UNFP

Trophées UNFP du football

Trophées UNFP du football

Trophées UNFP du football

Trophées_UNFP_du_football
Généralités
Organisateur : UNFP
Sport : Football
Date de création : 1988
Le trophée
trophees-unfp
Prix Ligue 1
Meilleurs joueur, espoir, gardien et entraîneur
Equipe type
Plus beau but
joueur du mois
Prix Ligue 2
Meilleurs Joueur, gardien et entraîneur
Equipe type
joueur du mois
D1 féminine
Meilleur joueuse de l’année
Arbitrage
Meilleur arbitre

Les Trophées UNFP du football récompensent chaque année depuis 1988 les acteurs du football professionnel français.

Sommaire
1. Historique
2 Palmarès
2.1 Division 1/Ligue 1
2.1.1 Meilleurs joueur, espoir, gardien et entraîneur
2.1.2 Équipe type
2.1.3 Plus beau but
2.2 Division 2/Ligue 2
2.2.1 Meilleurs joueur, gardien et entraîneur
2.2.2 Équipe type
2.3 Division 1 féminine
2.4 Arbitrage
2.5 Joueur français évoluant à l’étranger
2.6 Trophées d’honneur

UNFP2

1. Historique

Crée en 1988 sous le nom des Oscars du football, la cérémonie change de nom en 2004 à la demande du comité des Oscars du cinéma américain. La cérémonie est organisée par l’Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP) en mai à la fin de la saison de football. Elle est diffusée depuis 1994 sur Canal+ à l’occasion des 10 ans de la chaîne.

Au fur et à mesure des années, les récompenses se sont élargies à la Ligue 2, au football féminin, à l’arbitrage. Les supporters sont également impliqués puisqu’ils élisent le plus beau but de la saison.À partir de 2015, beIN Sports sera le nouveau diffuseur, un plateau sera spécialement crée pour la cérémonie qui se déroulera le 17 mai 2015 en direct du Studio Gabriel à Paris.

2 Palmarès
2.1 Division 1/Ligue 1

2.1.1 Meilleurs joueur, espoir, gardien et entraîneur

Des trophées sont remis au meilleur joueur, au meilleur espoir et au meilleur entraîneur de l’année du Championnat de France de football. Le trophée du meilleur gardien est remis depuis 2002.

Meilleur joueur L1 de l’année

Année Meilleur joueur Club
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

Meilleur espoir L1 de l’année

Année Meilleur espoir Club
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

Meilleur gardien L1 de l’année

Année Meilleur gardien Club
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

Meilleur  entraîneur L1 de l’année

Année Meilleurs joueur Club
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017  nn

2.1.2 Équipe type

Une équipe type de la saison de Ligue 1 est sélectionnée chaque année depuis 2002-2003.

Les joueurs faisant le plus souvent partie de l’équipe type sont les gardien de but Grégory Coupet (sélectionné quatre fois avec l’Olympique lyonnais) et Steve Mandanda (sélectionné quatre fois avec l’Olympique de Marseille) ; les défenseurs Vitorino Hilton (sélectionné deux fois avec le RC Lens, une fois avec l’Olympique de Marseille et une fois avec le Montpellier HSC) et Thiago Silva (sélectionné quatre fois avec le Paris Saint-Germain) ; le milieu de terrain Marco Verratti (sélectionné quatre fois avec le Paris Saint-Germain) ; l’attaquant Zlatan Ibrahimović (sélectionné quatre fois avec le Paris Saint-Germain).

Au terme de la saison 2015-2016 et sur les 14 équipes type établies, les trois clubs les plus présents sont l’Olympique de Marseille (13 fois), l’Olympique lyonnais (12 fois) et le Paris Saint-Germain (10 fois).

Équipe type L1 de l’année

Année LC Club Gardien de but LC Club Défenseurs
2003 Olympique Lyonnais Grégory  Coupet AJ Auxerre Johan Radet
Olympique Marseille Daniel Ban Buyten
AJ Auxerre Philipppe Mexès
Olympique Marseille Manuel dos Santos
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

Équipe type L1 de l’année

Année LC Club Milieu de terrain LC Club Attaquants
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

2.1.3 Plus beau but

Le trophée du plus beau but inscrit en Championnat de France de football est choisi par le public depuis l’année 2002. Ce choix émanant du public tend à favoriser les joueurs des clubs les plus supportés.

Trophée du plus beau but

Meilleur  entraîneur de l’année

Année Joueur LC Club Date LC Adversaire score
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

2.2 Division 2/Ligue 2

2.2.1 Meilleurs joueur, gardien et entraîneur

Un trophée est décerné au meilleur joueur de Division 2 / Ligue 2 à partir de la saison 1986-19872. Le trophée n’est pas décerné entre 1989 et 19932. Les meilleurs gardien et entraîneur sont distingués depuis 2002 et 2001 respectivement.

Meilleurs joueur, gardien et entraîneur de l’année

Meilleur joueur L2 de l’année

Année Meilleur joueur Club
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

Meilleur espoir L2 de l’année

Année Meilleur espoir Club
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

Meilleur gardien L2 de l’année

Année Meilleur gardien Club
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

Meilleur entraîneur L2 de l’année

Année Meilleurs joueur Club
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017  nn

2.2.2 Équipe type

Une équipe type de la saison de Ligue 2 est sélectionnée chaque saison.

Équipe type L2 de l’année

Année LC Club Gardien de but LC Club Défenseurs
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

Équipe type L2 de l’année

Année LC Club Milieu de terrain LC Club Attaquants
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

2.3 Division 1 féminine

Un trophée est remis à la meilleure joueuse du Championnat de France de football féminin (Division 1).

Meilleure joueuse de l’année

Année Meilleur joueuse LC Club Meilleur espoir LC Club
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016 Amel Majri Olympique Lyonnais(6) Griedge Mbock Olympique Lyonnais
2017

2.4 Arbitrage

Les arbitres sont également distingués. De 2002 à 2006 sont remis des Trophées spéciaux de la Direction technique nationale de l’arbitrage (DTNA), renommée en 2004 Direction nationale de l’arbitrage (DNA). En 2005, Bruno Coué, Patrick Lhermitte et Vincent Texier sont récompensés pour avoir à nouveau dirigé des rencontres de haut niveau après de graves blessures. À partir de 2007, un trophée est remis aux meilleurs arbitres de l’année. Un Trophée spécial est en outre attribué à Nelly Viennot en 2007 après la fin de sa carrière d’arbitre.

Trophée de l’arbitrage

Trophée spécial Direction nationale de l’arbitrage

Année Arbitre Arbitre Arbitre
2002
2003
2004
2005
2006
Année Arbitre L1 Arbitre L1 Arbitre L1 Arbitre L2
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

2.4 Arbitrage

2.5 Joueur français évoluant à l’étranger

Meilleur joueur français à l’étranger

Année Joueur LC Club LP Pays
2016 Antoine Griezmann Atletico_Madrid_logo.svg Atlético de Madrid Espagne Espagne
2017

 

2.6 Trophées d’honneur

Un Trophée d’honneur est remis chaque année depuis 1995. Le Trophée d’honneur 2008 est attribué à l’association France 98 pour le 10e anniversaire de la victoire de l’Équipe de France de football dans la Coupe du monde 98. La même année, un Trophée spécial est remis à Just Fontaine pour le 50e anniversaire de son record de buts marqués en phase finale de Coupe du monde : 13 buts inscrits pendant la Coupe du monde 1958.

Trophée d’honneur et trophée spécial

Année Oscar d’honneur
1995
1996
1997
1998
1993
2000
2001
2002
2003
Année Trophée d’honneur Trophée Spécial
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017

Deux autres trophées sont remis ponctuellement. En 2003, un Prix du fair-play est attribué à Mickaël Landreau du FC Nantes et un Prix du dirigeant de l’année est attribué au président du Havre AC Jean-Pierre Louvel.

 

Équipe type spéciale 20 ans des trophées UNFP

Année Gardien de but Défenseurs Milieux de terrain Attaquants
2011 Fabien Barthez Bixente Lizarazu Franck Ribéry
Lilian Thuram  Patrick Vieira Pedro Miguel Pauleta
Laurent Blanc Robert Pirès Jean-Pierre Papin
Christian Karembeu Zinédine Zidane

L’équipe type des 20 ans des Trophées UNFP a été choisie par le public qui a voté sur Internet. Elle est composée de 10 internationaux français, dont 8 champions du monde 1998. Pedro Miguel Pauleta est le seul joueur étranger de l’équipe.

Images liées:

2.2.4 Distinctions individuelles

2.2.4 Distinctions individuelles

Il y a plusieurs distinctions individuelles attribuées au terme d’une saison du championnat de France. Si France Football attribue des récompenses depuis 1956, les trophées UNFP ne leur font concurrence que depuis 1994.

Les récompenses France Football

Article détaillé : 2.3 Étoile d’or
Le trophée de l’Étoile d’or récompense le joueur le plus performant et régulier de la saison de première division du championnat de France, sans distinction de nationalité. Il est décerné à la fin de chaque saison au joueur ayant obtenu la meilleure moyenne d’étoiles attribuées à l’occasion de chaque match de championnat. La note d’un joueur est comprise entre 0 (cas d’un joueur expulsé) et 10 (auparavant 6) étoiles (attribuée de façon rarissime). Depuis la saison 1992-1993, un classement spécifique est établi pour les gardiens de but.

Kees_Rijvers,_George_Knobel_1974

Le premier joueur à avoir remporté cette distinction est le Hollandais Kees Rijvers en 1957. Par la suite deux joueurs de champs et deux gardiens de but se sont illustrés en remportant à trois reprises l’Étoile d’or d’une saison. Il s’agit du Franco-Algérien Rachid Mekhloufi en 1964, 1966 et 1967, du Français Roger Lemerre en 1966, 1968 et 1969, et des gardiens de but Christophe Revault en 1995, 1996 et 1997 et Hugo Lloris en 2008, 2010 et 2011. Les deux derniers lauréats de ce trophée sont le suédois Zlatan Ibrahimović et le gardien français Benoît Costil après leurs performances en 2014.

France Football a attribué également depuis 1973 un trophée au meilleur entraîneur français de l’année.

Les récompenses UNFP

Article détaillé : Trophées UNFP du football

trophees_unfp

Trophées UNFP du football

trophees_unfp_2015_uneCréée en 1988 sous le nom des « Oscars du football », la cérémonie change de nom en 2004. Elle est organisée par l’Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP) en mai à la fin de la saison de football.

Quatre grandes récompenses concernent les acteurs du championnat de France de première division :

  • le « Meilleur joueur de l’année »,
  • le « Meilleur espoir de l’année »
  • le « Meilleur gardien de l’année »Le trophée du meilleur gardien n’est remis que depuis 2002.
  • le « Meilleur entraineur de l’année ».

Depuis 1994, seuls trois joueurs ont remporté à deux reprises le trophée de meilleur joueur :

  • Pedro Miguel Pauleta, en 2002 et 2003
  • Eden Hazard en 2011 et 2012
  • Zlatan Ibrahimović en 2013 et 2014.

Eden Hazard est également le seul joueur à avoir remporté à deux reprises le trophée de meilleur espoir en 2009 et 2010, trophée aujourd’hui détenu par le lyonnais Nabil Fekir.

Grégory Coupet est le seul gardien de but à avoir remporté à quatre reprises le trophée de meilleur gardien entre 2003 et 2006, il est talonné par Hugo Lloris qui a remporté son troisième trophée à l’issue de la saison 2011-2012 et par Steve Mandanda actuel détenteur.

Le seul entraîneur a avoir remporté trois fois  le trophée du meilleur entraîneur est Laurent Blanc, actuel détenteur qui le remporte en 2008 avec les Girondins de Bordeaux et en 2015, 2016 avec le PSG.

Enfin, 2 entraîneurs ont décroché deux fois le trophée du meilleur entraîneur. Il s’agit de Claude Puel, qui le remporte une première fois en 2000 avec l’AS Monaco, puis une deuxième fois en 2006 avec le Lille OSC, de René Girard qui le remporte en 2012 avec le Montpellier HSC et en 2014 avec le Lille OSC

Lors de cette cérémonie, un trophée est remis à l’auteur du plus beau but de la saison selon le vote des supporteurs. De plus, une équipe type de première division est constituée.

Images liées:

Mission UNFP

Logo-unfp

Mission UNFP

Agir au présent pour mieux décider de son avenir…

Pour beaucoup d’entre vous, 1961 n’est qu’une année. Déjà frappée du sceau de l’histoire. C’était il y a plus de cinquante ans, il y a si longtemps. C’était même dans un autre siècle…

La France se reconstruisait, les campagnes se vidaient, les villes grandissaient, l’industrie galopait et l’inflation avec elle. Chez les vignerons bordelais naissait l’une des grandes années du siècle, on parlait depuis peu de la Ve République et déjà d’anciens francs, car les nouveaux venaient tout juste d’arriver.

Sous contrat jusqu’à 35 ans…

Malgré les exploits de Reims dans la toute nouvelle Coupe d’Europe, née six ans plus tôt, malgré une troisième place au Mondial suédois de 1958, malgré Kopa et Fontaine, premières stars modernes, la France du football ronronnait… Et rien ne semblait devoir venir changer l’ordre des choses. Jusqu’au jour où…
Jusqu’au jour où Eugène N’Jo-Lea, footballeur stéphanois et jeune étudiant en droit, contacte Just Fontaine. Il veut créer un syndicat pour que soient abolies les règles qui régissent le football professionnel français… Notamment celle qui stipule qu’un joueur appartient à son club jusqu’à l’âge de 35 ans. Eugène et Just n’ont alors aucun mal à convaincre Jacques Bertrand, un juriste proche du sport et des sportifs. L’UNFP est ainsi créée le 16 novembre 1961…

Une victoire et tellement d’autres à suivre…

A travers le temps et depuis près de cinquante ans, l’UNFP a été bâtie sur fond de grandes batailles (le pécule, la première victoire, le contrat à temps, la charte du football, l’arrêt Bosman, etc.) et de victoires quotidiennes. Quotidiennes, oui, et pas forcément médiatiques quand il s’agit de faire entendre la voix de tous les footballeurs professionnels français. Car si le football moderne possède ses icônes et ses privilégiés, c’est aussi un métier touché de plein fouet par les dérives qui régissent (relation employeur-employé) ou frappent (chômage) le monde professionnel. Il est donc primordial que la parole de chaque joueur soit portée au sein même du Conseil d’administration de la LFP, du Conseil fédéral de la FFF, ainsi que dans les diverses commissions, partout où l’on parle de notre métier au présent et où, parfois, on en écrit l’avenir.

Rester vigilants !

C’est pourquoi nous avons haussé le ton en octobre 2008, alors que les dirigeants entendaient s’octroyer la majorité absolue au sein du CA de la LFP. Nous n’avons pas cédé et tous les footballeurs français, ce pour qui nous nous battions, avec nous. Il est primordial de défendre les intérêts de ces mêmes joueurs, de préserver leurs avantages acquis ou gagner encore du terrain pour améliorer sans cesse leurs conditions de travail.
Si, grâce à l’action des pionniers de notre syndicat, les footballeurs français sont aujourd’hui les mieux lotis en Europe et dans le monde, si nous sommes les premiers à nous battre pour préserver le système en place tout en cherchant, sans cesse, à l’améliorer au bénéfice de nos adhérents, il ne faut pas croire qu’il n’y a plus de vrais combats à mener, de belles victoires à remporter… A l’heure où s’évanouissent les frontières, la vigilance reste notre plus sûre alliée pour préserver le rêve et les idéaux de nos anciens, quitte à reprendre, si nécessaire, le flambeau de la révolte. Nous saurons, il ne faut pas en douter – et personne n’en doute d’ailleurs ! -, en ranimer la flamme chaque fois que notre métier de footballeur sera en danger.

Un pied dans la Fifa…

Il y a longtemps déjà qu’à l’UNFP, nous avions compris l’impétueuse nécessité d’internationaliser notre démarche, de rassembler autour d’idées fortes et directrices, de défendre, à Paris comme à Santiago ou à Yaoundé, les valeurs universelles de notre sport et les intérêts légitimes de tous les footballeurs professionnels de la planète. C’est pourquoi nous sommes également présents au sein de la FIFpro, le syndicat international des footballeurs, que nous, Français, avons porté, en 1965, sur les fonts baptismaux.
L’UNFP a ainsi toujours été en première ligne quand il s’est agi de réformer les transferts, par exemple, ou pour faire comprendre aux dirigeants du monde entier – via les accords Fifa/FIFPro signés en novembre 2006 – que plus rien, aujourd’hui, ne pourrait se décider sans les joueurs. Les premiers et principaux acteurs du football.

Images liées:

Président UNFP

Logo-unfp

Président UNFP

Philippe Piat

Philippe Piat

Né le 18 juin 1942, à Casablanca (Maroc)

Président de l’UNFP depuis 1969
Vice-président de la LFP depuis 1996
Membre de la commission paritaire de la Charte (LFP)
Président de la FIFPro de 2005 à 2007 et depuis 2013.
Président de la Division Europe de la FIFPro de 2007 à 2013
Vice-président de la FFF de 1985 à 1995
Chevalier de l’Ordre National du mérite

Le footballeur

Avant-centre
Footballeur professionnel à Strasbourg, Monaco, Sochaux et Laval.
250 matches en Première Division (102 buts)
Vainqueur de la Coupe de France (Strasbourg, 1966)
International amateur

C’est à Cannes, en 1963, que Philippe Piat débute sa carrière en CFA, le Championnat de France Amateur. Deux ans plus tard, il est à Dijon et remporte le titre national du CFA, marquant 30 buts durant la saison, un record jamais égalé jusqu’à ce jour.
Ses exploits lui valent d’être recruté par Strasbourg, club avec lequel il dispute sa première saison professionnelle (1965-1966). Il marque à sept reprises et remporte la Coupe de France, sans néanmoins avoir joué la finale.
La saison suivante (1966-1967), on le retrouve sous le maillot de l’AS Monaco. Il marque à seize reprises, ce qui suffit à convaincre le Racing Club de Strasbourg de le faire revenir durant l’été 1967.
Lors des trois saisons qui suivront, Philippe marquera 41 buts sous les couleurs alsaciennes. Il réussit l’exploit de marquer 13 penalties dans la même saison, sans en rater un seul, ce qu’aucun autre footballeur n’avait et n’a depuis réussi au sein de l’élite.
En 1970, il s’engage au FC Sochaux. Il marque 21 buts en première division, ce qui constitue son record personnel (il avait marqué à 20 reprises, la saison précédente, sous le maillot strasbourgeois).
Après deux années dans le Doubs, il gagne Laval et la deuxième division où il met un terme à sa carrière en 1973.

Le syndicaliste

Quatre ans à peine après son entrée dans le monde du football professionnel, Philippe Piat devient président de l’UNFP, en 1969, succédant à Michel Hidalgo.
Le syndicat des joueurs, créé le 16 novembre 1961 par Just Fontaine, Eugène Njo-Léa et Jacques Bertrand, a déjà remporté deux grandes victoires : l’instauration d’un pécule de fin de carrière en 1964 et la mise en place du contrat à durée librement déterminée en juin 1969.
Si les trois premières années de la présidence de Philippe se passe plutôt bien, l’année 1972 restera dans l’histoire. A leur retour de l’assemblée générale de l’UNFP, convoquée à la suite de la modification par les seuls dirigeants du statut professionnel, des joueurs lyonnais sont suspendus par leur président. Le syndicat déclenche une grève le 2 décembre. Le ministre des Sports réunit alors toutes les parties concernées et confie au jeune Philippe Séguin l’écriture d’un rapport. A la sortie de celui-ci, le Groupement (l’ancêtre de la LFP) promet de participer à l’élaboration d’une Charte du football, qui voit le jour en 1973. Cette Charte, actualisée chaque année, est une véritable convention collective – ce qui été acté par le Conseil d’Etat – que tous les footballeurs de la planète envient à leurs homologues français.
Sous la conduite de Philippe Piat, qui cherche à développer les activités du syndicat tout en assurant son autonomie financière, l’UNFP fonde, en 1975, une coopérative ouvrière de production : Promo-Foot. Un outil pour financer le syndicat.
A partir de 1984, l’arrivée des capitaines d’industrie à la tête des clubs bouleverse la donne d’autant que la privatisation de la télévision va ouvrir de nouveaux horizons. On parle beaucoup moins technique et tactique que finances et communication, le football, parfait reflet de la société dans laquelle il évolue, a changé de visage. Pour faire face à ces changements, l’UNFP n’aura de cesse d’évoluer, de « grandir », de se structurer : elle compte aujourd’hui plus de 40 salariés et 4 services en charge de l’Assurance, de la reconversion, du conseil financier et du management.
En 2005, Philippe Piat, après en avoir été le secrétaire général et l’un des vice-présidents, devient président de la FIFPro, le syndicat international des joueurs.
Son action aboutit, le 2 novembre 2006, à la signature d’un accord historique entre la fédération et le syndicat international.
En 2007, il quitte la présidence de la FIFPro monde pour prendre celle de la division Europe du syndicat international, tout en devenant vice-président du syndicat mondial.

En 2013, et pour quatre ans, Philippe Piat redevient président de la FIFPro monde.

Images liées:

UNFP/Syndicat

UNECATEF

Union nationale des footballeurs professionnels

Logo-unfp
Généralités
Sigles : UNECATEF
Sport : Football
Création : 1961
Président
Philippe Piat
Philippe Piat
Siège :
Lieu : 75 Paris (France.pingFrance)

Union nationale des footballeurs professionnels

L’Union nationale des footballeurs professionnels ou UNFP est un syndicat créé le 16 novembre 1961 par deux footballeurs, Eugène N’Jo Léa (alors jeune diplômé en droit), Just Fontaine, et un juriste, Maître Jacques Bertrand. C’est le principal syndicat de footballeurs professionnels français. Son président actuel est Philippe Piat. Il partage la présidence avec Sylvain Kastendeuch.

L’UNFP organise, avec RTL et L’Équipe, un trophée élisant chaque mois le meilleur joueur du championnat de France de L1 et avec France Football et Eurosport l’équivalent pour le championnat de France de L2.

L’UNFP organise également chaque été, et ce depuis l’été 1990, des stages d’entraînement pour les joueurs étant en fin de contrat et qui n’ont pas retrouvé de club.

Le dernier bureau fut élu le 15 décembre 2008.

En 2011, l’UNFP regroupe 93 % des joueurs professionnels évoluant en France.

Histoire

Les « footballeurs esclaves »

De l’adoption du statut professionnel, en France en 1932, à la fin des années 1950, la situation du footballeur professionnel français est médiocre. La situation est d’ailleurs comparable dans le football anglais ou dans les sports professionnels américains. Les dirigeants ont alors sous contrat les joueurs à vie, et les transferts sont du seul fait des clubs. De plus, les salaires sont médiocres. Après quinze ans de carrière, l’international Thadée Cisowski ne touche que 400 francs par mois en 1961, soit 20 % de plus que le SMIC. Les clubs n’hésitent d’ailleurs pas à minimiser même les salaires de leurs plus fameux joueurs au nom du principe qu’aucun club n’a répondu favorablement à une mise sur le marché des transferts. Ce marché des transferts est évidemment fictif car les prix demandés y sont extravagants. Ce fut notamment le cas pour le Sedanais Thadée Polak, dont le salaire est réduit au minimum syndical l’année suivant la victoire en Coupe de France.

En mars 1961, Eugène N’Jo Léa, joueur lyonnais qui prépare alors son doctorat en droit, lance l’idée de former un syndicat des joueurs dans le mensuel Football magazine : « Même les patrons sont organisés ! Oui, tout le monde est organisé, sauf le footballeur professionnel, qui en est malade. » N’Jo Léa ne reste pas au stade des idées, et il pense d’abord partir sur la base d’une association type 1901, mais sur les conseils de l’avocat Jacques Bertrand, qui a déjà en charge les cyclistes et les journalistes sportifs, il s’oriente vers une forme syndicale qui prend corps entre la fin de l’année 1961 et le début de l’année 1962. N’Jo Lea préfère en devenir le premier secrétaire général et laisse la présidence à Just Fontaine.

Dès juin 1962, l’UNFP livre son premier combat contre le Groupement pour obtenir une réforme du régime de retraite des joueurs pros. Le Groupement ne veut rien savoir, et l’UNFP lance un appel au boycott de la rencontre internationale France-Angleterre du 27 février 1963 afin d’obliger la FFF à prendre parti dans le conflit. Certains joueurs de Valenciennes et du Stade français ne suivent pas l’appel au boycott, et le mouvement échoue. L’UNFP n’obtient aucun résultat jusqu’en 1964.

Les premières réformes

En 1963, Raymond Kopa, excédé par l’immobilisme des dirigeants, fait des déclarations qui font mouche : « Les footballeurs sont des esclaves ». Il hérite d’une suspension de six mois et est désormais mal considéré par la presse, tout comme les présidents Just Fontaine (1961-1964) et Michel Hidalgo (1964-1969). Kopa devient alors vice-président de l’UNFP, et met tout son poids dans la balance pour obtenir des réformes.

Le Groupement reconnaît enfin l’UNFP comme syndicat légitime et le 27 novembre 1964, la première convention collective est paraphée par le Groupement et l’UNFP, réformant notamment le régime de retraite. L’ère des réformes peut s’ouvrir.

Le problème le plus délicat est celui du contrat à temps. La commission pour traiter cette question est formée dès 1965, mais le fameux contrat à temps n’entre en application en France qu’en juillet 1969. Entre ces deux dates, mai 1968 et l’introduction de la publicité sur les maillots des joueurs sont deux étapes importantes. Le siège de la FFF où une banderole « le football aux footballeurs » barre la façade est ainsi occupé par des joueurs en mai 68.

Le contrat à temps est toutefois une avancée significative, et l’équipe dirigeante de Michel Hidalgo laisse la main à celle de Philippe Piat après ce succès.

De l’esclave au mercenaire

Les représentants

  • Coprésidents : Sylvain Kastendeuch et Philippe Piat
  • Vice-présidents : René Charrier, Jean-Jacques Amorfini et Lionel Letizi
  • Trésorier : René Charrier
  • Secrétaire général : Mickaël Landreau
  • Secrétaire général adjoint : Olivier Quint
  • Comité directeur : Le bureau + Frédéric Biancalani, Jean-Alain Boumsong, André Buengo, Claude Deplanche, Alexandre Dujeux, Florent Ghisolfi, Ronan Le Crom, Grégory Lorenzi, Didier Neumann, Mickaël Pagis, Laurent Pionnier, Yoann Poulard et Steve Savidan

Présidents

  • 1961-1964 : Just Fontaine
  • 1964-1969 : Michel Hidalgo
  • Depuis 1969 : Philippe Piat

Ressources

  • cotisations des joueurs
  • 1,09 % des droits télévisés de la Ligue 1 soit 7 millions d’euros en 2011.

 

Articles connexes

  • Trophée UNFP du football
  • Trophée joueur du mois UNFP

unfp

Union Nationale des Footballeurs Professionnels

1961 : Juin – N’jo Léa, joueur de Lyon et étudiant en droit ainsi que Just Fontaine émettent l’idée d’une union nationale des footballeurs professionnels. Aidés par maître Bertrand (juriste), ils mettent sur pied UNFP.

Le 16 novembre – L’UNFP est créée. Just Fontaine en est le premier Président. Son but est la défense des intérêts du joueur.

Il a deux buts immédiats :

1) le remplacement du contrat existant par un autre à durée consentie

– 2) assurer au joueur un pécule de fin de carrière lors de sa reconversion.

1964 : Un de leurs buts est atteint avec l’institution du pécule. Le contrat à temps est toujours à l’ordre du jour. Le contrat à vie est toujours en vigueur (dans les faits jusque l’âge de 35 ans). Michel Hidalgo remplace Just Fontaine à la tête de l’UNFP.

1969 : 

Le 22 mars – Le groupement des clubs accepte le contrat à temps. Il n’entrera en application qu’à compter du 1 juillet.

1972 : 

Le 2 décembre – Grève dans le football français, elle est décidée par l’assemblée générale de l’UNFP qui a pour thème la modification du statut professionnel par les dirigeants des clubs. En réponse à cette menace, le ministre des sports réunit les parties concernées. Le groupement des clubs (préfiguration de la Ligue National de Football) assure qu’il participera à l’élaboration d’une charte du football.

1973 :  La charte du football voit le jour.

1975 : Création d’une coopérative ouvrière de production : Promo foot. L’UNFP détient ainsi un instrument financier.

1988 : Création d’un cabinet de courtage en assurance : Europ Sports Assurances.

1990 : Création d’un cabinet de gestion de patrimoine et conseils financiers : Europ Sports conseils.

1995 : Arrêt Bosman. L’UNFP soutenait le joueur de puis 1990.

1996 : L’UNFP obtient la suppression de l’indemnité de formation.

1997 : L’UNFP participe aux négociation avec les dirigeants sur la création d’un contrat espoir que les joueurs seront libres d’accepter ou de refuser.

Images liées:

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football