Union

UNFP/Syndicat

UNECATEF

Union nationale des footballeurs professionnels

Logo-unfp
Généralités
Sigles : UNECATEF
Sport : Football
Création : 1961
Président
Philippe Piat
Philippe Piat
Siège :
Lieu : 75 Paris (France.pingFrance)

Union nationale des footballeurs professionnels

L’Union nationale des footballeurs professionnels ou UNFP est un syndicat créé le 16 novembre 1961 par deux footballeurs, Eugène N’Jo Léa (alors jeune diplômé en droit), Just Fontaine, et un juriste, Maître Jacques Bertrand. C’est le principal syndicat de footballeurs professionnels français. Son président actuel est Philippe Piat. Il partage la présidence avec Sylvain Kastendeuch.

L’UNFP organise, avec RTL et L’Équipe, un trophée élisant chaque mois le meilleur joueur du championnat de France de L1 et avec France Football et Eurosport l’équivalent pour le championnat de France de L2.

L’UNFP organise également chaque été, et ce depuis l’été 1990, des stages d’entraînement pour les joueurs étant en fin de contrat et qui n’ont pas retrouvé de club.

Le dernier bureau fut élu le 15 décembre 2008.

En 2011, l’UNFP regroupe 93 % des joueurs professionnels évoluant en France.

Histoire

Les « footballeurs esclaves »

De l’adoption du statut professionnel, en France en 1932, à la fin des années 1950, la situation du footballeur professionnel français est médiocre. La situation est d’ailleurs comparable dans le football anglais ou dans les sports professionnels américains. Les dirigeants ont alors sous contrat les joueurs à vie, et les transferts sont du seul fait des clubs. De plus, les salaires sont médiocres. Après quinze ans de carrière, l’international Thadée Cisowski ne touche que 400 francs par mois en 1961, soit 20 % de plus que le SMIC. Les clubs n’hésitent d’ailleurs pas à minimiser même les salaires de leurs plus fameux joueurs au nom du principe qu’aucun club n’a répondu favorablement à une mise sur le marché des transferts. Ce marché des transferts est évidemment fictif car les prix demandés y sont extravagants. Ce fut notamment le cas pour le Sedanais Thadée Polak, dont le salaire est réduit au minimum syndical l’année suivant la victoire en Coupe de France.

En mars 1961, Eugène N’Jo Léa, joueur lyonnais qui prépare alors son doctorat en droit, lance l’idée de former un syndicat des joueurs dans le mensuel Football magazine : « Même les patrons sont organisés ! Oui, tout le monde est organisé, sauf le footballeur professionnel, qui en est malade. » N’Jo Léa ne reste pas au stade des idées, et il pense d’abord partir sur la base d’une association type 1901, mais sur les conseils de l’avocat Jacques Bertrand, qui a déjà en charge les cyclistes et les journalistes sportifs, il s’oriente vers une forme syndicale qui prend corps entre la fin de l’année 1961 et le début de l’année 1962. N’Jo Lea préfère en devenir le premier secrétaire général et laisse la présidence à Just Fontaine.

Dès juin 1962, l’UNFP livre son premier combat contre le Groupement pour obtenir une réforme du régime de retraite des joueurs pros. Le Groupement ne veut rien savoir, et l’UNFP lance un appel au boycott de la rencontre internationale France-Angleterre du 27 février 1963 afin d’obliger la FFF à prendre parti dans le conflit. Certains joueurs de Valenciennes et du Stade français ne suivent pas l’appel au boycott, et le mouvement échoue. L’UNFP n’obtient aucun résultat jusqu’en 1964.

Les premières réformes

En 1963, Raymond Kopa, excédé par l’immobilisme des dirigeants, fait des déclarations qui font mouche : « Les footballeurs sont des esclaves ». Il hérite d’une suspension de six mois et est désormais mal considéré par la presse, tout comme les présidents Just Fontaine (1961-1964) et Michel Hidalgo (1964-1969). Kopa devient alors vice-président de l’UNFP, et met tout son poids dans la balance pour obtenir des réformes.

Le Groupement reconnaît enfin l’UNFP comme syndicat légitime et le 27 novembre 1964, la première convention collective est paraphée par le Groupement et l’UNFP, réformant notamment le régime de retraite. L’ère des réformes peut s’ouvrir.

Le problème le plus délicat est celui du contrat à temps. La commission pour traiter cette question est formée dès 1965, mais le fameux contrat à temps n’entre en application en France qu’en juillet 1969. Entre ces deux dates, mai 1968 et l’introduction de la publicité sur les maillots des joueurs sont deux étapes importantes. Le siège de la FFF où une banderole « le football aux footballeurs » barre la façade est ainsi occupé par des joueurs en mai 68.

Le contrat à temps est toutefois une avancée significative, et l’équipe dirigeante de Michel Hidalgo laisse la main à celle de Philippe Piat après ce succès.

De l’esclave au mercenaire

Les représentants

  • Coprésidents : Sylvain Kastendeuch et Philippe Piat
  • Vice-présidents : René Charrier, Jean-Jacques Amorfini et Lionel Letizi
  • Trésorier : René Charrier
  • Secrétaire général : Mickaël Landreau
  • Secrétaire général adjoint : Olivier Quint
  • Comité directeur : Le bureau + Frédéric Biancalani, Jean-Alain Boumsong, André Buengo, Claude Deplanche, Alexandre Dujeux, Florent Ghisolfi, Ronan Le Crom, Grégory Lorenzi, Didier Neumann, Mickaël Pagis, Laurent Pionnier, Yoann Poulard et Steve Savidan

Présidents

  • 1961-1964 : Just Fontaine
  • 1964-1969 : Michel Hidalgo
  • Depuis 1969 : Philippe Piat

Ressources

  • cotisations des joueurs
  • 1,09 % des droits télévisés de la Ligue 1 soit 7 millions d’euros en 2011.

 

Articles connexes

  • Trophée UNFP du football
  • Trophée joueur du mois UNFP

unfp

Union Nationale des Footballeurs Professionnels

1961 : Juin – N’jo Léa, joueur de Lyon et étudiant en droit ainsi que Just Fontaine émettent l’idée d’une union nationale des footballeurs professionnels. Aidés par maître Bertrand (juriste), ils mettent sur pied UNFP.

Le 16 novembre – L’UNFP est créée. Just Fontaine en est le premier Président. Son but est la défense des intérêts du joueur.

Il a deux buts immédiats :

1) le remplacement du contrat existant par un autre à durée consentie

– 2) assurer au joueur un pécule de fin de carrière lors de sa reconversion.

1964 : Un de leurs buts est atteint avec l’institution du pécule. Le contrat à temps est toujours à l’ordre du jour. Le contrat à vie est toujours en vigueur (dans les faits jusque l’âge de 35 ans). Michel Hidalgo remplace Just Fontaine à la tête de l’UNFP.

1969 : 

Le 22 mars – Le groupement des clubs accepte le contrat à temps. Il n’entrera en application qu’à compter du 1 juillet.

1972 : 

Le 2 décembre – Grève dans le football français, elle est décidée par l’assemblée générale de l’UNFP qui a pour thème la modification du statut professionnel par les dirigeants des clubs. En réponse à cette menace, le ministre des sports réunit les parties concernées. Le groupement des clubs (préfiguration de la Ligue National de Football) assure qu’il participera à l’élaboration d’une charte du football.

1973 :  La charte du football voit le jour.

1975 : Création d’une coopérative ouvrière de production : Promo foot. L’UNFP détient ainsi un instrument financier.

1988 : Création d’un cabinet de courtage en assurance : Europ Sports Assurances.

1990 : Création d’un cabinet de gestion de patrimoine et conseils financiers : Europ Sports conseils.

1995 : Arrêt Bosman. L’UNFP soutenait le joueur de puis 1990.

1996 : L’UNFP obtient la suppression de l’indemnité de formation.

1997 : L’UNFP participe aux négociation avec les dirigeants sur la création d’un contrat espoir que les joueurs seront libres d’accepter ou de refuser.

Images liées:

UNECATEF

UNECATEF

Union nationale des entraîneurs et cadres techniques du football français

UNECATEF
Généralités
Sigles : UNECATEF
Sport : Football
Création : 1972
Président
inquiet-il-n-y-pas-assez-de-postes-d-entraineurs-en-france-regrette-le-president-de-l-unecatef
Joël Muller
Siège :
Lieu : 75 Paris (France.pingFrance)

Union nationale des entraîneurs et cadres techniques du football français

L’Union nationale des entraîneurs et cadres techniques du football français ou UNECATEF est le syndicat des entraîneurs de football en France. Il fut créé en 1972 par Georges Boulogne. José Arribas en a été le premier président.

Ce syndicat fut créé pour que les entraîneurs soient solidaires. La condition requise pour faire partie du syndicat était le statut d’entraîneur professionnel. Il fallait aussi protéger les entraîneurs des licenciements en obtenant des compensations financières. Dans cet optique, l’UNECATEF établit des règles protectionnistes : en effet, la France était le seul pays, avec la Suisse et l’Allemagne, où l’on délivrait des diplômes d’entraîneurs.

En 1977, Guy Roux devint le président de l’UNECATEF. Il obtint le droit de faire siéger l’UNECATEF au conseil d’administration de la Ligue Nationale qui, jusque-là, était ouvert uniquement aux présidents de clubs.

L’UNECATEF est dirigé par Joël Muller depuis mars 2001.

Présidents

  • 1972-1976 : José Arribas
  • 1976-1977 : poste vacant
  • 1977-2001 : Guy Roux
  • 2001- ? : Joël Muller

Images liées:

UCPF

UCPF

Union des clubs professionnels de football

logo
Généralités
Sigles : UCPF
Sport : Football
Création : 1990
Président
Guy Cotret
Guy Cotret (AJ Auxerre)
Siège : 88 Avenue Kléber
Lieu : 75116 Paris (France.pingFrance)

Union des clubs professionnels de football

L’Union des clubs professionnels de football (UCPF) est un syndicat patronal représentant les clubs de football français possédant un statut professionnel.

Les missions de l’UCPF sont multiples :

  • Défendre les intérêts généraux et particuliers des clubs de football notamment au sein des Instances nationales et internationales
  • Être l’interlocuteur privilégié des salariés du football, dans le cadre d’un dialogue social constructif
  • Contribuer en concertation avec les pouvoirs publics, au développement d’un environnement juridique, fiscal et financier compétitif pour les clubs professionnels de football
  • Favoriser la solidarité et les échanges dans le monde du football.
    Membres[modifier | modifier le code]

L’UCPF comprend 24 membres pour la saison 2015-2016 :

  • l’En Avant de Guingamp (Ligue 1)
  • les 20 clubs de Ligue 2
  • les 3 clubs de Championnat de France de football National ayant conservé le statut professionnel :
  • CA Bastia, La Berrichonne de Châteauroux, US Orléans

Gouvernance de l’UCPF

Le Comité exécutif est l’organe de direction de l’UCPF :

  • Il est composé de 10 membres élus par l’assemblée générale de l’UCPF.
  • Le président de l’UCPF est élu par l’assemblée générale sur proposition du Comité exécutif.

 

Le Comité exécutif est chargé notamment :

  • de contrôler l’exercice par le directeur général de l’administration de l’UCPF et des affaires syndicales
  • de prendre toutes décisions et mesures relatives à l’UCPF et à son patrimoine
  • de proposer et d’être le garant du suivi de la mise en œuvre du projet de l’UCPF voté par l’assemblée générale
  • d’établir, s’il y a lieu, le règlement intérieur et préparer les résolutions à soumettre à l’assemblée générale
  •  Il est le garant de l’unité de l’UCPF
  • Il est garant de la bonne exécution par le directeur général de toutes les décisions prises par l’assemblée générale
  •  Il exécute toutes les opérations et actes pris par l’assemblée générale et a les pouvoirs de décision et d’exécution pour accomplir tout ce qui n’est pas expressément de la compétence de l’assemblée.

Histoire

L’UCPF est créée le 28 février 1990 en tant qu’association loi 1901 sous la dénomination Union des clubs professionnels de football (UCPF).

19 clubs de Ligue 1 ont quitté l’UCPF en août 2015 pour fonder un syndicat baptisé « Première Ligue ».

Images liées:

1887 Les premiers pas de l’Union

1887 Les premiers pas de l’Union

1887 Les premiers pas de l'Union

Fondée en 1887, l’Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques (USFSA), est le premier ancêtre de la FFF. Consacrée à l’athlétisme à sa création, elle reconnaît le football en 1894.Dans une carrière du bois de Boulogne, quel – ques illuminés courent après un ballon rond. Les passants regardent avec étonnement ces gamins aux allures british. Que font-ils ? Nous sommes en 1888. Ces licenciés de l’International Athlétique Club, association sportive de l’USFSA, s’exercent au football.

La jeune fédération omnisports vient d’être créée un an plus tôt par des pensionnaires du Racing Club de France et du Stade Français. Parmi les fondateurs, Georges de Saint-Clair, diplomate qui a passé sa jeunesse en Angleterre, président, et un certain Pierre de Coubertin, secrétaire géné ral. L’Union regroupe alors une douzaine de sociétés athlétiques composées d’élèves bourgeois des publics schools de Paris.

Au siège, les dirigeants ne voient pas le développement du ballon rond d’un bon oeil. Connaissant très bien la nouvelle donne du football britannique, sport de masse ouvert à la jeunesse populaire, ils freinent son essor. Le rugby, qui a conservé son caractère élitiste et amateur outre- Manche, est privilégié. Malgré ce désintérêt, les « associationnistes » de la capitale disputent de plus en plus de rencontres amicales.

Petit à petit, le succès fait tache d’huile en province. L’USFSA se rend compte que si elle n’intervient pas, le football se développera hors de son contrôle. Le 9 janvier 1894, le comité unioniste prend une décision cruciale en créant une commission dédiée à la pratique. Au printemps, elle met sur pied son premier Championnat de « France » avec six clubs parisiens. Le début d’une grande aventure

Images liées:

Viktor Ponedelnik se souvient

Viktor Ponedelnik se souvient

Viktor Vladimirovitch Ponedelnik (en russe, Виктор Владимирович Понедельник), né le 22 mai 1937 à Rostov-sur-le-Don, est un footballeur soviétique. Il est considéré comme un des meilleurs attaquants soviétiques de tous les temps.

Biographie

Viktor Ponedelnik commence sa carrière dans le club local du Rostselmash, en 1956. En 1958, il est recruté par le SKA Rostov-na-Viktor ponedelnik 1Donu, puis en 1960, il est sélectionné pour la première fois en équipe nationale. Lors de l’Euro 1960, il donne la victoire à son pays en marquant dans le temps additionnel, face à la Yougoslavie. En 1966, Ponedelnik met un terme à sa carrière de joueur, après avoir gagné du poids et subi une opération de l’appendicite. Après sa carrière de joueur, il passe un an à la tête de son club de cœur, Rostselmash en 1969. Il est plus tard journaliste sportif, éditeur d’un magazine sportif puis conseiller au président de la Fédération de Russie.

Carrière

  • 1956-1958 : Rostselmash Rostov-na-Donu (Union soviétique (Russie)).
  • 1959-1965 : SKA Rostov-na-Donu (Union soviétique (Russie)).
  • 1966 : Spartak Moscou (Union soviétique (Russie)).

Palmarès

En sélection

  • Vainqueur de la Coupe d’Europe : 1960 (Union Soviétique)
  • Vice-champion d’Europe : 1964 (Union Soviétique).
  • International soviétique : (29 sél., 20 buts) entre 1960 et 1966, dont 4 matchs en Coupe du monde pour 2 buts.

1960 lorsque Viktor Ponedelnik offrait le 1er titre à l’URSS.

L’Union soviétique est le premier vainqueur de ce qu’allait devenir le Championnat d’Europe de l’UEFA en 1960. En finale à Paris, les Soviets, menés au score par la Yougoslavie, s’imposaient 2-1 en prolongation. A l’âge de 23 ans, Viktor Ponedelnik inscrivait le but de la victoire à sept minutes de la fin en finale. 48 ans plus tard, après une longue carrière de journaliste, le souvenir de ce but est encore tout frais dans sa mémoire.

Le but de la victoire…

J’aime beaucoup me souvenir de cette finale. En battant la Yougoslavie, l’équipe nationale d’Union soviétique est devenue le tout premier champion d’Europe. Personne ne peut oublier de tels moments de gloire, que ce soit le public, les amateurs de football ou les joueurs eux-mêmes. En ce qui me concerne, le but de la victoire à la 113e minute était le plus important de ma carrière toute entière. C’est vrai, j’ai marqué beaucoup de buts pour mes clubs et pour l’équipe nationale mais certains matches et certains buts sont vraiment particuliers, le sommet de la vie sportive d’un joueur. C’était le plus beau moment de ma vie. Pour ce but, je dois remercier Mikhail Meskhi, notre ailier gauche de Géorgie, et son superbe centre. Malheureusement, l’Union soviétique n’est plus et la Géorgie est un pays étranger maintenant.

URSS, la meilleure équipe…

Si l’on remonte toute l’histoire de l’équipe nationale d’Union soviétique, j’ai l’impression que les experts en football pensent que la meilleure équipe était celle de la Coupe du Monde [de la FIFA] au Chili en 1962. Malgré le fait que nous ayons perdu contre les hôtes en quarts de finale, la presse et les experts internationaux avaient une haute opinion de notre équipe. Mais un malheur est arrivé à notre gardien Lev Yashin. Par deux fois lors de la compétition, il a souffert d’une commotion et n’a donc pu jouer au meilleur de sa forme. Si l’histoire était écrite différemment, on aura joué le Brésil en finale, ça c’est sûr.

Lev Yashin…

J’ai eu la chance et l’honneur de jouer aux côtés de ce gardien, le meilleur de tous. Il reste gravé dans nos mémoires pas seulement en tant que gardien n°1 mais tout d’abord en tant que merveilleux être humain. Il a une excellente famille. Lorsque les vétérans se rassemblent, nous invitons toujours sa femme Valentina à nous rejoindre et nous nous souvenons de lui ensemble. Il a des enfants et des petits-enfants aussi donc le nom de Yashin perdure.

Le capitaine Igor Netto…

C’était un joueur fantastique qui a mené l’équipe nationale soviétique à ses plus grands succès lors des Jeux Olympiques en 1956 et lors du championnat d’Europe 1960. C’était un véritable capitaine, un leader capable de mobiliser tout le monde dans les moments les plus durs et de créer l’unité dans l’équipe. Il a également été la courroie de transmission de notre entraîneur Gavril Kachalin qui lui a toujours donné un rôle très particulier.

Dans la vie de tous les jours, c’était quelqu’un de timide et de modeste, mais il a toujours donné son avis avec des arguments. Ce n’est pas un hasard si notre équipe nationale et ses plus grands moments sont liés à son nom.

Categories
  • 1914
  • Armand Thibaudeau
  • cdl le trophée du désamour
  • Paul Michaux
  • Statistiques et records du championnat
  • Trophée france football