurri mènent rapidement sur un penalty de Mazzola. Mais Gemmell égalise avant que Stevie Chalmers ne place le Celtic aux commandes à cinq minutes de la fin. L’Inter ne reviendra plus. Billy McNeil, le capitaine du Celtic, monte tout en haut des gradins de l’Estádio Nacional do Jamor de Lisbonne pour brandir au peuple vert et blanc le précieux trophée. Le premier club britannique à remporter la Coupe des champions n’est pas anglais mais bien écossais.
  • 1968. Toute la classe de George Best à Wembley face au Benfica. Manchester United s’impose largement (4-1) mais… après prolongation. Trois buts en six minutes (Best 93e, Kidd 94e, Charlton 99e) scellent le sort de cette finale. L’heure de gloire du « 5e Beatle ».
  • 1969. C’est l’année du grand retour de l’AC Milan, opposé en finale à une valeur montante sur le Vieux Continent, l’Ajax d’Amsterdam. Mais l’Ajax n’est pas encore prêt. A Santiago Bernabeu, cette finale est celle du jeune Pierino Prati, auteur d’un triplé. Milan l’emporte 4-1.
  • 1970. Finale inédite cette fois entre le Feyenoord Rotterdam et le Celtic, à San Siro. Tout bascule à trois minutes de la fin de la prolongation lorsque le buteur suédois Ove Kindvall offre le but de la victoire (2-1) aux Néerlandais. Coup d’essai et coup de maître pour Feyenoord.
  • 1971. La coupe reste aux Pays-Bas. La finale 1971 marque l’avènement d’une des plus grandes équipes de l’histoire, l’Ajax de Cruyff et Neeskens. Dans l’écrin prestigieux de Wembley, le club néerlandais domine logiquement le Panathinaikos (2-0).
  • 1972. Finale Ajax-Inter à Rotterdam. Gabriele Oriali aime tellement Johan Cuyff qu’il ne veut plus le quitter. Mais même ce marquage (très) serré n’empêchera pas le génial batave de marquer deux fois en seconde période. Victoire de l’Ajax 2-0 et premier doublé depuis… l’Inter sept ans plus tôt.
  • 1973. Insatiable, l’Ajax signe le triplé, lors de la première finale disputée en Europe de l’est, au Marakana de Belgrade. Johnny Rep ouvre le score dès la 4e minute en trompant Dino Zoff d’un coup de tête au second poteau. Plus rien ne sera ensuite marqué. Barry Hulshoff (avec le trophée en mains), Johan Neeskens, Johan Cruyff et Rudi Krol célèbrent le troisième triomphe ajaxien en trois ans. Le départ de Rinus Michels, l’entraineur-emblématique, remplacé par Stefan Kovacs, n’a pas brisé l’équilibre de l’équipe.
  • 1974. Un règne s’achève, un autre va s’amorcer. Le Bayern Munich émerge au sommet de l’Europe. Particularité de cette édition 1974, ce sera la seule finale jouée deux fois. Le Bayern arrache le nul (1-1) face à l’Atletico Madrid, qui ne s’en relèvera pas. 48 heures plus tard, toujours au Heysel de Bruxelles, les deux équipes se retrouvent et cette fois, il n’y a pas de match. Le Bayen s’impose 4-0 avec deux doublés de Hoeness et Müller, célébrant ici son premier sacre, trophée en mains.
  • 1975. Première finale dans le tout récent Parc des Princes version moderne. Le Bayern y défend son titre face au Leeds United de Billy Bremner et du coach Jimmy Armfield, qui a remplacé Brian Clough sur le banc. Le Bayern, implacable, attend son heure et l’emporte 2-0.
  • 1976. Les fameux poteaux carrés de l’Hampden Park de Glasgow. Portés par la France entière, les Verts de Saint-Etienne dominent le Bayern, mais la poisse s’en mêle. Jacques Santini voit le ballon heurter le poteau de Sepp Maier. Patrick Revelli avait déjà levé les bras… Malheureux, les Stéphanois s’inclinent 1-0 sur un coup franc de Roth en seconde période. Ils méritaient amplement de l’emporter mais le Bayern arrache son troisième titre consécutif. Hoeness, Rummenigge et Roth triomphent en vert. Simple illusion…
  • 1977. Après l’ère Ajax et l’ère Bayern, bienvenue dans l’ère… anglaise. Liverpool met l’Europe à l’heure de sa Majesté. A Rome, les Reds de Kevin Keegan (ici face à Berti Vogts) décrochent leur premier titre en dominant le Borussia Moenchengladbach (3-1), qui cède après l’heure de jeu.
  • 1978. Un an plus tard, Liverpool remet ça. Face au surprenant FC Bruges, premier club belge à atteindre la finale, l’équipe de Bob Paisley doit toutefois attendre la 64e minute pour se libérer par l’intermédiaire de Kenny Dalglish, unique buteur de cette finale.
  • 1979. Deux débutants pour une finale inédite. Nottingham Forrest est opposé à Malmö à l’Olympiastadion de Munich. Les Suédois ont créé une vague d’enthousiasme au pays avec un parcours remarquable malgré la perte de plusieurs titulaires sur blessures. Cette finale bascule à quelques secondes de la première période lorsque Trevor Francis surgit au second poteau pour catapulter de la tête le ballon dans le but suédois. Un petit but qui suffit au bonheur de Forrest et de son coach, Brian Clough, appelé à devenir légendaire.
  • 1980. Nottingham conserve son titre avec une nouvelle courte victoire en finale face à Hambourg (1-0). Un but signé Robertson. Peter Shilton, invaincu en deux finales, joue un rôle clé dans ce doublé. Forrest, seul club à compter plus de victoires en C1 (2) que de titres nationaux (1).
  • 1981. Avec une affiche Liverpool-Real Madrid, le Parc des Princes est gâté… Seulement cinquièmes de leur championnat, les Reds jouent toute leur saison sur cette finale. Fermé et longtemps indécis, le match se décante enfin à dix minutes de la fin. Alan Kennedy, absent depuis six semaines en raison d’une fracture au poignet, ouvre le score. Liverpool s’impose et Bob Paisley devient le premier entraineur à remporter trois finales. Il est toujours le seul…
  • 1982. Six ans après son dernier titre, le Bayern Munich est de retour en finale. A Rotterdam, les Bavarois sont opposés à Aston Villa. A la 67e minute, Peter White ouvre le score. Ce sera le seul but de cette finale. Le Bayern, pourtant dominateur, doit s’incliner. Pour la sixième année consécutive, la Coupe des clubs champions est remportée par un club anglais. La plus longue suprématie collective de l’histoire de l’épreuve.
  • 1983. La première saison à la Juventus de Michel Platini n’a pas toujours été rose mais les Bianconeri atteignent la finale de la Coupe des champions, où ils sont opposés à Hambourg. La Juve compte six titulaires de la Squadra championne du monde plus Platini et Boniek. Une vraie Dream team… 8e minute: Dino Zoff voit le ballon filer droit dans sa lucarne. Le gardien italien n’a pas bronché sur la frappe du gauche de Felix Magath, à qui la défense turinoise a eu le tort de laisser trop de liberté. 1-0, circulez, plus rien à voir. Hambourg rejoint le Bayern au palmarès.
  • 1984. Dans une ambiance de feu électrique au stade Olympique de Rome, la Roma, à domicile, affronte Liverpool. Pour la première fois, une finale de C1 s’achève aux tirs au but (1-1 à la fin du temps règlementaire). Bruce Grobelaar et son légendaire « jeu de jambes » poussent Bruno Conti à la faute. Liverpool remporte cette finale disputée dans un climat tendu. Les incidents sérieux dans les rues de Rome feront le lit du drame du Heysel, un an plus tard. En attendant, la suprématie anglaise continue. Pour les Reds, c’est le troisième titre depuis 1977.
  • 1985. Photo aérienne du stade du Heysel, le 28 mai, à la veille de la finale entre la Juventus Turin et Liverpool. A gauche, on distingue la tribune « debout », avec les blocs X, Y et Z où le drame va se nouer 24 heures plus tard. 1985. Le 29 mai, à 19h00, l’ambiance commence à se tendre. Dans quelques minutes, le bloc Z, où se trouvent beaucoup de supporters de la Juve, va être « chargé » par une centaine de fans de Liverpool. 19h30. Gigantesque bousculade dans le bloc Z. En bas des gradins, les portes donnant accès à la pelouse sont fermées. Le piège est en place. 39 personnes au total trouveront la mort: 32 Italiens, 4 Belges, 2 Français et un Irlandais. Peu après 21h30, les deux équipes s’apprêtent à débuter la rencontre. Le Heysel est devenu un cimetière. L’UEFA justifiera sa décision en publiant un rapport selon lequel un report du match aurait pu provoquer d’autres incidents plus graves encore autour du stade. Unique buteur de la finale sur penalty, Michel Platini permet à la Juve de remporter la Coupe des champions pour la première fois. Mais la tragédie du Heysel rend dérisoire la joie des Bianconeri. Jour de honte pour le football, notamment le football anglais, banni pour cinq ans des Coupes d’Europe.
  • 1986. Un an après le Heysel, le football a repris ses droits. A Séville, le FC Barcelone part largement favori de la finale qui l’oppose au Steaua Bucarest. Bernd Schuster, l’Allemand du Barça, est ici au duel face à l’élégant défenseur central roumain, Miodrag Belodedici. Mais cette finale 1986 déçoit énormément. A Sanchez-Pizjuan, rien n’est marqué et c’est aux tirs au but que la décision se fait. Helmuth Ducadam, le gardien du Steaua, entre dans la légende en détournant les quatre tirs au but catalans! Bucarest est sur le toit de l’Europe. Rude échec pour le Barça.
  • 1987. Peut-être le but le plus célèbre de l’histoire des finales de C1. Alors que le Bayern, archi-favori au Prater de Vienne, mène 1-0 face au FC Porto, Rabah Madjer égalise à la 77e minute, d’une géniale talonnade qui mystifie la défense allemande. Trois minutes après le but de Madjer, le Brésilien Juary inscrit le but de la victoire pour Porto (2-1). Une des plus grandes surprises de l’histoire des finales de C1. Lothar Matthaus et Andreas Brehme restent abasourdis. Le Bayern, sûr de sa force, n’a rien vu venir. Le petit Joao Pinto et le héros Madjer euphoriques après la victoire des Ciel et Blanc. Porto rejoint Benfica dans la légende européenne.
  • 1988. Une des finales les plus ternes. Au Neckarstadion de Stuttgart, le PSV Eindhoven et le Benfica offrent un non-match. Tout se joue aux tirs au but après un 0-0 insipide. Carlos Mozer égalise à 5-5 mais Veloso craquera. Le PSV est sacré sans avoir gagné un seul de ses cinq derniers matches. 1989. La révolution milanaise est en marche. Après avoir pulvérisé le Real Madrid en demies, l’AC Milan atomise le Steaua Bucarest en finale (4-0) au Camp Nou de Barcelone. Une nouvelle vision du football total. Ici, Ruud Gullit ouvre le score. Il signera un doublé. Marco Van Basten, l’autre star néerlandaise du Milan d’Arrigo Sacchi, marque les deux autres buts de la rencontre. Le Steaua est totalement dépassé. Cette finale 1989 marque l’avènement d’une des plus belles équipes de l’histoire
  • 1990. Un an plus tard, le Milan devient la première équipe depuis Notthingham Forrest dix ans plus tôt à conserver son titre. A Vienne, c’est le troisième Néerlandais, Franck Rijkaard, qui inscrit l’unique but du match. Silvio Berlusconi, président triomphant, est porté par ses joueurs.
  • 1992. Johan Cruyff, l’entraineur du FC Barcelone, à Wembley quelques minutes avant le coup d’envoi de la finale face à la Sampdoria de Gênes. Le Barça dispute sa troisième finale et guette toujours son premier couronnement. 0-0 à la fin du temps règlementaire. Puis, à la 112e minute, un coup franc puissant du spécialiste Ronald Koeman fait basculer la rencontre. Curieusement, de 1988 à 1992, tous les buts en finale ont été inscrits par des Néerlandais (Gullit, Van Basten, Rijkaard, Koeman). Le Barça est enfin sacré. Offensive et séduisante, l’équipe de Cruyff fait l’unanimité. Sur la photo, on reconnait ici un certain Pep Guardiola, 23 ans à l’époque, levant le bras entre Beguiristain et Stoichkov.
  • 1994. Le Barça a-t-il trop fêté la Liga arrachée quatre jours plus tôt au Real, sur le fil? Peut-être. En tout cas, lors de cette finale, il n’existe pas. Daniele Massaro s’offre un doublé en première période. Dejan Savicevic, lui, s’apprête à entrer en scène… Juste après la reprise, le génial maestro monténégrin ajuste Andoni Zubizaretta d’une merveille de lob du pied gauche de l’extérieur de la surface, dans une position pourtant excentrée. C’en est trop pour le Barça, balayé 4-0 après un dernier but de Marcel Desailly.
  • 1996. L’Ajax est encore là un an plus tard pour tenter de réussir le doublé. Face aux hommes de Louis van Gaal, un autre club italien, la Juventus cette fois. 11 ans après le Heysel, les Bianconeri, ici en bleu, décrochent leur deuxième titre en s’imposant aux tirs au but (1-1, 4-2). L’équipe de Lippi n’est peut-être pas la plus fournie en talents de l’histoire de la Juve, mais elle est extrêmement solide et parfaitement organisée. Devant, aux côtés de Gianluca Vialli, Fabrizio Ravanelli, auteur du but turinois et caché ici sous son maillot, prend du galon.
  • 1997. Le Bayern Munich et Hambourg ne sont plus les seuls clubs allemands au palmarès de la Ligue des champions. Le Borussia Dortmund entre dans le cercle des géants en battant la Juventus (3-1) en finale… à Munich. Karl-Heinz Riedle, auteur d’un doublé, est l’homme du match. Franz Beckenbauer, consultant pour la télévision allemande, se charge en personne de l’interview d’Ottmar Hitzfeld quelques instants après la victoire du Borussia, avant d’adresser une chaleureuse accolade à l’entraineur de Dortmund.
  • 1998. Deux géants face à face. Le Real Madrid dispute sa première finale depuis 17 ans. Face à la Juventus de Zidane et Deschamps, les Merengue s’en remettent à ce but de Pedrag Mijatovic en seconde période pour faire la différence. Le Real retrouve enfin son standing au sommet du football européen.
  • 1999. Une finale inoubliable. Le Bayern, dominateur, mène depuis la 6e minute grâce à Mario Basler. Ici en seconde période, Mehmet Scholl croit doubler la mise d’un joli lob. Mais le ballon va finir sa trajectoire sur le poteau droit de Schmeichel, également sauvé par sa barre un peu plus tard. Mais dans la foulée, Ole-Gunnar Solskjaer, sur un autre corner, inscrit le but de la victoire (2-1). C’est beaucoup trop cruel pour le Bayern, qui méritait 100 fois de gagner ce match. Mais les Red Devils ont fait souffler un vent de folie sur le Camp Nou. La détresse de Sammy Kuffour n’est pas sans rappeler celle de Basile Boli à Bari, huit ans plus tôt. Mais le Bayern s’en relèvera.
  • 2000. Première finale au Stade de France. La première finale entre deux équipes issues d’un même pays. Le Real Madrid ajoute un huitième trophée à sa vitrine bien garnie en prenant nettement le pas sur le FC Valence (3-0). Raul, figure emblématique de ce Real Madrid à nouveau triomphant. Il inscrit notamment le dernier but de la rencontre au bout d’une action de 70 mètres.
  • 2001. Le Bayern avait perdu ses trois précédentes finales, le dernier échec étant de loin le plus pénible, avec le dénouement cruel contre Manchester. Cette fois encore, tout se joue au couteau, mais les Bavarois s’imposent aux tirs au but contre Valence, à nouveau battu en finale. Effenberg jubile.
  • 2002. Zinédine Zidane dans ses oeuvres. A l’Hampden Park de Glasgow, « Zizou » inscrit un des plus beaux buts de l’histoire de la finale de la Ligue des champions, d’une exceptionnelle volée du pied gauche. Un chef d’oeuvre et le but de la victoire du Real face au Bayer Leverkusen (2-1). C’est la troisième victoire depuis 1998 pour le Real qui porte à neuf son total de titres en Ligue des champions. La Decima se fait attendre depuis, mais Madrid détient toujours le record de victoires.
  • 2003. Finale 100% italienne insipide entre le Milan et la Juve. Les Milanais s’imposent aux tirs au but après un triste 0-0. Mais l’image, c’est ce regard mi-avide mi-désespéré de David Trezeguet quand il effleure cette coupe aux grandes oreilles qu’il n’étreindra pas. Petit match mais grande joie pour les Rossoneri, après ce sixième titre, le quatrième pour le seul Paolo Maldini, plus que jamais figure emblématique de la défense lombarde. Jérôme Rothen à terre pendant que le Porto d’un certain José Mourinho jubile. Le club de la Principauté avait effectué un parcours remarquable, sortant notamment le Real Madrid et Chelsea. C’est la dernière fois qu’un club français a atteint la finale de la Ligue des champions.
  • 2006. Ronaldinho est de retour à Paris, mais au Stade de France, où se déroule cette finale 2006 entre le Barça et Arsenal. Les Gunners, rois maudits de la compétition, ouvrent la marque par Campbell mais craquent en cinq minutes dans le dernier quart d’heure. Deuxième titre du FC Barcelone. L’envol de Pep Guardiola, célébré par ses joueurs. Le Barça, vainqueur de la moitié des éditions de la Ligue des champions depuis 2006, est alors l’incontestable référence numéro un en Europe.

Finalement, cette édition 2012 s’achève aux tirs au but. Le Bayern s’y incline. Chelsea, après avoir longtemps tourné autour du pot, inscrit enfin son nom au palmarès. Pour Bastian Schweinsteiger et le Bayern, battus sur leur pelouse de l’Allianz-Arena, la déception est immense.

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football